Blepharostoma trichophyllum
Isoète velue
L'Isoète velue est une excellente plante à garder dans n'importe quel aquarium d'eau douce en raison de ses faibles besoins en éclairage. C'est une mousse à croissance lente qui est capable de vivre dans des réservoirs d'eau froide ainsi que des réservoirs tropicaux.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : (L.) Dumort., 1835
Classe: Jungermanniopsida
Ordre: Trichocoleales
Famille:  Blepharostomataceae
Genre:  Blepharostoma
Synonymes
Jungermannia trichophylla (L., 1753)
Chaetopsis trichophylla (L.) Mitt.
Ptilidium trichophyllum (L.) Mitt., 1860
Blepharostoma trichophyllum subsp. brevirete (Bryhn & Kaal.) R.M.Schust.
Blepharostoma trichophyllum subsp. trichophyllum
Noms Communs
Isoète velue
Hépatique velue
Ciliaire doigts-de-fée (Quebec)
Mousse perlée
Hairy Threadwort (en)
Membres du genre Blepharostoma
Blepharostoma trichophyllum ((L.) Dumort., 1835)
Origine géographique
Aire d'origine : Monde
Cosmopolite
Aire actuelle
Blepharostoma trichophyllum est circumboréale-submontagnarde.
L'hépatique velue est une hépatique des montagnes boréo-arctique circumpolaire qui est répandue et souvent fréquente dans le nord et les montagnes de l'Europe. Ailleurs, on le trouve en Asie et en Amérique du Nord, s'étendant vers le sud jusqu'aux chaînes de montagnes des régions équatoriales (Blockeel et al. 2014). La zone d'occupation (AOO) de cette espèce en Europe est estimée à environ 4 000 km², et sa zone d'occurrence (EOO) est d'environ 19 millions de km².


Cette espèce semble néanmoins en déclin, du moins dans certaines régions.
Elle est peut-être en déclin à long terme en Grande-Bretagne, et cela s'est poursuivi depuis le milieu des années 80 dans les régions des basses terres et des hautes terres. La raison n'est pas claire; il est possible que cela soit lié en partie à la petite taille de l'espèce, ce qui la rend facile à ignorer, mais sa rareté récente dans des zones relativement bien enregistrées telles que le Yorkshire suggère que le déclin peut être réel (Blockeel et al. 2014).
En Allemagne, elle a également disparue de plusieurs de ses sites de basse altitude (Meinunger et Schröder 2007). Cependant, elle est encore abondante dans le nord et dans certaines régions montagneuses du sud.

En France, cette hépatique est présente sur les reliefs, Alpes, Jura, Massif Central, Vosges... mais aussi ponctuellement ailleurs sur tout le territoire métropolitain.
Environnement
Milieu
Douce
Rarement présent en touffes pures, Blepharostoma trichophyllum se trouve généralement rampant parmi d'autres bryophytes dans une variété de communautés, sur des substrats riches en acides et en bases. Il est plus fréquent sur les parois rocheuses abritées et ombragées et les corniches parmi les rochers et dans les ravins, avec des associés tels que Amphidium mougeotii, Anoectangium aestivum et Gymnostomum aeruginosum, mais il se produit également au bord des ruisseaux et sur les berges des tourbières.
Dans les forêts de feuillus, il pousse sur des bases d'arbres, des rondins pourris et dans des coussins de grosses mousses du sol, notamment des espèces de Leucobryum.
D'autres plantes associées sont, en Allemagne, Lepidozia reptans, Tetraphis pellucida, Tritomaria exsecta, Notellia curvifolia et Riccardia palmata (Meinunger et Schröder 2007, Blockeel et al. 2014).
Son amplitude altitudinale s'étend du niveau de la mer jusqu'à 3 080 m d'altitude.

Parfois sur calcaire, parfois non.

Blepharostoma est assez répanduz dans les hautes terres de la Grande-Bretagne. C'est plus fréquent sur les rochers et dans les gorges, surtout là où la roche est calcaire, poussant sur ou à travers coussins de mousses acrocarpes (notamment Anoectangium aestivum), ou directement sur osciller.
Dans les forêts abritées, on le trouve parfois aussi sur des troncs d'arbres ou en mélange avec Nowellia curvifolia sur des bûches. Il peut également tolérer des conditions ouvertes, telles que des trous dans le sol dans prairies calcaires dans les districts de montagne, ou les bords pierreux des endroits chauds et des ruisseaux.

Espèce fréquente en Suisse au-dessus de 1000 m ; descend parfois en plaine, sur les troncs pourris, la terre siliceuse (évite les rochers calcaires) [Bernet, 1888].
L'état des populations de Blepharostoma trichophyllum est considéré comme préoccupant car, bien que l'espèce soit en déclin localement dans certaines zones de plaine, elle est encore beaucoup trop abondante dans le nord et dans les hautes terres pour être considérée comme menacée. Aucune mesure de conservation n'est requise à l'heure actuelle, sauf peut-être pour le suivi des sous-populations marginales.

Les menaces pesant sur cette espèce ne sont pas connues, mais la détérioration générale de la qualité des habitats des basses terres doit contribuer à son déclin. Les facteurs possibles incluent l'apport excessif d'azote, le sur/sous-pâturage, le drainage, le boisement, etc.

Aucune mesure de conservation n'est cependant requise à l'heure actuelle, sauf peut-être pour le suivi des sous-populations marginales.

Cette espèce a été évaluée comme Vulnérable en Hongrie (Hodgetts 2015).

En France métropolitaine, l'espèce n'est pas considérée comme en danger sauf dans les Haut-de-France où elle est classée quasi menacée (NT).
Description
Type
Mousse & Hépatique
Croissance
Taille
3 à 10 cm
Blepharostoma trichophyllum est une hépatique à feuilles très découpées.

Cette hépatique mince, vert clair ou pâle, a des pousses filiformes qui ont moins de 0,5 mm de diamètre, et étalées, feuilles à 3 ou 4 doigts. Chaque doigt est fait d'une seule rangée de cellules. Blepharostoma se développe sous forme de tapis entrelacés ou de tiges dispersées, et est facilement négligé. Ses périanthes sont plus larges que le reste des pousses, les rendant plus visibles lorsqu'ils sont présents.
Très peu d'hépatiques sont aussi minces que B. trichophyllum, et aucune ne se combine ses pousses filiformes et ses feuilles étalées et fines. Ces feuilles étalées lui donner un aspect duveteux, partagé uniquement avec le considérablement plus grand, et très différent, Trichocolea tomentella. Les Kurzia et les Telaranea ont des feuilles qui se courbent vers la tige. Lepidozia reptans a une base large évidente à ses feuilles, pas seulement les doigts. Quelques non-bryophytes peuvent ressembler à B. trichophyllum : les algues filamenteuses sont généralement encore plus minces, ne sont pas ramifiées et feuilles sont absentes, tandis que les gamétophytes de la fougère de Killarney (Trichomanes speciosum) sont irrégulièrement ramifiée et également dépourvue de feuilles.

Description botanique
Plantes de 300 à 500 µm de large. Section transversale de la tige presque arrondie, 6–7 alvéoles de haut, 90–120 µm de diamètre, cellules externes nettement plus grandes que l'intérieur, 20–30 µm de diamètre, paroi externe jusqu'à 5 µm d'épaisseur, surface externe striée, cellules internes faiblement épaissies, avec petits trigones concaves à triangulaires, de 12 à 22 µm de diamètre. Segments foliaires de 220–350 µm de long, droits à légèrement falciformes dans la lame. Cellules médianes du segment 30–70 × 20–28 µm, rapport longueur/largeur 1,4–2,6, cellules non dilatées ; corps pétrolifères granulés, 3–4 (−10) par alvéole, sphériques de 2–3 m de diamètre, à courtement oblongs 2–3 × 3–5 µm. Les bractées mâles avec des cils sont généralement bifurquées. Bractées femelles à limbe haut de 2 cellules, lobes plusieurs fois bifurqués (au maximum avec 6 cils du second ordre sur un « lobe »), cils terminaux diversement courbés. Périanthe lâchement 3–4 – plié dans les 2/3 supérieurs, légèrement obovales, distinctement ou lâchement contracté vers la bouche, environ 1300 × 700 µm, bouche ciliée, cils de 4–6 cellules de long, parfois à partir de la base 2-loculaire. Élatères 210–300 × 10–11 m ; spores de 15 à 18 µm de diamètre.
 
Maintenance
Dry Start
Oui
Paramètres
Température
5 à 28°C
pH
5,5 à 7,5
GH
0 à 8
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Non
Attention ! Les comptes-rendus de maintenance ne concernent peut-être (sans doute) pas la vraie Blepharostoma trichophyllum. Cette hépatique semble presque toujours mal identifiée dans le commerce aquariophile.

C'est une excellente plante à garder dans n'importe quel aquarium d'eau douce en raison de ses faibles besoins en éclairage. C'est une mousse à croissance lente qui est capable de vivre dans des réservoirs d'eau froide ainsi que des réservoirs tropicaux. Elle pousse en plaques touffues faciles à attacher sur les roches, le bois flotté ou le substrat d'aquarium et se propage seule.
Disponibilité commerciale : Très rare
On trouve parfois Blepharostoma trichophyllum dans le commerce aquariophile sous le nom de "Pearl moss", "Mini Rose Moss", mais il semble que les mousses vendues sous ce nom soient mal identifiées. Le nom spécifique trichophyllum indique des "feuilles" très fines alors que les spécimens vendus montrent des feuilles arrondies.
La vraie B. trichophyllum reste, semble t-il, une mousse d'aquarium extrêmement rare voire non-disponible.
Plantation et multiplication
Reproduction végétative
La mousse peut être propagée par fragmentation de tiges feuillées.

Reproduction sexuée
Blepharostoma trichophyllum est autoique (Chez les Bryophytes, se dit d’une espèce monoïque dont les anthéridies forment des ensembles portés par des rameaux différents de ceux portant les archégones.) ou paroïque (avec des anthéridies et archégones dans la même inflorescence mais non mêlés, les anthéridies se trouvant à l’aisselle des feuilles périchétiales les plus hautes; à anthéridies et à archégones groupés mais non mêlés, les anthéridies étant localisées dans les aisselles de feuilles périgoniales situées immédiatement au-dessous des feuilles périchétiales) ; les sporophytes sont occasionnels, produits d'avril à octobre. Les gemmes sont fréquentes, mais assez rarement enregistrées.
Commentaires
Étymologie : Blepharostoma, du grec βλέφαρον, (blépharon) "paupière" et du latin, emprunté au grec ancien στόμα (stóma) "bouche" (??? la signification reste obscure) et trichophyllum, du grec θρίξ, τριχός, thrix, trikhos "cheveu, poil, toison, barbe". et φύλλον, phýllon "feuille" en raison de la forme de ses "feuilles" filiforme.
Références
GBIF, IUCN, INPN, MNHN
Bryoquel, base de données des bryophytes du Québec - Labrador (http://www.societequebecoisedebryologie.org/hepatiques/Blepharostoma_trichophyllum.html)
British Bryological Society (https://www.britishbryologicalsociety.org.uk/wp-content/uploads/2020/12/Blepharostoma-trichophyllum.pdf
Missouri Botanical Garden. 2015. Tropicos.org. St. Louis
Nature Serve
- Blockeel, T.L., Bosanquet, S.D.S., Hill, M.O. and Preston, C.D. (eds). 2014. Atlas of British & Irish Bryophytes. Pisces Publications, Newbury.
- Hodgetts, N. 2019. Blepharostoma trichophyllum. The IUCN Red List of Threatened Species 2019
- Hodgetts, N.G. 2015. Checklist and country status of European bryophytes – towards a new Red List for Europe. Irish Wildlife Manuals, No. 84. National Parks and Wildlife Service, Department of the Arts, Heritage and the Gaeltacht, Ireland.
- Meinunger, L. and Schröder, W. 2007. Verbreitungsatlas der Moose Deutschlands. Band 1-3. Regensburgische Botanische Gesellschaft, Regensburg.
- Stotler, R.E. and B. Crandall-Stotler. 2017. A synopsis of the liverwort flora of North America north of Mexico. Ann. Missouri Bot. Gard. 102: 574-709.
- Vadim A. Bakalin, Anna A. Vilnet,Seung Se Choi, Van Sinh Nguyen "Blepharostoma trichophyllum S.L. (Marchantiophyta): The Complex of Sibling Species and Hybrids" article paru dans "Plants", 9 (11) numéro spécial "Nouvelles connaissances en bryologie" (2020 )

Pour citer cette fiche :"Blepharostoma trichophyllum, (L.) Dumort., 1835" B-Aqua / GP (2021)


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative