Descripteur : Gibbes, 1850
Famille : Palaemonidae

Synonymes :
Hippolysmata paludosa (Gibbes, 1850)
Hippolyte caroliniana Gibbes, 1848
Hippolyte paludosa Gibbes, 1850
Palaemonetes exilipes Stimpson, 1871
Palaemonetes paludosus (Gibbes, 1850)
Palaemonopsis exilipes (Stimpson, 1871)
Noms Communs :
Crevette de verre
Crevette fantôme américaine

Glass shrimp (en)
Ghost shrimp (en)
Genre : Palaemon
Palaemon elegans (Rathke, 1837)
Palaemon paludosus (Gibbes, 1850)
Palaemon paludosus   
Crevette de verre
Origines géographiques
Aire d'origine :
Amérique du nord
Pays :
États-Unis d'Amérique
 
Palaemonetes paludosus, est originaire du Sud-Est des États-Unis, entre la chaîne montagneuse des Appalaches et la côte est.
Son aire géographique s'est étendue jusqu'à la Louisiane, le Texas et la Californie.
États-Unis (Wisconsin, Virginie, Texas, Tennessee, Caroline du Sud, Pennsylvanie, Ohio, Caroline du Nord, New York, New Jersey, Alabama, Arkansas, Floride, Géorgie, Illinois, Indiana, Louisiane, Maryland, Mississippi, Missouri)

On la trouve naturellement dans les étangs d'eau douce, les lacs et les cours d' eau dans la plaine côtière de l' est en Amérique du Nord des monts Allegheny, de la Floride à New Jersey.
Le California Department of Fish and Game a introduit Palaemonetes paludosus dans la partie inférieure du fleuve Colorado, il est maintenant établi dans divers endroits en Californie.
On le trouve également en Louisiane, au Texas et en Oklahoma, où il a très probablement été introduit. ( Beck et Cowell, 1976 ; Lowe et Provenzano, 1990 )

Remarques: Le 27 août 1958, environ deux cent vingt-cinq P. paludosus ont été installées dans le drainage du Bas Colorado dans l'étang de Lake Havasu, Arizona / Californie , et mille spécimens dans trois étangs de l'Imperial National Refuge, Arizona / Californiele 1er novembre 1958. Les trois étangs du refuge national impérial étaient: l'étang du lac Taylor, l'étang Picacho et l'étang d'appâts du camp impérial. Le California Department of Fish and Game et le Arizona Game and Fish Department sont retournés sur les sites au printemps et à l'été 1962 pour déterminer l'état des populations de crevettes. Des crevettes ont été trouvées dans tous les sites à l'exception de l'étang Picacho. On a émis l'hypothèse que les crevettes n'avaient pas survécu dans l'étang de Picacho en raison de la prédation intensive des poissons. L'étang d'appât du camp impérial avait la plus grande population établie (Hayden et al., 1963).
En janvier et en mars 1963, mille cent crevettes ont été prélevées dans l'étang d'appât du camp impérial en Arizona et transplantées dans sept sites: Branson's Resort (AZ), Marina Village (AZ), Lost Lake Camp à Alligator Slough, marigot sous le déversoir de Palo Verde (AZ), le drain Palo Verde (CA), le lac Havasu (AZ / CA) et l'étang du lac Havasu Landing (Hayden et al., 1963).
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce, Saumâtre
Température :
10 à 35 °C
 
Palaemon paludosus est présente dans une grande variété d'habitats d'eau douce, lotiques et lentiques, mais elle est particulièrement abondante dans les lacs.
P. paludosus apprécie l'eau douce jusqu'à légèrement saumâtre (jusqu'à 30‰) . Elle vit dans les lacs ou grands étangs, mais aussi des zones de plaine inondable, largement fournis en plantes aquatiques ou hydrophytes.

Elles résident dans toute sorte de couverture aquatique et sont plus abondantes dans des lits denses de végétation submergée. Elles ne sont pas courantes dans les zones présentant peu ou pas de végétation . En été, ces crevettes sont abondantes parmi les herbes semi-aquatiques et les jacinthes d'eau. Les températures préférées de l'eau vont de 10 °C à 35 °C. ( Beck et Cowell, 1976 )

Rôles dans l'écosystème
Les crevettes Palaemon paludosus sont importantes dans les habitats d'eau douce et sont des liens importants entre les organismes d'eau douce présents dans les habitats benthiques et de la colonne d'eau. Les interactions entre Palaemon paludosus, les prédateurs benthiques et les omnivores nectoniques ont de forts effets directs et indirects sur les densités benthiques et la composition des communautés. Les crevettes omnivores sont des acteurs importants de la structure communautaire et jouent un rôle clé dans la réduction de la couverture sédimentaire sur les substrats rocheux, ce qui augmente les populations d'algues.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
LC : Préoccupation mineure
Description
Taille :
: 3 à 4 cm SL  
: 3,5 à 5 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
1 à 3 ans
 
Palaemonetes paludosus est une petite crevette (jusqu'à 50 mm de longueur totale (Baranowski 2011)) translucide avec de minuscules taches rouges sur tout le corps sur certains spécimens, mais pas tous (Page 1985, Fofonoff et al. 2016). Cette espèce a un abdomen bosselé au troisième segment et de grands yeux pigmentés (page 1985).
Les intestins vert clair peuvent être vus à travers le corps (Walls 2009).

Cette espèce est similaire en apparence à d'autres espèces de Palaemonetes mais peut être identifiée par un ensemble de quatre caractéristiques.
- Le nombre de dents du rostre pour l'espèce est compris entre six et huit sur la face dorsale et trois et quatre sur la face ventrale (Anderson 1985, Page 1985, Walls 2009).
- Les épines postérieures du telson sont plus régulièrement positionnées (Walls 2009).
- L'épine branchiostegal est au bord avant de la carapace sur la rainure branchiostegal (Walls 2009).
- Palaemonetes paludosus peut être différencié de P. kadiakensis par le nombre de grosses épines à l'extrémité des deuxièmes pléopodes mâles P. paludosus en a quatre et P. kadiakensis en a trois (Page 1985, Walls 2009). Remarque: un fort grossissement est nécessaire pour voir cette caractéristique.

Il peut aussi être difficile de distinguer la famille des Macrobrachium et des Palaemonidae. Par exemple, au lieu de crevettes fantômes américaines (Palaemonetes), vous pouvez trouver d'autres types comme Macrobrachium ehemals (crevettes fantômes indiennes), Macrobrachium Lanchesteri, des crevettes de rivière d'eau douce et même des variations d'eau saumâtre.
Il est important de bien connaitre les crevettes que l'on désire acquérir et être sûr de leur identification pour pouvoir assurer leur maintenance.

Identification des deux crevettes "fantômes" les plus courantes du commerce des aquariums.
(Macrobrachium Lanchesteri vs Palaemonetes paludosus)

M. lanchesteri a des Péréopodes plus longs que P. paludosus
- Les pinces de M. lanchesteri sont presque aussi longtemps que le corps et sont beaucoup plus petites chez P. paludosus
- La coloration est généralement beaucoup plus foncée pour M. lanchesteri alors que P. paludosus reste transparente.
- Les rayures brunes à noires sur le devant du corps sont caractéristiques de M. lanchesteri et deux petits points rouges sur la queue le sont pour P. paludosus.
- M. lanchesteri a des bandes rouges à orange sur les pattes et les palpeurs et P. paludosus présente souvent de faibles motifs sur leur corps comme des barres verticales.
- M. lanchesteri peut mesurer jusqu'à 6 cm, mais P. paludosus ne dépasse pas 5 cm.
 
Alimentation :
Régime : 
Omnivore
Palaemonetes paludosus est une mangeuse nocturne omnivore (Turner et al.1975)
Dans le bac, elles mangeront tout ce qu'elles pourront trouver sur le fond de l'aquarium : des algues, des feuilles tendres de plantes (Nielsen et Reynolds 1975, Beck et Cowell 1976), des restes d'aliments pour poissons, ainsi que des déchets végétaux ou animaux (Nielsen et Reynolds 1975, Beck et Cowell 1976).

Selon une étude américaine, la nourriture de Palaemon paludosus se compose principalement d'algues, de plantes vasculaires, de détritus et d'insectes aquatiques (Beck et Cowell 1976). Les algues (diatomées et algues vertes) sont le principal aliment constituant 47% de la nourriture totale ingérée et présent dans 83% des estomacs.
Les insectes ont le moins contribué à l'alimentation, représentant 15,2% des aliments ingérés et présents dans seulement 36,2% des estomacs ». (J. Thomas Beck, Bruce C. Cowell, 1976 )

Les crevettes de verre mangent des diatomées des espèces des genres Fragilaria, Nivicula, StephanodIscus, Gomphonema, Synedra, et Cymbella. Les exemples d'algues vertes consommés comprennent les espèces des genres Cosmarium , Closterium et Scenedesmus. Les insectes dont elles se nourrissent comprennent les nymphes d'éphémères (Baetidae ) et les larves de diptères dans les familles Chironomidae, Heleidae, Chaoboridae et Culicidae. (Beck et Cowell, 1976 )
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        10      20              25      35
pH :
         6,5      7            7,4      8

GH :
(°GH)
         3       5              8       15
Conductivité :
(µS/cm)
         100     150          200     400
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
40 l minimum (60 l recommandé)
Brassage :
Population :
6 minimum (12 recommandé)
Ratio M/F :
1 / 1
 
 Il est difficile de trouver des d'informations fiables sur les "crevettes fantômes", car de nombreuses espèces différentes semblent être communément appelées crevettes "fantômes", à tort ou à raison.
Il y a beaucoup de confusion autour du nom de cette crevette dans le commerce des aquariums.
Crevette fantôme est devenu un nom collectif qui comprend de nombreuses crevettes du genre Palaemonetes. Il existe en effet des sous-genres comme Palaemonetes sinensis, Palaemonetes Varians, Palaemonetes Argentines, Palaemonetes Antennarius, Palaemonetes kadiakensis.

En raison de leur "grande" taille, il faut leur aménager un reservoir assez grand.
Les femelles Palaemonetes paludosus peuvent parfois atteindre 60 mm. Par conséquent, les petits aquariums de moins de trente litres ne leur conviennent pas.
Idéalement, il serait préférable de conserver les crevettes fantômes dans un réservoir spécifique. Cependant, une communauté pacifique devrait être possible. N'oubliez pas que les crevettes fantômes peuvent être légèrement plus agressives que les autres crevettes naines, en particulier pendant la période d'alimentation.
On pourra la faire cohabiter avec les poissons de petite taille, peu agressif, mais on évitera les crevettes plus petites, les écrevisses et autres crabes.

Elles peuvent vivre sur tous types de substrats. Cependant, le sable, le petit gravier, la terre meuble, etc. semblent mieux leur convenir. Dans la nature, ces crevettes peuvent même construire des terriers pour se nourrir. Elles utilisent les griffes des premières et deuxièmes pattes pour creuser et les pattes pour tirer la boue sableuse vers l'arrière. Cependant, ces terriers ne sont pas permanents et ils ne restent pas tout le temps près d'eux.
Vous devez prévoir de nombreuses cachettes et points de retraite qui seront cruciaux au moment de la mue. Chez cette espèce, le cannibalisme après la mue peut devenir un énorme problème.
Elles apprécieront donc en décor tous les types de feuilles, roches, bois, tuyaux PVC, etc. dans leur bac qui leur offriront nourriture et cachettes.

De moeurs nocturne (son camouflage est moins efficace le jour), Palaemonetes paludosus vit généralement en petit groupe de 5–10 individus, ou même en solitaire. En journée, l'activité est faible, restant immobile à l'abri de la végétation ou près d'un élément du décor.
Dans la nature, et souvent en aquarium, elles restent près du fond d'un ruisseau ou d'un lac pendant la journée. Cela diminue leur risque de prédation par les prédateurs visuels. Parce que cette espèce de crevette est relativement grande, il serait à leur avantage de restreindre les déplacements diurnes afin d'éviter d'être repéré par des prédateurs visuels. La nuit, cependant, tout mouvement associé à la recherche de nourriture serait beaucoup moins susceptible d'entraîner des attaques de prédateurs visuels. ( Turner, et al., 1975 ; Wessel, et al., 2001 )
La vulnérabilité aux prédateurs est souvent inversement liée à la complexité de l'habitat. Avec une couverture végétale plus complexe, les crevettes de verre sont mieux protégées contre les prédateurs. Les crevettes peuvent rester près du fond pendant la journée comme un moyen d'éviter la prédation des prédateurs visuels, tels que les échassiers, les oiseaux aquatiques, et les perches. Leur corps transparent peut aider à les camoufler. ( Wessel et al., 2001 )
En conséquence, on privilégiera donc les bacs richement plantés qui leur assureront un couvert rassurant.

Dans la nature, elles peuvent manger de temps en temps une petite quantité de plantes vasculaires vivantes.
Cependant, les crevettes fantômes sont sans danger pour les plantes. Cependant, si elles commencent à couper des plantes vivantes, cela indique que les crevettes fantômes n'ont pas assez de nourriture. Elles ne mangeront pas de plantes à moins d'avoir vraiment faim.
C'est la principale raison pour laquelle les aquariophiles rapportent qu'ils les ont vu manger le bout des feuilles. Cela montre généralement à quel point elles ont faim.

Les Palaemonetes paludosus comme toutes les autres crevettes, n'ont pas vraiment besoin de lumière. Par conséquent, l'éclairage doit être adapté aux besoins des plantes de l'aquarium.

Si Palaemon paludosus supporte quelques coups de chaleur jusque 30 °C, ils doivent être temporaires. Une maintenance avec une température de l'eau vers 25 °C est possible, mais il est important pour l'espèce de pratiquer une variation saisonnière des températures.
La croissance jusqu'à maturité (20 mm) prend environ 2 à 3 mois lorsque la température de l'eau dépasse 26 °C et 4 à 5 mois lorsque la température est plus basse.

Les Palaemonetes paludosus adultes peuvent survivre à une salinité de 30‰

Remarque importante : les crevettes fantômes ont tendance à sortir de l'aquarium, il est donc préférable de l'équiper d'un couvercle.

En matière de filtration, P. paludosus n'a pas non plus d'exigences particulières. Assez polluante, il lui faudra un filtre qui fonctionne très bien et adapté la taille du réservoir.
Il est recommandé d'utiliser des filtres en éponge ou des filtres Matten pour toutes les configurations de petit réservoir. Ces filtres sont bon marché, faciles à entretenir et à nettoyer. Ils fournissent beaucoup de surfaces sur lesquelles brouter et seront inoffensifs pour les larves.

Bien sûr, comme pour toutes les espèces de crustacés, l'acclimatation à réception devra être très lente.
Avant de les mettre dans votre aquarium, acclimatez-les en deux ou trois heures, au goutte à goutte.
Soyez aussi très prudent avec les produits chimiques comme le cuivre et les produits vétérinaires.
 
Dispo vente :
Rare
En plus de sa popularité en aquarium, Palaemon paludosus est également vendue comme nourriture bon marché pour les grandes espèces de poissons.
Le fait qu'elle soit généralement considérée comme de la nourriture pour poissons les expose au stress, à la famine... Bref, ces mauvais traitements font que cette crevette présente un taux important de mortalité dans les premiers jours de l'acclimatation.
En conséquence, vous devrez choisir avec soin des crevettes bien transparentes et très actives et délaisser les calmes et les "laiteuses" pour être sûr d'acquérir des crevettes en bonne santé.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Courante
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
20 à 28 °C
pH :
7 à 7,4
GH :
5 à 8 °GH
Dimorphisme :
Les mâles et les femelles sont dimorphes.
Les mâles se distinguent des femelles par des différences dans les premier et deuxième pléopodes. Les mâles ayant des premier et deuxième pléopodes uniques (Baranowski 2011).

Les mâles peuvent être distingués des femelles par la présence de l'appendice masculin attaché à l'appendice interne sur l'endopode de la deuxième paire de pléopodes. En outre, l'endopode du premier pléopode est plus gros chez les mâles que chez les femelles.

Les femelles prêtes à se reproduire ont une selle verdâtre (masse ovarienne) bien visible sur le dos.
Les femelles matures de plus de 20 mm de longueur totale portent des œufs sphériques d'environ 1 mm de diamètre qui peuvent également être vus à travers le corps (Page 1985, Walls 2009)

Les femelles sont beaucoup plus grosses et ont un abdomen plus épais que celui des mâles.
La longueur de la femelle adulte est généralement de 5 cm, tandis que les mâles mesurent moins de 4 cm.

Lors d'une étude les chercheurs ont constaté que les femelles étaient largement plus nombreuses que les mâles dans les classes de grande taille, et les mâles ne représentaient que 6,7% des crevettes de plus de 30 mm.
Le sex-ratio de presque 2500 spécimens prélevés entre mai et avril était d'une femelle pour 0,78 mâle.
Les femelles étaient plus abondantes tous les mois de l'année.
Processus de reproduction :
Les Palaemonetes paludosus n'ont pas besoin d'eau saumâtre pour se reproduire. C'est une espèce principalement d'eau douce. (voir Note 1 )

Les crevettes Palaemonetes paludosus se reproduisent sexuellement. Chez les femelles pré-frai, les ovaires en cours de maturation prennent une couleur verdâtre. Les femelles deviennent réceptives aux mâles après la mue, période pendant laquelle leur exosquelette est mou. La copulation se produit dans les sept heures suivant la mue. Le mâle ne reconnaît la femelle comme partenaire potentiel que si un contact physique est établi avec son exosquelette. Pendant la copulation, les surfaces ventrales des partenaires sont positionnées de manière à ce que leurs organes génitaux soient rapprochés. Un spermatophore est extrudé par le mâle et transféré à la femelle, où il reste jusqu'à la ponte. La ponte a lieu dans les sept heures suivant le transfert des spermatozoïdes. Une partie du spermatophore se dissout et les spermatozoïdes sont libérés. Les ovules sont fertilisés à l'extérieur au fur et à mesure qu'ils sont extrudés,( Beck et Cowell, 1976 )

La saison de reproduction pour Palaemonetes paludosus varie selon l'emplacement et la température de l'eau. La reproduction a généralement lieu entre le début février et la mi-octobre à des températures de l'eau de 18 à 33 ° C. Cependant, les crevettes de verre se reproduisent toute l'année en Floride, où les températures de l'eau sont plus chaudes. Chez les femelles pré-frai, les ovaires en cours de maturation prennent une couleur verdâtre. De nombreuses femelles porteuses d'œufs ont souvent des ovaires mûrs, ce qui suggère que deux couvées par femelle sont possibles. Les femelles qui éclosent au début du printemps se reproduisent à la fin de l'été sous forme de petits adultes (20 à 24 mm de long) et de nouveau à la fin de l'hiver sous forme de grands adultes (25 à 43 mm de long). Les femelles produisent généralement de huit à quatre-vingt cinq œufs au cours de leur cycle de vie et les portent jusqu'à deux mois. (Beck et Cowell, 1976)

En aquarium
La reproduction de Palaemonetes paludosus peut se faire en aquarium commun, mais le taux de réussite augmente fortement en bac d'élevage, du fait de l'absence de prédation parentale.
Lorsque la femelle est prête à se reproduire, elle mue . Après cela, ses phéromones poussent les mâles à la chercher. Ils fertiliseront les œufs à l'extérieur du corps. Après cela, le sperme sera maintenu sous son abdomen sur ses ovaires où les ovules commenceront à se développer.

La fécondité des femelles de crevettes fantômes varie de 8 à 85 œufs et augmente avec la longueur de la femelle. La période d'incubation dans les conditions de laboratoire était de 12 à 14 jours à 26-28 ° C.
Taille moyenne de la couvée 35,9 œufs.

Leurs œufs éclosent sous forme de larves flottant librement, et non de versions miniatures des adultes.
Les larves pendent sous la surface pendant quelques jours car ils ne peuvent pas contrôler leurs mouvements tout de suite.
À ce stade, elles sont trop petites pour être attrapées. C'est pourquoi il est préférable de déplacer la femelle pendant qu'elle porte encore les œufs. Après l'apparition des jeunes, pour des raisons de sécurité, remettez les femelles dans le réservoir principal.

Les Palaemonetes paludosus sont difficiles à élever en raison des besoins alimentaires. Les larves meurent souvent de faim si elles ne sont pas correctement nourries. Nourrissez les larves de Palaemonetes paludosus avec des nauplies d'artémias fraîchement écloses, des rotifères ou un aliment liquide approprié.

Au stade larvaire, elles auront besoin de nourriture en poudre (lSpiruline), d'infusoires, d'artémias et de zooplancton.
Mélangez soigneusement les aliments en poudre avec de l'eau, puis nourrissez-les comme les autres larves. Avoir dans l'eau des algues en abondance serait probablement très bénéfique pour leur survie.
Une pierre à air fonctionnant très lentement aiderait à distribuer l'eau verte dans l'aquarium. Le mouvement de l'eau ne doit pas être trop fort.
Nourrissez-les deux fois par jour avec environ 50 à 100 ml de mélange nourricier en utilisant une seringue.

Les larves de Palaemonetes paludosus se métamorphoseront en versions miniatures des adultes en environ 5 à 10 jours en fonction des températures. De grands yeux noirs et un dos fortement plié sont les caractéristiques les plus évidentes à ce stade.
Une fois que les larves ont atteint la métamorphose, elles commencent à nager et agissent comme les adultes. Après cela, elles n'auront plus besoin de soins particuliers.
Elles mueront fréquemment. Vous pouvez faire de petits changements d'eau de 5 à 10% tous les dix à quatorze jours. Attention de ne pas aspirer les larves.
Si vous avez un filtre dans une cuve d'élevage, couvrez la prise d'eau de vos filtres avec une éponge ou un morceau de bas en nylon si vous ne l'avez pas déjà fait.

Des larves ont été élevées à des températures variant de 15 à 31 °C au cours d'une étude. Le niveau de tolérance est incroyable. Sheldon Dobki)

Les larves de la crevette d'eau douce Palaemonetes paludosus (Gibbes) ont été élevées en laboratoire. Le développement larvaire est raccourci en trois étapes. À des températures comprises entre 15 ° et 31 ° C, la métamorphose se produit au bout de cinq à dix jours. La gamme de variation du développement est faible, un seul des 263 individus a atteint le stade de la première post-larve, à savoir après 4 stades larvaires. Les animaux affamés se métamorphosent aussi rapidement et avec aussi peu de mortalité que ceux qui ont été nourris. Ce fait est dû au stock interne de jaune larvaire. Les trois stades Zoé et le premier post-larve sont décrits comme suit. (Sheldon Dobkin,1963) (Voir aussi la Note 3 pour plus de détails)

- Première étape
La taille des larves 3,7 à 3,9 mm. Le rostre est droit avec une bosse dorsale près de sa base et n'a généralement pas d'épines. La carapace et l'abdomen sont dépourvus d'épines. L'abdomen a six segments; le dernier est fusionné avec du telson (queue). Les yeux sont sessiles. Les larves ont une couleur de fond jaunâtre et de nombreux pigments rouge orangé principalement à la base des appendices. L'antennule est unirame. Le pléopode unirame n'est pas fonctionnel. Le premier zoé a généralement mué dans les 24 h suivant l'éclosion.

- Deuxième étape
La taille des larves 3,8 à 4,1 mm. La principale différence entre le 1er et le 2ème stade est la séparation des yeux de la carapace et l'apparition des trois dernières paires de péréiopodes. De plus, le rostre a une seule épine dorsale. Le deuxième zoé a généralement mué après avoir été à ce stade pendant deux jours.

- Troisième stade
La taille des larves 3,8 à 4,4 mm. La principale différence de cette étape est l'apparition des uropodes. De plus, la tribune a acquis une deuxième épine dorsale. La durée de la 3ème étape était de un à quatre jours selon la température. Cependant, la mue a eu lieu le plus souvent après deux jours.

La croissance jusqu'à la maturité (20 mm) prenait deux à trois mois lorsque la température de l'eau dépassait 26 °C et quatre à cinq mois lorsque les températures étaient plus basses.

Note 1 :
Les Palaemonetes paludosus n'ont pas besoin d'eau saumâtre pour se reproduire, mais peuvent supporter l'eau légèrement salée.
L'éclosion des œufs et le développement des larves se déroulent de la même manière dans 5 ppm et 0 ppm.
Après cela (salinité de 10 à 20 ‰), le taux de survie des œufs diminue considérablement. Les œufs de crevettes fantômes peuvent ne pas avoir les mêmes mécanismes osmorégulateurs que les formes ultérieures dans lesquelles les tissus sont plus différenciés. Dans le même temps, les résultats du test sur les larves ont indiqué que la tolérance à la salinité à court terme était aussi élevée que celle des adultes, et que la larve pouvait même se métamorphoser en salinité jusqu'à 30 ‰.


Note 2 :
Des variations saisonnières d'abondance ont été signalées. L'abondance de Palaemonetes paludosus augmente de mai à Août et diminue ensuite tout le reste de l'année. La densité maximale de ces crevettes est généralement en août, la densité minimale est en avril. L'augmentation de l'abondance en août peut s'expliquer par la présence d'un grand nombre de juvéniles dans la population. La biomasse est la plus importante au cours des mois de novembre, mars et août, respectivement. La biomasse est la plus basse en mai. La croissance des stades immatures les plus abondants en août se traduit par un pic de biomasse important en novembre, lorsque les populations contiennent de nombreux adultes. Le pic de mars est le résultat de l'abondance de grosses femelles ovigères dans la population. ( Beck et Cowell, 1976)

En milieu naturel, les crevettes juvéniles mûrissent au printemps et se reproduisent vers l'âge d'un an, puis meurent (page 1985).

Note 3 :
Développement en détail
Les larves de Palaemonetes paludosus éclosent des œufs après une période d'incubation d'environ 12 à 14 jours entre 26 et 28 ° C. Le développement de l'éclosion à la maturité prend de deux à trois mois lorsque la température de l'eau dépasse 26 ° C, des températures plus fraîches retardent la maturation. Le développement larvaire de la crevette herbivore est court et comprend trois stades. Ils subissent d'abord une métamorphose 5 à 10 jours après l'éclosion entre 15 et 31 ° C. Au premier stade larvaire (la première zoé), la taille des crevettes graminées varie de 3,7 à 3,9 mm. Le rostre est droit avec des bosses dorsales près de sa base et n'a généralement pas d'épines. L'abdomen comporte six segments, les deux derniers étant fusionnés avec le telson. Les larves sont de couleur jaunâtre et le jaune est une masse vert foncé sous la carapace postérieure aux yeux. Le deuxième zoeae va de 3,8 à 4. Taille 1 mm. La principale différence entre le premier et le deuxième zoé est que les yeux sont séparés de la carapace et qu'une petite paire d'épines de telson médianes est présente. Le rostre a une seule épine, et la carapace a une paire d'épines supra-orbitales et une paire d'épines antéro-ventrales. Le troisième zoeae va de 3,8 à 4,4 mm. Les caractéristiques différenciantes sont la présence d'uropodes et une deuxième épine dorsale sur le rostre. Dans les stades post-larvaires, il y a une perte de fonction sur les appendices thoraciques, un allongement du flagelle antennaire et la présence de soies sur les pléopodes. Le rostre a trois épines dorsales. Les pléopodes sont biaramus et aident à nager. et une petite paire d'épines médianes de telson sont présentes. Le rostre a une seule épine, et la carapace a une paire d'épines supra-orbitales et une paire d'épines antéro-ventrales. Le troisième zoeae va de 3,8 à 4,4 mm. Les caractéristiques différenciantes sont la présence d'uropodes et une deuxième épine dorsale sur le rostre. Dans les stades post-larvaires, il y a une perte de fonction sur les appendices thoraciques, un allongement du flagelle antennaire et la présence de soies sur les pléopodes. Le rostre a trois épines dorsales. Les pléopodes sont biaramus et aident à nager. et une petite paire d'épines médianes de telson sont présentes. Le rostre a une seule épine, et la carapace a une paire d'épines supra-orbitales et une paire d'épines antéro-ventrales. Le troisième zoeae va de 3,8 à 4,4 mm. Les caractéristiques différenciantes sont la présence d'uropodes et une deuxième épine dorsale sur le rostre. Dans les stades post-larvaires, il y a une perte de fonction sur les appendices thoraciques, un allongement du flagelle antennaire et la présence de soies sur les pléopodes. Le rostre a trois épines dorsales. Les pléopodes sont biaramus et aident à nager. Les caractéristiques différenciantes sont la présence d'uropodes et une deuxième épine dorsale sur le rostre. Dans les stades post-larvaires, il y a une perte de fonction sur les appendices thoraciques, un allongement du flagelle antennaire et la présence de soies sur les pléopodes. Le rostre a trois épines dorsales. Les pléopodes sont biaramus et aident à nager. Les caractéristiques différenciantes sont la présence d'uropodes et une deuxième épine dorsale sur le rostre. Dans les stades post-larvaires, il y a une perte de fonction sur les appendices thoraciques, un allongement du flagelle antennaire et la présence de soies sur les pléopodes. Le rostre a trois épines dorsales. Les pléopodes sont biaramus et aident à nager.( Dobkin, 1963 )
Commentaires
Étymologie : Palaemonetes, du nom d'une divinité marine grecque nommée Palémon (lat. Palaemon, du grec. παλαι ́μων 'le lutteur"), et paludosus, adjectif issu du lat. palus, paludis, "marais" (marécageux), en référence au biotope de la crevette.

Les acides aminés de Palaemonetes paludosus ressemblent plus à ceux trouvés dans les décapodes marins que dans d'autres invertébrés d'eau douce, tels que les écrevisses (Pallipes, Astacus) .
Certains chercheurs suggèrent que la date de l'invasion de l'eau douce par un taxon peut être déterminée par la similitude de la concentration en acides aminés du tissu avec celle des espèces marines. Si tel est le cas, la crevette P. paludosus pourrait être un hôte relativement récent des habitats d'eau douce. ( Turner et al., 1975 )

L'isopode parasite Probopyrus pandalicola utilise Palaemon paludosus, entre autres crevettes, comme hôtes. Ce parasite stérilise les hôtes femelles en empêchant la maturation ovarienne, bien qu'ils n'affectent pas les caractéristiques sexuelles externes. La croissance des caractères sexuels externes de l'hôte mâle est effectuée. La croissance des chèles est accélérée, tandis que la croissance des pléopodes est ralentie. Le parasite provoque ces changements par une combinaison de drain nutritionnel et d'interférence hormonale. (Beck, 1980 ; Lowe et Provenzano, 1990 ; Turner et al., 1975)
Sources
GBIF, UICN, USGS, ADW
- Daniel, WM, "Palaemonetes paludosus (Gibbes, 1850)": US Geological Survey, Non indigenous Aquatic Species Database, Gainesville, FL. (2021)
- Baranowski, C. 2011. "Palaemonetes paludosus" (En ligne), Animal Diversity Web (ADW). Consulté le 30 mai 2021 à https://animaldiversity.org/accounts/Palaemonetes_paludosus/
- De Grave, S. et Rogers, C. " Palaemonetes paludosus" . Liste rouge UICN des espèces menacées 2013
- Sheldon Dobkin "The Larval Development of Palaemonetes paludosus (Gibbes, 1850) (Decapoda, Palaemonidae), Reared in the Laboratory" in Crustaceana Vol. 6, No. 1 (Aug., 1963)
- Beck, JT. "Les effets castrateur d'un isopodes, Probopyrus pandalicola , sur les caractères sexuels de l'un de ses hôtes de crevettes caridiennes, Palaemonetes paludosus" in The Biological Bulletin , 158: 1-15. (1980)
- Holthuis, LB. "Une révision générale des Palaemonidae (Crustacea Decapoda Natantia) des Amériques. Partie II. La sous-famille Palaemoninae". in Publications de la Fondation Allan Hancock: Occasional Papers , 12: 1-296. (1952)
- J. Thomas Beck and Bruce C. Cowell "Life History and Ecology of the Freshwater Caridean Shrimp, Palaemonetes paludosus (Gibbes)" in The American Midland NaturalistVol. 96, No. 1 (Jul., 1976),
- United States Fish and Wildlife Service. Profils d'espèces. Histoires de vie et exigences environnementales des poissons côtiers et des invertébrés (golfe du Mexique). Grass Shrimp. Rapport biologique 82 (11.35). Washington, DC: United States Fish and Wildlife Service. 1985.
- Beck, T. "Les effets d'un castrateur isopodes, Probopyrus pandalicola, sur les caractéres sexuels d'un de ses hôtes caridea, Palaemonetes paludosus" . in Le Bulletin biologique, 158/1: 1-15. (1980)
- Beck, T., B. Cowell. Histoire La vie et l' écologie de l'eau douce caridea, Palaemonetes paludosus . American Midland Naturalist, 96: 52-65. (1976)
- Lowe, B., A. Provenzano. "La survie et la reproduction de Palaemonetes paludosus dans l' eau salée". in Journal of Crustacés , 10/4: 639-647. (1990)
- Beck, JT et BC Cowell. "Histoire de la vie et écologie de la crevette des Caraïbes d'eau douce, Palaemonetes paludosus ". in The American Midland Naturalist 96 (1): 52-65. (1976)
- Dobkin, S. "Développement larvaire de Palaemonetes paludosus (Gibbes, 1850) (Decapoda, Palaemonidae), élevé en laboratoire". Crustaceana 6 (1): 41-61. (1963)
- Hayden, RP et RD Ringo. "Introduction de Palaemonetes paludosus , une crevette d'eau douce, dans le cours inférieur du fleuve Colorado". California Fish and Game, 49 (4), 304-306. (1963)
- Holthuis, LB. "Une révision générale des Palaemonidae (Crustacea Decapoda Natantia) des Amériques. II. la sous-famille Palaemoninae". Volume 12. Université de Southern California Press, Los Angeles, Californie. (1952)
- Lowe, BT et AJ Provenzano Jr. "Survie et reproduction de Palaemonetes paludosus (Gibbes, 1850) (Decapoda: Palaemonidae) dans l'eau saline". in Journal of Crustacean Biology 10 (4): 639-647.(1990)
- Nielsen, LA et JB Reynolds. "Nourriture naturelle de crevettes d'eau douce pour les poissons d'étang". in Farm Pond Harvest 9 (2): 8-9. (1975)
- Page, LM. Les écrevisses et crevettes (décapodes) de l'Illinois. Ill. Nat. Hist. Surv. Bull., 33 (4): 335-447. (1985)
- Swingle, HA. "Biologie des zones estuariennes de l'Alabama" in Inventaire coopératif des estuaires du golfe du Mexique. Ala. Mar. Res. Bull 5: 1-123. (1971)
- Tabb, D. et RB Manning. "Liste de contrôle de la flore et de la faune du nord de la baie de Floride et des eaux saumâtres adjacentes du continent de la Floride, recueillie entre juillet 1957 et septembre 1960". in Bulletin of Marine Science of the Gulf and Caribbean 11: 554-649. (1961)
- Turner, R., Lowe, E. et J. Lawrence. "Régulation intracellulaire isosmotique chez les crevettes palaemonidés d'eau douce Palaemonetes paludosus" . in Zoologie physiologique 48 (3): 235-241.(1975)
- Murs, JG. Écrevisses de Louisiane. Louisiana State University Press, Baton Rouge, LA.(2009)