Descripteur : Schrank, 1803
Famille : Astacidae
Noms Communs
Ecrevisse des torrents
Genre : Austropotamobius
Austropotamobius pallipes (Lereboullet, 1858)
Austropotamobius torrentium (Schrank, 1803)
Fiche créée le : 18/06/2018 10:46:24  par : TheEdge
Modifiée le : 17/07/2018 11:47:53  par : TheEdge

Austropotamobius torrentium   
Ecrevisse des torrents
 Origines géographiques
Aire d'origine :
Europe
Pays :
Cette espèce se rencontre en Europe centrale où elle est connue de la France et de l'ouest de l'Allemagne à l'ouest de son aire de répartition, vers la Turquie à l'est de son aire de répartition (Füreder et al., 2006).

En France, limite ouest de son aire de répartition, elle a longtemps été considérée comme disparue du territoire avant d’être redécouverte au début des années 90 en Moselle, puis dans le Bas-Rhin et en Haute-Savoie.
 
 Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
L’Ecrevisse des torrents vit dans les ruisseaux aux eaux fraîches et bien oxygénées.
 
Liste Rouge UICN : 
DD
 
Bien que les données soient manquantes, il semble que les populations soient globalement en baisse à travers toutes l'Europe.

Elle est classée “En danger critique” en France où on ne compte que cinq populations, isolées et en déclin. L’une des deux populations de Moselle a disparu ces dernières années.Les aménagements et les dégradations subies par les cours d’eau ont largement contribué à la régression de cette espèce très sensible à la qualité de son milieu. L’espèce est également menacée par l’Ecrevisse américaine (Orconectes limosus), qui la concurrence dans ses derniers habitats.
Des actions de surveillance, de sensibilisation et de protection sont menées pour éviter de nouvelles introductions
d’écrevisses américaines dans son habitat.
Dispo vente :
Non disponible
 
 Description
Taille :
: 8 à 10 cm SL  
: 6 à 9 cm SL
 
 Maintenance

 
 
 Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Processus de reproduction :
Les femelles ovigères porte une cinquantaine d'œufs externes en moyenne (maximum 100) de début novembre à la mi-juin de l'année suivante (Maguire et al., 2002).