Alestopetersius smykalai
Tetra Diamant bleu
Le Tetra Diamant bleu est en voie de disparition dans son milieu et on s'attachera en priorité à le reproduire en captivité.
Un bac biotope de type rivière "africain fluvial" sera nécessaire à ce poisson grégaire.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Alestopetersius smykalai
Taxinomie
Descripteur : Poll, 1967
Classe: Actinopterygii
Ordre: Characiformes
Famille:  Alestidae
Genre:  Alestopetersius
Synonymes
Hemigrammopetersius smykalai (Poll, 1967)
Rhabdalestes smykalai (Poll, 1967)
Noms Communs
Tetra Diamant bleu
Tetra de Smykala
Blue Diamond Characin (en)
Membres du genre Alestopetersius
Origine géographique
Aire d'origine : Afrique
Nigéria
La localité type du Tetra Diamant bleu est "Aba, Lower Niger, Nigeria", ce qui correspond à la ville d'Aba dans l'état d'Abia, au sud du Nigeria, qui se trouve sur la rivière Aba, un affluent de la rivière Imo.

L'aire de répartition est mal connue, mais semble se limiter au bassin inférieur du fleuve Niger et aux fleuves Imo et Ogun.

Note : La majorité des espèces d'Alestopetersius sont originaires du système fluvial du Congo, à l'exception d'A. smykalaii, connue uniquement dans les bassins hydrographiques de l'Imo et du Niger au Nigeria.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Alestopetersius smykalai est une espèce pélagique qui habite les ruisseaux et les rivières.
Critère : B2ab(i,ii,iii)
Cette espèce se trouve dans deux localités du delta du Niger et du fleuve Ogun, avec une zone d'occurrence (EOO) de 6 044 km2 et une zone d'occupation (AOO) de seulement 36 km2. Il est possible qu'elle soit plus répandue que celle actuellement échantillonnée, mais, compte tenu de l'habitat aquatique approprié dans l'aire de répartition de cette espèce, la zone d'occupation ne devrait pas dépasser 500 km2.
Il y a un taux continu et croissant de perte de superficie et de qualité d'habitat dans son aire de répartition en raison des activités industrielles (principalement pétrolières) et du drainage et de la mise en décharge des marais pour le développement urbain et industriel. L'espèce est donc considérée comme "En voie de disparition".
Description
Taille
: 5 à 6 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
5 à 6 ans
Régime
Omnivore
Alestopetersius smykalai mâle à un corps argenté, le dos bleu qui le distingue des femelles ainsi que la longue nageoire dorsale et la forme différente de la nageoire anale, qui arbore une bordure blanche.
Les femelles sont moins colorées et leur nageoires sont transparentes.
Une tache noire est bien visible à la base de la caudale chez les deux sexes.

L'espèce est caractérisée par 21–22 rayons mous anaux, 5,5–6,5 écailles au-dessus de la ligne latérale. La ligne latérale est complète, comptant 25–26 écailles. 18–19 rayons ramifiés supportent la nageoire anale. 16 branchiospines sont comptés sur le membre inférieur du premier arc branchial.

Il n'existe pas de définition récente du genre mais, sur la base de Géry (1977) et des images de Mbimbi Mayi Munene et Stiassny (2012), il peut être distingué des autres membres du genre Alestopetersius par la combinaison des éléments suivants : absence de rayons médians étendus sur la nageoire caudale chez les mâles adultes, absence de bandes sombres proéminentes dans les lobes de la nageoire caudale, tache humérale faiblement visible, une marque proéminente, sombre, grossièrement en forme de losange sur le pédoncule caudal.
 
Régime Alimentaire
Les poissons sauvages sont probablement des omnivores opportunistes se nourrissant de petits insectes, de crustacés, de fruits tombés, etc.

En aquarium, il se nourrit facilement, mais pour le maintenir en bonne santé, il est recommandé de lui offrir des repas réguliers de petits aliments vivants et congelés tels que des vers de sang, des daphnies et des artémias, ainsi que des flocons et des granulés séchés de bonne qualité, dont certains au moins devraient inclure un contenu végétal supplémentaire.
Dimorphisme
Les mâles adultes sont plus colorés et ont tendance à devenir plus gros que les femelles.
Ils développent également des nageoires dorsales, ventrales, anales et caudales très étendues, tandis que chez les femelles, seuls les quelques rayons antérieurs de la nageoire dorsale sont légèrement étendus.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
10 minimum (20 recommandé)
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        20      23              27      28
pH
         5      6            7      7,2
GH
         2       5              10       15
Brassage
Aquarium
Volume
250 l minimum (300 l recommandé)
Longueur
120 cm minimum (150 cm recommandé)
La maintenance de ce tetra est assez simple. Le décor peut être conçu pour reproduire une rivière, avec un substrat de sable, des pierres de tailles variées, quelques grosses racines ou morceaux de bois flotté et finalement assez peu de plantes. On peut toutefois aussi le maintenir dans un aquarium planté plus classique. L'important étant de lui réserver un large espace libre pour la nage.

Il est assez sensible à l'accumulation de matière organique dans l'eau et au fluctuation de paramètre, aussi faut-il l'introduire dans un aquarium parfaitement stable et l'entretien devra être très rigoureux.

C'est un poisson vif, mais très pacifique, aussi convient-il bien à un aquarium communautaire. Vivant naturellement en banc, il doit être maintenu en groupe d'au moins dix individus et si possible plus afin d'avoir un comportement naturel et de se sentir en confiance.

Disponibilité commerciale : Rare

Le Tetra Diamant bleu est une espèce d'importance commerciale. Il est élevé en captivité, mais toujours prélevé dans la nature.

Compte tenu de son statut d'espèce "En voie de disparition", on veillera à se renseigner auprès du vendeur et à ne se procurer que des individus provenant d'élevage.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
24 à 27 °C
pH
6 à 7
GH
5 à 10 °GH
Les rapports de reproduction de ce Tétra sont assez rare, même si sa reproduction en aquarium semble possible.

Il s'agit d'une espèce qui disperse ses œufs et qui ne montre aucun soin parental.
Note : Il est possible qu'un nombre élevé d'individus soit nécessaire à l'émulation favorisant le frai.

Une méthode d'élevage consiste apparemment à maintenir un groupe d'adultes dans leur propre aquarium équipé d'une grilles empêchant les poissons d'avoir accès aux oeufs et en vérifiant aussi régulièrement que possible la présence d'œufs. Ceux-ci sont retirés et normalement éclos dans des récipients plus petits avec une incubation d'environ cinq jours et des alevins assez grands pour accepter des nauplii d'Artemia ou des micro-vers une fois qu'ils nagent librement.
Commentaires
Etymologie : Alestopetersius a "sans" et lestes dérivé du grec ancien λῃστής, lêstês "voleur, pirate", ici au sens biologique de "prédateur" (Sans prédateur ?) et petersius, "de Peters" naturaliste, expéditionnaire en Asie, et smykalai, "de Smykala", en l'honneur de Eddy R. Smykala, exportateur d'origine polonaise au Nigeria dans les années 50 et 60, puis éleveur de poissons au Royaume-Uni.
Références
GBIF, IUCN,
Fishbase, Seriously Fish
- Anon. 1997. Fish records in the museum database of the Vertebrate Section of the Royal Museum for Central Africa. Tervuren, Belgium.
- Baensch, H.A. and Riehl, R. 1995. Aquarian Atlas. Band 4. Mergus, Verlag für Natur- und Heimtierkunde GmbH, Germany.
- Bustamante, G. 2002. World heritage biodiversity: filling critical gaps and promoting multi-site scientific approaches for new nominations of tropical coastal, marine and island ecosystems in Latin America and the Caribbean. In: A. Hillary, M. Kokkonen and L. Max (eds.), Proceedings of the World Heritage Marine Biodiversity Workshop. Hanoi, Vietnam.
- Froese, R. and Pauly, D. 2006. FishBase. Available at: www.fishbase.org.
- Hureau, J.-C. 1991. La base de données GICIM : Gestion informatisée des collections ichtyologiques du Muséum. Atlas Préliminaire des Poissons d'Eau Douce de France. Conseil Supérieur de la Pêche, , pp. 225-227. Ministère de l'Environnement, CEMAGREF et Muséum national d'Histoire naturelle, Paris.
- Laë, R., Williams, S., Malam Massou, A., Morand, P. and Mikolasek, O. 2004. Review of the current state of the environment, fish stocks and fisheries of the Niger River ( West Africa). In: RL Welcomme and T. Petr (eds.), Proceedings of the second international symposium on the management of large rivers for fisheries (Volume I). Food and Agriculture Organization of the United Nations.
- Olaosebikan, BD, Snoeks, J., Lalèyè, P. et Contreras MacBeath, T. "Alestopetersius smykalai." Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2020
- Olaosebikan, BD and Raji, A. 2013. Field Guide to Nigerian Freshwater Fishes (Revised Edition). Federal College of Freshwater Fisheries Technology, Newbussa, Nigeria.
- Paugy, D. 1984. Characidae. In: J. Daget, J.-P. Gosse and DFE Thys van den Audenaerde (ed.), Check-list of freshwater fish from Africa (CLOFFA), pp. ORSTOM, Paris and RMCA, Tervuren.
- Paugy, D. 1990. Characidae. In: C. Lévêque, D. Paugy and GG Teugels (eds.), Fresh and brackish water fish fauna of West Africa. Volume I. Coll. Tropical Fauna n° XXVIII, pp. Royal Museum for Central Africa, Tervuren and ORSTOM, Paris.
- Paugy, D. 2003. Alestidae. In: D. Paugy, C. Leveque and G. Teugels (eds.), Fresh and brackish water fishes of West Africa, pp. IRD & RMCA, Paris and Tervuren.
- Paugy, D., Traoré, K. and Diouf, PS 1994. Fish fauna of the fresh waters of West Africa. In: GG Teugels, JF Guégan and JJ Albaret (eds.), Biological diversity of African fresh and brackish water fishes. , p. 35-66. Annals Royal Museum for Central Africa, Tervuren, Belgium, Zoological Sciences.
- Varjo, M., Koli, L. and Dahlström, H. 2004. Kalannimiluettelo (version 10/03). Suomen biologist Seura Vanamo Ry.
- Wu, HL, Shao, KT and Lai, CF 1999. Latin-Chinese Dictionary of Fish Names. The Sueichan Press, Taiwan.

Pour citer cette fiche :"Alestopetersius smykalai Poll, 1967" B-Aqua / TE, GP (2021-23)


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative