Descripteur : Withering, 1796
Famille : Alismataceae

Synonymes
Alisma major var. lanceolatum (With.) Gray
Alisma plantago-aquatica f. aquaticum Glück
Alisma plantago-aquatica f. lanceolatum (With.) Rchb.
Alisma plantago-aquatica f. pumilum Glück
Alisma plantago-aquatica f. stenophyllum (Asch. & Graebn.) Buchenau
Alisma plantago-aquatica f. stenophyllum Asch. & Graebn., 1897
Alisma plantago-aquatica f. terrestris Glück
Alisma plantago-aquatica subsp. lanceolatum (With.) Arcang., 1882
Alisma plantago-aquatica subsp. stenophyllum (Asch. & Graebn.) Holmb.
Alisma plantago-aquatica var. lanceolatum (With.) Lej.
Alisma plantago-aquatica var. lanceolatum (With.) Mérat
Alisma plantago-aquatica var. stenophyllum Asch. & Graebn.
Alisma stenophyllum (Asch. & Graebn.) Sam.
Alisma subcordatum var. stenophyllum (Asch. & Graebn.) Lunell

Alisma lanceolatum f. lanceolatum
Alisma lanceolatum f. submersum
Noms Communs
Plantain d'eau à feuilles lancéolées
Alisma lancéolé
Flûteau lancéolé


Lanceleaf water plantain (en)
Genre : Alisma
Alisma lanceolatum (Withering, 1796)
Alisma gramineum (Lejeune, 1811)
Alisma lanceolatum   
Plantain d'eau à feuilles lancéolées
Origines géographiques
Aire d'origine :
Europe, Amérique du nord, Australie
Pays :
Cosmopolite
 
Cette plante est répandue dans le nord et le centre de l’Europe, mais surtout dans le bassin méditerranéen, Afrique du nord et proche orient inclus. On la rencontre aussi dans le Caucase et l'Asie centrale.Elle entretient une relation intéressante avec A. plantago-aquatica, dont l'aire de répartition recouvre une grande partie de l'Europe, mais cette dernière espèce est plus abondante au nord, tandis qu'A. Lanceolatum la remplace au sud.

Elle a été introduite en Amérique du nord (Oregon, Californie) et du sud (Chili), ainsi qu'en Nouvelle-Zélande.


L'espèce est principalement une espèce tempérée de l'Ancien Monde, mais elle est présente de la Macaronésie et de l'Afrique du Nord au nord jusqu'en Scandinavie, à l'est à travers la Sibérie, le Caucase, la Turquie, l'Irak, l'Iran, la Palestine, l'Afghanistan, le Pakistan (Dandy 1971, Ghafoor accessible via www. efloras.org), de l'Himalaya occidental (The Board of Trustees of the Royal Botanic Gardens, Kew 2010) à la Chine (Wang Quingfeng en préparation). Il est naturalisé en Nouvelle-Zélande (Allan Herbarium 2000), sur la côte ouest de l'Amérique du Nord (Oregon, Californie) et au Chili (Haynes et Barre-Hellquist 2000).

Il est répandu dans le nord et le centre de l'Europe, mais plus abondant dans le bassin méditerranéen. Il a une relation intéressante avec A. plantago-aquaticaavec laquelle son aire de répartition recouvre une grande partie de l'Europe, mais cette dernière espèce est de plus en plus relativement abondante dans le nord, tandis qu'A. lanceolatum remplace plus ou moins A. plantago-aquatica dans le sud.

Elle est présente dans de nombreuses autres parties du monde comme une des espèces introduites, et dans certains cas, elle devient une mauvaise herbe nuisible (cas de la Californie aux États-Unis).
Environnement
Eau :
Douce
 
A. lanceolatum est présent dans une grande variété d'habitats, en particulier dans le sud de l'Europe, tels que les marais, les canaux, les fossés et sur les bords des étangs et des lacs. Elle est également connue comme mauvaise herbe dans les rizières en Iran.

Marges de lacs, marais, canaux, rivières à faible débit. en eau peu profonde (5-15 cm). Tolère jusqu'à 30 cm.

Emergent ou marginal dans les sols riches en humus dans les drains de ferme, les fossés en bordure de route, les drains de marécage, les mares et les étangs, et les lacs dunaires, les bords de ruisseaux et de rivières à faible débit et aux embouchures boueuses des rivières. Enregistré à partir de plans d'eau eutrophes et une certaine tolérance à l'eau saumâtre est évidente.

Notes : Signalé comme calciphile dans son aire de répartition européenne d'origine et présent dans des eaux plus nutritives que Alisma plantago-aquatica , mais a par ailleurs une écologie similaire ( Björkqvist 1967 ). Se reproduisant par graines ou par voie végétative à partir des pousses latérales du rhizome. Les graines présentent une dormance. En Nouvelle-Zélande, les plantes peuvent survivre à l'hiver avec des feuilles immergées dans des parties protégées de plans d'eau tels que des drains ombragés. Les feuilles émergentes se fanent et meurent en hiver. Signalé par Björkqvist (1967) comme un concurrent médiocre et favorisé par la culture.
 
Liste Rouge UICN : 
LC
 
Il peut y avoir des déclins locaux, par exemple en Estonie et en Suisse, mais la plupart des populations, en particulier dans le sud de l'Europe et dans la région de la Méditerranée orientale, semblent être stables .
Alisma lanceolatum est classé comme Éteint en Estonie et Vulnérable en Suisse . Aucune mesure de conservation n'est en place pour cette espèce. Espèce assez commune en Méditerranée orientale, il semble qu'aucune mesure de conservation particulière ne soit requise dans cette partie de son aire de répartition.
Description
Type :
Plante
Croissance :
Taille :
30 à 50 cm
 
L'Alisma lanceolatum est une grande plante d'eau peu profonde, à feuilles lancéolées émergeant au-dessus de l'eau. Les panicules de petites fleurs rose pourpré sont assez discrets.

Les feuilles qui restent immergées dans l'eau sont plus petites et moins bien veinée. L'inflorescence est la plupart du temps dressée et jusqu'à un demi-mètre de hauteur. Les fleurs sont blanches à roses.

Vivace aquatique vivant à 20-25 cm de profondeur. Feuilles lancéolées, vert bleuâtre, de 30 cm de long, souvent plus petites au-dessus de l'eau. Porte des panicules de 20-70 cm de haut, de fleurs rose pourpré, de 1,5 cm.

Cette espèce se distingue d' Alisma plantago-aquatica par ses feuilles lancéolées ou elliptiques étroites à base cunéiforme plutôt que par les feuilles larges elliptiques ou ovales à base obtuse à cordée des précédentes (dans les feuilles émergentes). Il peut cependant être difficile de distinguer cette espèce des jeunes plantes non florifères d' A. plantago-aquatica . Bien que les fleurs soient très similaires chez les deux espèces, la couleur des pétales est généralement rose pâle chez A. lanceolatum et lilas pâle chez A. plantago-aquatica ( Healy & Edgar 1980 ​​​​). D'une plus grande valeur diagnostique sont les apex des pétales, qui chez A. lanceolatumsont souvent aigus ou acuminés et le bord est irrégulièrement denté, alors que chez A. plantago-aquatica, ils sont arrondis et le bord est souvent denticulé. Dans les têtes fructifères d' A. lanceolatum, les faces ventrales des akènes se rejoignent au centre et se chevauchent, formant un groupe serré, alors qu'elles ne le font pas chez A. plantago-aquatica , et un espace évident est laissé (vu de dessus). La forme latérale de la tête fructifère est également différente entre les deux espèces, avec A. lanceolatum quelque peu comprimé et A. plantago-aquatica plus en forme de coupe.


Description botanique
Tubercules de 1 à 2 cm de diam. Feuilles aériennes à pétiole 13-25 cm; limbe lancéolé à largement lancéolé ou elliptique, de 9-13 × 2,5-5 cm, parfois plus grand, 5-7 nervuré, base cunéiforme, apex aigu à acuminé. Panicules 15-45, en 3-6 verticilles de 3-6 branches. Pédicelle 1,5-2,5 cm. Sépales largement ovales, 1,5-3,2 × 2-2,5 mm. Pétales blancs ou rosâtres, suborbiculaires, de 4-6,5 mm, plus grands que les sépales, bord irrégulier. Anthères elliptiques ou oblongues, 1-1,2 mm. Carpels régulièrement disposés ; styles ± dressés, 0,6-1 mm, égaux ou plus courts que l'ovaire, stigmatisés dans 1/3-1/2 supérieur de leur longueur. Akènes obovoïdes, 1,6-2(-3) mm, 1 sillon abaxial ; péricarpe latéral translucide, fin. Fl. et fr. juin-sept. 2 n = 24, 26, 28.

Vivace, à rhizome court ; feuilles dressées (rarement flottantes ou submergées)) à partir d'une rosette basale de 0,5–1,2 m de haut. Feuilles longues, pétiolées ; limbe de 60–260 mm de long, de 15–85 mm de large, lancéolé, elliptique, étroit-elliptique, oblancéolé, base cunéiforme, apex subaigu à acuminé, bord entier. Pétioles 55–260 mm de long, 2.5–6.0 mm de large, en forme de D à plus ou moins cylindriques, cloisonnés. Inflorescence : panicule verticillée de 3–6(–7) verticelles, pyramidale, bractée, de 190–750 mm de haut, 190–500 mm de large. Fleurs de 7,0–12 mm de diamètre, pédicelles cylindriques, de 10–45 mm de long, glabres. Sépales verts, 2.5–3.0 mm de long, ovales. Pétales rose pâle ou lilas avec une tache jaune à la base, de 4,0–6,0 mm de long, 5,0–6,4 mm de large, largement elliptiques à rhombiques, apex aigus ou acuminés, parfois échancrés, bord entier à irrégulièrement subdenté. Étamines 6, filets membraneux, 1.0–2.0 mm de long, aplatis, effilées, anthères jaunes, 0.6–1.0 mm de long, ellipsoïdes. Carpelles 15 à 24 en anneau ; styles de 0,5–0,8 mm de long, incurvés, latéraux sur la face ventrale, attachés par le dessus au milieu ; stigmate sur la moitié de la région du style, papilleux, papilles de 40–70 µm de long. Tête de fructification ronde à triangulaire, faces ventrales des akènes se rejoignant au centre. Akènes 2,0–3,0 mm de long, 1,2–2,0 mm de large, sutures dorsales (1)–2, couleur paille ou brun clair. Graines de 1,3–1,7 mm de long, 0,4–0,6 mm de large, uncinées, rugueuses, rouge-brun. Unités de dispersion : akènes flottant dans l'eau (hydrochorie). faces ventrales des akènes se rejoignant au centre. Akènes 2,0–3,0 mm de long, 1,2–2,0 mm de large, sutures dorsales (1)–2, couleur paille ou brun clair. Graines de 1,3–1,7 mm de long, 0,4–0,6 mm de large, uncinées, rugueuses, rouge-brun. Unités de dispersion : akènes flottant dans l'eau (hydrochorie). faces ventrales des akènes se rejoignant au centre. Akènes 2,0–3,0 mm de long, 1,2–2,0 mm de large, sutures dorsales (1)–2, couleur paille ou brun clair. Graines de 1,3–1,7 mm de long, 0,4–0,6 mm de large, uncinées, rugueuses, rouge-brun. Unités de dispersion : akènes flottant dans l'eau (hydrochorie).
 
Dispo vente :
Commun
La plante est cultivée et commercialisée pour agrémenter les jardins d'eau
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :
-15 à 25°C
pH :
6,5 à 7,5
GH :
3 à 10
Eclairage :
Brassage :
Substrat nutritif :
Recommandé
Dry Start :
Oui
 
C'est une plante destinée aux abords de bassins de jardins, aux berges de petits étangs, etc.

La culture se fait en eau douce, si possible légèrement acide.
Plantation et multiplication :
Alisma lanceolatum est une plante à pollinisation entomogame et qui est hermaphrodite dont la dissémination est hydrochore. Elle devient ainsi facilement envahissante et on comprend facilement sa très vaste aire de distribution géographique, en guise de pionnière.
Commentaires
Étymologie : Alisma, du grec alisma, "plantain d'eau" et lanceolatum, du latin lanceolatus,"lancéolée" en référence aux feuilles en forme de lance.
Sources
GBIF, IUCN, CABI
Tela botanica
Flora
Allan Herbarium. 2000. Ngā Tipu o Aotearoa - New Zealand Plant Names Database. Landcare Research, New Zealand. Available at: http://nzflora.landcareresearch.co.nz/.

Association Tela Botanica. 2000-2008. Le reseau de la botanique francophone. Montpellier Available at: http://www.tela-botanica.org/.

Consejo Superior de Investigaciones Cientificas (Real Jardin Botanico) and Fundación Biodiversidad (Ministerio de Medio Ambiente). 2009. Anthos. Sistema de informacion sobre las plantas de España. Madrid Available at: http://www.anthos.es.

Gärdenfors, U. 2010. Rödlistade arter i Sverige - The 2010 Red List of Swedish Species. ArtDatabanken, SLU, Uppsala.

Haynes, R. and Barr-Hellquist, C. 2000. Alismataceae. In Flora of North America North of Mexico. Vol. 22. Oxford University Press, New York and Oxford.

IUCN. 2014. The IUCN Red List of Threatened Species. Version 2014.1. Available at: www.iucnredlist.org. (Accessed: 12 June 2014).

Naturhistoriska Riksmuseet. 2010. Den virtuella floran. Stockholm Available at: http://linnaeus.nrm.se/flora/.

Rašomavičius, V. (ed.). 2007. Red Data Book of Lithuania (Lietuvos Raudonoji Knyga). pp. 800. Ministry of Environment of the Republic of Lithuania, Vilnius.

Wang Qingfeng, Haynes, R.R. and Barre Hellquist, C. in prep.. Alismataceae. In Flora of China. Vol. 23. Science Press and Missouri Botanical Garden Press., Beijing and St. Louis.

WCSPF. 2010. World Checklist of Selected Plant Families. Available at: http://www.kew.org/wcsp/.


Ash, G.J.; Cother, E.J.; Tarleton, J. 2004: Variation in lanceleaved waterplantain (Alisma lanceolatum) in southeastern Australia. Weed Science 52: 413–417.
Björkqvist, I. 1967: Studies in Alisma L. I. Distribution, variation and germination. Opera Botanica 17: 1–128.
Björkqvist, I. 1968: Studies in Alisma L. II. Chromosome studies, crossing experiments and taxonomy. Opera Botanica 19: 1–138.
Conran, J.G. 2012: The genus Alisma L. (Alismataceae) in Australia. Journal of the Adelaide Botanic Gardens 25: 11–15.
Erlandsson, S. 1946: Chromosome studies of three Alisma species. Svensk Botanisk Tidskrift 40: 427–435.
Ford, K.A.; Champion, P.D. 2020: Alismataceae. In: Wilton, A.D. (ed.) Flora of New Zealand - Seed Plants. Fascicle 7. Manaaki Whenua Press, Lincoln.
Healy, A. J.; Edgar, E. 1980: Flora of New Zealand. Vol. III. Adventive Cyperaceous, Petalous and Spathaceous Monocotyledons. Government Printer, Wellington.
Jacobs, S.W.L.; McColl, K.A. 2011: Limnocharitaceae. In: Wilson, A.J.G. (ed.) Flora of Australia. Vol. 39. ABRS/CSIRO, Melbourne.
Jacobson, A.; Hedré, M. 2007: Phylogenetic relationships in Alisma (Alismataceae) based on RAPDs, and sequence data from ITS and trnL. Plant Systematics and Evolution 265: 27–44.
Tschermak-Woess, E. 1948: Zytologische Untersuchungen an den Alisma-Arten der Umgebung Wiens. Österreichische Botanische Zeitschrift 95: 270–276.
Withering, W. 1796: An arrangement of British plants; according to the latest improvements of the Linnaean system. Edition 3. M. Swinney, London.