Cichla pleiozona
Un Cichla vorace comme tous ceux de son genre, essentiellement inféodé au Brésil et Bolivie . Son identification principale tient à la 4ème bande noire en avant de la caudale.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Kullander & Ferreira, 2006
Classe: Actinopterygii
Ordre: Perciformes
Famille:  Cichlidae
Genre:  Cichla
Membres du genre Cichla
Cichla piquiti (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla kelberi (Kullander, S.O. and E.J.G. Ferreira, 2006)
Cichla monoculus (Spix et Agassiz, 1831.)
Cichla ocellaris (Bloch & Schneider, 1801)
Cichla orinocensis (Humboldt, 1821)
Cichla temensis (Humboldt, 1821)
Cichla pinima (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla nigromaculata (Jardine & Schomburgk, 1843)
Cichla intermedia (Machado-Allison, 1971)
Cichla jariina (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla melaniae (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla pleiozona (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla thyrorus (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla vazzoleri (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla mirianae (Kullander & Ferreira)
Origine géographique
Aire d'origine : Amérique du sud
Bolivie, Brésil
Aire actuelle
Importé dans le canal du Panama.
Présent au Brésil dans la région du Mato Grosso (Rio Alegre) et dans le bassin de l’Amazonie bolivienne (Rio Madre de Díos, Beni, Maoré et Guaporé, Rio Jamari).
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Eau douce. Aime se tenir près de troncs immergés ou sur des rebords ombragés par des plantes ou algues denses. Il gagne les profondeurs aux heures chaudes.
Description
Taille
: 34 à 0 cm SL  
: 20,4 à 0 cm SL
Respiration
Branchiale
Régime
Carnivore
Cichla pleiozona
Un spécimen de 44,2 cm pêché. Poids moyen observé : 2,4 kg. 4,58kg maximum observé.

Comme tous les représentants du genre Cichla, on note une profonde échancrure entre les rayons durs et les rayons mous de la nageoire dorsale.L’espèce type du genre est C. ocellaris
C.pleiozona ressemble à d’autres Cichla comme monoculus, avec lequel il a longtemps été confondu ou kelberi, mais ce qui le distingue est la présence d’une barre verticale supplémentaire (n°4) sur la partie antérieure du pédoncule caudal. Cette barre peut cependant être exceptionnellement absente.
Il a également plus d’écailles sur la ligne latérale (84-93 contre 76-83 chez kelberi et 68-67 chez monoculus). Il n’a pas non plus les taches claires typiques de kelberi.
Ligne latérale discontinue, mais on a trouvé des spécimens chez qui elle ne l’était que d’un côté ou bien plus ou moins continue dans deux cas.

Epines dorsales 3-5 ou 4-5 plus longues.
Caudale avec le coin dorsal incliné, le coin ventral arrondi légèrement convexe.
Pectorales pointues, 4ème ou 5ème rayon plus long. Pelviennes au premier rayon plus long.

La coloration globale, elle, peut varier selon l’âge du spécimen, son sexe où la localité d’origine. Par exemple, les spécimen de Vila Bela sont beaucoup plus foncés que les spécimens boliviens et les parties claires jaunâtres à brun pâle, au lieu de blanches.
La couleur des femelles comporte des parties sombres moins marquées que chez le mâle. Les trois bandes typiques sont brun foncé, se terminant en motif marbré de taches brunes éparses avec anneaux argentés jusqu’à la base de la pectorale. Barre 3 avec pigment irrégulier plus foncé sous le dos, avec 3-4 points argentés, se terminant en couleur brun-gris jusqu’en dessous de la ligne latérale. Taches blanchâtres le long du milieu du pédoncule caudal.
Pas de marque post-orbitaire, à l’exception d’une minuscule tache noire ocellée postéro-dorsal de l’opercule.
Tache foncée juste en avant de la base de la pectorale.
Dorsale épineuse brune, molle grisâtre, avec une barre transversale blanche en partie arrière. Caudale jaune brun avec des rangées verticales claires. Ocelle de la caudale irrégulière mais entourée d’un anneau argenté complet. Pelviennes à marge antérieure blanche.
Chez le mâle, on note dans les différences des taches pâles denses sur le dos, le dessus de la tête et de l’opercule espacés par du brun clair. Barre occipitale présente, foncée, partiellement masquée par des taches claires. Les trois barres verticales s’affinent sous la ligne latérale. Les flancs sont brun foncé ainsi que le dos et la tête. Dorsale noire à brun foncé, caudale brunâtre sans les taches claires de la femelle. Anale rougeâtre en partie arrière, ainsi que les rayons de la pectorale.
 
Régime Alimentaire
Piscivore
Maintenance
Une maintenance en aquarium est peu conseillée de par sa taille et ses tendances fortement prédatrices, c’est un poisson plutôt à réserver à un aquarium public de plusieurs mètres cubes.

Disponibilité commerciale : 

Sujets jeunes uniquement
Reproduction
Type
Ovipare
Bosse nucale des mâles âgés, juste en avant de la dorsale, qui constitue une réserve lipidique pendant la période de reproduction.
Commentaires
Il a été nommé « pleiozona » en référence à la barre verticale sur le pédoncule caudal, qui le distingue de C.kelberi et monoculus (pleios : plus et zona : ceinture).
Comme d’autres Cichla, on peut parfois le trouver sous le nom de Tucunare qui désigne surtout l’ensemble des représentants du genre.
On le signale comme une des espèces les plus populaires pour la pêche au gros, importée dans le canal du Panama, où C.pleiozona a peu de prédateur ce qui a permis la forte expansion de la population. Il se tient dans des zones plantées ou remplies de troncs et branches immergés, où il peut chasser ses proies en embuscade.. Les jeunes restent en groupe, tandis que les adultes sont seuls ou par paires.
Références
https://svenkullander.se/publications/Kullander_Ferreira_Cichla_2006.pdf
Remise en question de la phylogénie des Cichla : https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0172349#pone.0172349.ref029
Fish base : https://fishbase.mnhn.fr/summary/Cichla-pleiozona.html
Life map - NCBI : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/Taxonomy/Browser/wwwtax.cgi?id=50735&mode=info (phylogénie complète de C.ocellaris et autres du genre visibles à https://lifemap-ncbi.univ-lyon1.fr , en entrant les noms de genre et espèce dans le moteur de recherche)
Informations sur la biologie et techniques de pêche : https://www.acuteangling.com/amazon-gamefish/peacock-bass-species-guide.html


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative