Nitella hyalina
Nitelle hyaline
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Nitella hyalina (Nitelle hyaline) . D'où ils viennent,comment les maintenir en aquarium, en terrarium ou en bassin, comment les multiplier,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : (De Candolle) C.Agardh, 1824
Classe: Charophyceae
Ordre: Charales
Famille:  Characeae
Genre:  Nitella
Synonymes
Chara condensata Ruprecht, 1845
Chara hyalina DC.
Chara longifurca F.Ruprecht, 1845
Nitella condensata (Ruprecht) J.H.Wallman, 1853
Nitella hyalina f. minor J.Vilhelm, 1930
Nitella hyalina var. athanurensis D.Subram., 1985
Nitella hyalina var. chelliammai D.Subram., 1985
Nitella hyalina var. oligactis A.Braun, 1867
Nitella hyalina var. puduchattirensis D.Subram., 1985
Nitella hyalina var. ramulosa Y.J.Ling, L.C.Qui & S.L.Xie, 1988
Nitella longifurca (F.J.Ruprecht) Wallman, 1853
Nitella hyalina var. hyalina (De Candolle) C.Agardh
Nitella hyalina var. maxima (A.Braun ex Migula) R.D.Wood
Nitella hyalina var. novae-zeelandiae A.Braun ex C.F.O Nordst., 1880
Nitella hyalina f. hyalina
Nitella hyalina f. maxima A.Braun ex Migula, 1897
Noms Communs
Nitelle hyaline
Many-branched Stonewort (en)
Membres du genre Nitella
Nitella capillaris ((Krocker) J.Groves & Bull.-Webst., 1920)
Nitella hyalina ((De Candolle) C.Agardh, 1824)
Nitella opaca ((C.Agardh ex Bruzelius) C.Agardh, 1824)
Nitella flexilis ((Linnaeus) Agardh, 1824)
Nitella pseudoflabellata (A.Braun, 1882)
Origine géographique
Aire d'origine : Monde
cosmopolite
Aire actuelle
Nitella hyalina a été décrite initialement par De Candolle à partir de ses localités types aux environs de Lausanne (Suisse), du Mans et de Nantes (France) mais elle est largement répandue à travers le monde.
La plante est présente en Belgique. La distribution est sporadique en France métropolitaine, à l'ouest au centre ouest et sur la Méditerranée.
Elle est considérée comme éteinte dans les îles britanniques (Bryant & Stewart, 2002) et en Suisse.
Environnement
Milieu
Douce, Saumâtre
Espèce héliophile et thermophile colonisant les bordures plates d’étangs ou lacs soumises à un fort réchauffement et une exondation éventuelle en fin d’été. En eaux peu profondes (jusqu’à 9 m), oligo-mésotrophes, neutres à alcalines, sur substrat sablonneux. Elle tolère le dessèchement (Muller et al., 2017).

Elle peut être annuelle ou pérenne selon les conditions environnementales. Thermophile, l’espèce est plutôt estivo-automnale, fructifiant quand les eaux atteignent 20 à 30 °C. L’épais mucilage qui enrobe ses verticilles supérieurs protège un certain temps ses gamétanges de la dessiccation en cas de brusque variations du niveau d’eau ou d’exondation précoce.

En Finlande cependant, on trouve Nitella hyalina dans les eaux saumâtres du golfe de Finlande. L'espèce y est annuelle. En Finlande, la fructification a lieu entre juillet et octobre et les plantes récoltées sont souvent richement fertiles. On trouve des oospores brunes et mûres à partir de septembre.
Son statut de conservation est jugé défavorable dans plusieurs pays du Nord de l'Europe.
Description
Type
Algue
Croissance
Taille
15 à 20 cm
Les algues du genre Nitella sont des algues vertes carophytes et en tant que telles ont des chloroplastes avec des chlorophylles a et b. Elles sont considérées comme proches des plantes terrestres.
Elles vivent principalement en eau douce. Au sein de la classe des Charales, elles sont les seules macroalgues, c'est-à-dire avec un développement macroscopique qui peut atteindre 60  cm ou plus.

Nitella hyalina fait partie des espèces de Nitella dont les derniers dactyles sont pluricellaires (Arthrodactylae).
Sa hauteur peut varier considérablement selon la profondeur et les plus petits individus peuvent être confondus avec N. confervacea ou N. tenuissima. Elle s’en distingue cependant aisément car c’est la seule à avoir des verticilles composés de deux types de rameaux.

Les plantes mesurent jusqu'à 20 cm de haut. L'axe a un diamètre de 700 µm. L'espèce se distingue facilement des autres espèces par les rameaux accessoires qui sont plus courts que les autres rameaux. Les dactyles sont 2-cellulaires. L'espèce est monoïque. Les gamétanges sont souvent enveloppées de mucus. Les oogones sont solitaires et mesurent jusqu'à 400 µm de long. Les anthéridies mesurent environ 400 µm de diamètre.

Description botanique
Plante haute de 5 à 25 (30) cm, généralement vert clair, organisée en chapelet, ramifiée, enrobée d’un épais mucilage sur son sommet et parfois incrustée de calcaire. Diamètre de l’axe : 0,25 - 0,7 mm. Entre-nœuds : 0,5 - 4 (5) cm, 2 à 4 fois plus longs que les rameaux. Cortication : absente. Acicules : absentes. Stipulodes : Aucun. Verticilles : doubles c.-à-d. chacun constitués de 7-9 rameaux principaux et d’un grand nombre de petits rameaux « accessoires », deux fois plus courts que les principaux et formant une collerette. Les verticilles supérieurs sont globuleux et mucilagineux, les inférieurs généralement plus lâches et non mucilagineux. Rameaux (phylloïdes) : Les rameaux principaux, longs de 0,5 à 1,2 cm, sont divisés 2 à 3 (4) fois 3 à 10 dactyles, les accessoires sont simples ou divisés 1 fois en 3 à 6 dactyles. Les dactyles terminaux sont bicellulaires à cellule terminale courte et acuminée. Monoïque, très fertile. Gamétanges : mâles et femelles conjoints ou disjoints, insérés potentiellement à chaque bifurcation des rameaux (principaux et accessoires). Anthéridie : solitaire, diamètre entre 0,35 et 0,4 mm, solitaire, orange. Oogone : solitaire ou géminées, longueur 0,34 - 0,65 mm, largeur 0,25 - 0,4 mm. Oospore : brun-roux lorsqu’elle est humide et dorée-nacrée lorsqu’elle est sèche (changement de couleur indiquant la nature spongieuse de la membrane), aplatie dorso-ventralement, longueur 0,3 - 0,4 mm, largeur 0,2 - 0,9 mm, 6 - 8 crêtes proéminentes ailées et membrane externe fibreuse-spongieuse. Bulbilles : absents.
 
Maintenance
Dry Start
Non
Paramètres
Température
1 à 30°C
pH
6 à 8
GH
5 à 20
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Non
Nitella hyalina, qui pourrait être un apport intéressant en aquariophilie n'est apparemment pas maintenue en aquarium.
C'est néanmoins la nitelle qui supporterait le mieux les températures élevées des aquariums tropicaux.
Disponibilité commerciale : Non disponible
Cette algue ne semble pas être commercialisée.
Plantation et multiplication
Reproduction végétative
Nitella hyalina peut se multiplier par fragmentation des rameaux.

Reproduction sexuée
Nitella hyalina est une plante annuelle à sexualité monoïque. la fructification a lieu entre Juillet et Octobre. Les oospores bruns émergent à partir de Septembre.
Commentaires
Étymologie : Nitella, peut-être du latin niteō, (nitēre) "briller, luire" et du suffixe -ella comme diminutif (petite), et hyalina du latin hyalinus, du grec ancien : ὑάλινος (hyalinos) "Qui a la transparence du verre, qui est diaphane" (ici, d'un vert vitreux.
Références
GBIF, MNHN, INPN
AlgaeBase, Infoflora
- Guiry, MD & Guiry, GM 11 mai 2020. AlgaeBase . Publication électronique mondiale, Université nationale d'Irlande, Galway. https://www.algaebase.org; recherche le 8 janvier 2022.
- Le Bail J. , Lambert Elisabeth, Sylvie Magnanon, "Pour un inventaire actualisé des Characées de l'ouest de la France" in E.R.I.C.A. N° 25 (2012)
- Caceras, EJ & Garcia, A. (1989). Nitella hyalina (DC.) Ag. (Characeae, Charophyta) en Argentine. Nova Hedwigia 48 (3-4): 383-390.
- Corillion, R. (1946). Nitella hyalina (DC.) Agardh. Notes sur sa biologie et sa distribution géographique. : 1-14.
- Ray, S. (1998). Etude de la morphologie chromosomique des apex des pousses végétatives de Nitella hyalina var. hyalina f. hyalina (Charophycées). Phycologia 37 : 64-66, 2 fig.
- Ahmadi, A., Sheidai, AM, H. Riahi, H. & Van Raam, JC (2012). Quelques Charophytes (Characeae, Charophyta) du centre et de l'ouest de l'Iran dont Chara kohrangiana espèce nova. Cryptogamie Algologie 33(4) : 359-390.
- Auderset, JD & Rey-Boissezon, A. (2013). Les Characées de Genève et environs. Distribution et Ecologie . Rapport projet de recherche DGNP-UNIGE Groupe d'Ecologie aquatique, Institut Forel et Institut des Sciences de l'Environnement, Université de Genève. pp. [i-vii], 1-95, nombreuses photographies, figures et cartes. Genève : Direction Générale de la Nature et du Paysage Rue des Battoirs 7 1205 Genève.
- Bryant, JA et Stewart, NF (2002). Commandez Charales. Dans : La flore algale d'eau douce des îles britanniques. Guide d'identification des algues d'eau douce et terrestres . (John, DM, Whitton, BA & Brook, AJ Eds), pp. 593-612. Cambridge : Cambridge University Press.
- Bryant, JA et Stewart, NF (2011). Phylum Chlorophyta. Commandez Charales. Dans : La flore algale d'eau douce des îles britanniques . Guide d'identification des algues d'eau douce et terrestres. Deuxième édition. (John, DM, Whitton, BA & Brook, AJ Eds), pp. 742-765. Cambridge : Cambridge University Press.
- Bueno, NC, Prado, JF, Meurer, T. & Bicudo, CE de M. (2016). Nitella (Streptophyta, Characeae) du sud du Brésil. Iheringia Serie Botânica 71(2) : 132-154, 12 fig.
- Caceras, EJ & Garcia, A. (1989). Nitella hyalina (DC.) Ag. (Characeae, Charophyta) en Argentine. Nova Hedwigia 48 (3-4): 383-390.
- Casanova, MT (2009). Un aperçu de Nitella en Australie (Characeae, Charophyta). Australian Systematic Botany 22 : 192-218
- Cirujano, S, Cambra, J., Sánchez Castillo, PM, Meco, A. & Flor Arnau, N. (2008). Flore ibérica algues continentales. Carófitos (Characées) . pp. [1]-132. Madrid : Real Jardín Botánico.
- Hirose, H., Yamagishi, T. & Akiyama, M. (1977). Illustrations des algues d'eau douce japonaises . Tokyo : Uchida Rokakuho Publishing Co., Ltd.
- Hu, H. & Wei, Y. (2006). Les algues d'eau douce de Chine . Systématique, taxonomie et écologie. Chine : www.sciencep.com.
- Hy, F., (1913). Les Characées de France. Bulletin de la Société Botanique de France 60 (Mémoires 26) : 1-47,
- Langangen, A. (2007). Charophytes des pays nordiques . pp. [1]-102, de nombreuses figures et cartes. Oslo : Saeculum ANS.
- Langangen, A. (2007). Charophytes des pays nordiques . pp. [1]-102, de nombreuses figures et cartes. Oslo : Saeculum ANS.
- Muller, S, D., Rhazi, L. & Soulie-Märsche, I. (2017). Diversité et répartition des Characées au Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie). Crytogamie Algologie 38(3) : 201-251.
- Sakayama, H., Hara, Y., Arai, S., Sato, H. & Nozaki, H. (2004). Analyses phylogénétiques du sous-genre Nitella Tieffallenia (Charales, Charophyceae) en utilisant des séquences d'espacement transcrites en interne de l'ADN ribosomique nucléaire. Phycologia 43 : 672-681.
- Sakayama, H., Miyaji, K., Nagumo, T., Kato, M., Hara, Y. & Nozaki, H. (2005). Réexamen taxonomique de 17 espèces du sous-genre Nitella Tieffallenia (Charales, Charophyceae) basé sur la morphologie interne de la paroi des oospores et de multiples séquences de marqueurs d'ADN. Journal de Phycologie 41 : 195-211.
- Sakayama, H., Nozaki, H., Kasaki, H. & Hara, Y. (2002). Réexamen taxonomique de Nitella du Japon, basé sur des études microscopiques de l'ornementation de la paroi des oospores et des séquences du gène rbc L. Phycologia 41 : 397-408.
- Urbaniak, J. & Blazencic, J. (2012). Étude SEM des caractéristiques des oospores chez les Charophytes des Balkans endémiques et menacés. Cryptogamie Algologie 33(3) : 277-288.
- Vouilloud, AA, Cáceres, EJ & Leonardi, PI (2010). Ultrastructure de gamètes mâles matures de Nitella hyaline (Charale, Charophyta). Phycologia 49(5) : 508-511.
- Watterlot, A. & Prey, T. (2016). Inventaire des Characées sur le territoire picard (Aisne, Oise et Somme) : Évaluation patrimoniale. Version n° 2, décembre 2016. pp. [1]-30, Annexe, 31-56 [Cartes]. Bailleul : Centre régional de phytosociologie. Conservatoire botanique national de Bailleul.

Pour citer cette fiche :"Nitella hyalina, (De Candolle) C.Agardh, 1824" B-Aqua / GP (2021)