Copella arnoldi
Descripteur : Regan, 1912
Famille : Lebiasinidae

Synonymes :
Copeina arnoldi (Regan, 1912)
Noms Communs :
Characin arroseur
Genre : Copella
Copella carsevennensis (Regan, 1912)
Copella compta (Myers, 1927)
Copella metae (Eigenmann, 1914)
Copella vilmae (Géry, 1963)
Copella nattereri (Steindachner, 1876)
Copella nigrofasciata (Meinken, 1952)
Copella arnoldi (Regan, 1912)
Copella arnoldi   
Characin arroseur
Origines géographiques
Aire d'origine :
Amérique du sud
Pays :
Guyana, Guyane, Surinam, Venezuela
 
L'aire de répartition est sujette à discutions. En effet, la localité type est simplement indiquée comme "Amazonie" par Regan et la plupart des rapports modernes indiquent que cette espèce est largement distribuée dans le bassin inférieur de l'Amazone au Brésil ainsi que dans les drainages côtiers du Guyana, du Suriname et de la Guyane française, y compris le Demerera, l'Essequibo, le Suriname et la Nickerie. Toutefois, il présente un certain degré de variation dans certains aspects de la morphologie et du motif de couleur dans cette aire de répartition, et Zarske (2011) considère que les populations des Guyanes représentent Copella carsevennensis (Regan, 1912), ce qui implique que Copella arnoldi serait limité au bassin inférieur de l'Amazone. Zarske (2011) désigne également une autre " localité type ", Ilha do Arapiranga, une île de l'estuaire de l'Amazone située près de la ville de Belém dans l'État de Pará, à l'est du Brésil, où des spécimens d'aquarium sont apparemment collectés. Il a été introduit à Trinité-et-Tobago.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
 
La Copella arnoldi habite principalement les cours d'eau et les affluents mineurs. On le trouve aussi dans les forêts inondées pendant les périodes de crue. Ces cours d'eau se caractérisent par une grande quantité de végétation riveraine en surplomb et l'eau y est souvent fortement teintée par les tanins libérés par la décomposition des feuilles et autres matières organiques, entrainant généralement un pH très acide.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
NE : Non évaluée
Description
Taille :
: 3,5 à 4,5 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
2 à 3 ans
 
Copella arnoldi peut être distingué des autres Copella spp. par les caractères suivants : 23-24 écailles sur la ligne latérale, présence d'une bande sombre allant du bout du museau à l'œil, extrémité de la nageoire dorsale située plus près de la base de la caudale que du bord postérieur de l'opercule, absence de marque triangulaire noire dans les rayons du lobe inférieur de la caudale.

Certaines formes ont des nageoires de couleur plus vive, tandis qu'au moins une présente une large bande médio-latérale, et celles de Guyane, du Suriname et de Guyane française sont considérées comme représentant C. carsevennensis (Regan 1912) par Zarske (2011).

Suivant ce dernier auteur, C. arnoldi se distingue de C. carsevennensis par : la présence (vs. l'absence) d'une tache blanc argenté à blanc au centre de certaines des écailles des flancs chez les mâles, en particulier dans la moitié inférieure du corps, la présence (vs. l'absence) d'une barre corporelle horizontale sombre chez les mâles nuptiaux, la présence (vs. l'absence) de fines marges noires sur les nageoires dorsales, ventrales et anales, les œufs déposés hors de l'eau (vs. les œufs déposés parmi la végétation submergée.
 
Alimentation :
Régime : 
Carnivore
Copella arnoldi est un micro-prédateur se nourrissant de petits invertébrés et autres zooplanctons dans la nature, surtout à la surface de l'eau.

En aquarium, il accepte les aliments séchés d'une taille appropriée, mais il faut également lui proposer régulièrement de petits aliments vivants ou congelés tels que des nauplii d'Artemia, des Moina, des vers, larve de moustiques,....
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
              24                       28
pH :
         4      5,5            6,5      7

GH :
(°GH)
              1                        10
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
80 l minimum
Longueur :
80 cm minimum
Brassage :
Population :
10 minimum
 
 On peut maintenir Copella arnoldi dans un aquarium agencé pour reproduire un biotope Amazonien. Le substrat se compose de sable de rivière et le décor de grosses branches de bois flotté ou de racines. Quelques poignées de feuilles séchées (hêtre, chêne, catappa…) donnent un aspect naturel, teintant l'eau en brun et pouvant abriter une microfaune, source secondaire de nourriture. Il convient de les remplacer après quelques semaines afin qu’elles ne pourrissent pas et ne salissent pas l’eau. Un petit sac en filet rempli de tourbe pour l'aquarium peut être ajouté au filtre pour faciliter la simulation des eaux noires. Les plantes aquatiques ne sont pas ou peu présentes dans les eaux naturelles de cette espèce, on peut toutefois ajouter des plantes flottantes ou émergentes. L'éclairage doit rester assez faible, ou tamisé par les plantes. Il est toutefois possible de le maintenir dans un aquarium plus standard, de préférence densément planté.

On veillera à ce que l'eau soit bien oxygénée, sans toutefois créer un courant trop fort. Il est particulièrement sensible aux fluctuations des paramètres ou à la détérioration de la qualité de l'eau et ne doit donc jamais être maintenu dans un aquarium biologiquement immature.

Ce poisson plutôt timide ne pose aucun problème de comportement et peut donc être maintenu en aquarium communautaire, à condition de la faire cohabiter avec d'autres poissons de taille similaire, comme des petits characidés, des apistogrammas, des corydoras,... Il doit impérativement être maintenu en groupe d'au moins dix individus afin de se sentir en confiance et de montrer un comportement relativement naturel.
 
Dispo vente :
Disponible
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Dimorphisme :
Les mâles sont nettement plus grands, développent des nageoires plus étendues et sont plus colorés que les femelles.

Chez les mâles en période de reproduction, une large bande sombre peut s'étendre vers l'arrière du corps à partir de l'arrière de l'opercule.
Processus de reproduction :
Cette espèce présente une stratégie de reproduction originale puisque les oeufs sont déposés et fécondés hors de l'eau, en dessous des feuilles de plantes émergentes. Dans un aquarium mature et bien plantée, il est possible que de petits nombres d'alevins commencent à apparaître sans intervention, mais si on souhaite augmenter le nombre d'alevins arrivant à l'age adulte, une approche plus contrôlée utilisant un aquarium séparé est préférable.

Cette aquarium peut être aménagé très simplement avec un filtre éxhausteur, beaucoup de plantes flottantes et un espace d'environ 10 cm entre la surface de l'eau et le couvercle. On peut également utiliser de la végétation émergée si on le souhaite, bien que les poissons ne soient pas difficiles et déposent leurs œufs sur presque toutes les surfaces appropriées, y compris le côté de l'aquarium ou le couvercle.

Le site est choisi par le mâle et on peut le voir sauter hors de l'eau à plusieurs reprises lorsqu'il cherche un endroit approprié. Une fois le site choisi, le mâle tente d'attirer les femelles qui se trouvent à proximité et, à l'apogée de la parade nuptiale, le couple saute hors de l'eau et s'accroche au site de ponte à l'aide de ses nageoires pelviennes. Ils peuvent rester en place jusqu'à dix secondes environ pendant que les œufs et la laitance sont libérés. dix à douze œufs sont généralement déposés au cours d'un seul événement et le processus est répété jusqu'à ce que la femelle soit épuisée, la taille totale de la couvée étant normalement de cent à deux-cents.

La femelle ne joue plus aucun rôle dans le soin de la couvée et peut être retirée, mais le mâle reste à proximité et maintient les œufs humides en utilisant sa nageoire caudale pour les asperger d'eau, ce comportement cessant pendant les heures d'obscurité. Il arrive qu'un couple dépose des œufs à plusieurs endroits ou qu'un seul mâle fraie avec plusieurs femelles et doit donc maintenir plusieurs lots d'œufs simultanément. Les éclaboussures sont répétées toutes les minutes environ et se poursuivent pendant les 36 à 72 heures suivantes, jusqu'à l'éclosion des œufs, après quoi les alevins tombent simplement dans l'eau.

À ce stade, les soins paternels cessent et il est préférable de déplacer les adultes ou les alevins ailleurs afin d'éviter la prédation. La nourriture initiale devrait être de la paramécie ou une nourriture sèche pour alevins (5-50 microns), en introduisant des nauplii d'artémias, des micro vers... une fois que les alevins sont assez grands pour les accepter. Comme avec les autres Copella spp., la croissance est très lente.
Commentaires
Etymologie :
- Copella : diminutif du nom générique Copeina qui a été nommé d'après le naturaliste Edward Drinker Cope (1840-1897).
- Arnoldi : nommé d'après J. Paul Arnold, qui a recueilli les spécimens types et les a donnés au British Museum.
Sources
- Weitzman, M. and S.H. Weitzman, 2003. Lebiasinidae (Pencil fishes)
- Zarske, A., 2011 - Vertebrate Zoology 61(1): Beiträge zur Kenntnis der Vertreter der Gattungen Pyrrhulina VALENCIENNES, 1846 und Copella MYERS, 1956 des nordöstlichen Südamerika (Teleostei: Characiformes: Lebiasinidae).
- Zarske, A. and J. Géry, 2006 - Zoologische Abhandlungen (Dresden) 56: Zur Identität von Copella nattereri (Steindachner, 1876) einschließlich der Beschreibung einer neuen Art (Teleostei: Characiformes: Lebiasinidae)