Tubifex tubifex
Descripteur : Müller (1774)
Famille : Naididae

Synonymes :
Lumbricus tubifex (Müller, 1774)
Nais tubifex (Müller, 1774)
Saenuris tubifex (Müller, 1774)
Noms Communs :
Tubifex rouge
ver rouge

Sludge worm (en)
Genre : Tubifex
Tubifex tubifex (Müller (1774))
Tubifex tubifex   
Tubifex rouge
Origines géographiques
Aire d'origine :
Monde
Pays :
Cosmopolite tempéré
 
Tubifex tubifex est très présent dans toute la zone tempérée de l'hémisphère nord.
L'espèce a été signalée dans la même zone de l'hémisphère sud, Nouvelle Zélande, Afrique du sud...
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce, Saumâtre
Température :
0 à 30 °C
pH :
5,5 à 8
GH :
3 à 20 °GH
 
Les Tubifex sont assez indifférents à la qualité de l'eau douce car ces vers de vase vivent dans des milieux turbides, pollués et eutrophes, dans la boue, la vase, là où peu d'autres organismes ont la capacité de survivre.
Comme espèce eurytherme, ils supportent de larges plages de température et les fluctuations rapides de celle ci.
Il vit dans les sédiments envasés des mares et des étang en eau douce, et infralittoraux en milieu à faible salinité.
Le tubifex rouge est particulièrement abondant dans les sédiments pollués, par exemple la partie supérieure des estuaires où la salinité est inférieure à 5‰.

Écologiquement, Tubifex tubifex est une source importante de nourriture pour les sangsues, les crustacés, les larves d'insectes et les poissons.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
NE : Non évaluée
Description
Taille :
: 4 à 20 cm SL
 
Tubifex tubifex
Les Tubifex mesurent quelques centimètres de long pour à peu près un millimètre de diamètre, leur corps est rose.
Les colonies sont constituées de centaines d'individus assez peu espacés les uns des autres.
Chacun a une partie de son corps plongée dans le substrat (vase), où ils puisent leur nourriture (débris végétaux en décomposition) et ce qui leur sert à s'enfouir complètement à la moindre alerte (la colonie disparaissant brutalement... pour réapparaître quelques minutes plus tard.
Les Tubifex vivent la tête enfouie dans le sédiment, la partie postérieure dans l'eau, animée d'un mouvement pendulaire continu. Par ce va-et-vient constant, il assure son oxygénation.

Ces vers peuvent vivre pendant des mois presque sans oxygène et résistent à des records de pollution organique, à l'endroit où la majorité des autres espèces disparaissent.
En cas d'assèchement de leur milieu, ils s'enkystent et peuvent survivre plusieurs semaines, en attendant que les conditions soient meilleures.

Ils jouent un rôle pionnier de dépollueur primaire dans les sédiments particulièrement pollués en matière organique, mais ils peuvent aussi bien contribuer à bio-accumuler des polluants qu'à les disperser (bioturbation).

Une population dense de Tubifex est un indicateur de dystrophisation du milieu, ou au moins de forte pollution organique.

Description complète
Le Tubifex est un ver annelé de couleur rose dont la taille varie entre 30 et 50 mm pour un diamètre de l'ordre de 1/2 mm. La segmentation est nette ; on distingue une région antérieure par la présence d'un renflement au niveau du 10e, 11e et 12e segment : le clitellum.
L'animal porte des soies, quatre faisceaux de plusieurs soies par segment ou anneau, ces soies sont invisibles à l'oeil nu, mais visibles au microscope. La partie antérieure porte la bouche située ventralement, très difficile à voir, même avec un instrument d'optique. Par transparence, on observe les vaisseaux dorsaux et ventraux qui parcourent l'animal sur toute sa longueur. Ils sont reliés entre eux par des anastomoses latérales dont une joue le rôle de coeur. Le sang, rouge, qui donne sa couleur à l'animal, circule d'arrière en avant dans le vaisseau dorsal et dans le sens contraire dans le vaisseau ventral. Le tube digestif traverse l'animal en entier, de même manière.
L'anatomie interne, visible sur une dissection, montre une chaîne nerveuse ventrale terminée à l'avant par un cerveau situé autour du tube digestif, des organes excréteurs segmentaires, les néphridies, enfin un complexe génital hermaphrodite, au niveau du 10e segment et des suivants.

La reproduction a lieu au cours de l'été ; le Tubifex pond des oeufs entourés d'une coque dans laquelle se développe l'embryon et il en sort un jeune semblable à l'adulte, mais de taille réduite : il n'existe pas de stade larvaire.
Caractéristique distinctive des polychètes, le clitellum, sert d'outil de reproduction. Il sécrète du mucus pour la copulation et forme un cocon où les œufs et l'albumine sont déposés.
Les zygotes se développent dans le cocon et en émergent sous forme de juvéniles qui se développent ensuite en adultes.

On notera aussi que ces vers ont un pouvoir de régénération considérable, un individu coupé en deux régénère, soit sa partie antérieure, soit sa partie postérieure.
 
Alimentation :
Régime : 
Les Tubifex se nourrissent du substrat riche en particules organiques diverses, absorbées en même temps que la vase.
Nous trouverons donc le Tubifex en rivière de plaine à cours lent, dans les fleuves, les estuaires, les eaux stagnantes, bref, dans toute eau à forte densité de vase et charge organique.

En élevage, vous pouvez nourrir vos Tubifex avec une rondelle de carotte ou de courgette mais également avec une pastille pour poissons herbivores, ils se regrouperont dessus un à deux jours après la distribution et la rondelle disparaitra complètement après quelques jours.
 
Dangerosité :
 
 
 Faible
Les Tubifex tubifex sauvages sont porteurs d'un parasite des salmonidés (saumon, truite et affiliés) de la classe des myxosporea, Myxobolus cerebralis.
Il provoque la maladie du tournis dans les élevages de saumon, de truite et également dans les populations de poissons sauvages.
Ce parasite n'est pas transmissible à l'homme.
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        0      10              28      30
pH :
         5,5      6            7      8

GH :
(°GH)
         3       5              15       20
Caractéristiques de l'aquarium :
Brassage :
 
 Les tubifex forment une nourriture vivante appréciée des poissons d'aquarium avec cependant le risque inhérent aux parasites qu'ils peuvent véhiculer, à divers microbes (streptocoques, staphylocoques fécaux, et toxiques (botulique.. ) ainsi qu'aux polluants qu'ils ont absorbés dans les sédiments.
Leur récolte sauvage est d'ailleurs interdite par les particuliers dans certains pays, mais les souches d'élevage sont disponibles pour l'aquariophilie ou la pêche, frais ou congelés en magasin spécialisé.
C'est pourquoi on privilégiera les souches d'élevage au prélèvement naturel.

Les Tubifex sauvages se conservent difficilement tant leur besoin en oxygène est grand. Le fait est paradoxal car leur mode de vie en eau extrêmement polluée laisserait prévoir l'inverse.
Beaucoup de méthodes ont été préconisées, elles ont toutes des avantages et des inconvénients.
La plus simple consiste à mettre les vers dans un bocal pas trop exiguë et les placer sous le robinet qui laisse couler un filet d'eau ou un goutte à goutte rapide.
Dans ces conditions, ils se conservent quelques semaines mais perdent de leur valeur nutritive au fur et à mesure que cette conservation se prolonge.
A défaut d'eau courante, on peut se servir d'un seau dont on renouvelle l'eau matin et soir ; mais le tout doit se garder au frais : la température joue un rôle important du fait que la solubilité de l'oxygène est plus grande à froid qu'à température élevée et que l'activité bactérienne est plus faible à basse température.

La conservation à sec donne aussi de bons résultats. La vase contenant les vers, donc ni lavés, ni triés, est répartie dans de petites caisses ou dans plusieurs pots de fleurs et entreposée dans une cave non chauffée, par exemple. La vase sèche progressivement jusqu'à devenir friable, elle doit être maintenue dans cet état par arrosage pour éviter sa dessication totale. Les vers migrent dans le centre du récipient où ils peuvent être prélevés à l'état pur prêts à la consommation.

Si la récolte d'individus sauvages est à éviter, l'élevage à partie de souches commerciales saines est possible.
Dans la nature, le tubifex se trouve dans la vase des eaux polluées.
Il est donc intéressant de les élever soi-même pour contrôler leur nourriture afin d'éviter de les dégorger avant distribution aux poissons.

En l’absence de substrat les tubifex ont tendance à se regrouper sous forme de boule s'ils se sentent menacés sinon ils s'enfouiront dans le limon s'ils en ont la possibilité.
Ils en sortiront pour onduler à niveau dans les minutes suivantes après la disparition de la menace.

Une technique pour "extraire" les tubifex de la vase qui les contient, consiste à mettre la vase contenant les vers dans un récipient, ainsi qu'à recouvrir le sédiment d'une fine couche de sable propre, avant de chauffer un peu le tout par le dessous. Les tubifex fuyant la chaleur se rassemblaient alors une "pelote" surnageante facile à récupérer.

Mais les tubifex ont tendance à contaminer l'eau très facilement et ne sont pas recommandés en nourriture vivante.
Il faut donc distribuer les Tubifex en petite quantité.
Les commerçants spécialisés vendent des mangeoires à Tubifex qui ne laissent échapper les vers que très progressivement. Elles permettent de doser la quantité de nourriture à distribuer, car les vers non mangés ont cette fâcheuse tendance à envahir le fond de l'aquarium où ils ne peuvent plus être délogés. Tôt ou tard ils meurent et ils polluent l'eau et le sol.

le Tubifex est une solution élégante aux problèmes que posent les gros mangeurs (tous les grands Cichlidées). Les petits poissons le prennent volontiers aussi, mais montrent une certaine lassitude après un régime à base de Tubifex.
La valeur nutritive des Tubifex est indéniable, elle est riche, trop riche même. Des poissons nourris exclusivement de Tubifex présentent très tôt une adiposité qui peut les rendre inaptes à la reproduction.
Un repas trop copieux de Tubifex, certains poissons peuvent se goinfrer à tel point qu'ils ne peuvent plus nager (Betta, Macropode), peut entraîner une entérite fatale.
 
Dispo vente :
Commun
Les Tubifex sp. sont une nourriture vivante appréciée des poissons d'aquarium et sont commercialisés dans ce but vivants, congelés ou lyophilisés.
Ils sont également vendus vivants pour en faire l'élevage.
Reproduction
Type :
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
5 à 30 °C
Dimorphisme :
Les Tubifex sp. sont hermaphrodites.
Processus de reproduction :
L'espèce est un hermaphrodite, avec un système de reproduction complexe, mais l'élevage de ces vers est relativement facile, même s'il est peu rentable.

Il existe un mode de reproduction par scissiparité, mais qui intéresse peu l'aquariophile.

Élevage
Comme nous l'avons vu, T. tubifex sauvage est très souvent parasité par Myxobolus cerebralis, provoquant le tournis chez les Salmonidés.
Néanmoins les parasites sont incapables de boucler leur cycle de reproduction en captivité, et l'élevage de tubifex est donc sans danger pour les poissons.

La première méthode est de maintenir les Tubifex dans un récipient contenant un substrat.

Sur la souche de Tubifex on étale une faible couche de sable fin et propre, de deux centimètres environ.
Puis on ajoute doucement de l'eau pour ne pas bouleverser la stratification jusqu'à atteindre un niveau dépassant de quelques centimètres le sable.
Après quelques heures, les Tubifex remontent à la surface, donc dans le sable et peuvent être cueillis tels quels, ce qui est assez long.
Pour accélérer cette opération, le récipient peut être placé sur un appareil de chauffage (modéré !). La chaleur fait remonter rapidement les vers, d'où gain de temps considérable.

Une autre méthode consiste à utiliser de la mousse de java, ou même des Cladophora aegagropila, mais sans substrat.

Dans un récipient largement ouvert, mettre de l’eau provenant d’un aquarium en fonction (2-3 cm de hauteur), disposer la mousse de Java dans l’eau ou les boules de clado et introduire la souche.
Dans le cas d'élevage sur mousse ou clado, la récolte est facilité.
Prélever la mousse ou la petite boule de Cladophora et mettez la dans votre bac, à disposition des poissons.
Après quelques minutes, les Tubifex sortiront de la clado ou de la mousse et serviront de repas.

Pour conserver la souche, et ceci pour les deux méthodes, il faudra maintenir le récipient propre en changeant l'eau régulièrement.

Les Tubifex se nourrissent de matières organiques en décomposition, mais on peut leur donner des pastilles pour poissons de fond, des carottes, de la salade, des feuilles mortes…
Comme pour toutes les petites bêtes d’élevage, on veillera à ne pas suralimenter. Cela pourrait polluer exagérément leur environnement.

Il faut un mois ou plus pour lancer un élevage, et autant pour obtenir des individus prêts à être récoltés.
C'est un élevage assez contraignant et faiblement productif, mais il permettra de diversifier le menu de vos pensionnaires.
Commentaires
Le nom Tubifex tubifex est composé de tubi, élément tiré du latin tubus "tuyau, tube" et - fex, "qui fait ",

Si le Myxobolus cerebralis est un fléau pour la pisciculture, sa prolifération se trouve accélérée par les piscicultures industrielles elle-mêmes. Le milieu naturel des salmonidés étant les eaux vives et très oxygénées où le Tubifex n'est pas présent, le parasite est présent de façon anecdotique dans la nature.
Le principal responsable de ce fléau est donc le déséquilibre dû aux activités humaines.
Sources
INPN, GBIF, NCBI
Jong Y "Tubifex tubifex (Muller, 1774) in Fauna Europaea" (2016).
Giani "Les oligochètes aquatiques du Sud-Ouest de la France". Annales de Limnologie, 12(2): 107-125. (1976)
Beauchamp KA1, El-Matbouli M, Gay M, Georgiadis MP, Nehring RB, Hedrick RP. "The effect of cohabitation of Tubifex tubifex populations on infections to Myxobolus cerebralis" (2006)
K. WOLF M.E. MARKIW J. K. HILTUNEN Salmonid whirling disease: Tubifex tubifex (Müller) identified as the essential oligochaete in the protozoan life cycle (1986)
M.PeterMarianT.J.Pandian "Culture and harvesting techniques for Tubifex tubifex" Eselvier (1984)
Les Amis de l'Aquarium 1932