Descripteur : Rafinesque, 1820
Famille : Cyprinidae

Synonymes :
Cliola smithii Evermann & Cox, 1896
Colistus parietalis Cope, 1871
Hyborhynchus confertus Girard, 1856
Hyborhynchus nigellus Cope, 1875
Hyborhynchus puniceus Girard, 1856
Pimephales agassizii Cope, 1867
Pimephales anuli Kendall, 1903
Pimephales fasciatus Girard, 1856
Pimephales maculosus Girard, 1856
Pimephales milesii Cope, 1865
Pimephales promelas subsp. harveyensis Hubbs & Lagler, 1949
Pimephales promelas subsp. promelas Rafinesque, 1820
Pimephalus promelas Rafinesque, 1820
Plargyrus melanocephalus Abbott, 1860
Noms Communs :
Vairon à grosse tête
Méné à tête de boule

Black-head minnow (en)
Genre : Pimephales
Pimephales promelas (Rafinesque, 1820)
Pimephales promelas   
Vairon à grosse tête
Origines géographiques
Aire d'origine :
Amérique du Nord
Pays :
Canada, Etats-Unis, Mexique
 
Primephales promelas se rencontre dans une grande partie de l'Amérique du Nord, de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest au Québec et au Nouveau-Brunswick, au sud jusqu'en Alabama, au Texas, au nord du Mexique (Chihuahua) et au Nouveau-Mexique; introduit dans le drainage du fleuve Colorado (Arizona et Nouveau-Mexique), le drainage de la baie de Mobile (Alabama) et ailleurs, par l'utilisation comme poisson-appât.
Plus commun dans les Grandes Plaines, généralement absent des montagnes, absent sur le versant atlantique au sud de la rivière Delaware.
L'espèce est commune sur une grande partie de l'aire de répartition (Page et Burr 1991). Cette espèce a été largement introduite dans de nombreux États des États-Unis et du Canada, avec des pays signalant des impacts écologiques négatifs en conséquence, mais plus d'informations à ce sujet sont nécessaires.

Pimephales promelas a été introduit en Europe: Allemagne, Belgique et France (dans les Ardennes).
L'espèce est considérée comme une espèce invasive en Europe, notamment en Belgique et en France

En France, de petites populations très isolées se maintiennent en Champagne, Alsace, Ile-de-France, Berry et Savoie.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
 
Pimephales promelas accepte des eaux peu oxygenées, troubles, et son habitat est généralement situé dans les étangs et les ruisseaux boueux. Il peut néanmoins être rencontré dans les petites rivières.

Pimephales promelas est connu pour habiter les lacs (Etnier et Starnes, 1993), les mares boueuses des sources, les étangs, les ruisseaux (Page et Burr, 1991; 2001), les petites rivières, les fossés, les réservoirs et les mares résiduelles des ruisseaux intermittents (où il est parfois très abondants). On le trouve généralement dans des eaux calmes ou stagnantes avec une abondante végétation flottante et submergée. Il est tolérant aux températures élevées, à la turbidité, à la faible teneur en oxygène et à la salinité élevée.
Pimephales promelas s'adapte bien aux étangs car il peut tolérer des conditions telles que des cours d'eau turbides, chauds, peu oxygénés et intermittents qui ne conviendraient pas à la plupart des poissons (Etnier et Starnes, 1993; Page et Burr, 2001).
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
LC : Préoccupation mineure
Description
Taille :
: 8 à 11 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
2 à 4 ans
 
Pimephales promelas, dans sa forme sauvage, est généralement terne, plutôt gris-olive en apparence, avec une bande sombre qui s'étend le long du dos et sur les flancs, avec un partie ventrale claire, presque blanche.
Il a une tache sombre à mi-chemin sur la nageoire dorsale.
Pimephales promelas, lorsqu'il prend cette couleur rose-rouge est souvent confondu avec la morphe dorée des juvéniles de l'ide mélanote.

Ce poisson est connu pour la production d'un signal de détresse chimique sous la forme d'une phéromone, connu sous le nom de phénomène schreckstoff.

Note : C'est généralement la variété rose-rouge qui est vendue en animalerie (bien que très souvent plusieurs types sauvages viennent avec chaque expédition), et est la plus susceptible de se retrouver dans un aquarium.

Description complète :
Épines dorsales (total) : 0 ; Dorsaux rayons mous (total): 8; Anal épines : 0; Anal doux rayons : 7. Les seules espèces du genre introduites en Europe qui se distingue des autres espèces de cyprinidés en Europe par les caractères suivants: pad important du tissu spongieux sur la nuque chez les hommes; origine de la nageoire dorsale à peu près au-dessus de l'origine de la nageoire pelvienne; nageoire anale à 7½ rayons ramifiés ; deuxième rayon dorsal simple épineux, d'environ 50 % de la longueur du troisième ; ligne latérale incomplète, n'atteignant généralement pas l'origine dorsale ; faible bande latérale médiane; 41-54 + 2 écailles dans la rangée médiane latérale ; et bouche terminale
 
Alimentation :
Régime : 
Omnivore
Cette espèce se nourrit de détritus et d'algues (Etnier et Starnes, 1993) et se reproduit dans des habitats d'eau calme le long des rives (Kottelat et Freyhof, 2007).
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        1      12              21      30
pH :
         6,5      7            7,5      7,5

GH :
(°GH)
         5       8              12       15
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
200 l minimum
Hauteur :
70 cm minimum
Brassage :
Population :
6 minimum (15 recommandé)
Ratio M/F :
1 / 1
 
 On trouve peu de chose sur la maintenance de ce poisson, néanmoins, on peut dire que c'est un poisson de banc qui se sent bien avec dix ou même vingt de ses semblables autour de lui.
Le bac doit avoir une profondeur d’au moins 70 cm et de préférence être planté, mais aussi des parties ouvertes comme zone de nage.
Il faudra veiller à les maintenir dans une eau entre 1°C et 30°C, mais il préférera une température de 12 à 21 °C. L'eau pourra être plutôt basique à alcaline avec un pH compris entre 7 et 7.5.

Le substrat sera sableux et recouvert de boue et de detritus végétaux.

En bassin, on veillera à lui offrir une profondeur permettant sa survie en hiver,( 80cm ou plus) et on lui réservera une zone d'un maximum de 10 cm de profondeur avec beaucoup de plantes à oxygène pour la reproduction.

Pimephales promelas peut cohabiter avec toutes les autres espèces de poissons.

Note : Les femelles ayant pondu vivent environ deux ans, et plus si elles n’ont pas pondu, jusqu'à quatre ans.

Attention : Si Pimephales promelas peut vivre en bassin extérieur toute l'année il faut impérativement prendre garde à ne pas le relâcher en milieu naturel.
 
Dispo vente :
Disponible
Pimephales promelas a été introduit dans de nombreux espaces naturels via des appâts pour la pêche sportive.

Une variété dorée ou rose ( rosy-red minnow ) est communément vendue à bas prix comme nourriture vivante »pour des poissons d’élevage ou d’aquarium aux États-Unis.

Invasive en Europe, notamment en Belgique et en France, il convient d'être très vigilant, lorsqu'on possède cette espèce, de ne pas en relâcher par mégarde, dans la nature.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Courante
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
12 à 21 °C
pH :
7 à 7,5
GH :
8 à 12 °GH
Dimorphisme :
Les mâles reproducteurs acquièrent une excroissance charnue grise sur la nuque, une bosse nucale, ainsi que des boutons de noce consistant en seize tubercules de reproduction blanches sur le museau.
Processus de reproduction :
Les Pimephales promelas peuvent être élevés en aquarium avec la particularité que cette espèce est l'un des seuls cyprinidés nidificateur qui protège ses oeufs dans le nid réalisé par le mâle.
Les œufs sont pondus sous des objets dans une eau calme dans un nid gardé par des mâles.

Les mâles défendent les territoires et les œufs, et nettoient les plantes, les pierres ou d'autres matériaux en les frottant avec la nuque spongieuse et la nageoire dorsale, qui contiennent des cellules sécrétant du mucus et des papilles gustatives. Le mucus peut avoir des propriétés fongicides (Kottelat, M. et J. Freyhof , 2007)
Commentaires
Étymologie : Pimephales du grec, pimeles "gras" et phales, -etos = pénis et promelas de pro- "avant" et melas, "noir" (en référence à la tête noire des mâles nuptiales)

Pimephales promelas est utilisé comme espèce modèle, en toxicologie notamment.

En Europe, où il est localement devenu espèce invasive, il est suspecté d’être la cause principale de la propagation de la maladie entérique de la bouche rouge (Enteric redmouth disease) qui touche les truites et les anguilles (mais qui pourrait aussi avoir été disséminée par les ré-empoissonnements pour la pêche de loisirs ou s’étendre à cause d’une immunité des poissons diminuée par une pollution diffuse généralisée, par les engrais et pesticides notamment). Cette maladie est due à une bactérie (Yersinia ruckeri)
Sources
GBIF, IUCN
Fish Base
- Baxter, G.T. and Simon, J.R. 1970. Wyoming fishes. Wyoming Game and Fish Department, Cheyenne, Wyoming.
- Becker, G.C. 1983. Fishes of Wisconsin. University of Wisconsin Press, Madison, Wisconsin.
- Burr, B.M. and Warren, M.L., Jr. 1986. Distributional atlas of Kentucky fishes. Kentucky Nature Preserves Commission, Frankfort, Kentucky.
- Coburn, M.M. and Cavender, T.M. 1992. Interrelationships of North American cyprinid fishes. In: R.L. Mayden (ed.), Systematics, historical ecology, and North American freshwater fishes, pp. 328-373. Stanford University Press, Stanford, California.
- Cooper, E.L. 1983. Fishes of Pennsylvania and the northeastern United States. Pennsylvania State University Press, University Park, Pennsylvania.
- Cross, F.B. and Collins, J.T. 1995. Fishes in Kansas. University of Kansas Museum of Natural History, Lawrence, Kansas.
- Etnier, D.A. and Starnes, W.C. 1993. The fishes of Tennessee. University of Tennessee Press, Knoxville, Tennessee.
- Fago, D. 2000. Relative abundance and distribution of fishes in Wisconsin.
Grant E. Brown, Jean-Francois Poirier et James C. Adrian Jr, Assessment of local predation risk: the role of subthreshold concentrations of chemical alarm cues, Behavioral Ecology (2004)
- Harlan, J.R., Speaker, E.B. and Mayhew, J. 1987. Iowa fish and fishing. Iowa Conservation Commission, Des Moines, Iowa.
- Holton, G.D. and Johnson, H.E. 1996. A field guide to Montana fishes. Montana Fish Wildlife and Parks, Montana State Parks and wildlife Interpretive Association, Helena, Montana.
- Isaak, D. 1961. The ecological life history of the fathead minnow, Pimephales promelas (Rafinesque). Dissertation Abstracts 22(6): 2113-2114.
- Kottelat, M. and J. Freyhof. 2007. Handbook of European freshwater fishes. Publications Kottelat, Cornol and Freyhof, Berlin.
- Lee, D.S., Gilbert, C.R., Hocutt, C.H., Jenkins, R.E., McAllister, D.E. and Stauffer, J.R., Jr. 1980. Atlas of North American freshwater fishes. North Carolina State Museum of Natural History, Raleigh, North Carolina.
- Li, Y. and Gold, J.R. 1991. Cytogenetic studies in North American minnows (Cyprinidae): XXII. Chromosomal nucleolar organizer regions in the genus Pimephales. Canadian Journal of Zoology 69: 2826-2830.
- Markus, H.C. 1934. Life history of the blackhead minnow, Pimephales promelas. Copeia 1934(3): 116-122.
- Menhinick, E.F. 1991. The freshwater fishes of North Carolina. North Carolina Wildlife Resources Commission.
- Metcalfe, C.D. 1989. Tests for predicting carcinogenicity in fish. Reviews in Aquatic Sciences 1(1): 111-129.
- Miller, W.H., Tyus, H.M. and Carlson, C.A. 1982. Fishes of the upper Colorado system: present and future. American Fisheries Society, Bethesda, Maryland.
- Moyle, P.B. 2002. Inland fishes of California. Revised and expanded. University of California Press, Berkeley, California.
- Nelson, J.S., Crossman, E.J., Espinosa-Perez, H., Findley, L.T., Gilbert, C.R., Lea, R.N. and Williams, J.D. 2004. Common and scientific names of fishes from the United States, Canada, and Mexico. American Fisheries Society, Bethesda, Maryland.
- Owen, J.B., Elsen, D.S. and Russell, G.W. 1981. Distribution of fishes in North and South Dakota basins affected by the Garrison Diversion Unit. University of North Dakota Press, Grand Forks, North Dakota.
- Page, L.M. and Burr, B.M. 1991. A field guide to freshwater fishes: North America north of Mexico. Houghton Mifflin Company, Boston, Massachusetts.
- Page, L.M. and Burr, B.M. 2011. Peterson field guide to freshwater fishes of North America north of Mexico. Houghton Mifflin Harcourt, Boston, Massachusetts.
- Pflieger, W.L. 1975. The fishes of Missouri. Missouri Department of Conservation, Columbia, Missouri.
- Robins, C.R., Bailey, R.M., Bond, C.E., Brooker, J.R., Lachner, E.A., Lea, R.N. and Scott, W.B. 1991. Common and scientific names of fishes from the United States and Canada. American Fisheries Society.
- Robison, H.W. and Buchanan, T.M. 1988. Fishes of Arkansas. The University of Arkansas Press, Fayetteville, Arkansas.
- Scott, W.B. and Crossman, E.J. 1973. Freshwater fishes of Canada. Fisheries Research Board of Canada, Ottawa, Canada.
- Scott, G., & Crunkilton, R. L. (2000). Acute and chronic toxicity of nitrate to fathead minnows (Pimephales promelas), Ceriodaphnia dubia, and Daphnia magna. Environmental Toxicology and Chemistry, 19(12), 2918-2922. Rouse, J. D., Bishop, C. A., & Struger, J. (1999).
- Smith, C.L. 1983. Fishes of New York (maps and printout of a draft section on scarce fishes of New York).
- Smith, C.L. 1985. The inland fishes of New York State. New York State Department of Environmental Conservation, Albany, New York.
- Smith, P.W. 1979. The fishes of Illinois. University of Illinois Press, Urbana, Illinois.
- Stauffer, J.R., Jr., Boltz, J.M. and White, L.R. 1995. The fishes of West Virginia. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia 146: 1-389.
- Sublette, J.E., Hatch, M.D. and Sublette, M. 1990. The fishes of New Mexico. University of New Mexico Press, Albuquerque, New Mexico.
- Trautman, M.B. 1981. The fishes of Ohio. Ohio State University Press, Columbus, Ohio.
- Welcomme, R. L. 1998. International introductions of inland aquatic species. FAO Fish Tech Pap 194: 318.
- Kathleen M. Jensen, Joseph J. Korte, Michael D. Kahl et Mumtaz S. Pasha, « Aspects of basic reproductive biology and endocrinology in the fathead minnow (Pimephales promelas) », Comparative Biochemistry and Physiology Part C: Toxicology & Pharmacology, vol. 128,‎ 1er janvier 2001