Carinotetraodon travancoricus
Tetraodon nain
C. travancoricus est l'une des plus petites espèces de tétraodon et certainement la plus petite du commerce aquariophile.
Son coté mignon et sa personnalité attachante l'ont rendu populaire, à juste titre. Malheureusement trop souvent vendu sans les informations nécessaires à sa santé, il pâtit cependant de sa popularité.
C'est un poisson de banc qui préférera être maintenu en groupe, ou en harem.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Carinotetraodon travancoricus
Taxinomie
Descripteur : Hora & Nair, 1941
Classe: Actinopterygii
Ordre: Tetraodontiformes
Famille:  Tetraodontidae
Genre:  Carinotetraodon
Synonymes
Monotreta travancoricus (Hora & Nair, 1941)
Tetraodon travancoricus Hora & Nair, 1941
Noms Communs
Tetraodon nain
Tétraodon Malabar nain
Indian Dwarf Puffer (en)
Dwarf pufferfish (en)
Malabar Pufferfish (en)
Membres du genre Carinotetraodon
Carinotetraodon lorteti (Tirant, 1885)
Carinotetraodon travancoricus (Hora & Nair, 1941)
Carinotetraodon imitator (Britz & Kottelat, 1999)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Inde, Sri Lanka
Le tétraodon nain est endémique des ghâts occidentaux de l'Inde et se trouve dans les zones côtières du Kerala et du Karnataka sud, en Inde.
Cette espèce occupe un territoire restreint d'environ 35 à 36 000 km2 comprenant treize rivières dans le Kerala.
Au Kerala, l'espèce est présente dans la rivière Pamba, mais aussi dans les rivières Chalakudy, Periyar, Kechery, Bharathapuzha, Muvattupuzha, Pudukkad, et surtout dans la réserve de biosphère de Nilgiri, ainsi que le lac Vembanad.
Au Karnataka, il est connu dans les rivières Mavincar et Aghanashini.

Carinotetraodon travancoricus a été décrit (comme Tetraodon (Monotretus) travancoricus) par Hora & Nair (1941) à partir de spécimens collectés dans la rivière Pamba dans le centre de Travancore.
Il a depuis été signalé dans divers plans d'eau à Kerala : lac Vembanad et rivière Meenachil dans le district de Kottayam (Åhlander, 1988; Rema Devi et al., 1996), Puddukad, Trichur (Inasu, 1993), la rivière Chalakudy (Biju et al., 1999; Ajithkumar et al. 1999; Raghavan et al. 2008; Beevi & Ramach-andran, 2009), la rivière Periyar (Biju et al., 1999; Beevi & Ramachandran, 2009), la rivière Kechery (Biju et al., 1999), la rivière Bharatapuzha (Biju-kumar & Sushama, 2001), la rivière Muvvatupuzha (Beevi & Ramachandran, 2009), la rivière Chaliyar (Gopi, 2006) et récemment collectées par nous auprès de la rivière Valapattanam près d'Irrity. Rema Devi et al. (2000) l'ont signalé également à Dakshina Kannada dans le sud du Karnataka et à Bhat (2004) de la rivière Aghanashini au Karnataka. Carinotetraodon travancoricus semble donc être largement distribué le long des plaines des Ghâts occidentaux
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
22 à 28 °C
pH
6,8 à 8,3
GH
5 à 25 °GH
Potamodrome, le tétraodon nain s'accommode de différents milieux, mais c'est une espèce exclusivement d'eau douce qui habite habituellement les eaux intérieures lentes et fortement végétalisées.
Cette espèce se déplace en banc et est facile à attraper.
Critère : A2de+3de+4de
L'habitat de ce poisson est gravement modifié par la construction de barrages, la déforestation aveugle et la conversion ultérieure de zones forestières en plantations agricoles (Raghaven et al . 2008). Cette espèce est également un poisson d'aquarium célèbre, et la capture de l'espèce pour le commerce des aquariums est une menace. Thomas et al . (2002), Dahanukar et al . (2004) et Raghavan et al . (2008) ont considéré cette espèce comme étant en voie de disparition, cependant, aucune justification n'est fournie. Dans la rivière Chalakudy, l'habitat de ce poisson est gravement menacé par les barrages, la déforestation aveugle et la conversion ultérieure de la zone forestière en plantations agricoles (Raghavan et al. 2008). Aucune information de ce type n'est disponible sur d'autres zones où se trouve le poisson. Cependant, ces menaces pourraient être courantes dans toute sa distribution.
On suppose que 30 à 40% de la population sauvage de ce tetraodon a d'ors et déjà disparu.

Carinotetraodon travancoricus est donc considéré comme vulnérable.
Description
Taille
: 2,5 à 3 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
3 à 5 ans
Régime
Carnivore
Les mâles Carinotetraodon travancoricus sont généralement plus petits (2,5  cm), que les femelles (3  cm),.
Ils ont une ligne brune s'étendant sur la majeure partie de la surface ventrale, que n'ont pas les femelles.
Les mâles présentent souvent des lignes derrière les yeux.

Les tétraodons nains se nourrissent dans la nature de zooplancton, de divers crustacés et mollusques benthiques. Comme son nom scientifique le présuppose, les Tetraodon nains possèdent quatre dents soudées, très puissantes, qui leur permettent de broyer les coquilles des mollusques.

Les poissons-globe sont appelés ainsi car ils ont la capacité de gonfler leur estomac élastique avec de l'eau ou de l'air. C'est généralement une réponse à une sorte de menace, bien que dans l'aquarium de nombreux spécimens semblent se gonfler sans raison apparente. Le poisson devient deux ou trois fois sa taille normale, suffisamment gros pour effrayer de nombreux prédateurs potentiels ou difficile à avaler.
Les Tetraodon sp. sont également l'un des rares poissons qui peuvent réellement cligner des yeux ou fermer les yeux.

De nombreuses parties du corps des Tetraodon sp. contiennent la tétrodoxine, un poison potentiellement mortel.

Note : Carinotetraodon travancoricus a été initialement décrit comme Tetraodon (Monotretus) travancoricus de la rivière Pamba, Kerala, Inde (Hora et Nair 1941).
 
Régime Alimentaire
Molluscivore (malacophage), les Tetraodon nains consomment de petits escargots, des crustacés... Ils seront donc faciles à nourrir si vous avez des escargots et crevettes à disposition.
Ils accepteront néanmoins la nourriture congelée de qualité, mais rarement la nourriture lyophilisée.
Cependant, les "dents" du Tetraodon poussant en permanence, il est donc indispensable de lui procurer des escargots afin qu'il les use.

Les tétraodontides n'ont pas de vraies dents, la mâchoire elle-même étant modifiée en quatre structures en forme de dents fusionnées. Celles-ci poussent en permanence à une vitesse surprenante, alors proposez des repas réguliers d'invertébrés à coquille tels que des escargots, des petites pattes de crabe, des coques, etc., afin de les maintenir à une longueur raisonnable. Il existe des preuves suggérant que les aufwuchs forment une proportion importante de l'alimentation naturelle, il peut donc être utile d'autoriser ou même d'encourager la croissance d'algues sur des objets de décoration durs.

Les aliments supplémentaires peuvent inclure des crustacés hachés, des petits vers de terre et des larves de chironomes vivantes ou congelées (ver de vase), Artemia , etc. Les produits séchés ne doivent pas constituer le principal composant de l'alimentation, bien que des formats de granulés à consistance très dure puissent s'avérer utiles.
Dimorphisme
Les mâles matures ont une ligne brune s'étendant sur la majeure partie de la surface ventrale, que n'ont pas les femelles.
Normalement, les mâles présentent également un motif de lignes étroitement disposées juste derrière l'œil.
Les femelles sexuellement matures sont souvent sensiblement plus rondes dans le corps que les mâles.
Dans la nature, la maturité est atteinte lorsque les femelles font 18,0 mm en moyenne pour 18,33 mm pour les mâles.
Dangerosité
 
 
 Alimentaire
De nombreuses parties du corps des Tetraodon contiennent la tétrodoxine, un poison potentiellement mortel. Il s'agit de la même neurotoxine que celle retrouvée dans la fameuse pieuvre aux anneaux bleus.
Lorsqu'il est ingéré en grande quantité, elle peut provoquer une paralysie et la mort.
Il n’existe pas encore d’antitoxine connue et pour les humains, elle est plus de mille fois plus meurtrière que le cyanure.
La victime reste généralement consciente lorsqu'elle est paralysée.
Maintenance
Population
4 minimum (8 recommandé)
Zone
Inférieure, Centrale, Supérieure
Ratio M/F
1 / 3
Paramètres
Température
        22      24              26      28
pH
         7      7,5            8      8,5
GH
              10                        20
Brassage
Aquarium
Volume
60 l minimum (80 l recommandé)
C. travancoricus est l'un des plus petits poissons que l'on trouve dans le commerce aquariophile.
Son apparence mignonne, sa personnalité amusante et ses déplacements fascinants en font une acquisition très populaire, bien qu'il soit trop souvent vendu sans les informations correctes nécessaires à sa santé et à ses soins à long terme.
Le Tetraodon Nain est assez difficile à maintenir dans de bonnes conditions et requière une bonne connaissance de l'espèce.

Carinotetraodon travancoricus fréquente les rivières d'eau douce à moyennement dures, plutôt neutre au pH compris entre 6,8 et 8,0.
S'il s'accommode de paramètres de l'eau divers il est en revanche très sensible aux nitrites et à la moindre trace d'ammoniaque. Des changements d'eau partiels réguliers sont donc indispensables.
En raison de son alimentation polluante, surtout s'il est nourri de congelés, une filtration très efficace est recommandée. Si la filtration doit être efficace (x4 à x5), le débit du filtre ne doit pas entrainer de courant car l'espèce habite des eaux très calmes dans la nature.

Cette espèce se porte mieux dans une configuration fortement plantée, peut-être davantage décorée de racines et de branches torsadées pour fournir une couverture supplémentaire.
Ce type d'installation fournira de nombreuses lignes de vue brisées (importantes pour réduire l'agression entre les individus) et un habitat varié pour ces poissons curieux à explorer. L'utilisation de plantes flottantes pour diffuser la lumière est également recommandée, et les poissons seront généralement plus actifs et confiants dans ces conditions.

C'est, sans doute, le tétrodon le plus pacifique.
Cependant, il s'attaque volontiers aux nageoires des autres poissons, aux escargots et aux invertébrés.
Le tétrodon nain est relativement actif et territorial et comme tous les poissons-globes, il peut être agressif.
Il est impossible de le faire cohabiter avec de petites crevettes (qui serviront occasionnellement de repas).
Il n'est généralement pas recommandé de l'élever en bac communautaire, car il a tendance à pincer les nageoires des poissons lents ou à nageoires longues.
Sa petite taille l'empêche de rivaliser avec des espèces plus actives et plus vigoureuses au moment des repas et pourrait même se retrouver sur le menu de grands compagnons.
Les petits loricariidés comme Otocinclus spp. sont des compagnons acceptables.
Le bac devra aussi être abondamment pourvu en mollusques et crustacés. L'abondance de nourriture disponible limite grandement l'agressivité.

La maintenance idéale sera néanmoins en aquarium spécifique.
Le Tetraodon Nain se déplace en bancs de quelques dizaines de spécimens dans son milieu.
Ce poisson de banc doit donc être maintenu en groupe dans un bac adapté riche en cachettes.
Un nano-aquarium d'une soixantaine de litres, dédié, avec deux ou trois femelles pour un mâle sera la meilleur configuration. Pour un banc plus important, un aquarium plus grand sera nécessaire.

Disponibilité commerciale : Disponible

Carinotetraodon travancoricus est également commercialisé sous le nom de Tetraodon Malabar, en référence à la région du sud de l'Inde qui contient la plupart de l'aire de répartition naturelle de l'espèce.
Carinotetraodon imitator, une variante géographique, est parfois aussi disponible dans le commerce aquariophile et mal-nommée C. travancoricus.

La plupart des C. travancoricus proposés dans le commerce des aquariums sont issus d'élevage, cependant, vu sa vulnérabilité à l'état sauvage, on veillera à s'assurer de la provenance des individus que l'on souhaite accueillir.

En effet, Carinotetraodon travancoricus ne présente aucun intérêt pour les pêcheries (Talwar et Jhingran 1991). Cependant, c'est un célèbre poisson d'aquarium connu sous le nom de "Indian Dwarf Puffer". Même si aucune information précise n'est disponible sur l'impact du commerce aquariophile, la surpêche est une menace pour l'espèce.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Difficile
Paramètres
Température
26 à 28 °C
pH
7,5 à 8
GH
12 à 15 °GH
Pour la reproduction il est conseillé de maintenir au minimum un mâle de ce tétraodon nain avec deux ou trois femelles afin d'éviter que celles-ci ne soient perpétuellement harcelées.

Si vous n'utilisez qu'un trio tétraodon, le réservoir de frai n'a pas besoin d'être particulièrement grand.
Il doit être bien filtré, mais en douceur avec un filtre à air, ou même pas du tout à condition que de petits changements d'eau partiels soient effectués régulièrement.
Il doit être planté très densément, idéalement avec une grande proportion de plantes à feuilles fines telles que Cabomba, Ambulia, Mousse de Java, Vesicularia dubyana ou Fontinalis antipyretica. Les deux dernières espèces et les mousses aquatiques similaires semblent être le milieu de reproduction préféré.

Une fois introduit, conditionnez le groupe avec un régime alimentaire de haute qualité comprenant des proies vivantes ou des aliments surgelés à base de viande tels que les vers de vase et beaucoup de petits escargots.

Lors de la parade la couleur et les motifs du mâle s'intensifient quelque peu et vous pourrez également le voir pavaner chez la femelle avec ses crêtes dorsale et ventrale dressées, son corps semblant être comprimé latéralement et moins arrondi.

La parade nuptiale commence avec le mâle poursuivant assidûment la femelle choisie, recourant souvent à la morsure si elle semble désintéressée.
Une poursuite réussie se termine généralement lorsque la femelle est entraînée dans une parcelle de végétation basse où elles se réunissent pendant quelques secondes, libérant des œufs et de la laitance simultanément.
La ponte a lieu dans les plantes, les œufs sont déposés cachés dans la végétation y compris dans la mousse de Java.

Les œufs presque transparents sont minuscules (1 mm de diamètre), non adhésifs et se développeront simplement là où ils tombent.

Cette séquence peut être répétée plusieurs fois, jusqu'à ce que les oeufs de la femelle soient épuisés. Le nombre d'oeufs a tendance à être très faible, dix ou moins. Cependant, les poissons pondent souvent tous les jours.

Les parents ne protègent pas les oeufs et les alevins.
Il est donc préférable de retirer les œufs après la ponte ou les alevins, après l'éclosion des oeufs (cinq à six jours), dans un environnement plus contrôlé.
Les inconvénients de les laisser sous la garde (apparente, mais non confirmée) du mâle sont qu'ils peuvent être mangés par d'autres habitants du bac.
S'ils éclosent, les alevins en seront presque certainement la proie.
Les œufs peuvent être retirés avec une grande pipette mais ils sont difficiles à voir.
Les oeufs éclosent au bout de cinq jours à 26 °C.

Le bassin d'élevage doit être installé avec de l'eau de l'aquarium et maintenu à la même température.
Un simple filtre à air est préférable car les alevins curieux n'y seront pas aspirés et des micro-organismes bénéfiques se développeront à sa surface pour que les alevins paissent.
De même, quelques brins de mousse provenant de la frayère sont un ajout recommandé.
Retirez tous les œufs infertiles ou moisis, de couleur blanc laiteux.

Les œufs sains devraient éclore dans environ cinq jours et les alevins auront besoin de deux ou trois jours supplémentaires pour consommer leur sac vitellin, après quoi ils commenceront à devenir plus actifs.
Les alevins se nourrissent d'abord d'infusoires, puis de de très petits invertébrés mobiles tels que les micro-vers.
Après une semaine environ, les alevins doivent être suffisamment gros pour accepter des nauplies d'Artemia.
Après un mois ils peuvent généralement accepter des aliments plus gros tels que des vers de sang.

Faites attention si vous élevez ensemble des alevins d'âges différents, car les plus grands sont connus pour s'attaquer à leurs frères et sœurs plus petits.

Note : Les alevins sont tout de même assez difficiles à élever. Le bac doit être richement pourvu en micro-faune et, sitôt les alevins en âge de les accepter, on doit compléter l'alimentation à l'aide de nauplies (cyclopes, brachions).
Attention ! : Certaines publications soulignent qu'il ne faut pas leur donner d'artémies. (à confirmer)
Commentaires
Étymologie : Carinotetraodon, du latin, carina (carène) "en forme de coque" et du grec, tetra "quatre" et odous "dents", et travancoricus, en référence au lieu de sa découverte, les montagnes du Sud du Travancore, un ancien État princier se trouvant à l'emplacement actuel d'une partie du Kerala et du Tamil Nadu.
Références
GBIF, ITIS, IUCN, MNHN
Fishbase, Seriously fish,
- Ajitkumar, C.R., Devi, K.R., Thomas, K.R. and Biju, C.R. "Fish fauna, abundance and distribution in Chalakudy river system, Kerala". in Journal of the Bombay Natural History Society 96(2): 244-254. (1999)
- K. M. Anupama, Hari Sankar, Rithin Raj, Harikrishnan Mahadevan "Reproductive Biology of Malabar Pufferfish Carinotetraodon travancoricus (Tetraodontidae)"  in Journal of Ichthyology n°59· July 2019
- Talwar, P.K. and A.G. Jhingran. "Inland fishes of India and adjacent countries". Volume 2. A.A. Balkema, Rotterdam. (1991)
- Beevi, K.S.J and Ramachandran, A. "Checklist of freshwater fishes collected from Ernakulam District, Kerala, India." in Journal of Threatened Taxa 1(9): 493-494. (2009)
- Bhat, A. "Patterns in the distribution of freshwater fishes in rivers of Central Western Ghats, India and their associations with environmental gradients". in Hydrobiologia 529: 83?97. (2004)
- Biju, C.R., Thomas, R.K., Ajithkumar, C.R. and George, M.J. "Occurrence of Tetraodon travancoricus (Hora and Nair) in the Chalakudy, Periyar and Kechery rivers, Kerala". in Journal of the Bombay Natural History Society 96(1): 161. (1999)
- Bijukumar, A. and Sushama, S. "The fish fauna of Bharathapuzha river, Kerala". in Journal of Bombay Natural History Society 98(3): 464-468. (2001)
- Dahanukar, N., Raut, R. and Bhat, A. "Distribution, endemism and threat status of freshwater fishes in the Western Ghats of India". in Journal of Biogeography 31: 123-136. (2004)
- Dahanukar, N. 2011. Carinotetraodon travancoricus (errata version published in 2020). The IUCN Red List of Threatened Species 2011
- Devi, K.R., Indra, T.J. and Emiliyamma, K. J. "On the fish collections from Kerala, diposited in Southern Regional Station, Zoological Survey of India by NRM Stockholm". in Records of Zoological Survey of India 95((3-4)): 129-146. (1996)
- Devi, K.R., Indra, T.J. and Raghunathan, M.B. "On a report of Tetradon (Monotretus) travancoricus, from south Kanara, Karnataka, India". in Journal of the Bombay Natural History Society 97(3): 441-443. (2000)
- Easa, P.S. and Shaji, C.P. "Freshwater fish diversity in Kera a part of the Nilgiri Biosphere Reserve". in Current Science 73(2): 180-182. (1997)
- Hora, S.L. and Nair, K.K. "New records of freshwater fish from Travancore". in Records of the Indian Museum 43: 387-393. (1941)
- Inasu, N.D. "Sexual dimorphism of freshwater puffer fish, Tetradon (Monotretus) travancoricus Hora & Nair, collected from Trichur District, central Kerala". in Journal of the Bombay Natural History Society 90: 523-524. (1993)
- Menon, A.G.K. "Check list fresh water fishes of India". in Records of the Zoological Survey of India, Occasional Paper No. 175. (1999)
- Raghavan, R., Prasad, G., Ali, A.P.H. and Pereira, B. "Fish fauna of Chalakudy River, part of Western Ghat Biodiversity Hotspot, Kerala, India: patterns of distribution, threats and conservation needs". in Biodiversity and Conservation 17(13): 3119-3131. (2008)
- Talwar, P.K. and Jhingran, A.G. "Inland Fishes of India and adjacent countries". Oxford-IBH Publishing Co. Pvt. Ltd., New Delhi. (1991)
- Thomas, R.K., George, M.J and Biju, C.R. "Freshwater fishes of Southern Kerala with notes on the distribution of endemic and endangered species". in Journal of the Bombay Natural History Society 99(1): 47-53. (2002)

Pour citer cette fiche :"Carinotetraodon travancoricus, Hora & Nair, 1941" in B-Aqua / TE, GP (2021-22)


Généré par www.b-aqua.com - Base de données aquariophile participative