Jordanella floridae
Descripteur : Goode & Bean, 1879
Famille : Cyprinodontidae

Synonymes :
Cyprinodon floridae (Goode & Bean, 1879)
Noms Communs :
Killi drapeau américain
Genre : Jordanella
Jordanella floridae (Goode & Bean, 1879)
Jordanella floridae   
Killi drapeau américain
Origines géographiques
Aire d'origine :
Amérique du nord
Pays :
Etat-Unis
 
La localité type est 'Lake Monroe, Florida, U.S.A.', l'un des nombreux lacs du bassin de la rivière St. Johns. La Jordanella floridae est endémique de la Floride péninsulaire aux Etats-Unis, au sud des bassins des rivières Ochlockonee et St. Johns et ne se rencontre pas au Mexique.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce, Saumâtre
 
La Jordanella vit principalement dans des habitats d'eau douce peu profonds et envahis par les mauvaises herbes, comme des marais, des canaux et des fossés. Elle a parfois été enregistré dans des eaux légèrement saumâtres.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
NE : Non évaluée
Description
Taille :
: 5 à 6 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
2 à 4 ans
 
 
Alimentation :
Régime : 
Omnivore
Il s'agit principalement d'un micro-prédateur qui se nourrit de petits crustacés aquatiques, de vers, de larves d'insectes et d'autres zooplanctons, bien qu'il consomme également des algues et d'autres matières végétales.

En aquarium, les aliments secs sont acceptés dans la plupart des cas, mais des repas réguliers de petits aliments vivants ou congelés tels que des artémias, des daphnies ou des vers de sang doivent également être proposés. Si l'aquarium ne contient pas d'algues filamenteuses, Il est préférable de distribuer des aliments séché de contenant des végétaux, comme de la spiruline.
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        18      20              25      30
pH :
         6,5      7            7,5      8,2

GH :
(°GH)
         4       5              10       15
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
100 l minimum
Brassage :
Population :
6 minimum
Ratio M/F :
1 / 2
 
 L'aquarium doit avant tout être bien planté afin que ce poisson se sente en sécurité et que les femelles puissent échapper aux ardeurs du ou des mâles. Si l'on souhaite maintenir plusieurs mâles, il est important de briser les lignes de vue et donc d'aménager plusieurs territoires.

La filtration doit rester très douce et générer peu de courant. Un filtre exhausteur est une bonne option car il n'aspirera pas les œufs ou les alevins. Un aquarium Low-Tech peut aussi être envisagé. Même s'il n'est pas important, un éclairage relativement fort encouragera l'apparition d'algues filamenteuses, nécessaires dans le régime alimentaire.

Même s'il peut être maintenue en aquarium communautaire sans trop de difficulté, il est préférable de maintenir cette espèce en aquarium spécifique, notamment en vue de sa reproduction. Cette espèce est grégaire et doit être maintenu en groupe, six étant le minimum avec un ratio de deux ou trois femelles par mâle. Si les mâles sont territoriaux, leur cohabitation ne pose généralement pas de problème tant que l'on prend soin de leur laisser un espace suffisant pour former leur territoire.
 
Dispo vente :
Disponible
L'espèce est couramment reproduite en élevage et les spécimens sauvages sont très rares dans le commerce aquariophile.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
25 °C
Dimorphisme :
Les mâles adultes possèdent des nageoires dorsale et anale plus étendues et sont nettement plus colorés que les femelles, surtout lorsqu'ils sont en état de frai.

Les femelles adultes ont tendance à avoir le ventre plus rond que les mâles, en particulier lorsqu'elles sont gravides, et possèdent une tache sombre dans la partie postérieure de la nageoire dorsale, absente chez les mâles.
Processus de reproduction :
Contrairement à de nombreux rapports, y compris un certain nombre d'articles scientifiques, cette espèce se reproduit de la même manière que les autres cyprinodontidés et ne creuse pas de fosse ni ne fait preuve de soins parentaux prolongés.

Il s'agit d'un reproducteur fractionné, les femelles déposant des œufs de manière plus ou moins continue lorsqu'une température chaude est maintenue, bien que l'idéal serait de lui permettre de se reproduire de manière saisonnière au printemps et à la fin de l'été, comme il le ferait dans la nature. Le fait de ne pas utiliser de chauffage dans un logement chauffé "normalement", peut donc permettre de simuler ce cycle naturel.

Les mâles dominants présentant une coloration plus intense et forment des territoires temporaires qu'ils défendent contre leurs rivaux tout en essayant d'attirer les femelles pour la ponte. Les œufs sont libérés individuellement ou par petits lots et sont attachés aux algues ou à d'autres surfaces au moyen de petits filaments. Cette espèce est réputée comme très peu prolifique, avec seulement un vingtaine d’œufs pondu durant un cycle de ponte. aucun soin supplémentaire n'est apporté par le mâle ou la femelle une fois qu'ils sont déposés. Bien que certains puissent être mangés s'ils sont laissés sur place, cette espèce n'est pas particulièrement vorace et si une couverture suffisante est présente, les alevins apparaîtront avec les adultes. Il est aussi possible de retirer les œufs et de les faire éclore dans un aquarium séparé contenant de l'eau ayant les mêmes paramètres et la même température que l'aquarium de ponte.

La période d'incubation est influencée par la température, mais elle dure généralement de sept à quatorze jours. Les alevins sont suffisamment grands pour accepter les nauplii d'artémias, les micro-vers... dès la nage libre atteinte.
Commentaires
Etymologie
- Jordanella : nommé en l'honneur de l'ichtyologiste et président fondateur de l'Université de Stanford David Starr Jordan (1851-1931).
- Floridae : Référence à l'état de Floride d'où est originaire l'espèce.