Descripteur : (L.) Elliot, 1816
Famille : Onagraceae

Synonymes
Isnardia palustris Linné
Dantia palustris Petit 1737
Dantia palustris Des Moulins 1859
Ludwigia apetala Walter 1788 Ludwigia repens Forster 1771 Quadricosta palustris Dulac 1867
Noms Communs
Jussie/isnardie des marais
Isnardie des marais
Ludwigie des marais
Ludwigie palustre

Hampshire-purslane (en)
Genre : Ludwigia
Ludwigia senegalensis ((DC.) J.Troch.)
Ludwigia glandulosa (Walter, 1788)
Ludwigia alternifolia (Linnæus, 1753)
Ludwigia arcuata (Walter, 1788)
Ludwigia grandiflora ((Michx.) Greuter & Burdet, 1987)
Ludwigia helminthorrhiza ((Martius) H. Hara, 1953)
Ludwigia inclinata ((L.fil.) Gomez de la Maza, 1894)
Ludwigia mullertii (Mullert, 1892)
Ludwigia palustris ((L.) Elliot, 1816)
Ludwigia peruviana ((L.) H.Hara, 1953)
Ludwigia pulvinaris ((Gilg) Brenan, 1903)
Ludwigia repens (Forster (1771))
Ludwigia sedoides ((Humb. & Bonpl.) H.Hara, 1953)
Ludwigia peploides ((Kunth) P.H. Raven, 1963)
Ludwigia palustris   
Jussie/isnardie des marais
Origines géographiques
Aire d'origine :
Monde
Pays :
Cosmopolite
 
Europe, surtout occidentale et méridionale, Asie occidentale, Cap de Bonne-Espérance, Amérique septentrionale et subtropicale.
On trouve Ludwigia palustris dans presque toute la France et en Corse.
Environnement
Eau :
Terre, Douce
 
Lieux marécageux, habitats tourbeux, étangs, rivières, L. palustris est une espèce extrêmement variable qui peut être trouvée dans les étangs peu profonds et autres eaux stagnantes à lentes, submergée et émergée.
 
Liste Rouge UICN : 
LC
 
Localement protégée en France métropolitaine.
Liste rouge de la Flore vasculaire menacée en Alsace (2014)
Liste rouge de la flore vasculaire de Basse-Normandie (2015)
En Allemagne, elle est considéré comme une espèce en danger critique d'extinction depuis de 1996.
Description
Type :
Plante
Croissance :
Taille :
15 à 80 cm
 
Ludwigia palustris est une plante autochtone vivace, à feuilles opposées, ovales ou étroitement lancéolées, sessiles ou à pétiole court, à limbe vert clair face supérieure, vert olive à violet face inférieure, et à petites fleurs verdâtres, glabre, avec quatre sépales persistantes, sans pétales et avec Quatre étamines.
Elle se présente couchée radicante ou nageante.


En raison de sa vaste répartition géographique, cette espèce est extrêmement variable, et de nombreuses variétés ont été décrites.
Ludwigia palustris s'hybride très facilement avec Ludwigia repens.
On référence aujourd'hui :
Ludwigia palustris var. americana Fernald & Griscom 1935
Ludwigia palustris var. inundata Svenson 1935 (Maryland,USA)
Ludwigia palustris var. liebmanni H. Léveillé 1912 (Mexique)
Ludwigia palustris var. nana Fernald & Griscom 1935 (Georgie,Texas; Cuba, Haïti, Sud-Est du Mexique, Colombie), Ludwigia palustris var. pacifica Fernald & Griscom 1935 (USA)
Ludwigia palustris var. typica Fernald & Griscom 1935
Ludwigia palustris forma submersa Eames 1933 (France),

Description botanique
Plante vivace de 10-30 cm, grêle, couchée-radicante ou nageante, glabre.
Feuilles opposées, ovales, atténuées aux deux bouts, pétiolées, entières.
Fleurs verdâtres, petites, peu apparentes, solitaires, axillaires, opposées, sessiles. Calice à tube en cloche, non prolongé au-dessus de l'ovaire, 4 sépales, persistants, pas de pétales, 4 étamines, style caduc, stigmate en tête
capsule courte (env. 4 mm), obovale-tétragone, glabre, à 4 loges polyspermes. Graines sans aigrette.
Floraison de Juin à septembre.
Chromosome 2n = 16
 
Dispo vente :
Disponible
Commercialisée depuis de nombreuses années, parfois sous le nom de "Red Ludwigia" ou "L. mullertii", un nom commercial également utilisé pour L. repens et L. palustris x repens.
Cependant les plantes vendues comme "Ludwigia rouge" et comme L. palustris sont en réalité L. palustris x repens.
Une variété vert clair de Ludwigia palustris est commercialisée par la société Dennerle.

Pourtant, certains considèrent Ludwigia palustris comme un synonyme de Ludwigia repens.
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :
18 à 26°C
pH :
6,5 à 7,5
GH :
4 à 8
Eclairage :
Brassage :
Substrat nutritif :
Recommandé
Dry Start :
Oui
 
Ludwigia palustris supporte difficilement l'immersion prolongée, surtout lorsque la température dépasse 22 à 23 °C et que l'éclairage est insuffisant.
Il s'agit en fait d'une espèce plutôt amphibie, se plaisant davantage en aqua-terrarium tempéré ou en bassin extérieur.

D'abord et avant tout, Ludwigia palustris a besoin de beaucoup de lumière.
Même s'il peut survivre sous une lumière modérée, elle y reste grêle et verdâtre.
Elle profite des macro-nutriments nitrate et phosphate, mais ils ne sont pas indispensables.
L'injection de CO2 et la fertilisation en micro-nutriments ne sont pas non plus nécessaires, cependant, Ludwigia palustris devient considérablement plus robuste, saine et colorée s'ils sont ajoutés.

Contrairement à tant d'autres plantes des climats tempérés, Ludwigia palustris est très adaptable à différentes températures et se comporte également bien dans des eaux plus chaudes, mais sans excès.
Beaucoup de lumière et un substrat riche en nutriments induisent une croissance presque horizontale chez cette plante, et favorisent la formation de racines et un grand nombre de pousses latérales.

Lorsqu'elle est cultivée à l'extérieur, que ce soit sur les bords des étangs de jardin ou dans des conteneurs, L. palustris développe des fleurs avec quatre pointes de calice vert et quatre endurance jaune mais pas de pétales. Ces fleurs sans pétales sont une caractéristique de L. palustris qui peut être identifiée assez facilement
L. repens, qui ressemble beaucoup à L. palustris, a quatre petits pétales.
Cependant, l'hybride L. palustris x repens peut former des fleurs qui ressemblent exactement à celles de L. palustris, ce n'est donc pas une caractéristique sans équivoque.
Parfois, en comparaison avec L. repends et L. palustris x repens, L. palustris a des tiges de feuilles plus longues. Les plantes à bords, tiges et nervures médianes des feuilles rougeâtres sont dans la majorité absolue des cas L. palustris, même si des caractéristiques similaires peuvent également apparaître dans certaines variétés de L. repens.
Plantation et multiplication :
Cette plante se multiplie facilement de façon végétative.
Coupez les pousses latérales ou supérieures et replantez dans le substrat.
Après avoir retiré la tige supérieure, la tige restante produit un grand nombre de pousses latérales lorsqu'elle est laissée dans l'aquarium.
Commentaires
Le nom Ludwigia palustris est dédié à Christian Gottlieb Ludwig ( 30 avril 1709 - 7 mai 1773 ), botaniste et médecin allemand contemporain de Linné et descripteur du genre Ludwigia, et palustris, "des marais".

Jussie : en l'honneur du naturaliste français Bernard de Jussieu (1699-1777), créateur de la classification "naturelle" des plantes.
Sources
eFlore, Tela botanica, INPN, MNHN, FCBN
- Lansdown, R.V. "Ludwigia palustris. The IUCN Red List of Threatened Species 2013"
- Nelma Xavier Marques de Sousa "Caracteres importantes na identificação de espécies de Ludwigia (Onagraceae) ocorrentes no Recôncavo da Bahia, Brasil"Rodriguésia vol.70 Rio de Janeiro (2019)
- Ana M. Bedoya∗, Santiago Madrinán "Evolution of the aquatic habit in Ludwigia (Onagraceae):
Morpho-anatomical adaptive strategies in the Neotropics" (2014)
- P.J. van der Vlugt : "Beobachtungen zu Bestäubungsvorgängen bei Ludwigia palustris (L.) Elliott". in Aqua Planta 1-2000, (2000)