Descripteur : JFGmelin, 1791
Famille : Nymphaeaceae

Synonymes
Brasenia hydropeltis Muhl.
Brasenia nymphoides Baill.
Brasenia pelta Casp.
Brasenia peltata Pursh
Brasenia purpurea (Michx.) Casp.
Brasenia purpurea A. Heller, 1893
Cabomba peltata (Pursh) F.Muell.
Hydropeltis pulla Salisb.
Hydropeltis purpurea Michx.
Menyanthes peltata Thunb.
Noms Communs
Brasénie de Schreber

Schreber's watershield (en)
Genre : Brasenia
Brasenia schreberi (JFGmelin, 1791)
Brasenia schreberi   
Brasénie de Schreber
Origines géographiques
Aire d'origine :
Monde
Pays :
Australie, Belize, Canada, Chine, Cuba, Guatemala, Jamaïque, Japon, Mexique, États-Uni
 
Brasenia schreberi est répandue en Amérique (Est des États-Unis et régions tropicales d'Amérique du Sud et centrale), aux Antilles, en Afrique occidentale, en Asie du Sud et en Australie orientale

En dehors de l'Amérique, Brasenia schreberi ne se trouve plus dans le monde actuel que par stations isolées dans des régions disjointes : sud-ouest de l'Afrique ; est de l'Australie ; Inde, Japon et Mandchourie. Par contre, on la trouve abondamment à l'état fossile dans les dépôts interglaciaires de l'Europe. Il s'agit d'un type végétal cosmopolite à l'époque tertiaire, entièrement disparu maintenant de l'Europe, et presque entièrement partout ailleurs qu'en Amérique.
Environnement
Eau :
Douce
 
L'espèce pousse dans les eaux calmes ou lentes, acides ou non (généralement oligotrophes à mésotrophes) des lacs, des ruisseaux et des étangs (New England Wild Flower Society 2011-2015)
Liste Rouge UICN : 
LC
 
 
L'espèce est classée globalement "en sécurité" par NatureServe (2014), mais les populations de certains États des États-Unis et des provinces du Canada sont classées comme "gravement en péril", "en péril" ou "vulnérable". Le Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CESCC 2011+) classe également l'espèce comme "en sécurité" (pour le Canada seulement).
Description
Type :
Plante
Croissance :
Taille :
30 à 200 cm
 
Brasenia schreberi est une plante herbacée vivace aquatique avec des feuilles flottantes produisant des tiges atteignant deux mètres de long, qui pousse dans les étangs, les lacs et les ruisseaux lents.
Brasenia schreberi est facilement reconnaissable à ses feuilles. Elles sont de forme ovale, peltés (la tige de la feuille se fixe à la feuille au milieu du limbe, comme une tige de champignon), avec le dessous recouvert de mucus épais et gélatineux. Les limbes des feuilles sont petits, 3,5-13,5 × 2-8 cm. Le dessus des feuilles est vert, tandis que le dessous et les tiges des feuilles sont pourpre rougeâtre. Toutes les parties sous-marines de cette plante sont recouvertes de d'une gelée mucilagineuse. Ce manteau épais protège apparemment les plantes du dessèchement pendant les basses eaux et peut également dissuader les mammifères de la manger.

La tige et la feuille de cette étrange relique du tertiaire offrent, dans leur appareil libéro-ligneux, une disposition singulière et unique dans le monde végétal actuel. L'épiderme est couvert de poils courts, simples et unicellulaires, dont les membranes gélifiées et confluentes produisent la couche gélatineuse caractéristique qui enveloppe toute la plante, sauf la face supérieure des feuilles. La section de la tige montre qu'il n'y a pas de cylindre central, et pas de distinction à établir entre une écorce et une moelle ; il y a un parenchyme amylacé creusé de lacunes, et traversé de deux lames libéro-ligneuses amincies au milieu et renflées sur les bords. Cette structure distingue les genres Brasenia et Cabomba de toutes les plantes phanérogames.
Les feuilles sont vert cireux, violacées sur la face inférieure, ovales à elliptiques, mesurant (longueur 5-10 cm ; largeur 4-5 cm) , géométriquement centrées sur de longues tiges attachées en alternance sur la partie supérieure de la tige submergée. Les feuilles flottent à plat sur la surface de l'eau. Les tiges sous-marines sont recouvertes d'une gelée mucilagineuse.
Les fleurs (diamètre 10-12 mm) fleurissent en été. Elles sont solitaires (périanthe violet terne, 10-20 × 2-7 mm; pétales légèrement plus longs et plus étroits que les sépales) sur une tige nue robuste s'élevant au-dessus de la surface de l'eau. Les fleurs ont généralement trois (parfois quatre) pétales incurvés vers le bas et un nombre égal de sépales légèrement plus petits en taille et de forme et de couleur similaires. Au centre se trouvent de nombreuses étamines dressées. La couleur varie du brun violacé terne au rouge rosé.
Les fruits (6 à 10 mm) mûrs se détachent et flottent au lieu de couler à fond, particularité éminemment favorable à la dispersion de l'espèce, qui cependant est assez locale.
Graines 1-2, 2,5-4 × 2-3 mm
2 n = 80.
Dispo vente :
Rare
Pratiquement introuvable en Europe, on la trouve cependant en vente par correspondance.
Envahissante lorsqu'elle se plait, Brasenia schreberi devra être contenue et on évitera sa propagation dans la nature.
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :
5 à 28°C
pH :
5,5 à 7
GH :
1 à 10
Eclairage :
Brassage :
Substrat nutritif :
Obligatoire
Dry Start :
Non
 
Brasenia schreberi est une bonne plante pour le bord de l'eau mais difficile à établir.
Il est préférable de la cultiver en sol riche dans de l'eau stagnante et sans calcaire jusqu'à presque deux mètres de profondeur.

Brasenia schreberi peut devenir extrêmement gênante en Amérique et rapidement envahir les étangs peu profonds et les lacs. Elle devient parfois si dense qu'il ralentit le voyage en bateau.
Les plantes Brasenia schreberi sécrètent un certain nombre de produits chimiques qui tuent ou inhibent la croissance d'un large éventail de bactéries, d'algues et d'autres plantes (Elakovich et Wooten). Par ce mécanisme, le Brasenia schreberi tue la végétation concurrente.
Bien qu'elle puisse être une nuisance, la plante profite aussi à la faune. Les oiseaux aquatiques mangent cette plante. Ses feuilles flottantes abritent les poissons et autres organismes aquatiques.
Plantation et multiplication :
Reproduction sexuée
Les fleurs du Brasenia schreberi sont petites et discrètes, typiques des plantes pollinisées par le vent. Les fleurs ont trois à quatre sépales d'environ deux centimètres de diamètre qui sont verts en dessous et violet rougeâtre à marron sur le dessus. Il y a généralement quatre pétales légèrement plus longs et plus minces que les sépales. Ils sont de couleur violet rougeâtre à marron. Les fleurs ont généralement dix-huit à trente-six étamines et quatre à dix-huit pistils dans chaque fleur.
Bien que les fleurs de Brasenia schreberi ne soient pas voyantes, elles ont une biologie intéressante.
Les boutons floraux se développent sous l'eau et sont recouverts de vase. Les fleurs fleurissent sur une période de deux jours. Le premier jour, le bourgeon émerge au-dessus de l'eau. Les sépales et les pétales s'ouvrent et se courbent vers le bas. Bien que des étamines et des pistils soient présents dans chaque fleur, le premier jour de floraison, seuls les pistils émergent. Les tiges des pistils s'allongent et s'étendent vers l'extérieur sur les pétales. La nuit, la tige de la fleur se plie et les fleurs plongent sous l'eau. Le deuxième jour, les fleurs émergent à nouveau de l'eau, mais avec les pistils rétractés. Les tiges des étamines sont allongées et les anthères ouvertes. De cette manière, les fleurs sont pollinisées de manière croisée (Osborn et Schneider). Après la floraison, les sépales et les pétales se replient et se submergent. Le fruit se développe sous l'eau enfermé dans les pétales et les sépales.
Commentaires
Cette espèce est cultivée en Chine et au Japon où les pousses recouvertes de mucilage sont consommées (New England Wild Flower Society 2011-2015).
Les feuilles comestibles sont considérées comme une grande délicatesse au Japon, où elles sont vendues sur les marchés locaux. La plante a également une racine comestible et diverses utilisations médicinales locales.

Étymologie : Le nom générique Brasenia a été créé, sans indication d'étymologie, par J. C. D. von Schreber lui-même et schreberi en l'honneur dudit descripteur du genre, Johann Christian Daniel von Schreber (1739-1810) botaniste, mycologue et zoologiste allemand, élève de Carl von Linné.
Sources
GBIF, IUCN, USDA
CFIA and NRCan/CFS. 2011+. Plants of Canada Database. Ottawa Available at: www.plantsofcanada.info.gc.ca.
eFloras. 2006. Flora of North America. Vol. 4. Available at: http://www.efloras.org
NatureServe. 2014. NatureServe Explorer: An Online Encyclopedia of Life. Arlington, Virginia. Available at: http://explorer.natureserve.org.
Flore laurentienne, Flora of north América
- Elakovich, Stella D. et Jean W. Wooten. "Un examen de la phytotoxicité du bouclier, Brasenia schreberi ". in Journal of Chemical Ecology. Vol. 13 (1987)
- Flora of North America. Volume 3, "Magnoliophyta: Magnoliidae et Hamameliidae". Oxford University Press, New York, État de New York. (1997)
- Godfrey, Robert K. et JW Wooten. "Plante aquatique et des zones humides du sud-est des États-Unis, dicotylédones" . University of Georgia Press, Athènes, Géorgie. (1981)
- Osborne, Jeffrey M. et Edward L. Schneider. "Etudes morphologiques des Nymphaeaceae Sensu Lato. XVI. La biologie florale de Brasenia Schreberi" . in Annales du jardin botanique du Missouri. Vol. 75 (1988)
- Yatskievych, George. "Steyermark's" in Flora of Missouri Volume 2, Missouri Botanical Garden Press, Saint-Louis. Missouri. (2006)