Trichogaster chuna
Descripteur : Hamilton, 1822
Famille : Osphronemidae

Synonymes :
Trichopodus chuna (Hamilton, 1822)
Colisa chuna (Hamilton, 1822)
Trichopodus sota Hamilton, 1822
Colisa sota (Hamilton, 1822)
Polyacanthus sota (Hamilton, 1822)
Noms Communs :
Colisa Chuna
Gourami Miel
Genre : Trichogaster
Trichogaster chuna (Hamilton, 1822)
Trichogaster fasciata (Bloch & Schneider, 1801)
Trichogaster labiosa (Day, 1877)
Trichogaster Lalius (Hamilton, 1822)
Trichogaster chuna   
Colisa Chuna
Origines géographiques
Aire d'origine :
Asie
Pays :
Bangladesh, Inde, Népal
La localité type est simplement désignée par ‘Provinces gangétiques, Inde’. Toutefois, l'aire de répartition est beaucoup large. Elle couvre une large partie du bassin du Gange dans le nord-est de l'Inde, y compris son delta au Bangladesh, ainsi que le système de Brahmaputra dans les États d'Assam, de Manipur, de Meghalaya et d'Arunachal Pradesh. Des enregistrements ont également été fait dans le Teraï au Népal.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
Le Colisa Chuna vit généralement dans les eaux peu profondes des étangs, des fossés, des marais et des champs inondés... La végétation y est très dense et le courant faible voir inexistant. Beaucoup de ces habitats sont soumis à des fluctuations saisonnières du volume d'eau, de la chimie et de la turbidité dues à la mousson qui se produit entre juin et octobre. Les inondations qui en résultent, permettent de réunir des populations qui sont isolées le reste du temps.

La température des eaux du Gange varie entre environ 15°C en hiver et 32°C en été. Il y a donc fort à parier que le Colisa Chuna puisse s'adapter à des conditions plus larges que la plage de températures communément admises. De même le pH dans cette rivière et certains de ses affluents peut dépasser les 8,5. Les individus issus d'élevage ne sont toutefois pas forcément aussi adaptables.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
LC : Préoccupation mineure
Description
Taille :
: 4 cm SL  
: 5 cm SL
Respiration :
Branchiale, Labyrinthe
Longévité :
2 à 3 ans
Cette espèce possède un organe respiratoire secondaire, le labyrinthe, lui permettant dans une certaine mesure, de respirer l'air atmosphérique.

Il possède des nageoires pelviennes filiformes modifiées, en forme d'antennes . Elles servent au toucher, le thigmotactisme, leur permettant de se déplacer facilement dans des milieux turbides.
 
Alimentation : 
Omnivore
Bien que omnivore, il privilégie dans la nature les petites proies venant se poser sur la surface de l'eau, tels que des petits insectes et autres invertébrés. En aquarium, il accepte facilement les produits séchés mais il est important de lui proposer régulièrement une grande quantité de petits aliments vivants ou congelés tels que des daphnies, des artémias ou des vers, afin de garantir en bonne santé.
 
Dangerosité :
 
 
 Aucun
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        22      25              28      30
pH :
              6                       7,5

GH :
(°GH)
              5                        15
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
60 l minimum
Brassage :
Très faible
Population :
2 minimum
Ratio M/F :
1 / 1
 Le Colisa chuna aime les aquarium très plantés et les eaux calmes. La filtration du bac ne devra pas générer un courant trop important dans l'aquarium, ce qui par ailleurs, le gênerait pour construire un nid de bulle.

L'intensité lumineuse ne doit pas être trop forte. Il peut donc être judicieux de disposer quelques plantes flottantes (Salvinia, Riccia, Pistias...) que ce poisson de surface affectionne particulièrement et où il construira son nid de bulles.

Au niveau de la cohabitation, il ne pose aucun problème en compagnie d'autres poissons pacifiques et calmes. On évitera les espèces risquant de mordiller ses nageoire tel que les barbus. Les relation intra-spécifiques peuvent être musclées, aussi vaut-il mieux soit maintenir un couple, soit dans un aquarium d'au moins 250 litres, un groupe de 6 individus où s'établira une hiérarchie. On évitera particulièrement la maintenance de 2 mâles seuls ce qui peut malheureusement arriver en achetant des juvéniles encore difficilement sexables.
 
Dispo vente :
Commun
Cette espèce est facilement disponible dans le commerce sous divers noms. Elle convient bien aux débutants en raison de son caractère pacifique et de sa relative adaptabilité en termes de chimie de l'eau.

Un certain nombre de variétés ornementales ont été produites, notamment "rouge", "jaune", "gold" ou encore "voilée"... pour lesquelles la maintenance est identique à la forme naturelle. Elles ont toutefois la réputation d'être plus sensibles aux maladies. Attention, la variété rouge est un hybride stérile T. chuna et T. labiosa.

Les spécimens sauvages sont très rares dans le commerce.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
28 °C
pH :
7
GH :
8 °GH
Dimorphisme :
Pour la forme sauvage, il est très facile de reconnaître les mâles des femelles : les mâles sont jaune-orange vif et le dessous du ventre brun, orange et bleu sur le cou. Les femelles sont presque uniformément brun clair.
Le mâle possède aussi un liseré jaune vif sur la nageoire dorsale.
Le dimorphisme est beaucoup moins évident sur les formes sélectionnées.
Processus de reproduction :
Trichogaster chuna reproduction
Le mâle construit un nid de bulles et de feuilles flottantes à la surface de l'eau dont la taille peut être très variable, allant de quelques bulles d'épaisseur sur 2 ou 3 centimètres de diamètre, à un gros monticule de bulles, de feuilles... de 10 centimètre de diamètre. Le nid de bulle fini, il parade devant la femelle, orienté vers la surface. Il finit par l'enlacer sous le nid pour l'aider à pondre. Suivant les individus, le mâle s'occupe plus ou moins des œufs jusqu'à la naissance des alevins, mais dévorera ces derniers s'ils ne trouvent pas rapidement un refuge ou se cacher. Il faut donc soit retirer les parents, soit protéger les alevins en les plaçant dans un autre aquarium ou au pire, dans un isoloir. Certains arriveront peut-être à survivre si l'aquarium est très densément planté avec des zones inaccessibles aux adultes.

Il est possible de mettre en place deux ou trois aquariums d'élevage installés et en fonctionnement, afin de séparer les alevins les plus grands et les plus petits au fur et à mesure de leur croissance. Les poissons grandissent à des rythmes différents et les problèmes d'intimidation sont fréquents, sauf si ce type de système est utilisé. Ces aquariums doivent être équipés d'un couvercle le plus hermétique possible (certains éleveurs utilisent plutôt un film plastique pour éviter les fissures), car les alevins ont besoin d'une couche d'air chaud et humide pour le développement de leur labyrinthe.

À la naissance, les alevins sont de petite taille (environ 2 mm). Il faut donc leur fournir une nourriture de taille adaptée : paramécies, anguillules du vinaigre par exemple. Dans un aquarium mature, les racines de plantes flottantes pourront faire office d'infusoire. Les nauplies d'artémias ne seront acceptés que quelques jours plus tard.

Certains individus sont capables d'émettre des sons, comme des séries de petits claquements en période de reproduction. Mais ce comportement n'est pas aussi courant que chez les Gourami grogneur.
Sources
https://www.iucnredlist.org/species/166450/6211667
Expérience personnelle de TheEdge et RegisH