Nitella pseudoflabellata
Nitelle faux éventail
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Nitella pseudoflabellata (Nitelle faux éventail) . D'où ils viennent,comment les maintenir en aquarium, en terrarium ou en bassin, comment les multiplier,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : A.Braun, 1882
Classe: Charophyceae
Ordre: Charales
Famille:  Characeae
Genre:  Nitella
Synonymes
Nitella pseudoflabellata f. australiana Nordst., 1889
Nitella pseudoflabellata var. minor K.Imahori, 1952
Nitella pseudoflabellata var. tetradynema F.S.Han & W.Q.Chen, 1990
Nitella pseudoflabelleta
Nitella pseudoflabellata var. comptonii (J.Groves) J.C.van Raam, 2010
Nitella pseudoflabellata var. pseudoflabellata
Noms Communs
Nitelle faux éventail
Membres du genre Nitella
Nitella capillaris ((Krocker) J.Groves & Bull.-Webst., 1920)
Nitella hyalina ((De Candolle) C.Agardh, 1824)
Nitella opaca ((C.Agardh ex Bruzelius) C.Agardh, 1824)
Nitella flexilis ((Linnaeus) Agardh, 1824)
Nitella pseudoflabellata (A.Braun, 1882)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie, Océanie
Australie, Chine, Inde, Japon, Nouvelle-Zélande, Thaïlande
Aire actuelle
En Inde, Nitella pseudoflabellata est signalée à Elliot's Beach à Chennai (Pal et al . 1962) et Sathamangalam à Virudhachalam Thaluk, Tamil Nadu (Subramanian 1985). Il est également enregistré en Chine, au Japon et en Thaïlande (Sakayama et al . 2005) et en Australie.

L'algue a été signalée en Nouvelle-Calédonie, à Madagascar, et dans le sud-est des États Unis d'Amérique.
Environnement
Milieu
Douce
Nitella pseudoflabellata fréquente les lacs marécageux et les eaux à faible débit.
L'algue se développe dans les réservoirs et les fossés d'eau sablonneux des rizières et des lits de rivière.
Nitella pseudoflabellata est largement répartie sans aucune menace connue, donc classée comme Préoccupation mineure.
Description
Type
Algue
Croissance
Taille
10 à 15 cm
Les algues du genre Nitella sont des algues vertes carophytes et en tant que telles ont des chloroplastes avec des chlorophylles a et b. Elles sont considérées comme proches des plantes terrestres.
Elles vivent principalement en eau douce. Au sein de la classe des Charales, elles sont les seules macroalgues, c'est-à-dire avec un développement macroscopique qui peut atteindre 60  cm, parfois plus.

Nitella pseudoflabellata est une petite plante submergée ramifiée, avec des groupes de branches en couches régulières, se divisant plus d'une fois. Têtes de fructification avec enduit visqueux.

Aquatique, submergée, macro-algues. Petite plante compacte (0,1-0,4 m) avec des branches régulières et fourchues à plusieurs reprises. Les rameaux fourchus naissent en verticilles des tiges centrales, qui sont ancrées dans le sédiment par des rhizoïdes incolores. La tige et les rameaux sont constitués de chaînes de cellules simples qui sont facilement percées. La plante est monoïque, avec des anthéridies et des oogones sur la même plante, généralement situées ensemble sur des rameaux terminaux et des têtes fertiles arrondies couvertes de mucus abondant. Deux cellules au-delà de la dernière fourche comprennent une petite cellule terminale conique.

Peut être distingué de la Nitella hyalina similaire, car cette dernière a un étage supplémentaire de rameaux raccourcis à chaque verticille . N. subtilissima est très similaire, mais les rameaux ne forment généralement qu'une seule fourche et seules des plantes femelles monoïques ont été observées en Nouvelle-Zélande.
Les oospores sont brun foncé, comprimées latéralement, entre 330 et 450 µm de longueur et des crêtes spiralées basses, avec une surface papillaire / tuberculée .
 
Maintenance
Dry Start
Non
Paramètres
Température
15 à 30°C
pH
7 à 8
GH
8 à 11
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Recommandé
Note : Cette algue, qui pourrait être un apport intéressant en aquariophilie, supporte les températures habituelles de nos aquariums.
Disponibilité commerciale : Non disponible
Cette algue ne semble pas être commercialisée.
Plantation et multiplication
Comme les autres espèces du genre, Nitella pseudoflabellata se reproduit végétativement par fragmentation ou par voie sexuée, par oospores.
Commentaires
Étymologie : Nitella, peut-être du latin niteō, (nitēre) "briller, luire" et du suffixe -ella comme diminutif (petite), et pseudoflabellata, de pseudo "faux" et flabellata du latin flabellum "éventail".
Références
GBIF, IUCN, NZPCN
AlgaeBase
- Broady, Pennsylvanie; Flint, EA ; Nelson, WA ; Cassie Cooper, V. ; de Winton, MD ; Novis PM Chapitre 23 Vingt-Trois : Phyla Chlorophyta et Charophyta (algues vertes). Dans : Inventaire néo-zélandais de la biodiversité (Volume 3), Gordon, DP (Ed), Canterbury University Press,
- Casanova, MT ; de Winton, MD ; Karol, KG; Clayton JS (2007). Nitella hookeri A. Braun (Characeae, Charophyceae) en Nouvelle-Zélande et en Australie : implications pour l'endémisme, la spéciation et la biogéographie. Charophytes (1) : 2-18
- Casanova, MT (2009). Un aperçu de Nitella en Australie (Characeae, Charophyta). Australian Systematic Botany 22 : 192-218,
- Day, SA, Wickham, RP, Entwisle, TJ & Tyler, PA (1995). Check-list bibliographique des algues non marines en Australie. Flora of Australia Supplementary Series 4
- Guiry, MD & Guiry, GM 10 mai 2019. AlgaeBase . Publication électronique mondiale, Université nationale d'Irlande, Galway. https://www.algaebase.org; recherché le 9 janvier 2022.
- Hirose, H., Yamagishi, T. & Akiyama, M. (1977). Illustrations des algues d'eau douce japonaises. Tokyo : Uchida Rokakuho Publishing Co., Ltd
- Mani, S. Nitella pseudoflabellata . Liste rouge des espèces menacées de l'UICN 2011
- Pal, B.P., Kundu, B.C., Sundaralingam, V.S. and Venkataraman, G.S. 1962. Charophyta. Indian Council Agricultural research, New Delhi.
- Sakayama, H., Hara, Y., Arai, S., Sato, H. & Nozaki, H. (2004). Analyses phylogénétiques du sous-genre Nitella Tieffallenia (Charales, Charophyceae) en utilisant des séquences d'espacement transcrites en interne de l'ADN ribosomique nucléaire. Phycologia 43 : 672-681.
- Sakayama, H., Miyaji, K., Nagumo, T., Kato, M., Hara, Y. & Nozaki, H. (2005). Réexamen taxonomique de 17 espèces du sous-genre Nitella Tieffallenia (Charales, Charophyceae) basé sur la morphologie interne de la paroi de l'oospore et de multiples séquences de marqueurs d'ADN. Journal de Phycologie 41 : 195-211.
- Sakayama, H., Nozaki, H., Kasaki, H. & Hara, Y. (2002). Réexamen taxonomique de Nitella du Japon, basé sur des études microscopiques de l'ornementation de la paroi des oospores et des séquences du gène rbc L. Phycologia 41 : 397-408.
- Subramanian, D. 1985. New varieties of Nitella from Tamilnadu. J. Indian Bot. Soc. 64(4): 306-311.
- de Winton, MD ; Dugdale, AM ; Clayton, JS (2007). Une clé d'identification des oospores des charophytes existants de Nouvelle-Zélande. Journal de botanique de Nouvelle-Zélande : 463-476
- Wood, RD & Imahori, K. (1965). Une révision des Characées . Première partie. Monographie des Characées. Weinheim : Verlag von J. Cramer.
- Wood RD, Mason R 1977. Characeae de Nouvelle-Zélande. Journal néo-zélandais de botanique 15 : 87-180.

Pour citer cette fiche :"Nitella pseudoflabellata, A.Braun, 1882" B-Aqua / GP (2021)


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative