Pogostemon micangensis
Pogostémon du fleuve Micango
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Pogostemon micangensis (Pogostémon du fleuve Micango) . D'où ils viennent,comment les maintenir en aquarium, en terrarium ou en bassin, comment les multiplier,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : G.Taylor, 1931
Classe: Magnoliopsida
Ordre: Lamiales
Famille:  Lamiaceae
Genre:  Pogostemon
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Pogostémon du fleuve Micango
Membres du genre Pogostemon
Pogostemon deccanensis ((Panigrahi) Press, 1982)
Pogostemon stellatus ((Lour.) Kuntze, 1891)
Pogostemon erectus ((Dalzell) Kuntze, 1891)
Pogostemon helferi (J.D.Hooker, 1982)
Pogostemon crassicaulis (Benth., 1982)
Pogostemon micangensis (G.Taylor, 1931)
Pogostemon quadrifolius ((Bentham) F.Müller, 1866)
Origine géographique
Aire d'origine : Afrique
Angola, Cameroun, Gabon
Aire actuelle
Pogostemon micangensis est connu dans une localité en Angola (dans les marais du fleuve Micango, la rivière Cuiriri) et deux au Cameroun (Parc National de Mefou, région centrale et Djouroum, à 13 km au sud de Ngouandéré, dans la région d'Adamaoua). Sa zone d'occurrence est estimée à 388 080 km² et sa zone d'occupation minimale à 20 km². Compte tenu de la disjonction géographique, l’identité des spécimens camerounais devrait peut-être être réexaminée.


Cette espèce est connue d'une localité en Angola (dans les marais de la rivière Micango, rivière Cuiriri) et deux au Cameroun (Parc National proposé de la Mefou, Région du Centre ; et Djouroum, à 13 km au sud de Ngouandéré, Région de l'Adamaoua). Sa zone d'occurrence (EOO) est estimée à 388 080 km 2 avec une zone d'occupation minimale (AOO) de 20 km 2 .

Seuls 12 individus sont connus dans la région de la Mefou au Cameroun, bien que cette zone n'ait pas été étudiée de manière approfondie. Plusieurs individus ont également été collectés à Djouroum en 1964 ; s'il existe encore ici est inconnu. La seule collection angolaise date de 1906 ; cependant, l'habitat dans le bassin versant de la rivière Cuito est relativement vierge et l'Angola est l'un des pays les moins échantillonnés de la planète pour la diversité botanique, il est donc très probable qu'il existe encore ici et peut se produire dans d'autres zones d'habitat approprié.
Environnement
Milieu
Terre, Douce
Pogostemon micangensis pousse dans les marais fluviaux, Les lits de rivières sablonneux asséchés, les prairies inondées et les marécages à une altitude comprise entre 600 et 1 300 mètres.
Critère : D2
La collection angolaise date de 1906 ; cependant, l'habitat dans le bassin versant de la rivière Cuito est relativement vierge et l'Angola est l'un des pays les moins échantillonnés de la planète pour la diversité botanique, il est donc très probable qu'il existe encore ici et peut se produire dans d'autres zones d'habitat approprié. On ne pense pas que l'espèce soit menacée ici à court terme.

L'extraction non durable de sable des rivières se produit actuellement au Cameroun et en Angola, mais pas dans les zones où cette espèce est connue et il n'y a pas de plans pour de telles activités dans un proche avenir pour autant que l'on sache. Cependant, la demande de sable de rivière pour la construction de bâtiments et d'infrastructures augmente de façon exponentielle dans le monde entier. Dans la localité de Djouroum au Cameroun, il y a un empiètement agricole, et le pâturage et l'abreuvement d'un grand nombre de bovins, entraînant le piétinement des plantes et la dégradation de l'habitat, sont connus pour se produire le long des cours d'eau dans la région élargie de Ngaoundéré.

Étant donné la préférence de cette espèce pour les habitats semi-aquatiques à substrat sablonneux, les menaces futures les plus plausibles pour cette espèce sont donc l'extraction non durable de sable des rivières, la sécheresse due au changement climatique et la pression accrue du pâturage et de l'abreuvement du bétail. Les sites connus ne comptent que quatre emplacements basés sur les menaces et ces impacts combinés pourraient faire en sorte que cette espèce devienne en danger critique d'extinction. Par conséquent, cette espèce est évaluée comme vulnérable selon le critère D2.

Aucune mesure de conservation ou plan de gestion spécifique n'est en place pour cette espèce. Le classement du parc national proposé de la Mefou aiderait à sécuriser les ressources pour protéger cette espèce. Une enquête le long des lits des rivières à Mefou et dans des zones similaires donnerait une meilleure évaluation de la conservation, une base de référence pour le suivi futur et une évaluation des besoins de gestion. Des prospections ciblées de la localité type en Angola (rivière Cuiriri) devraient être menées pour connaître les effectifs de la population et évaluer les menaces éventuelles.
Description
Type
Plante
Croissance
Taille
20 à 30 cm
Pogostemon micangensis est une herbe parfumée à odeur de menthe.

Les Pogostemon sont originaires des régions tropicales et subtropicales d'Afrique, d'Asie et du Nord-Ouest du Pacifique, surtout en Australie.
L'espèce la plus connue est le patchouli (Pogostemon cablin) largement cultivé en Asie pour son feuillage parfumé, utilisé pour le parfum, l'encens, ses qualités insectifuges et les infusions diverses.

Les feuilles sont velues à tomenteuses et sont disposées en vis-à-vis, généralement sessiles, de forme ovales, rarement linéaires ou en forme de faucille, à bords dentelés.
Les inflorescences sont généralement multiflores, formant des grappes ou des panicules. Les bractées sont linéaires à ovales. Le calice est ovoïde-tubulaire ou en forme de cloche. La lèvre supérieure des fleurs est trilobée, plus simple et plus longue ou légèrement plus longue que la partie supérieure. Les quatre étamines sont dressées et droites. Elles sont velues au milieu, les anthères sont rondes. Le style est divisé en deux parties à peu près égales. Les fruits sont des akènes ovales à arrondis, légèrement aplatis et lisses.
 
Maintenance
Dry Start
Oui
Paramètres
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Recommandé
Il n'y a aucun compte-rendu de culture disponible pour ce rare Pogostemon.
Disponibilité commerciale : Non disponible
La plante ne semble pas commercialisée (2023)
Plantation et multiplication
Reproduction végétative
La propagation végétative est sans doute réalisable par bouturages de rejets racinés.

Reproduction sexuée
La reproduction sexuée serait assurée, hors de l'eau, par la pollinisation des fleurs et la production de graines.
Mais la propagation par semis de graines n'est pas documentée.
Commentaires
Étymologie : Son nom Pogostemon lui vient du grec Πωγὼν, barbe, et στήμων, filament : "à étamines barbues" et micangensis, du fleuve Micango en Angola
Références
GBIF, IUCN,
- Cheek, M. & Rokni, S. "Pogostemon micangensis". The IUCN Red List of Threatened Species 2017
- Bachman, S., Moat, J., Hill, A.W., de la Torre, J. and Scott, B. 2011. Supporting Red List threat assessments with GeoCAT: geospatial conservation assessment tool. In: V. Smith and L. Penev (eds) e-Infrastructures for data publishing in biodiversity science. Zookeys 150: 117–126.
- Figueiredo, E. & Smith, GF (2008). Plantes d'Angola Strelitzia 22 : 1-279. Institut botanique national, Pretoria.
- Onana, J.M. and Cheek, M. 2011. Red Data Book of the Flowering Plants of Cameroon: IUCN Global Assessments. Kew Publishing, Kew, Richmond, Surrey, UK.

Pour citer cette fiche :"Pogostemon micangensis, G.Taylor, 1931" B-Aqua / GP (2021)


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative