Brachygobius kabiliensis
Gobie de Kabili
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Brachygobius kabiliensis (Gobie de Kabili) . D'où ils viennent, comment les maintenir en aquarium, comment les reproduire,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Inger, 1958
Classe: Actinopterygii
Ordre: Perciformes
Famille:  Gobiidae
Genre:  Brachygobius
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Gobie de Kabili
Gobie abeille
Kabili Bumblebee Goby (en)
Membres du genre Brachygobius
Brachygobius doriae (Günther, 1868)
Brachygobius nunus (Hamilton, 1822)
Brachygobius xanthozonus (Bleeker, 1849)
Brachygobius sabanus (Inger, 1958)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Cambodge, Indonésie, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Vietnam
Brachygobius kabiliensis a une répartition en Asie du Sud-Est. Il est connu du nord-est de Bornéo (Sabah et Kalimantan) (Kottelat et al. 1993), des îles Natuna (Indonésie) (Tan et Lim 2004), de la Malaisie péninsulaire, de la Thaïlande et du delta du Mékong, en amont jusqu'au Cambodge (Rainboth 1996).

La distribution de B. kabiliensis telle qu'elle est actuellement signalée est quelque peu disjointe puisque la localité type est la rivière Kabili dans la division de Sandakan, dans l'État de Sabah, en Malaisie (nord-est de Bornéo), et qu'elle a également été collectée au Brunei Darussalam, à Singapour et dans le bassin inférieur du Mékong. au Vietnam et au Cambodge.
Il semble que sa présence reste incertaine au Brunei Darussalam.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce, Saumâtre
Brachygobius kabiliensis habite les eaux douces et saumâtres, dans les zones de végétation aquatique, y compris les racines de palétuviers (Rainboth 1996).
Les substrats ont donc tendance à être composés de boue, de sable et de limon avec des matières organiques sus-jacentes telles que des feuilles mortes, des racines de mangrove et du bois flotté submergé.
Il n'y a aucune information disponible sur les menaces pesant sur l'espèce. La perte d'habitat (par exemple, le défrichement des mangroves) aura néanmoins un impact sur l'espèce.
Description
Taille
: 1,5 à 2 cm SL
Respiration
Branchiale
Régime
Carnivore
Bien que le nom de cette espèce apparaisse parfois sur les listes du commerce ornemental, il semble être systématiquement mal appliqué à d'autres espèces, en particulier les poissons de type Brachygobius doriae, bien que les deux ne soient pas difficiles à distinguer l'un de l'autre.

Selon les connaissances actuelles, Brachygobius kabiliensis peut être identifié comme suit : moins de trente écailles latérales ; deux bandes corporelles noires atteignant la ligne médiane ventrale en arrière de la nageoire anale; bande au-dessus de la nageoire anale atteignant également la ligne médiane ventrale pas de bande noire sur la tête, bien que la première bande puisse toucher le bord postérieur de l'œil ; bande au-dessus de la nageoire anale n'atteignant pas la ligne médiane ventrale; six rayons ramifiés de la nageoire anale ; sept à huit écailles prédorsales.

Brachygobius xanthomelas peut être aisément confondu avec Brachygobius kabiliensis qui lui ressemble énormément. Les deux espèces se distinguent essentiellement par le nombre d'écailles dans la ligne latérale : 26 à 27 pour B. xanthomelas contre 22 à 23 pour B. kabiliensis.

B. kabiliensis et B. aggregatus sont aussi deux espèces très similaires mais qui peuvent être distinguées l'une de l'autre par le fait que la barre noire du corps au-dessus de la nageoire anale s'étend jusqu'à la ligne médiane ventrale chez B. agregatus, mais chez B. kabiliensis se termine autour du milieu du corps. B. kalbiensis possède également des écailles prédorsales, contrairement à B. aggregatus .

Note : Bien que la coloration ne soit pas vraiment un critère d'identification, on peut noter que sur les rares photos disponibles, il apparait que B. kabiliensis n'est doré que sur la partie arrière du corp et plutôt argenté de la tête au deux tiers de celui-ci.
 
Régime Alimentaire
Les gobies vivent au fond de l'eau et se nourrissent en milieu naturel, d'invertébrés tels que les larves d'insectes, vers et petits crustacés.
Afin de les garder en bonne santé, il est indispensable de leur apporter une nourriture vivante de petite taille.

Les petits aliments vivants tels que artémies, cyclopes, daphnie, etc., doivent être considérés comme essentiels bien que certains spécimens apprennent à accepter des alternatives congelées. Les produits séchés sont normalement ignorés.
Dimorphisme
Les femelles sexuellement matures ont vraisemblablement un corps plus rond que les mâles, en particulier lorsqu'elles sont gravides.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Aucun
Maintenance
Population
6 minimum (12 recommandé)
Zone
Inférieure
Paramètres
Température
        22      24              28      30
pH
         7      7,5            8      8,5
GH
         10       15              15       20
Brassage
Aquarium
Volume
50 l minimum
Le genre Brachygobius contient actuellement neuf espèces décrites, et bien que toutes soient désignées collectivement sous le nom de gobies "abeille", seuls Brachygobius doriae et Brachygobius sabanus sont couramment disponibles dans le commerce ornemental.
On se rapportera donc à ces espèces pour en assurer la maintenance si on a la chance rare de posséder Brachygobius kabiliensis.

Cette espèce est plus que rarement commercialisée et une grande confusion concernant l'identification et la répartition naturelle des Brachygobius est courante.
On ne manquera donc pas de se renseigner auprès du vendeur de l'espèce exacte et de l'origine précise des poissons convoités. Leur acclimatation et leur maintenance en dépend.

Note : Il est sans doute beaucoup plus simple de prélever des poissons au moment du frai dans les estuaires ou en élevage, mais la provenance des spécimens commercialisés reste floue. Malgré tout, le milieu de prélèvement devrait être plus dur (voire saumâtre) que celui des individus isolés récoltés durant les expéditions scientifiques.

Disponibilité commerciale : Très rare

Brachygobius kabiliensis n'est apparemment pas présent sur les marchés (Rainboth 1996), mais se retrouve toutefois, mais très rarement, dans le commerce des aquariums.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Difficile
Aucune donnée de reproduction de cette espèce n'est disponible. On se rapportera aux autres membres du genre plus souvent commercialisés comme Brachygobius sabanus ou Brachygobius doriae.
Commentaires
Étymologie : Brachygobius du grec, brachys, "court" et du latin, gobius "goujon" et kabiliensis, de la rivière Kabili au nord-ouest de Pawang en Malaisie (reserve de Kabili-Sepilok).
Références
GBIF, IUCN,
Seriously Fish
- Inger, R. F., "Notes on the fishes of the genus Brachygobius." in Fieldiana Zoology 39(14): 107-117 (1958)
- Kottelat, M., Whitten, A.J., Kartikasari, S.N. and Wirjoatmodjo, S. "Freshwater fishes of Western Indonesia and Sulawesi." Periplus Editions, Hong Kong. (1993)
- Larson, H.K. "A revision of the gobiid fish genus Mugilogobius (Teleostei: Gobioidei), and its systematic placement." in Rec. West. Aust. Mus. (Suppl. No. 62):1-233. (2001)
- Miller, P. J., "The classification of bumble-bee gobies (Brachygobius and associated genera) (Teleostei: Gobiidae)." in Cybium 13(4): 375-383 (1989)
- Rainboth, W.J. "Fishes of the Cambodian Mekong. FAO species identification field guide for fishery purposes." FAO, Rome : 1-265, (1996)
- Randall, J. E. and K. K. P. Lim, "A checklist of the fishes of the South China Sea." in The Raffles Bulletin of Zoology Supplement 8: 569-667 (2000)
- Tan, H.H. and Lim, K.K.P. "Inland fishes from the Anambas and Natuna islands, South China Sea, with description of a new species of Betta (Teleostei: Osphronemidae)." in The Raffles Bulletin of Zoology Supplement 11: 107-115. (2004)
- Zhou, W. and Cui, G.H. "A review of Tor species from the Lancangjiang River (Upper Mekong River), China (Teleostei: Cyprinidae)." in Ichthyological Exploration of Freshwaters 7: 131-142 (1996)


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative