2.500litres Australo & Nouvelle-Guinée
Forum > Nouveaux projets > 2.500litres Australo & Nouvelle-Guinée 
Auteur Message
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6

OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 21/11/2020 16:44:59
 
 
le chauffage se fera avec deux unités de chauffage pour bassin  de 1kw chacune de la marque Aquaforte.


Elles ont un thermostat intégré qui sera doublé par une sonde supplémentaire pilotant un contacteur de puissance.
Toute l'installation est alimentée par les panneaux photovoltaïques installés  sur mon toit. 

OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 21/11/2020 17:51:43
 
 

le verre ..


l'armature divise la face arrière et le fond en 4 parties et les cotés en 2. Seule la face avant est en une seule partie.


En diminuant la taille des verres, je peux diminuer leurs épaisseurs ... et leurs poids.

Un excellent article est à trouver chez Cap recifal : https://www.cap-recifal.com/forums/topic/4756-les-cuves-daquariums-en-verre/


Pour ma part, j'ai utilisé les formules obtenues de St Gobain. Ces formules ont l'avantages de tenir aussi compte de la flèche en milieu de paroi. Ce paramètre est fondamental pour la sécurisation de l'ensemble pour de grande hauteur d'eau.


L'article ci-dessus de cap récifal fournit aussi un calculateur utilisant ces formules :  https://www.cap-recifal.com/page/calculateurs/epverre_sgg.html
il suffit d'introduire les dimensions adhoc, et on obtient instantanément l'épaisseur idéale.

Pour la face avant et les 4 fonds, les formules déterminent une épaisseur de 19mm et du 15mm pour les autres faces.


Vu l'épaisseur de la face avant, j'ai opté pour une qualité extra-clair ( ou cristal selon la marque). Il contient une très faible teneur en oxydes de fer, ce qui lui confère une transmission lumineuse accrue (TL ≥ 90 %) et une diminution des dominantes colorées. 


Au dessus, le verre extra clair, en dessous, le float standard. Pour avoir eu un échantillon en main, l'amélioration visuelle est réellement significative.

Ils me seront fournis par une grosse vitrerie locale (http://www.vitrerielandrieux.be/).

Covid oblige, les délais sont devenus extensibles selon le taux d'absentéisme. Ce taux a été jusqu'à 30% à la verrerie. La fabrication a été ainsi régulièrement retardée de semaine en semaine. 

Et pas de bol, la vitrerie m'informe que   " la livraison a été à nouveau reportée par la verrerie au lundi 30/11 suite à une casse d'un volume au chargement". 

Lors de la livraison - qui finira bien par arriver un jour -,  la vitrerie m'a gentiment proposé de glisser la dalle avant (120kilos) dans l'armature.  C'est bienvenu car la manœuvre sera effectivement délicate :



 Ils me prêteront aussi des ventouses pour me permettre de manipuler les autres plaques.

TheEdge



Modérateur
Inscrit le : 15/01/2018
Messages : 2157
Posté le : 21/11/2020 19:26:28
 
 
Super d avoir tout le détail comme cela! On verra à la fin, mais ça pourrait être super à compiler dans un article 


DamonR



Modérateur
Inscrit le : 30/05/2018
Messages : 129
Posté le : 21/11/2020 23:55:34
 
 
Bonjour,

Comme les travaux de ma nouvelle maison touchent à leur fin, j'envisage d'y mettre un très gros aquarium aussi. Si ce n'est pas indiscret, je serais curieux de connaitre le prix de ta cuve nue? En gros si c'est vraiment beaucoup plus cher que les plus grosses cuve standard, qui sont limité aux alentour de "seulement" 1000 litres (ce qui me suffira sans doute largement!).

Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 22/11/2020 05:54:34
 
 
Passionnant reportage.
 DamonR, moi qui attend depuis deux ans pour acheter un filtre, je ne veux même pas le savoir ! 



OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 24/11/2020 08:59:43
 
 

Les joints.


j'ai13 plaques de verre à étanchéifier. Cela fait beaucoup de joints!

D'après mes calculs, un joint épais de 5mm sur une largeur de 5cms consommera 50 tubes de 310ml, en tenant compte d'une marge de sécurité de 20%.

Comme le joint ne travaillera qu'en compression entre vitre et armature, le risque de fuite me semble minime. Il me fallait quand même trouver un silicone capable de tenir correctement sur l'inox et le verre. Le silicone estampillé « aquarium » est conçu pour coller sur le verre mais rien n'informe vraiment sur sa tenue sur le métal.

J'ai trouvé un silicone marin chez Bond-It, leur HA6, explicitement adhérant sur l'inox et le verre. Il n'est pas affecté par les UV, l'ozone, l'immersion dans l'eau salée, ni les T° extrêmes (-60° à +180°c).

Il peut entr'autre être utilisé comme joint d'étanchéité d'une vanne ou d'une pompe en environnement marin ( par ex sur bateaux).

Il ne contient aucun fongicide ni additif nocif et est de ce fait aussi recommandé pour les aquariums. Et comme j'utilise les UV et l'ozone, c'est tout bon pour moi.



Il est fabriqué en UK où j'ai acheté les 50 tubes de 310ml au prix d'usine de 4 £ ( 4,4€ ) pièce, transport compris. Le commerçant sympa (sales@mjsealants.uk) ne livre normalement pas sur le continent, mais a fait une exception pour moi.

J'ai juste eu des déboires avec UPS qui a baladé mon colis en Belgique durant deux semaines supplémentaires ( soit disant personne pour le réceptionner, puis récupérable dans leur centre à ...160kms de mon domicile, puis colis cassé). Après plusieurs plaintes, le colis a finalement été livré chez mon voisin car à l'ultime tentative, je n'étais effectivement pas chez moi. Ouf.

Comme quoi, ce projet ne sera décidément pas un long fleuve tranquille.

nb : j'ai dû utiliser 3 fois UPS dans le passé et ai eu à chaque fois les mêmes soucis. Il semble que le livreur n'apprécie pas ma rue.


Pour la pose, j'ai acquis chez Leroy-Merlin une petite machine Ryobi sur batterie qui m'évitera bien des crampes.



Mon ami, qui viendra m'aider, a lui une version pneumatique.


J'ai imprimé en 3D des embouts spécialement adaptés à mon besoin. ils se vissent sur le tube à la place de l'embout standard fourni par les fabricants.



Il nous faudra être rapide car le temps d'utilisation est court : 5 à 10 minutes, avec une pellicule en surface sèche après 20 minutes. Cela nous semble aisément jouable car cette durée se gère plaque par plaque.


D'après mes recherches, une épaisseur de joint importante n'apporte rien. Au contraire, au delà d'une valeur extrême, on s’exposerait à un risque de fluage. L'épaisseur de colle pourra donc être limitée au strict nécessaire pour assurer le collage et suffisant pour répartir les contraintes. La règle suivante représente un compromis réaliste :

  • Longueur du vitrage ≤ 1 m -> épaisseur colle :1 mm

  • 1 m < Longueur du vitrage ≤ 2 m -> épaisseur colle : 2 mm

  • Longueur du vitrage > 2 m -> épaisseur colle : 3 mm

    source : cap-recifal.

Et ce qui est valable pour un aquarium en verre collé me le semble tout autant dans mon cas.

Je me suis imprimé en 3D des petits calibres en PLA flex me permettant d'avoir facilement des épaisseurs standardisées de 5 et 3mm.

L'idée est de positionner le verre à sa place presque définitive en glissant un calibre de 5mm entre verre et armature, d'injecter le silicone, de remplacer les calibres 5mm par du 3mm et de finaliser en pressant le verre contre le calibre. Des étançons en bois 40x40 calibrés au mm près par un menuisier ami viendront sécuriser cet écartement le temps que le silicone prenne.


Pour assurer la pression sur les plaques de fonds, j'ai prévu 4 poubelles de rue qui seront remplies de 70 litres d'eau.


La plaque avant reposera sur des calibres PLA flex noyé dans le silicone de 10mm de hauteur. En effet, pour permettre de redresser cette épaisse plaque de verre après son introduction dans l'armature, il a fallu prévoir une tolérance verticale entre verre et cornière supérieure de 30mm , alors que pour les autres cotés, cette tolérance est de 10mm. Cette distance de 30mm a été répartie entre 10mm en bas et 20mm en haut.

Les plaques de fond reposeront sur un joint calibré à 5mm. ceci pour que l'épaisseur de la cornière + le joint + le verre soit compatible avec l'épaisseur du panneau Styrodur xps qui servira de soutien à la plaque de verre (élimination du porte à faux).


L'ordre de pose & siliconage sera : la face avant, chacun des 4 cotés, ensuite chacun des 4 fonds et finalement les 4 arrières. L'ultime arrière devant logiquement être la plus délicate à siliconer car l'accès à l'intérieur ne pourra plus se faire que par le haut. Nous n'avons pas encore décidé laquelle des 4 plaques sera choisie. Je crois que ce sera une des deux du milieu.


Ensuite laisser sécher 1 mois avant les essais d'étanchéités.

Cela me laissera le temps d'installer à mon aise toute la technique.


JMJ



Modérateur
Inscrit le : 18/02/2019
Messages : 610
Posté le : 24/11/2020 11:18:29
 
 
Bonjour OUPS65,

Très bon plan, pour la mise en eau, je te conseille de faire assurer l'ensemble de ta création au cas où un problème d'étanchéité devrait survenir...

OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 24/11/2020 17:25:28
 
 
Bien vu, mon assurance "dégâts des eaux" couvre d'office les possibles  dégâts générés par un aquarium. Il suffit de le déclarer à l'assureur. vu sa taille, c'est ce que je me suis empressé de faire formellement.

je n'attends pas vraiment de soucis vu la solide armature métallique et l'épaisseur des verres....au vraiment pire, une petite fuite quelque part qu'il sera aisé de corriger. ou alors, c'est que j'ai vraiment tout faux 
mon stress est plutôt pour l'introduction de la face avant à l'intérieur de l'armature. j'espère que les tolérances dimensionnelles choisies se révèleront adéquates. Heureusement que la manipulation sera réalisé par des hommes du métier. 

OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 26/11/2020 19:08:31
 
 

Lapartie technique :


partieA : la filtration.


L'idée est de surdimensionner la filtration de manière à ne devoir intervenir que très rarement. J'ai utilisé ce principe avec succès avec mes anciens aquariums ( de 1,000litres à 2,000litres). Eh oui, au fil des décennies, j'ai augmenté progressivement, mais lentement, le volume de mes bacs. Mon premier « gros »aquarium, un 1,000litres en L placé en dessous de l'escalier, était construit en bois. Il dû être démonté (cassé) après de nombreuses années de service sans soucis pour cause d'aménagements intérieurs. Il a participé à mon expérience marine à une époque où la notion de récifal n'existait pas encore.

Enfinquebref.




Les deux départs (0g et 0d) à l'arrière de l'aquarium conduisent à un pré-filtre à grille (3) avec ruissellement sur un tamis de 300microns. Ensuite, après passage à travers un clapet anti-retour et une pompe, l'eau mise sous pression est injectée dans un filtre à billes (6). Ce filtre est basé sur un filtre de piscine, mais dont le sable a été remplacé par des billes spéciales.

Une unité de refroidissement de l'eau (8) récupérée de mon ancien aquarium est monté en dérivation à la sortie du filtre.

L'eau retourne ensuite à l'aquarium en passant par une station UV (11) et deux unités de chauffage (12) de 1kw chacune. Une sécurité (9)« anti fonctionnement à sec » a été insérée dans le circuit de retour. L'eau est finalement ré-injectée à gauche et à droite dans l'aquarium.

Pour cette dernière partie, je n'ai pas encore de solution qui me satisfasse. Le schéma ci-dessus correspond au projet initial non modifié.


je vais détailler chaque étape.


OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 26/11/2020 19:33:51
 
 

La filtration :

Tout le circuit est réalisé en tuyau PVC pression de 50mm.

Des regards ( 2rg, 2rd, 2rv, 3r, 6r, 10r) ont été placés à différents endroits pour visualiser le bon écoulement de l'eau.



Commençons par de départ : Les deux prises d'eau (0g et 0d) vers le pré-filtre (3) sont protégées par une grille plastique. Cette dernière est volontairement surdimensionnées pour éliminer l’écueil des peignes trop facilement saturés par les algues dans les gros aquariums générant des débits conséquents.



MAJ du 28/11/2020 

Suite aux pertinentes interventions sur ce fil  ainsi  que sur "comment concevoir le retour de l'eau « propre » dans l'aquarium" 

une première adaptation avait été actée :  le coude et la partie verticale du tuyau de départ ( en brun/rouge), inutiles avaient été supprimés.

Ensuite, les intervenants ont fortement modifié le  Schmilblick :  les prise d'eau seront maintenant prévues dans le bas de l'aquarium.  Pour en suivre l'évolution, je vous renvoie au sujet "comment concevoir  ..."

Vous en trouverez aussi la finalisation dans le point "partie C   -   6/ assainissement" ci dessous.


 ce qui sera finalement implanté :



Pour la grille, j'ai cherché un modèle inox, mais n'ai rien trouvé d'acceptable. J'ai finalement déniché des grilles à reine Nicot Langstroth utilisée dans les ruches. Elles sont en plastique semi-rigide alimentaire, de dimensions de 425mm sur 500mm.

on les trouve à partir de 1,85€ sur le net.
il existe aussi un autre modèle avec des ouvertures plus petites appelé « Grille à propolis »  en PVC dur.

Une double glissière plastique sera collée sur le cadre en verre ( représenté en jaune sur le schéma) pour permettre de les enlever facilement pour nettoyage. Double car cela permet de placer une grille propre avant de retirer celle à nettoyer. J'utilise un « Profilé glissière JéWé PVC (supérieur) blanc 4,2 cm) ». c'est un rail plastique utilisé pour une (légère)  porte coulissante.
restera à trouver une solution élégante pour rigidifier ce rail dans sa partie haute.

Le départ s'effectue  via des traversées de cuve (0g et 0d) de 50mm. Les vitres ont été percées d'orifices à 60mm, avec un axe à 350mm du bord haut. Le débit peut être régulé par une vanne (1g et 1d).

Le schéma montre qu'une troisième sortie (0v) placée à 300mm du bas de la vitre a été prévue  pour la vidange du bac. Comme toutes les sorties vers l'égout, elle est protégée par deux vannes (1v) mises en série. 
MAJ du 26/11/2020. Je m'oriente vers une ré-injection de l'eau filtrée par le bas du bac. Dans ce cas de figure, cet orifice sera utilisé à cet usage. Voir le sujet « comment concevoir le retour de l'eau « propre » dans l'aquarium » sur ce forum.
La décision n'est pas encore prise pour le moment.
Ces deux écoulements vers la filtration aboutissent à l'entrée d'un pré-filtre à ruissellement (3) - AquaForte UltraSieve III - destiné  à bloquer toute impureté supérieure à 300 microns.

https://www.aqua-forte.com/fr/productgroups/aquaforte-filtres-a-grille-sieves/


Grâce aux tiges triangulaires en acier inoxydable avec un angle de 7°, l’eau tombe directement à travers le tamis, mais la saleté reste bloquée. 

Ce ruissellement oxygène l'eau de manière non négligeable.

Accessoirement, les petits poissons qui seraient quand même parvenus à passer jusque là y seront bloqués.
Une vanne à guillotine (3g) montée d'origine permet l'évacuation de ces saletés vers l'égout. Cette vanne est doublée d'une deuxième vanne (3v) montée en série.
Fini les plaques de mousse (lourdes quand imbibées d'eau) à nettoyer régulièrement. Il faut tenir compte du fait que leurs tailles devaient être proportionnées au volume à traiter, c'est à dire grandes !
Il suffira juste  de prévoir de temps en temps un petit rinçage du dessus de la grille, sans qu'il soit d'ailleurs nécessaire de la démonter. Une arrivée d'eau a été prévue à cet effet.
L'eau passe ensuite par un clapet anti-retour (4) 
j'ai choisi un modèle  Valtera à paroi transparente et avec ressort présentant une surface d'écoulement libre importante. L'encrassement éventuel est visible grâce au corps en PVC transparent. 
... et arrive à la pompe (5), aussi une AquaForte, dotées d’un moteur synchrone.
La vitesse d'un moteur synchrone reste fixe, peu importe la charge.
D'un débit variable à vide de 4.000 à 9.000 litres, avec une hauteur de refoulement max de 5 mètres, elle consomme de 15 à 85w.
Il ne faut jamais perdre de vue que les débits annoncés ne tiennent jamais compte des pertes de charges en fonction de la hauteur de refoulement. Seuls les fabricants sérieux fournissent les abaques de débits en fonction de la hauteur de refoulement.  C'est ce que fait AquaForte. En pratique, vu la hauteur réelle de refoulement de 2m50, le débit  baisse à un maximum de 4.000 litres/heure. 
Comme il est impossible d'estimer le débit réel compte tenu de toutes des pertes de charges et autres contraintes, ce débit sera ajusté lorsque le système sera mis en fonctionnement (d'où l'importance du moteur synchrone) .

Le contrôleur externe permet de régler le flux entre 30% et 100% . 

Il  désactive automatiquement la pompe lorsqu’il n’y a pas d’eau dans le rotor.

En cas de grippage de la turbine, la pompe commute en position “verrouillage”.


Elle met l'eau sous pression avant qu'elle ne soit injectée dans le filtre proprement dit (6). Celui-ci  est une adaptation d'un filtre de piscine où une des modification a consisté à remplacer le sable par des billes spéciales. Le choix s'est porté pour le modèle econobeads EB-60.


Il cumule  l'effet mécanique avec la filtration biologique. 
https://www.aqua-forte.com/fr/systemes-de-filtre/aquaforte-filtres-a-beads/ 

«  Les filtres à billes sont des systèmes fermés (sous pression) remplis de plusieurs millions de billes en plastique (les « beads »). Du fait que ces billes flottent dans l’eau, elles assurent une filtration mécanique. De surcroît, grâce à leur grande surface d’adhésion, elles assurent également une filtration biologique 
La filtration mécanique : les billes flottent dans un réservoir fermé et se touchent de près. L’eau est refoulée par la pression de la pompe à travers les billes, de sorte que les impuretés s’accrochent aux billes. Au fil du temps, il se forme un film bio (une couche poisseuse) autour des billes retenant des impuretés ultrafines. 
La filtration biologique : les billes en plastique ont une surface d’adhésion de 1600 m² environ (soit six fois supérieure à un tapis japonais bleu). Le film autour des billes offre donc une surface de contact énorme aux bactéries pour décomposer l’ammonium et le nitrite. « 
source AquaForte.
Il y a trois moyens d'évacuer les déchets : une position « Rinse » et une « backwash » de la vanne à 6 voies ainsi qu'une vanne d'évacuation de fond séparée visible sur la photo ci-dessus.

Les fonctions de cette vanne à 6 voies sont :
« FILTER » : fonctionnement normal du filtre
« CIRCULATE » : contourne le filtre, par exemple en cas de traitement médicamenteux.
« WASTE » pour vider à l'égout le flux entrant sans passer par le filtre
« RINSE » : rinçage du filtre et permettre l'évacuation des impuretés situées dans la partie supérieure du filtre. 
« BACKWASH » : rinçage inversé pour éliminer les particules ultrafines non évacuées par la procédure « Rinse »
« CLOSED » : vanne fermée. Cette position ne doit jamais être utilisée lorsque la pompe est activée. 

J'espère que la réalité correspondra à mes attentes. Je suis confiant car ce principe est régulièrement utilisé dans la gestion des étangs.

... 

TheEdge



Modérateur
Inscrit le : 15/01/2018
Messages : 2157
Posté le : 26/11/2020 21:56:33
 
 
Wahou, ca me parait vraiment très compliqué!

Tu n'as pas envisagé un système "tout simple" avec une décantation externe sous le bac ?



Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 27/11/2020 06:24:01
 
 
Pareillement, je ne vois pas trop pourquoi faire si compliqué alors qu'une décantation ferait le travail. 

Et puis je ne vois pas l'avantage de l'aspiration haute dans ton cas. C'est une source de problème. 

OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 27/11/2020 13:49:59
 
 
Merci pour vos avis.  Le forum joue à plein son rôle d'échanges et m'aide à évoluer.

Finalement, ce n'est pas plus compliqué que le schéma de la décante si je ne détaille pas les accessoires nécessaires de toute façon dans les deux cas. 
résumons : un pré-filtre et un filtre avec une pompe au milieu des deux. Je ne vois pas vraiment où se trouve la complication.

Décante, j'ai réellement déjà donné et n'ai pas trouvé cela top pour les gros volumes.
Elle est d'ailleurs objectivement composée des mêmes éléments : pré-filtre, filtre et pompe.
sauf que ...
il faut bien être conscient que 10 cms d'eau dans le bac représentent 300 litres.
Décante d'une taille obligatoirement adaptée aux gros volumes ( il faut de la place) , bruit de succions (grand débit), pré-filtre en mousses de tailles adaptées au volume, c'est à dire grandes et lourdes quand pleine d'eau et  à nettoyer régulièrement, peignes de protections ( non représentés sur le schéma de la décante)  qui s'encrassent trop vite à mon gout ( gros débit) , etc.. 
En cas de coupure de courant, débordement dans la décante  (+ 300 litres)  et donc obligation d'un système de trop plein fiable vers l'égout ( non représenté dans le schéma de la décante), avec la perte d'eau équivalente ( 300 litres) et l'obligation d'en remettre ( encore 300 litres + arrivée d'eau d'un calibre adapté non représentée sur le schéma de la décante) avant de pouvoir  relancer le système.  Il faut donc être présent, faute de quoi, la partie biologique souffrira d'un arrêt trop prolongé ( bonjour le re-cyclage des nitrites/nitrates). Ah oui, il faut aussi prévoir une protection fiable  de la pompe de remontée contre un fonctionnement à sec ( non représenté sur le schéma de la décante) lors de la remise du courant, tant que le niveau n'aura pas été réajusté.
et aussi  : calculer une parfaite adéquation entre le flux d'entrée et la puissance de la pompe pour éviter soit un débordement de la décante ( pompe pas assez puissante) ou l'inverse si la pompe est trop puissante et grillera à sec après avoir vidé son compartiment ET pourrait faire déborder l'aquarium. attention aussi à la vanne qui peut s'encrasser ( ou réceptionner un poisson malicieux) et faire varier le débit d'entrée.
etc...
Une décante gros volumes n'est pas nécessairement un long fleuve tranquille.

à comparer à : place nécessaire divisée par 3, peu de bruit, juste celui d'une petite cascade et étouffée car à l'intérieur du pré-filtre. En cas de panne de courant, tout s'arrête et repartira sans intervention ni perte d'eau. Plus de manipulations lourdes. Plus d'eau par terre. Performances au moins aussi bonne qu'une décante, avec un débit de tout l'ensemble aisément ajustable. Maintenance respectueuse de mon dos.


Aspiration haute : Nous sommes d'accord et je te suis. Cnf l'autre sujet  "comment concevoir le retour de l'eau « propre » dans l'aquarium". 



maeve_



Modérateur
Inscrit le : 28/10/2019
Messages : 1045
Posté le : 27/11/2020 20:51:29
 
 
Incroyable tout ça !! J'ai vraiment hâte de voir la suite ! 


OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 28/11/2020 14:40:56
 
 

Partie B  : Le chauffage


Comme signalé plus haut, circuit de retour comporte deux unités de chauffage d'étang de 1Kw chacune ( 12g et 12d). Elles sont de la marque AquaForte.


Ces deux unités de 1kw chacune sont pilotées par un thermostat intégré. Cependant, ils ont été sécurisés par l'ajout de sondes montées sur deux petits thermostats électroniques STC 1000. ( Amazon ou moins cher chez Aliexpress si on n'est pas pressé. Bien vérifier la tension de fonctionnement lors de la commande).


Vu la puissance électrique à commander,  un « contacteur de puissance » a été ajouté à la sortie de chaque thermostat électronique et gère le pilotage de sa résistance de chauffage.
La T° à gauche et à droite de l'aquarium sera ainsi régulée indépendamment sans risque de surchauffe.


partie C : L'assainissement :
aie, ce dernier chapitre ne va pas aider à améliorer ma cote de popularité auprès des adeptes  des techniques  à la mode « low tech », Walstad  ou autre « ANP ».

1/  Une unité UV Power UV-C 40 Watt T5  AquaForte sera utilisée ( n°11 sur le schéma). Elle a un corps en acier inox de longueur importante et un ballast électronique. Elle sera pilotée par une horloge de manière à ne pas la faire fonctionner en permanence. La durée de fonctionnement reste à définir.
nb : rigolo de constater comment certains sites, sous couverts de documenter son usage, en font le procès. 

2/ un ozonisateur Aquamedic 200. Il a un débit ajustable de 50 à 200 mg/h et consomme 6w.
Technique parfois controversée, je l'utilise maintenant régulièrement à petite dose  (50 à 100 mg/h) . Les résultats me semblent concluant avec une eau nettement plus cristalline.

Je vous renvoie à cet article  :  https://mrrecifcaptif.fr/utilisation-de-lozone/ 
Sachez que l'article décrit 12 points positifs pour 4 défauts dont celui d'attaquer le caoutchouc et certains silicones de même que les isolants électriques. Je n'ai par contre jamais rien constaté de négatif aux doses que j'ai utilisé dans mes précédents gros aquariums. 
Notez que le silicone que j'ai utilisé est garanti résistant à l'ozone.
Pour ne pas détériorer le générateur, l'air utilisé doit être sec. Il passe donc par un absorbeur d'humidité,  un  Aqua Medic Ozone-booster, avant d'être injecté dans l'appareil.


Le gros soucis avec l'ozone est de trouver un tube à air capable de lui résister. Le tube spécial CO2 ne résiste que quelques mois avant d'éclater. Le remplacer dans un bac de 90cms de haut relève de la gageure. Il me fallait trouver une solution. Et finalement j'ai trouvé que le tube PTFE utilisé pour les imprimantes 3D est idéal. L'inconvénient est sa rigidité relative.
Il se trouve en toute dimensions à bas prix sur AliExpress.  il faut juste être patient pour la livraison.
Exemple :   https://fr.aliexpress.com/item/32730855848.html?spm=a2g0s.9042311.0.0.4fda6c37tFzjFz


3/  la gestion du PH.
Un système de contrôle du PH par injection du CO2 Dennerle – datant d'une ancienne période Discus-  est utilisé pour améliorer la concentration de CO2 dans l'eau, ce que mes plantes apprécient.  La tuyauterie utilisée est ici aussi du PTFE, mais peut l'être avec des tubes de composition spécialement adaptée au CO2. J'ai déjà utilisés ces derniers sans soucis dans la durée.
Le CO2 est ici utilisé pour le bien être des plantes, sans risquer de faire déraper le PH. Son débit sera ajusté en fonction du ratio KH/PH de mon eau.


4/  l'homogénéisation de l'eau dans l'aquarium.
Mon expérience des aquariums avec une grande hauteur d'eau m'a sensibilisé à cette problématique. L'eau en retour du filtre n'est pas nécessairement bien répartie, surtout près du sol. Différentes techniques ont été testées : turbines identiques à celles utilisées en récifal, bulles, recyclage de l'eau de surface via une tubulure cachée dans le sol, ....
Les turbines s'encrassent et il faut les nettoyer régulièrement. Étant d'un naturel paresseux, je n'apprécie pas vraiment cette contrainte.
J'ai résolu ce problème en trois parties :
a/ un cordon chauffant inclus dans le sol génèrera un léger courant ascendant bénéfique aussi aux plantes. Un grillage plastique le protègera des poissons fouisseurs.  Le fond ne sera plus cette zone plus froide que j'ai connu par le passé. Il est à noter que mon sol se compose exclusivement de sable de Loire d'une granulométrie de 1mm.
b/ le brassage avec des bulleurs. Mon épouse et mes petits enfants apprécient beaucoup leurs effets. Je vais en installer deux, un pour l'injection du CO2, l'autre pour l'Ozone.
J'ai sélectionné des diffuseurs Superfish hi-oxygen koi airstone 30x5cm. Ils produisent des quantités de bulles minuscules et résistent longtemps. Leurs embouts de 9mm sont en métal.  L'inconvénient est qu'ils ont besoin d'une pression d'air assez importante. 
J'utilise une pompe à air d'étang AquaForte AP45 avec une sortie de 9mm. Elle permet une hauteur de refoulement jusqu'à 3 mètres et génère un bruit de 33 décibels. Comme pour les pompes, leurs débits affichés sont toujours calculés en situations idéales jamais rencontrées. Un fabriquant correct fournira toujours des indications en utilisation réelle. C'est le cas içi avec une capacité réelle à 2m de 24 litres d'air/minute.
Une horloge en limitera la durée de fonctionnement.

Le souci était de pouvoir mixer cet air « pur » avec soit le CO2, soit l'Ozone. Il me fallait un raccord « Y » en 9mm résistant aux deux. Je l'ai trouvé en inox ( l'inox résiste aux deux) chez un marchand de pièces automobiles.
https://www.swapland.fr/raccord-y/6233-raccord-y-9-mm-inox.html


c/ Et, grâce à ce forum, j'ai totalement revu mes départs et arrivées de la filtration.
L'idée que l'on m'a proposé est d'aspirer justement ces couches basses où se concentrent naturellement les déchets. Tellement bien vu que je n'avais pas retenu cette option, obnubilé que j'étais par les prises d'eau par le haut comme pour un départ vers mon ancienne décante.
Donc, le départ sera effectué par le bas et le retour par le haut. C'est tout bon pour moi car il me suffira d'effectuer d'une rotation de 180° de mes plaques arrière avant leur collage dans le cadre.
Pour les explications sur des plaques de protections et  l'usage des rails à glissière, je vous renvoie à l'article "comment concevoir le retour de l'eau « propre » dans l'aquarium"


5/   l'éclairage.
Je considère que sa qualité est une pierre angulaire dans l'équilibre et l’assainissement d'un bac. 
J'ai choisi une société réputée pour la qualité de ses rampes : Alpheus-Leds. Utilisées en récifal, en eau douce, en aquascaping et en horticulture,  elles font merveilles tant l'équilibre de leur spectre est adapté à chaque besoin.
Je les utilise depuis de nombreuses années et en suis enchanté. 
En fait, je n'avais pas vraiment eu le choix lors de la création de mon dernier gros bac. La puissance électrique nécessaire pour alimenter les HQI (*)  recommandés à l'époque m'avait fait reculer et regarder vers des leds. Cette nouvelle technologie balbutiante ne proposait encore rien de valable pour résoudre mon problème de grande hauteur d'eau ... sauf cette société. Je me suis donc logiquement tourné vers eux. .

(*) pour les jeunes qui n'ont pas connu ni les solex ni les HQI : non, ce n'est pas le sigle désignant un « haut quotient intellectuel» (synonyme de surdoué ),  mais des ampoules à décharge à forte luminosité. La même technologie ( en plus puissant ) était utilisée pour éclairer les autoroutes. Ces lampes HQI étaient la seule offre commerciale crédible à l'époque pour l'éclairage des bacs récifaux.... ou des bacs profonds en eau douce. Mais au point de vue consommation électrique et dégagement de chaleur, ce n'était pas bonbon !

deux exemples  de rendu Alpha-leds (qui ne sont pas de mes bacs ) :
 

6/  pour terminer un petit mot de l'épuration de l'eau utilisée. 
Habitant en ville, l'eau de pluie me semble trop polluée pour être utilisable sans risque.
La qualité de l'eau de ville à Tournai étant jugée juste « acceptable » par mon fournisseur, je ne voulais pas prendre de risque avec une eau dont la composition pouvait varier dans d'énormes proportions. Le fournisseur reconnaît par exemple que ses analyses durant les 12 derniers mois ont montrés les variations suivantes :
dureté de 29,4 à 46,9 ° fr,  des nitrates de 3,4 à 24  ( limite admissible officielle de 50mg/l, dont aucun soucis !?) 
par exemple, mon GH  mesuré hier à la sortie du robinet est de 31. Et non, il n'y a pas d'erreur de manip car j'ai recommencé 3 fois l'analyse.
Et dire que l'on est sensé boire cette eau.

Pour ne pas l'imposer à mes co-locataires, j'ai installé une station de filtrage faite avec ce style de filtre à cartouche
J'ai en cascade une cartouche grosse impureté, une impureté fine et  deux charbon actif. Elle passe ensuite en dérivation dans un osmoseur ( rendement réel de 1:1,2 )  Aquamedic Platinium pour permettre un mix d'eau osmosée avec de l'eau non osmosée mais filtrée
J'obtiens ainsi une eau de qualité contrôlée, adaptée aux colocataires que je souhaite conserver.



Voili, voilou.
J'arrive doucettement à la fin de la théorie.

Mes vitres devraient normalement, si tout va bien,  sans casse, sans panne de camion,  sans ...,  arriver ce lundi 30 novembre chez mon vitrier. Leur livraison à domicile devant être effectuée dans la foulée. 
Place enfin aux travaux pratiques.
À suivre donc.


TheEdge



Modérateur
Inscrit le : 15/01/2018
Messages : 2157
Posté le : 29/11/2020 00:24:07
 
 
Un GH de 31! La vache! C'est du calcaire légèrement humide ca? Et dire que je me plains de l'eau parisienne avec un GH autour de 20.

Bon, il est vrai que je suis adepte des techniques "à la mode", mais alors, l'utilisation permanente d'un filtre UV en aquarium et  en plus l'usage d'ozone, je ne comprends pas trop. Les 2 techniques ont grosso modo la même fonction de stérilisation. Déjà que je ne suis pas convaincu de l'utilité de stériliser un aquarium, mais alors à ce point, ca me laisse septique. Enfin bon, si tu utilises l'ozone, attention à ce que ton générateur soit suffisamment loin de tes aspirations, si ca rendre dans le filtre, ca le stérilise aussi (mais je pense que tu le sais déjà)

Sur l'ensemble, je suis avec attention ton projet et je le trouve passionnant, mais alors cette approche très technologique, c'est vraiment pas mon aquariophilie. C'est d'ailleurs peut-être pour ca que je trouve le sujet aussi intéressant, tu présentes des techniques auxquelles je ne m'intéresse habituellement pas et ca aiguise ma curiosité. Il est certain que si je déménage, je me lancerai sur un très gros aquarium, ca sera peut être l'occasion de tester mon approche plus "naturel" sur ce type de volume, mais j'aurai beaucoup appris aussi de ton expérience.

OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 29/11/2020 10:09:12
 
 
Merci, 
Le souci avec un bac profond, c'est qu'une fois lâché dedans, il est impossible de récupérer un poisson, sauf coup de bol exceptionnel. je suppose que vous avez déjà tous fait cette constatation : les chéris ont l'art de deviner qui est la cible.  Le recherché se planque tandis que les autres paradent allègrement.
je crois que la prévention se doit d'être nettement plus pointue que dans un bac d'un volume plus restreint. UV et O3 ( qui ne fonctionneront jamais en continu) complètent la panoplie sans remplacer les principes de base aussi repris par les ANP : adéquation entre qualité de l'eau, plantes et population.
je dirais surtout qu'il ne faut pas trop se focaliser sur l'un ou l'autre accessoire. à chacun son trip. Mon fil rouge est la facilité de maintenance ( j'avance en âge) pour obtenir un bac équilibré  visuellement au top.

autre facette d'un gros bac : quand c'est équilibré, le souci de surpopulation  d'une espèce est bien réel. Dans mon dernier gros bac pseudo  "malawi" ( d'où le décor en roche volcanique monté sur des grilles inox que je vais reprendre) , les Labidochromis Caeruleus finissaient par envahir lentement l'espace. Très jolis, mais quand la majorité visible devient bouton d'or, c'est un peu monotone.



Grand Père



Modérateur
Inscrit le : 18/12/2018
Messages : 4583
Posté le : 29/11/2020 14:43:53
 
 
Hihi, en matière de facilité de maintenance, le no-tech. reste le plus performant ! 

Tenir compte de l'évolution des différentes espèces fait partie intégrante de l'aquariophilie. Prédateurs, nécrophages, algivores, doivent idéalement se compléter dans un bac équilibré pour le pas avoir à intervenir. 
L'équilibre physico-chimique est une chose, mais il va de paire avec le macro-équilibre des espèces, selon moi. C'est en tout cas vers quoi il faut tendre. 

OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 01/12/2020 18:19:07
 
 
Mes vitres sont enfin arrivées chez le vitrier.

Il cherche maintenant comment réunir une équipe de costauds non covid  pour les amener chez moi et installer la dalle avant dans l'armature. Peu de chance pour cette semaine ( peut être samedi ?). Ce sera plutôt pour la semaine prochaine.
Wait and see.

OUPS65



Modérateur
Inscrit le : 16/11/2020
Messages : 80
Posté le : 03/12/2020 15:57:43
 
 
coup de téléphone ce matin à 10h :
"Bonjour, j'ai une équipe libre ce matin. Cela vous arrange t'il ?
Ouiiiiiiiiiiiiiiii 
et hop, une heure plus tard, le camion est là. Ils me déchargent toutes mes vitres en les rangeant par taille près de mon aquarium et m'ont installé la grande vitre dans l'armature. C'était du tout juste, mais ils l'ont fait.

La transparence "cristal" de la plaque avant est bien visible sur la photo.
On attaque demain son collage ainsi que le placement et le collage des autres verres.
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6
Vous devez être connecté pour intervenir sur le forum