Aquariums biotopes et spécifiques
Forum > Aquariophilie générale > Aquariums biotopes et spécifiques 
Auteur Message
1 - 2 - 3 - 4

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 11/11/2019 08:09:46
 
 
"En écologie, un biotope est, littéralement en grec ancien, un type de lieu de vie défini par des caractéristiques physiques et chimiques déterminées relativement uniformes. Ce milieu héberge un ensemble de formes de vie composant la biocénose : flore, faune, fonge, et des populations de micro-organismes."Wikipédia

Certains d'entre nous sont tentés de réalisé des aquariums consacrés à la maintenance et l'élevage d'une seule espèce avec ou sans leurs sympatriques.
Mais, sauf à être de grands voyageurs, la plupart d'entre nous ignorent tout des lacs Tanganyka ou Inlé, des Rios Negro ou Essequibo.
Il n'est pas trop difficile de trouver les paramètres de ces lieux soit directement, soit par recoupement, mais parfois les respecter ne suffit pas à une bonne maintenance.
Connaitre le milieu où s'ébattent les animaux que l'on cherche à accueillir donne une indication supplémentaire plus qu'appréciable.

Quelques sites proposent des exemples de bacs "biotope" : http://biotope-aquarium.info/videos/  ou https://www.youtube.com/channel/UCCS1uzvjyygWskaKHVfqx9w
Et d'autres une rencontre avec l'espèce en son milieu : https://www.youtube.com/playlist?list=PLD0zKXmzAA1e187FxvUAcWrY5wnYTf8DJ
Des documentaires : "https://www.youtube.com/watch?v=TzzJU810AIk

Certes il est un peu présomptueux de vouloir recréer la Rivière des Parfums en aquarium, mais on peut néanmoins éviter d'élever nos animaux dans un bac qui ressemble plus à une baignoire décorée qu'à leurs milieux d'origine.

En attendant... passez un bon moment d'intense réflexion et de projets fous !!!

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 12/11/2019 07:11:02
 
 
Si on fait référence aux biotopes qui nous sont présentés sur la toile, un aquarium idéal ne devrait pas ressembler à ça :
, ni a ça : , mais à ça : .
Low tech. Pa-hay-okee                         No tech. Garde-manger                              No tech. Picoléa (mimicracra)

Il est sûr que peu d'entre nous apprécieraient d'avoir le troisième dans leurs salons, mais en "fishroom" il fait son travail comme les autres. L'habitude de chasser le naturel de nos aquariums est-il juste une histoire d'esthétique où est-elle profondément liée à la peur qu'à l'Homme de la nature sauvage ?

TheEdge



Modérateur
Inscrit le : 15/01/2018
Messages : 2157
Posté le : 12/11/2019 15:02:11
 
 
Pour répondre à ta question, si je mets "Picoléa" dans mon salon, ma femme me chasse  du biotope familiale!

Ceci étant, tu as raison sur le fait que nos aquarium sont trop "propre".
Les vidéo sont très intéressantes.

Intestin63



Modérateur
Inscrit le : 03/09/2019
Messages : 581
Posté le : 12/11/2019 20:54:38
 
 
Les bacs biotopes dans le lien sont pourtant très esthétique 

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 12/11/2019 21:37:36
 
 
... Et les biotopes naturels beaucoup moins !  Voilà bien le fond du problème. 
Le hic, c'est qu'on ne pourrait de toutes façons pas reproduire un tel milieu dans un petit volume. Une rivière, un lac, bénéficie d'un équilibre dynamique naturel impossible à reproduire en l'état. Alors en partant de ce constat et aussi d'une vision, disons esthétique, de la nature, on compose un milieu ressemblant au milieu naturel... mais totalement artificiel.
Il n'y a pas vraiment de solution. Faire du "biotope" est une gageure, mais sans difficulté, point de plaisir ! 
Maintenant, les bacs présentés sont des réalisations de concours qui ne sont pas faites pour durer. Le plus difficile n'est pas de façonner un décor de rêve ( même si certains demandent tout de même un sacré sens artistique), mais de le conserver sur le long terme.


Intestin63



Modérateur
Inscrit le : 03/09/2019
Messages : 581
Posté le : 13/11/2019 20:49:01
 
 
Après tout est ce notre but de reproduire un biotope totalement authentique au détriment de l'esthétique ? Peut être pour un éleveur pour reproduire des conditions de reproductions idéales pour des espèces difficiles, mais pour l'amateur comme moi l 'esthétique est primordial, reste à voir ou l'on se place dans notre passion .


Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 18/11/2019 09:07:15
 
 
Pour satisfaire chaque sensibilité, il y a l'aquarium "biotope" dédié qui ne néglige pas l'esthétique pour autant.

https://www.youtube.com/watch?v=KaKFr9OPr4Y pour les Apistogramma borellii

https://www.youtube.com/watch?v=72FO29yyF6c pour les Sewellia linéolata




Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 18/11/2019 20:10:07
 
 
Et pour Intestin63, une page spéciale de biotopes revisités !


Intestin63



Modérateur
Inscrit le : 03/09/2019
Messages : 581
Posté le : 18/11/2019 20:24:13
 
 
Y a vraiment des bacs magnifiques, celui des Borelii est sublime avec cette lumière qui perce seulement le milieu du bac... 

J ai qu un bac mais plus tard si je peux en faire d autres c est ce style qui m attire.

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 19/11/2019 07:14:22
 
 
Ah si j'étais riche ! 
J'aimerai moi aussi avoir un grand bac tenant à la fois du biotope et de l'oeuvre d'art. Avec le Sông Champā, c'est ce que j'ai tenté de faire, avec les moyens du bord, mais dans cent litres, les possibilités sont restreintes.
 Il évolue doucement et semble plaire aux Sewellia, mais ce n'est pas encore ça.

Intestin63



Modérateur
Inscrit le : 03/09/2019
Messages : 581
Posté le : 19/11/2019 13:42:18
 
 
Si j étais riche ET si ma femme acceptait ma passion 

Ton bac est franchement pas mal ! Très naturel, le plus dur étant de donner une impression de profondeur, et de supprimer l effet bac rectangulaire, c est pas évident...
T as essayé de faire comme une rive dans le fond ou de monter les ardoises ?

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 19/11/2019 14:07:58
 
 
Mon problème était technique en fait. Comment assurer un flux constant façon rivière avec peu de moyens. 
Je n'avais qu'une turbine 1000l/h en plus du filtre. Je devais donc éviter que le courant se perde trop rapidement en chemin. 
L'inclinaison des lauzes sert à compenser la décélération et leur absence sur le devant à permettre le retour du flux vers le filtre. Les ardoises à gauche servent à isoler l'aspiration du filtre des turbines (il y en a deux maintenant). Le système est décrit dans "Sông Champā, un bac pour les Sewellia".
C'était pas gagné, mais ça marche pas trop mal.
 

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 30/11/2019 09:18:59
 
 
L'aquarium biotope tente de recréer le milieux naturel des espèces qu'il abrite. En premier lieu on s'attache donc à reproduire le décor et les paramètres de l'eau en s'approchant, tant que faire ce peut, des données connues pour l'espèce considérée. Jusqu'à là, c'est assez facile.
Ensuite, et c'est là que réside la difficulté, on doit simuler les variations journalières et saisonnières souvent indispensables au déclenchement du frai.
Les rythmes, circadien et nycthéméral, sont des paramètres assez faciles à reproduire avec les gradateurs (dimmers) programmables.
Au regard du lieu d'origine des hôtes on fera varier l'éclairement différemment en fonction de la latitude au court de l'année. 
Si les plantes sont sensibles à ces variations, on sait aujourd'hui que les animaux le sont aussi, et le comportement des espèces varie concomitamment aux changements de luminosité.
Cependant, il est rare que ces changements ne soient pas accompagnés de variations des températures et des paramètres de l'eau.
Saison froide, sèche, mousson entrainent des changements de température, de turbidité, de dureté et de courant dans le milieu. Certaines espèces y sont sensibles et doivent impérativement y être soumises pour se reproduire.
La mousson entraine de brusques changements qui déclenchent le frai, mais pas partout de la même façon. Accélération du courant et transport de sédiments pour les rivières, accès aux zones préalablement émergées pour les fossés, mise en eau pour les mares temporaires, doivent être recréé. L'affaire se corse.

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 01/12/2019 08:56:36
 
 
Plus on s'éloigne de l'équateur plus les variations saisonnières s'accentuent. 
Maintenir des espèces équatoriales ou tropicales ne posent donc pas de problèmes insurmontables. Néanmoins, il existe dans ces zones géographiques une multitude de cas particuliers. Certains milieux sont très stables et ne changent que très peu, même sur une année, et d'autres sont constamment modifiés par les pluies, les marées...
Lorsqu'on parle de biotope asiatique, australo-guinéen on l'imagine souvent monolithique alors que pour une même zone géographique, il est possible de trouver des biotopes aussi différents qu'un marais et un torrent. Les espèces qui fréquentent l'un ne survivraient pas dans l'autre. 
L'aquarium "biotope" sera donc le reflet d'un milieu particulier qui, de plus, variera en fonction des saisons, ou pas.





Jebeddo



Modérateur
Inscrit le : 04/05/2018
Messages : 1694
Posté le : 01/12/2019 11:38:58
 
 
La maintenance des poissons tropicaux n'en est pas forcément évidente pour autant. Pour être exhaustif, il faudrait prendre en compte le fait que les poissons se déplacent en plus des variations du milieu en lui même. Le cas des espèces migratrices ou de celles qui grandissent en eau douce / saumâtre pour finir en pleine mer est un des plus emblématiques, mais il y en a beaucoup d'autres. 

Les poissons d'Amérique du Sud sont très influencés par les saisons sèches et humides. Prenons le cas du Nez rouge H. bleheri. En fonction du niveau de l'eau (qui dépend elle-même des précipitations), il alterne entre les igapos et les igarapés. Pour reproduire parfaitement leurs conditions de vie faut-il deux bacs, un qui représente un bord de Rio avec beaucoup de branches et un qui représente une forêt à moitié immergée ? En nourrissant deux fois plus et en faisant deux fois plus de changements d'eau dans le deuxième bacs ? 


maeve_



Modérateur
Inscrit le : 28/10/2019
Messages : 1045
Posté le : 01/12/2019 12:54:28
 
 

Je pense que dans l'aquariophilie on essai de reproduire le milieu le plus fidèlement possible mais ce n'est jamais parfait.

Dans le cas des nez rouges, si la maintenance peut se faire dans un seule bac, sans entrainer de maladies ou la mort du poisson, alors, est-ce vraiment indispensable de les changer de bac ?Les paramètres entre les deux eaux ne sont ils pas assez proches dans le milieu naturel ? Ce changement peut-être apporté par un changement de nourriture ?

Et comme le dit Grand Père, nos aquariums ressemblent plus à des baignoires décorées qu'a un milieu naturel, et les poissons d'élevage y sont habitués. Ils peuvent survivre dans un aquarium communautaire tant que leurs besoins y sont respectés. 

Ainsi peut-être que la création d'un aquarium biotope n'est pas nécessaire aux poissons mais plus un approfondissement dans la création d'un aquarium.

Bien sur ce n'est que mon point de vu de débutante    

Du coup j'imagine qu'il y a pas mal d'erreurs dans ce que j'ai écrit  

 


Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 01/12/2019 13:45:17
 
 
maeve_, Il n'y a pas de vérité inattaquable en aquariophilie. Ce n'est pas une science exacte et c'est là tout son intérêt.

Il est ici question d'aquariums "biotopes". Et par biotope, on entend reproduction, plus ou moins fidèle, du milieu naturel.
Comme le souligne Jebeddo  les variations du milieu sont parfois très difficiles à reproduire en un seul bac.  
Personnellement, je n'envisage l'aquariophilie que dans l'élevage. Comme, pour certaines espèces, seules ces variations seront en mesure de déclencher le frai, j'ai un penchant pour les aquariums "saisonniers", biotopes et/ou spécifiques.
Bien sûr la gageure que représente la réalisation d'un biotope est en soi suffisante, mais si les espèces hôtes s'y reproduisent c'est une consécration ! 
Bien sur ce n'est que mon point de vue d'archéo-aquariophile. 



 

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 03/12/2019 16:04:47
 
 
Jebeddo ayant soulevé le problème particulier des poissons migrateurs.
 Les migrations amphibiotiques amènent des poissons à passer de l'eau douce à l'eau salée. Impossible de reproduire cette migration chez le commun des mortels. Les migrations holobiotiques sont plus faciles à reproduire, ou pas... La montaison et la dévalaison des espèces de rivière ne sont pas à la portée de l'aquariophile.

Il existe des déplacements qui ne sont pas à proprement parler des migrations. Avec les inondations saisonnières, certains poissons colonisent des milieux nouveaux qui sont parfois  indispensables au frai. Avoir deux aquariums dédiés à une seule espèce est concevable, mais compliqué. Un aquariophile qui tenterait l'élevage d'une telle espèce préférera mettre à sa disposition un unique aquarium de frai avec les caractéristiques propres au frai. Et tant pis pour le repos du guerrier.

Heureusement, il y a des variations saisonnières plus faciles à copier. Montée et baisse du niveau de l'eau, changements de la vitesse du courant, de la turbidité, de la  température, évolution de la dureté ou de la luminosité... sont accessibles à la majorité d'entre nous.

Rossi



Modérateur
Inscrit le : 04/11/2019
Messages : 55
Posté le : 03/12/2019 21:11:03
 
 
"Ma femme me chasse du biotope familial" !!!! J'ai ri à en pleurer !!!! 

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 03/12/2019 21:42:22
 
 
Et elle aurait raison !*
L'argument le plus fréquemment mis en avant contre l'aquarium biotope pur et dur, est celui de l'esthétique. Personne ne voudrait de mimi-cracra dans son salon. 

* Bon, en tout état de cause un aquarium ne devrait jamais devenir une source... de conflit. 
1 - 2 - 3 - 4
Vous devez être connecté pour intervenir sur le forum