Carinotetraodon lorteti
Tétraodon aux yeux rouges
Le Tétraodon aux yeux rouges, assez commun dans son milieu naturel, est une excellente recrue pour l'aquariophilie.
Encore rare dans le commerce dédié, il n'en reste pas moins facile à maintenir si on respecte ses préférences, et possible à élever avec un minimum de préparation.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Tirant, 1885
Classe: Actinopterygii
Ordre: Tetraodontiformes
Famille:  Tetraodontidae
Genre:  Carinotetraodon
Synonymes
Carinotetraodon chlupatyi Benl, 1957
Monotreta tiranti d'Aubenton & Blanc, 1966
Tetraodon lorteti Tirant, 1885
Tetraodon somphongsi Klausewitz, 1957
Tetraodon werneri Benl & Chlupaty, 1957
Tetrodon lorteti Tirant, 1885
Tetrodon sompongsei Klausewitz, 1957
Noms Communs
Tétraodon aux yeux rouges
Tétraodon de Lortet
Redeye puffer (en)
Pla Pugpao Tah Daeng (thaï)
Trey kampot (khm)
Membres du genre Carinotetraodon
Carinotetraodon lorteti (Tirant, 1885)
Carinotetraodon travancoricus (Hora & Nair, 1941)
Carinotetraodon imitator (Britz & Kottelat, 1999)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Cambodge, Indonésie, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Vietnam
Largement distribué dans les estuaires et les parties lentes des ruisseaux et des rivières, ainsi que dans les étangs stagnants d'Asie du Sud-Est, Carinotetraodon lorteti est connu du bassin inférieur du Mékong en Thaïlande, au Vietnam et au Cambodge, le bassin versant de Chao Phraya dans le centre de la Thaïlande et peut se produire dans des systèmes fluviaux plus petits entre les deux.
La localité type est "Thu-dâu-môt, Vietnam".
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Localement commun dans ses habitats appropriés Carinotetraodon lorteti fréquente les tronçons inférieurs des ruisseaux, des rivières et des estuaires.

On le trouve dans les eaux lentes à stagnantes dans les ruisseaux forestiers ombragés, les affluents mineurs et les plaines inondables. La végétation aquatique ou riveraine y est dense, tandis que le substrat peut être recouvert de feuilles et de branches tombées.
Ce poisson largement distribué a toujours une population saine dans toute son aire de répartition et est donc évalué comme "Préoccupation mineure".
Description
Taille
: 5,5 à 6 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
3 à 5 ans
Régime
Carnivore
Capable de changer de couleur en fonction de l'environnement.
Il est facile à distinguer de son proche parent Carinotétraodon irrubesco, par l'absence d'une queue rouge.

Les poissons-globe sont appelés ainsi car ils ont la capacité de gonfler leur estomac élastique avec de l'eau ou de l'air. C'est généralement une réponse à une sorte de menace, bien que dans l'aquarium de nombreux spécimens semblent se gonfler sans raison apparente. Le poisson devient deux ou trois fois sa taille normale, suffisamment gros pour effrayer de nombreux prédateurs potentiels ou difficile à avaler.
Ce phénomène est obtenu en aspirant de l'eau dans un diverticule ventral spécialisé de l'estomac, bien que l'air puisse également être utilisé si le poisson est retiré de l'eau.

À la suite de ces adaptations morphologiques, les puffers nagent via une combinaison unique d'ondulations des nageoires pectorales et médianes appelées nage "diodontiforme". Ils sont également capables de produire des sons en grinçant les dents de la mâchoire/du pharynx ou en faisant vibrer la vessie natatoire.

Les Tetraodon sp. sont également l'un des rares poissons qui peuvent réellement cligner des yeux ou fermer les yeux.

De nombreuses parties du corps des Tetraodon sp. contiennent la tétrodoxine, un poison potentiellement mortel.
La chaire de cette famille de poissons est toxique et peut provoquer une intoxication clinique et la mortalité humaine, bien qu'elle soit considérée comme un mets délicat dans certains pays. La toxine prédominante, généralement la tétrodotoxine ou la saxitoxine, dépend de l'espèce, de la zone géographique et de la période de l'année. Les toxines ne sont pas produites par les poissons eux-mêmes, mais par des bactéries vivant en association symbiotique, ou elles sont acquises via la chaîne alimentaire.

Note : C. lorteti fait partie d'un groupe souvent appelé "puffers aux yeux rouges" (Redeye puffer), qui contient actuellement quatre espèces reconnues réparties en Indochine et dans les îles de la Sonde.
Il peut être distingué de Carinotetraodon borneensis, Carinotétraodon irrubesco et Carinotétraodon salivator, les autres membres de ce groupe, par la combinaison suivante de caractères : 12-13 rayons de la nageoire dorsale ; 14 rayons de la nageoire pectorale ; 11-12 rayons de la nageoire anale ; 11 rayons de la nageoire caudale ; yeux non exorbités au-dessus de la tête ; chez les mâles, nageoire dorsale rougeâtre, tache noire sur la base de la nageoire dorsale présente, base de la nageoire pectorale hyaline, nageoire anale rougeâtre avec une tache noire à la base, nageoire caudale grisâtre en proximal et noire avec un bord blanc en distal, gorge non marquée, pas de barres sur corps; chez les femelles surface ventrale non marquée ou avec des taches pâles, 4-5 barres sur la nageoire caudale.
 
Régime Alimentaire
Carinotetraodon lorteti comme tous les Tetraodontidae, se nourrit de zooplancton, mollusques, crustacés et autres invertébrés.

Essentiellement molluscivores, les Tetraodon nains consomment de petits escargots, des crustacés... Ils seront donc faciles à nourrir si vous avez des escargots et des crevettes à disposition.
En dernier recours, ils accepteront néanmoins la nourriture congelée de qualité, mais rarement la lyophilisée.

Attention ! : Les tétraodontides n'ont pas de vraies dents, les os de la mâchoire étant modifiés en quatre structures soudées ressemblant à des dents. Celles-ci grandissent continuellement à un rythme surprenant, il faut donc proposer des repas réguliers d'invertébrés à coquille tels que des escargots, des petites pattes de crabe, des coques... afin de les maintenir à une longueur raisonnable. Certaines données documentées que les aufwuchs constituent une partie importante du régime alimentaire naturel. Il peut donc être intéressant de permettre, voire d'encourager, la croissance des algues sur les éléments durs du décor.

Les aliments supplémentaires peuvent inclure des crustacés hachés, de petits vers de terre et des larves de chironomes (vers de sang) vivants ou congelés, des artémias,... Les produits secs ne doivent pas constituer la composante principale de l'alimentation, bien que les formats en granulés à consistance très dure pourraient s'avérer utiles.
Dimorphisme
Sexuellement dimorphes, mâles et femelles ont parfois été décrits comme des espèces différentes.

Les mâles adultes possèdent des carènes dorsales et ventrales bien développées sur le corps, qui sont érigées pendant les parades de menace et la parade nuptiale. De plus, les mâles possèdent un corps et une nageoire caudale de couleur uniforme, tandis que les femelles présentent un motif de couleur réticulé sur le corps et la nageoire caudale.
Dangerosité
 
 
 Alimentaire
De nombreuses parties du corps des Tetraodon contiennent la tétrodoxine, un poison potentiellement mortel. Il s'agit de la même neurotoxine que celle retrouvée dans la fameuse pieuvre aux anneaux bleus.
Lorsqu'il est ingéré en grande quantité, elle peut provoquer une paralysie et la mort.
Il n’existe pas encore d’antitoxine connue et pour les humains, elle est plus de mille fois plus meurtrière que le cyanure.
La victime reste généralement consciente lorsqu'elle est paralysée.
Maintenance
Population
2 minimum
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        20      24              26      28
pH
         5      6,5            7      7,5
GH
         1       3              6       10
Conductivité
              40                        430
Brassage
Aquarium
Volume
60 l minimum (80 l recommandé)
Longueur
60 cm minimum (80 cm recommandé)
Largeur
30 cm minimum
Hauteur
30 cm minimum
On trouve Carinotetraodon lorteti dans les eaux lentes à stagnantes dans les ruisseaux forestiers ombragés, les affluents mineurs et les plaines inondables. La végétation aquatique ou riveraine y est dense, tandis que le substrat peut être recouvert de feuilles et de branches tombées.

La maintenance de Carinotetraodon lorteti nécessitera donc un aquarium bien agencé, avec des racines ou des branches de bois flotté ainsi que de nombreuses plantes aquatiques, dont des variétés flottantes afin de fournir de l'ombre supplémentaire.
L'ajout de litière de feuilles automnales permet de se rapprocher au mieux du milieu naturel et, en plus d'offrir un refuge pour la faune indispensable, entraîne le développement de colonies de microbes qui peuvent fournir une précieuse source de nourriture précoce pour les alevins.

Si la filtration doit être efficace (x4 à x5), les Tetraodon étant réputés pollueurs, le débit du filtre ne doit pas entrainer de courant. À défaut, de petits changements d'eau réguliers sont recommandés car cette espèce est sensible à la détérioration des conditions.

Inadapté à l'aquarium communautaire Carinotetraodon lorteti est mieux maintenu seul en raison de sa tendance à mordre les nageoires des colocataires, en particulier dans les petits aquariums.
Il est territorialement agressif mais un groupe peut être maintenu ensemble à condition que l'aquarium soit correctement agencé et qu'un espace suffisant soit disponible.
Le bac devra aussi être abondamment pourvu en mollusques et crustacés. L'abondance de nourriture disponible limite grandement l'agressivité.

Disponibilité commerciale : Rare

Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
26 à 28 °C
pH
6 à 6,5
GH
3 à 6 °GH
Cette espèce a été élevée avec succès en aquarium, mais la croissance des jeunes reste compliquée.

Les rapports de reproduction sont rares, mais on sait que les mâles du genre peuvent être extrêmement agressif envers les femelles. Un aquarium de reproduction d'au moins 80 x 40 x 30  cm .très planté, permettant des espaces de quiétude sera donc indispensable.

L'eau doit être douce et acide (pH 6,0–6,5, GH 5), et assez chaude (27–28 °C, voire 29°C).
Donnez au couple beaucoup de petits crustacés et escargots vivants.
Lorsque le couple est prêt à frayer, les agressions entre les poissons diminuent, même si la parade est assez vigoureuse.
La parade nuptiale est initiée par le mâle et caractérisée par l'intensification des couleurs ainsi que l'exhibition des crêtes dorsale et ventrale.

Les œufs (jusqu'à trois cent cinquante œufs) semi-adhésifs sont déposés parmi la végétation aquatique (les mousses à feuilles fines telles que Taxiphyllum sont particulièrement adaptées) à proximité du substrat.

Le mâle assume seul la garde du couvain pendant l'incubation. Les œufs éclosent généralement en soixante à soixante-douze heures. Le sac vitellin est entièrement absorbé en quelques jours, moment où ils deviennent capables de nager et doivent se voir proposer des infusoires en raison de leur petite taille.
À ce stade, les adultes devraient être retirés de l'aquarium.

Note : Les alevins sont extrêmement difficiles à élever. Le bac doit être richement pourvu en micro-faune et, sitôt les alevins en âge de les accepter, on doit compléter l'alimentation à l'aide de nauplies (cyclopes, brachions).
Attention ! : Certaines publications soulignent qu'il ne faut pas leur donner d'artémies. (à confirmer)
Commentaires
Étymologie : Carinotetraodon, du latin, carina (carène) "en forme de coque" et du grec, tetra "quatre" et odous "dents", et lorteti,en l'honneur du zoologiste français Louis Charles Émile Lortet (1836-1909).
Références
GBIF, IUCN,
Fish base, Seriously Fish
- Britz, R. et M. Kottelat, "Journal of South Asian Natural History 4(1): 39-47
Carinotetraodon imitator, a new freshwater pufferfish from India (Teleostei: Tetraodontiformes)." in Journal of South Asian Natural History 4(1): 39-47 (1999)
- Dekkers, WJ, "Review of the Asiatic freshwater puffers of the genus Tetraodon Linnaeus, 1758 (Pisces, Tetraodontiformes, Tetraodontidae)." in Bijdragen tot de Dierkunde 45(1): 87-142 (1975)
- Ebert, K., "The puffers of fresh and brackish waters." in Aqualog, Rodgau: 1-96 (2001)
- Kottelat, M., "A review of the nominal species of fishes described by G. Tirant." in Nouvelles Archives du Muséum d'Histoire Naturelle, Lyon Fasc. 24: 5-24 (1986)
- Kottelat, M., "The fishes of the inland waters of southeast Asia: a catalogue and core bibiography of the fishes known to occur in freshwaters, mangroves and estuaries" in Raffles Bulletin of Zoology Supplement 27: 1-663 (2013)
- Lim, K. K. P. and M. Kottelat, "Carinotetraodon salivator, a new species of pufferfish from Sarawak, Malaysia (Teleostei: Tatraodontidae)". in Japanese Journal of Ichthyology 41(4): 359-365 (1995)
- Rainboth, W.J., 1996. Fishes of the Cambodian Mekong. FAO species identification field guide for fishery purposes. FAO, Rome.
- Riehl, R. and H.A. Baensch, 1996. Aquarien Atlas, Band 1. 10th edition. Mergus Verlag GmBH, Melle, Germany
- Tan, H. H., "A new species of Carinotetraodon from Sumatra and Borneo and validity of C. borneensis (Teleostei: Tetraodontidae)." in Ichthyological Exploration of Freshwaters 10(4): 345-354 (1999)
- Tirant, G., "Notes sur les poissons de la Basse-Cochinchine et du Cambodge." in Excursions et reconnaissances v. 10 : 91-198 (1885)
- Vidthayanon, C. "Carinotetraodon lorteti". The IUCN Red List of Threatened Species 2012
- Yamanoue, Y., M. Miya, H. Doi, K. Mabuchi, H. Sakai and M. Nishida, "Multiple Invasions into Freshwater by Pufferfishes (Teleostei: Tetraodontidae): A Mitogenomic Perspective." in PLoS ONE 6(2): e17410 (2011)

Pour citer cette fiche :"Carinotetraodon lorteti, Tirant, 1885" in B-Aqua / TE / GP (2021)
Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative