Descripteur : Klein ex Willd, 1906
Famille : Characeae

Synonymes
Chara compressa C.S.Kunth
Chara gymmopus

Chara zeylanica var. brittoni
Variété
Chara zeylanica var. diaphona
Variété
Chara zeylanica var. sejuncta
Variété
Chara zeylanica var. zeylanica
Noms Communs
Lustre d'eau
Charagne

Stoneworts (en)
Genre : Chara
Chara zeylanica (Klein ex Willd, 1906)
Chara zeylanica   
Lustre d'eau
Origines géographiques
Aire d'origine :
Monde
Pays :
Australie , Bangladesh, Bénin, Bhoutan, Chine, Egypte, Ghana, Inde, Japon, Malaisie, Mongolie, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Sénégal, Somalie, Afrique du Sud, Sri Lanka, Taiwan, Province de Chine, Tanzanie, USA.
 
Cosmopolite pantropicale, cette algue a été décrite pour la première fois au Sri Lanka, par conséquent, le nom "ceylonica" latinisé en "zeylanica" bien qu'elle ait aussi été collectée en Amérique centrale.
Environnement
Eau :
Douce
 
Il s'agit d'une espèce d'eau douce que l'on trouve dans les étangs, les lacs, les canaux et dans l'eau stagnante peu profonde des rizières où elle pousse submergée, attachée au fond boueux.
Chara zeylanica est présente dans la zone photique, ancrée dans le substrat par des rhizoïdes dorsaux bien développés et généralement très ramifiés.
On la trouve généralement dans les eaux oligotrophes à mésotrophes, tendant à disparaître des eaux eutrophes.
La plupart des Characeae se trouvent dans des habitats d'eau douce, bien que certaines parviennent à survivre dans les eaux saumâtres, préférant les eaux tranquilles et claires, riches en sels de calcium.
Chara zeylanica supporte bien la chaleur et se propage rapidement entre 24 et 32 °C. Copeland en 1936 a rapporté le record de température maximale pour les Characées poussant en sources chaudes du parc national de Yellowstone à 38,1°C.
Des cyanobactéries se développent sous forme d'épiphytes sur les surfaces de Chara, où ils peuvent être impliqués dans la fixation de l' azote, ce qui est important pour la nutrition des plantes

Hormis pour quelques espèces qui survivent en eau saumâtre ou dans des habitats maritimes périodiquement exposés aux embruns, les Characées sont des plantes aquatiques d'eau douce et claire, stagnante ou à très faible courant. Elles apprécient les eaux peu profondes (dures, éventuellement légèrement saumâtres et/ou parfois très calcaires) et ensoleillées. On les trouve parfois dans des bassins artificiels où par évaporation l'eau devient plus dure. On les trouve dans les mares, fonds de carrière inondés, lacs, en herbiers parfois denses, ou en situation de plante pionnière, éventuellement éphémère.
On les trouve en particulier dans les zones calcaires de toute la zone tempérée nord ou elles sont couvertes de dépôts de carbonate de calcium ce qui leur a valu le nom de stoneworts.

Ces plantes étant caractéristiques de milieux faiblement à moyennement riches en éléments nutritifs, on les considère comme un bon bioindicateur de qualité de l'eau du point de vue de l'oligotrophie et d'une faible turbidité. L'eutrophisation est un des facteurs responsables de leur forte régression.
Liste Rouge UICN : 
LC
 
 
Elle est affectée localement par l'eutrophisation des plans d'eau, mais il n'y a pas de menaces importantes et répandues connues pour cette espèce.
Description
Type :
Algue
Croissance :
Taille :
3,5 à 5 cm
 
Il s'agit d'une algue aquatique submergée avec un corps végétal élancé qui se différencie en nœuds et entre-nœuds. Les entre-nœuds sont cortiqués. Les nœuds sont pourvus de stipulode, de branches de croissance limitée et d'organes sexuels. Les organes sexuels mâles appelés sont appelés globules et les femelles nucules. La nucule se trouve au-dessus du globule.
Les "plantes" ont une hauteur de 30 à 50 cm et sont constituées d'axes flexibles avec des verticilles de rameaux.
Il n'y a pas de cortex à la partie basale des rameaux

L'espèce d'algue verte d'eau douce, Chara zeylanica est divisée en de nombreuses variétés comme Chara zeylanica brittoni, Chara zeylanica diaphona, Chara zeylanica sejuncta, Chara zeylanica zeylanica.

Chara zeylanica est l'une des espèces d'algue les plus polymorphes. L'examen de cent-quarante collections de Chara zeylanica de trois états du sud-ouest américain montre qu'une forte dichotomie existe dans les collections. Certains produisent des anthéridies à quatre plaques tandis que d'autres produisent des anthéridies à huit plaques. La distinction absolue du matériel d'étude est possible sur la base du nombre de plaque. De plus, trois autres caractères (rapport longueur / largeur des oospores; fertilité du premier nœud de rameau; et nombre d'entre-nœuds de rameau distal écortiqué) montrent une forte corrélation avec le type anthéridien. Des travaux chromosomiques préliminaires indiquent qu'une ségrégation à ce niveau peut également être possible. Dans les collections de quatre plaques examinées, n = 28, les collections à huit plaques sont elles généralement de n = 56. cependant, quelques collections à huit plaques sont n = 42. Aucune conclusion n'a été tirée quant au statut de ces dernières collections. Une enquête plus approfondie est nécessaire.

Les Characées sont des algues multicellulaires et branchues, caractérisées par des cellules géantes (macroscopiques, d'une longueur de 1 à 2 cm pour chaque cellule de la tige principale). Ces cellules sont généralement cortiquées ; chacune est constituée d'une grande vacuole centrale, d'un endoplasme, et du cytoplasme qui contient un ou plusieurs noyau(x) et qui est animé d'un constant mouvement, dit de « cyclose ». Cette cyclose est caractérisée par une vitesse de flux au moins huit fois plus rapide (jusqu'à 70 µm/s) que celle observée chez d'autres plantes telle que l'élodée. Ceci fait des Characées un intéressant modèle de laboratoire pour l'étude du phénomène de cyclose.
Sous la membrane plasmique, l'ectoplasme (film cytosolique sans cyclose) tapissé de chloroplastes est responsable de la photosynthèse.
Aux entrenœuds, des verticilles de « rameaux » courts (appelés phylloïdes) prennent naissance, qui donneront éventuellement lieu à une future subdivision de la plante.
Leur thalle peut atteindre 120 cm de long.
Elles n'ont pas de racines, mais se fixent dans le substrat (sable, sédiment vaseux, gravier..) par des rhizoïdes.
Après un certain temps, leur cuticule se rigidifie fortement en accumulant du carbonate de calcium. Elles prennent alors une texture dure et "griffante" au toucher (comme quand on manipule des prêles).
Certaines espèces émettent une odeur alliacée quand on les écrase.

Leur "tige" est en fait un thalle dont la partie centrale est creuse et composée de nœuds, chaque entre-nœud étant une cellule géante multinucléée. À chaque nœud, un éventail de petites ramilles la fait ressembler superficiellement aux plantes du genre Equisetum.

Chez la plante en bonne santé, on observe facilement et nettement au microscope - à l'intérieur des cellules géantes - le phénomène de cyclose (ou « streaming cytoplasmique »). On n'a jamais observé de cyclose plus rapide chez d'autres plantes. Ce mouvement, normalement entretenu par des microfilaments présents à l'intérieur de la cellule, est ralenti lorsqu'un toxique (ex : cyanure, cytochalasin) y pénètre.

Note : De nombreux botanistes ont proposé que les Characées soient placées dans un embranchement particulier, souvent nommé Charophyta.
Leur classement cladistique (phylogénétique) est actuellement en cours de révision par les taxonomistes et les systématiciens.
L'étude de l'ADN et de l'ARN de ces plantes pourrait confirmer ou infirmer l'hypothèse que ces plantes aient été le chaînon entre la vie aquatique et terrestre, moment crucial dans l'évolution de l'arbre phylogénétique de la vie, passage entre les algues et les mousses, il y a plus de 400 millions d'années seon Karol et al. (2001, Science).
Dispo vente :
Non disponible
Non disponible commercialement, elle arrive néanmoins parfois en aquarium avec une autre plante aquatique.
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :
16 à 38°C
pH :
6,5 à 8,5
GH :
10 à 20
Eclairage :
Brassage :
Substrat nutritif :
Non
Dry Start :
Non
 
Cette algue ne fait que très rarement l'objet de culture en aquarium, mais peut être un bon support d'élevage pour les alevins d'eau dure ou les crevettes nécessitant une eau faiblement saumâtre.

Les Chara zeylanica sont généralement ancrés au substrat littoral au moyen de rhizoïdes souterrains ramifiés .
Leur culture ne demande pas de substrat particulier et une bonne terre de jardin surfacée de sable de quartz fin est un milieu idéal.
Une forte lumière n'est pas non plus recommandée, l'algue poussant aussi bien en faible luminosité. Cette culture a, de plus, l'avantage de lui éviter l'envahissement par d'autres algues de croissance plus rapide.
L'eau de conduite ordinaire (déchlorée) est en général adaptée, l'algue supportant avantageusement le calcaire.
En revanche, la température idéale reste élevée 24 à 28°C avec un maximum à 32°C.
Même si la croissance de cette algue est favorisée par la chaleur, le manque de nutriments disponible reste un frein non négligeable aux fortes températures (jusqu'à 38°C)
La croissance la plus constante des pousses principales, compte tenu de la quantité de nutriments disponible, reste de 24 °C. (Anderson, Robert G. and Lommasson, Robert C. (1965))

Au fur et à mesure que la plante se développe, les branches latérales peuvent être coupées et replantées dans le substrat.
Les contaminations algales sont fréquente car Chara zeylanica pousse lentement aux températures inférieures à 28°C
A 32°C. la croissance apicale de la pousse principale et le développement des branches latérales est plus rapide et le développement d'un système rhizoïdal plus important, ce qui limite la prolifération des algues parasites sur la plante, mais la favorise dans le reste du bac.
Plantation et multiplication :
Les organes reproducteurs sont disposés à l'aisselle des verticilles. Les anthéridies et oogonies sont protégées par une couche de cellules (stériles à maturité). L'oogonium est de forme oblongue et se compose d'un seul "œuf", tandis que l'antheridium, sphérique, est composé de cellules produisant les spermatozoïdes. Ce qui fait des Characées les plus complexes de toutes les algues vertes et peut-être des descendantes directes d'un ancêtre qui pourrait aussi être celui de toutes les plantes terrestres.

De nombreux botanistes ont proposé que les Characées soient placées dans un embranchement particulier, souvent nommé Charophyta.
Leur classement cladistique (phylogénétique) est actuellement en cours de révision par les taxonomistes et les systématiciens.
L'étude de l'ADN et de l'ARN de ces plantes pourrait confirmer ou infirmer l'hypothèse que ces plantes aient été le chaînon entre la vie aquatique et terrestre, moment crucial dans l'évolution de l'arbre phylogénétique de la vie, passage entre les algues et les mousses, il y a plus de 400 millions d'années seon Karol et al. (2001, Science).
Commentaires
Présentes depuis au moins le Silurien (430 à 410 millions d'années), elles semblent être les algues les plus proches des plantes vertes terrestres (Embryophyta).

Les rhizomes de cette algue sont diurétiques et utilisés pour des problèmes rénaux.

Étymologie : Chara du latin "chara" (racine de choux ?) et zeylanica latinisation de "ceylonica", de Ceylan d'où la plante a été décrite.
Sources
GBIF, UICN,
Services Charophyte. 2011. Charophytes. Disponible sur: http://www.charophytes.com/cms/ .
- Guiry, MD et Guiry, GM. "AlgaeBase. Publication électronique mondiale, Université nationale d'Irlande, Galway. http://www.algaebase.org .b (recherche 16 avril 2021)
- Bryant, J. "The Stoneworts (Chlorophyta. Charales)" in Guiry, M.D., John, D.M., Rindi, F. and McCarthy, T.K. 2007. New Survey of Clare Island. Volume 6: The Freshwater and Terrestrial Algae. Royal Irish Academy (2007)
- Norma catarina Bueno, João Fernando Prado, Thamis Meurer, Carlos Bicudo "New Records of Chara (Chlorophyta, Characeae) for Subtropical Southern Brazil" (2011)
- Bueno, NC, Prado, JF, Meurer, T. & Bicudo, CEM. "Nouveaux signalements de Chara (Chlorophyta, Characeae) pour le sud subtropical du Brésil". in Botanique systématique 36 (2011)
- Day, SA, Wickham, RP, Entwisle, TJ et Tyler, PA. "Liste de contrôle bibliographique des algues non marines en Australie". in Flora of Australia Supplementary Series 4 (1995)
- Hirose, H., Yamagishi, T. et Akiyama, M. "Illustrations des algues d'eau douce japonaises" . Tokyo: Uchida Rokakuho Publishing Co., Ltd. (1977)
- Hu, H. et Wei, Y. "Les algues d'eau douce de Chine" . in Systématique, taxonomie et écologie. (2006).
- Muller, S, D., Rhazi, L. et Soulie-Märsche, I. "Diversité et répartition des Characées au Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie)". in Crytogamie Algologie 38 (2017)
- Ribeira, C. dos A., Ramos, GJP, Bueno, NC. Prado, JF & Moura, CW do N. "O gênero Chara (Charophyceae, Characeae) das Regiões Metropolitanas de Salvador e de Feira de Santana, Bahia, Brésil". in Rodriguésia 69 (2018)
- Anderson, Robert G. and Lommasson, Robert C. "Some Effects of Temperature on the Growth of
Chara zeylanica Willd," in Butler University Botanical Studies: Vol. 13 , Article 13. (1965)