Trichogaster labiosa
Gourami à grosses lèvres
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Trichogaster labiosa (Gourami à grosses lèvres) . D'où ils viennent, comment les maintenir en aquarium, comment les reproduire,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Trichogaster labiosa
Taxinomie
Descripteur : Day, 1877
Classe: Actinopterygii
Ordre: Perciformes
Famille:  Osphronemidae
Genre:  Trichogaster
Synonymes
Colisa Labiosa (Day, 1877)
Colisa Labiosus (Day, 1877)
Noms Communs
Gourami à grosses lèvres
Gourami lippu
Gourami à lèvres épaisses
Thick lipped gourami (en)
Membres du genre Trichogaster
Trichogaster chuna (Hamilton, 1822)
Trichogaster fasciata (Bloch & Schneider, 1801)
Trichogaster Lalius (Hamilton, 1822)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Inde, Myanmar
Le Trichogaster labiosa n'est présent que dans la moitié sud du Myanmar et dans le bassin inférieur du Subansiri, dans l'état de l'Arunachal Pradesh (Inde).
Day (1877) a décrit Trichogaster labiosus du Myanmar. L'espèce est souvent confondue avec T. fasciatus et sa présence largement répandue en Inde.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Il vit dans les rivières lentes, les canaux d'irrigation, les rizières et étangs.
Il a tendance à fréquenter les zones ombragées de végétation flottante et les herbiers.
Étant donné que la zone d'occurrence de l'espèce est très large et sans menaces importantes, Trichogaster labiosus est évalué comme "Préoccupation mineure".
Description
Taille
: 9 à 10 cm SL  
: 7 à 8 cm SL
Respiration
Branchiale, Labyrinthe
Longévité
6 à 8 ans
Régime
Carnivore
Les couleurs naturelles de Trichogaster labiosa sont très proches de celles de Trichogaster lalius et ce poisson est aussi souvent confondu avec Trichogaster fasciata.

Le caractère distinctif principal de T. labiosa relève de ses lèvres, épaisses, charnues qui lui vaut son nom populaire de Gourami à grosses lèvres. Le museau est petit, avec un bouton sur le dessus, provenant d'un épaississement de la peau de la mâchoire supérieure et est surtout visible chez les mâles qui ont atteint la maturité sexuelle.

La couleur de base est d'un vert brillant, rayé en croix figurant sur ce colorie de fond, irrégulière, oblique, rouge foncé, plus intense à l'arrière du corps. Le vert peut être couvert par une bande longitudinale de couleur foncée. Le bas du corps et de l'abdomen, principalement lorsqu'il est agité et/ou stressé, deviennent violet foncé avec des dessins gris-blanc. Les nageoires sont très colorés.

Cette espèce possède un organe respiratoire secondaire, le labyrinthe, lui permettant dans une certaine mesure, de respirer l'air atmosphérique.
Elle possède des nageoires pelviennes filiformes modifiées, en forme d’antennes qui servent au toucher, le thigmotactisme* leur permettant de se déplacer facilement dans des milieux turbides.
 
Régime Alimentaire
Bien que omnivore, il privilégie dans la nature les petites proies venant se poser sur la surface de l'eau, tels que des petits insectes et autres invertébrés. En aquarium, il est assez simple à nourrir et accepte tous les types de nourriture, mais un apport régulier de nourriture vivante est recommandé pour le maintenir en bonne santé.
Dimorphisme
La femelle a des couleurs plus douces. De plus, elle reste légèrement plus petite que les mâles qui atteignent eux une taille de dix centimètres.
Dangerosité
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
4 minimum
Zone
Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 3
Paramètres
Température
        21      22              27      28
pH
         6      6,5            7      7,5
GH
         2       4              8       10
Brassage
Aquarium
Volume
120 l minimum (150 l recommandé)
Longueur
100 cm minimum
Hauteur
40 cm recommandé
L'aquarium doit être avant tout bien planté, notamment afin que la ou les femelles puissent sortir du champs de vision des mâles. L'ajout de plantes flottantes est quasiment indispensable pour recréer son environnement naturel, tamiser la lumière et servir de support à la construction des nids de bulles.

La filtration doit générer un courant le plus faible possible, sans quoi, ils s’épuiseront à lutter contre le courant. Il est par ailleurs préférable de le maintenir dans un bac fermé ou avec des rebord suffisamment hauts car il est susceptible de sauter hors de l'aquarium

C'est un des Gourami les plus paisibles. Il peut facilement vivre en aquarium communautaire avec des danio, rasboras, loches... Il est possible de les maintenir en groupe s'ils y sont habitués dès leur acquisition et que l'aquarium est suffisamment grand et planté pour que chaque mâle aient son territoire et que les femelles non choisies puissent leur échapper lors du frai.

Disponibilité commerciale : Disponible

De nombreuses variétés colorées existent, en particulier une très appréciée morphe orangée.
Attention ! : il semble que parmi les variétés sélectionnées pour leur couleur, certaines aient été obtenue par hybridation avec des Colisa chuna et lalia. Ces individus seront probablement stériles.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
26 à 27 °C
Comme beaucoup anabantidés, c’est un constructeur de nids à bulles. Il se reproduira spontanément dans l'aquarium de maintenance et si celui-ci est fortement planté, quelques alevins pourront survivre. Il est aussi possible de le reproduire dans un aquarium spécifique. Celui-ci aura une hauteur d'eau d'une vingtaine de centimètres et beaucoup de plantes flottante et de plantes à feuilles fines où le mâle trouvera de quoi construire son nid et la femelle un refuge. L'eau doit être stagnante, il n'est donc pas nécessaire de mettre un filtre, ou seulement un filtre exhausteur. L'aquarium doit être fermé hermétiquement car les alevins doivent avoir accès à une couche d’air chaud et humide. Sans cela, le développement de l'organe labyrinthe peut être altéré.

Il est préférable de séparer les sexes au cours des quelques semaines précédant une tentative de ponte. Cela évitera les pontes indésirables et protégera la femelle du mâle jusqu'à ce qu'elle soit en condition. Nourrissez-les avec beaucoup d'aliments vivants et surgelés pendant cette période. Lorsque la femelle est visiblement ronde avec des œufs, elle peut être transférée dans l'aquarium de reproduction. Le mâle la rejoindra quelques jours plus tard. Il devrait commencer à intensifier ses couleurs presque immédiatement et commencer à travailler sur un grand nid de bulles parmi les plantes flottantes puis paradera devant la femelle. Si elle est réceptive, elle s'approchera du nid pour frayer avec lui.
 
Le frai a lieu sous le nid dans l'étreinte typique des anabantidés, le mâle enroulant son corps autour de la femelle. Lorsque les œufs sont libérés, ils commencent à couler. Ils sont immédiatement rassemblés dans la bouche du mâle et crachés dans le nid. Plusieurs autres pontes ont lieu totalisant entre cinq cents et mille œufs. Une fois le frai terminé, le mâle assume la responsabilité de garder la couvée jusqu'à l'éclosion des œufs. Il est moins agressif envers sa femelle qu’avec les autres membres du genre, mais il est toujours préférable de l’enlever à ce stade.

Une autre méthode, probablement plus simple, consiste à attendre la reproduction dans le bac communautaire et de prélever le nid de bulle juste après l'éclosion des alevins à l'aide d'un bol et de le placer délicatement dans un aquarium d'une trentaine de litres ayant rigoureusement les mêmes paramètres que l'aquarium d'origine. Attention, si vous ajouté un second nid de bulle dans cet aquarium, la seconde couvée sera probablement totalement dévorée par la première.

L'incubation dure environ 24 à 36 heures. Le mâle peut alors aussi être enlevé. Les alevins nagent librement deux à trois jours plus tard. Ils sont très petits et doivent être nourris d'infusoires pendant la première semaine. Après cela, ils sont assez gros pour accepter les nauplies, le micro-vers et les paillettes en poudre.

Attention ! : Les gouramis ne sont pas monogames et on veillera à établir un sex-ratio de un mâle pour trois femelles afin de diluer l’agressivité, lors du frai, envers les femelles écartées.
Commentaires
Étymologie : Le nom Trichogaster vient du Le grec ancien mots θρίξ (thríx) qui signifie cheveux et du grec ancien γαστήρ (gastḗr) qui signifie estomac, une référence à l'unique rayon long et semblable à un poil dans leur nageoires pectorales et labiosa, lippu (à lèvres épaisses)

* Le thigmotactisme Le thigmotactisme (du grec θίγμο : thigmo : toucher et ταξις : taxie : arranger, disposer) est la tendance qu'ont des animaux, lorsqu'ils sont placés dans un open-field lors d'une expérience, à demeurer à proximité des parois Les rongeurs, animaux nocturnes et à mauvaise vision, utilisent surtout des données olfactives et tactiles pour percevoir leur environnement, l'explorer, se repérer. Ces données tactiles proviennent notamment des vibrisses (appelées communément moustaches) en contact avec les parois.(du grec θίγμο : thigmo : toucher et ταξις : taxie : arranger, disposer) est la tendance qu'ont des animaux, lorsqu'ils sont placés dans un champ ouvert, à demeurer à proximité des parois.
Références
GBIF, IUCN,
- Shyama P. Biswas, Sabita Borah and Debojit Baruah "Checklist of fishes of Lower Subansiri river drainage, Northeast India (Bikramaditya Bakalial)"
- Day, F. "Fishes of India; being a natural history of the fishes known to inhabit the seas and fresh waters of India, Burma, and Ceylon". (1878)
- Vishwanath, W. "Trichogaster labiosus" Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2010

Pour citer cette fiche :"Trichogaster labiosa, Day, 1877" B-Aqua / X, TE (2021)


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative