Nitella opaca
Nitelle opaque
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Nitella opaca (Nitelle opaque) . D'où ils viennent,comment les maintenir en aquarium, en terrarium ou en bassin, comment les multiplier,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : (C.Agardh ex Bruzelius) C.Agardh, 1824
Classe: Charophyceae
Ordre: Charales
Famille:  Characeae
Genre:  Nitella
Synonymes
Chara opaca C.Agardh
Chara opaca C.Agardh ex Bruzelius
Nitella opaca var. attenuata H.Groves & J.Groves
Nitella opaca var. brachyclema J.Groves & Bull.-Webst.
Noms Communs
Nitelle opaque
Dark Stonewort (en)
Membres du genre Nitella
Nitella capillaris ((Krocker) J.Groves & Bull.-Webst., 1920)
Nitella hyalina ((De Candolle) C.Agardh, 1824)
Nitella opaca ((C.Agardh ex Bruzelius) C.Agardh, 1824)
Nitella flexilis ((Linnaeus) Agardh, 1824)
Nitella pseudoflabellata (A.Braun, 1882)
Origine géographique
Aire d'origine : Monde
Cosmopolite.
Aire actuelle
En Europe, Nitella opaca est surtout présente à l'ouest du continent de la Finlande à l'Espagne, en passant par les iles britanniques.
En France, cette algue est présente de façon sporadique sur tout le territoire métropolitain.
Environnement
Milieu
Douce, Saumâtre
Cette algue vit principalement dans des lacs, jusqu'à douze mètres de profondeur, et préfère les eaux froides, avec un pH de 6 à 8 (Muller et al., 2017).

Nitella opaca se trouve dans de nombreux habitats différents; lacs, ruisseaux et il semble préférer les eaux oligotrophes (lacs Lobelia), mais a également été signalé dans les eaux légèrement saumâtres. En Norvège, l'espèce est assez commune dans les lacs de haute montagne et a été trouvée jusqu'à 17 m de profondeur et jusqu'à 1250 m d'altitude. N. opaca est vivace et a des gamétanges matures de mai à août et des oospores noires et mûres de juin à septembre.
En eaux stagnantes permanentes ou temporaires profondeurs variables (p = 0,8 - 17 m), oligotrophes à oligo-mésotrophes, transparentes, fraîches (T. optimales = 12- 18 °C), neutres (pH = 6,3 - 7,5), moyennement à très riches en calcium, sur substrats divers.
Classée Vulnérable en Suisse
Description
Type
Algue
Croissance
Taille
30 à 100 cm
Les algues du genre Nitella sont des algues vertes carophytes et en tant que telles ont des chloroplastes avec des chlorophylles a et b. Elles sont considérées comme proches des plantes terrestres.
Elles vivent principalement en eau douce. Au sein de la classe des Charales, elles sont les seules macroalgues, c'est-à-dire avec un développement macroscopique qui peut atteindre 60  cm ou plus, ici..

Les plantes mesurent 5 à 50 cm, parfois plus encore, de haut et sont vertes. L'axe mesure jusqu'à 1 mm de diamètre. Les rameaux sont simples ou divisés une fois avec des segments terminaux unicellulaires. L'espèce est dioïque. Les gamétanges sont répartis uniformément ou en têtes. Les oogones sont solitaires ou géminés, mesurant jusqu'à 700 µm de long et 600 µm de large. L'oospore est de couleur marron foncé à noire et l'anthéridie est grande, jusqu'à 800 µm de diamètre.

L’absence de mucilage permet de distinguer Nitella opaca de Nitella capillaris et N. syncarpa, espèces également dioïques mais dépourvues de mucilage. La dioécie de Nitella opaca permet de la séparer de Nitella flexilis qui est monoïque. Cependant, la disparition précoce des anthéridies sur cette dernière maintient un risque de confusion avec les pieds femelles de Nitella opaca. Dans ce cas, l’examen des oospores permet de les distinguer. A l’état stérile Nitella opaca est difficile à distinguer de Nitella flexilis.

Description botanique
Plante moyenne à grande 30 - 100 cm, peu incrustée ou incrustation en anneaux (aspect zébré), d’un vert brillant, translucide. Diamètre de l’axe : 0,5 - 0,8 mm. Entre-nœuds : 1 à 4 fois plus longs que les rameaux. Cortication : absente. Acicules : absentes. Stipulodes : Aucun. Verticilles : composés de 6 - 8 rameaux chacun. Rameaux (phylloïdes) : divisés une seule fois en 2 ou 3 dactyles, jusqu’à 2,5 cm de long ; relativement dimorphes, certains longs et souples, d’autres courts et formant des têtes fertiles compactes par les rameaux enroulés autour des gamétanges ; dactyles unicellulaires. Dioïque, très fertile. Gamétanges : abondants et bien visibles l’oeil nu, concentrés dans les têtes fertiles (disposés à la bifurcation des rameaux) ; sans mucilage. Anthéridie : solitaire ou géminées, bien visibles à l’oeil nu, diamètre entre 0,4 et 0,8 mm. Oogone : souvent groupées par 2 (3). Oospore : roux à brun foncé, longueur 0,3 - 0,58 mm, largeur 0,23 - 0,45 mm, 5 - 7 crêtes spiralées largement ailées. Bulbilles : absents.
 
Maintenance
Dry Start
Non
Paramètres
Température
10 à 20°C
pH
6 à 8
GH
5 à 20
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Non
Attention ! Cette algue, qui pourrait être un apport intéressant en aquariophilie, a le désavantage de préférer les eaux froides et d'avoir un cycle de développement très court.
Disponibilité commerciale : Non disponible
Cette algue ne semble pas être commercialisée.
Plantation et multiplication
Reproduction végétative
Nitella capillaris peut se multiplier par fragmentation des rameaux.

Reproduction sexuée
Espèce essentiellement annuelle, mais pouvant être parfois pérenne, dioïque, très fertile.
À faible profondeur N. opaca est annuelle et très précoce, les plantes mâles apparaissent dès la mi-mars suivies par les pieds femelles, les oospores mûrissent jusqu’au début de l’été et la plante disparaît ensuite (juin-juillet). Dans des stations peu lumineuses ou en altitude, les populations sont permanentes et si elles se reproduisent sexuellement, leur cycle est plus long.
Commentaires
Étymologie : Nitella, peut-être du latin niteō, (nitēre) "briller, luire" et du suffixe -ella comme diminutif (petite), et opaca "opaque (qui ne brille pas).
Références
GBIF, MNHN, INPN,
- Guiry, MD, John, DM Rindi, F. et McCarthy, TK (ed) 2007 Nouvelle étude de l'île de Clare. Tome 6 : Les algues d'eau douce et terrestres . Académie royale irlandaise.
- Guiry, MD & Guiry, GM 2018. AlgaeBase. Publication électronique mondiale, Université nationale d'Irlande, Galway. http://www.algaebase.org
- Drew, KM (1926). La « feuille » de Nitella opaca , Ag., et le développement de branches adventives à partir de celle-ci. Annals of Botany 40 : 321-348.
- Kairesalo, T., Jónsson, GS, Gunnarsson, K. & Jónasson, PM (1989). Production de macro et microalgues dans un lit de Nitella opaca dans le lac Thingvallavatn, en Islande. Journal of Ecology 77 : 332-342.
- Arbeitsgruppe Armleuchteralgen Deutschland (Becker, R., Blindow, I., Doege, A., Franke, T., Gregor, T., Hamann, U., Jäger, D., Jorda, C., Kabus, T., Korsch , H., Korte, E., Kusber, W.-H., Pätzold, Raabe, U., Schubert, H., Teppke, M., van der Weyer K., Wolff, P.) (2015 '2016' ). Beschreibung der Characeen-Arten Deutschlands.
- Auderset, JD & Rey-Boissezon, A. (2013). Les Characées de Genève et environs. Distribution et Ecologie . Rapport projet de recherche DGNP-UNIGE Groupe d'Ecologie aquatique, Institut Forel et Institut des Sciences de l'Environnement, Université de Genève. pp. [i-vii], 1-95, nombreuses photographies, figures et cartes. Genève : Direction Générale de la Nature et du Paysage Rue des Battoirs 7 1205 Genève.
- Borisova, VO (2015 '2014'). Charales. In : Algues d'Ukraine : diversité, nomenclature, taxonomie, écologie et géographie. Tome 4 : Charophyta . (Tsarenko, PM, Wasser, SP & Nevo, Ruggell : Koeltz Scientific Books.
- Bryant, JA et Stewart, NF (2011). Phylum Chlorophyta. Commandez Charales. Dans : La flore algale d'eau douce des îles britanniques . Guide d'identification des algues d'eau douce et terrestres. Deuxième édition. (John, DM, Whitton, BA & Brook, AJ Eds) Cambridge : Cambridge University Press.
- Bueno, NC, Prado, JF, Meurer, T. & Bicudo, CE de M. (2016). Nitella (Streptophyta, Characeae) du sud du Brésil. Iheringia Serie Botânica 71(2)
- Caisová, L. & Gabka, M. (2009). Charophytes (Characeae, Charophyta) en République tchèque : taxonomie, autécologie et distribution. Fottea 9(1) : 1-43.
- Cirujano, S, Cambra, J., Sánchez Castillo, PM, Meco, A. & Flor Arnau, N. (2008). Flore ibérica algues continentales. Carófitos (Characées) . Madrid : Real Jardín Botánico.
- Hirose, H., Yamagishi, T. & Akiyama, M. (1977). Illustrations des algues d'eau douce japonaises .Tokyo : Uchida Rokakuho Publishing Co., Ltd. [en japonais]
- Hy, F., (1913). Les Characées de France. Bulletin de la Société Botanique de France 60 (Mémoires 26) : 1-47,
- Kobayasi, H. (1968). Une enquête sur les diatomées d'eau douce dans les environs de Tokyo. Journal japonais de botanique 20 (1) : 93-122.
- Langangen, A. (2007). Charophytes des pays nordiques . Oslo : Saeculum ANS.
- Muller, S, D., Rhazi, L. & Soulie-Märsche, I. (2017). Diversité et répartition des Characées au Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie). Crytogamie Algologie 38(3) : 201-251.
- Urbaniak, J. & Gabka, M. (2014). Charophytes polonais . Guide illustré d'identification. Wroclaw : Uniwersytet Przyrodniczy we Wroclawiu.
- Watterlot, A. & Prey, T. (2016). Inventaire des Characées sur le territoire picard (Aisne, Oise et Somme) : Évaluation patrimoniale. Version n° 2, décembre 2016. Bailleul : Centre régional de phytosociologie. Conservatoire botanique national de Bailleul.

Pour citer cette fiche :"Nitella opaca, (C.Agardh ex Bruzelius) C.Agardh, 1824" B-Aqua / GP (2021)


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative