Descripteur : Risso, 1826
Famille : Succineinae

Synonymes :
Glischrus succinea S.Studer, 1820
Oxyloma elegans (Risso, 1826)
Oxyloma pfeifferi (Rossmässler, 1835)
Succinea debilis L.Pfeiffer, 1859
Succinea debilis Ping, 1929
Succinea elegans Risso, 1826
Succinea hopeiensis Ping, 1931
Succinea levantina Deshayes, 1835
Succinea major Risso, 1826
Succinea mediolanensis L.Pfeiffer, 1853
Succinea pfeifferi Rossmässler, 1835
Noms Communs :
Ambrette élégante

Pfeiffer's amber snail (en)
Genre : Oxyloma
Oxyloma elegans (Risso, 1826)
Oxyloma sarsii (Esmark, 1886)
Oxyloma elegans   
Ambrette élégante
Origines géographiques
Aire d'origine :
Europe
Pays :
Andorre, Autriche, Belgique, Bulgarie, Tchéquie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Fédération de Russie, Slovaquie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni
 
Oxyloma elegans est présente en Europe, Afrique du Nord-Ouest, Asie du Nord et de l'Ouest.
Dans les Alpes, on la rencontre jusqu’à 2100 m d'altitude. Elle se diffuse aussi au Nord vers l'Arctique.

Cette espèce répandue est présente dans toute l'Europe, avec une répartition qui s'étend à de grandes parties de la région paléarctique, de la Russie asiatique et de certaines parties de l'Asie du sud-ouest (Turquie, Liban, Syrie et Israël).

Note :
La position taxonomique de Succinea dunkeri L. Pfeiffer, 1865 n'est pas claire. Bien que signalé dans de nombreux pays et actuellement maintenu en tant qu'espèce par Bank (2016), traditionnellement, la plupart des malacologues ne distinguent pas ce taxon d' Oxyloma elegans .
E. Neubert (comm. pers. 2016) considère sa présence en Hongrie et dans toute l'Europe centrale et en Allemagne peu probable. Cependant, la situation pour le sud-est de l'Europe n'est pas claire, et nous retenons cette espèce comme probablement endémique du delta du Danube (Bulgarie et Roumanie), et soulignons que des recherches sont nécessaires pour confirmer l'identité de ce taxon.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Terre, Douce
 
Cette espèce est un escargot des marais. qui se limite aux habitats aquatiques. Au Liban, il a été observé de manière éparse sur le rivage et dans les fourrés de canne à sucre au bord d'un ruisseau de source à Ras el Assi (Bößneck 2011). Dans le nord-ouest de l'Afrique, les mentions proviennent de régions marécageuses à Phragmites, Typhus et Juncus (Seddon, données inédites 2012). En général, l'espèce tolère les perturbations, la dessiccation et la pollution, à l'exception des événements de pollution extrêmes.

On les trouve sur les roseaux, dans la vase des berges, sur des objets flottants, généralement en grand nombre mais jamais en forêt.
Préfèrent les basses plaines calcaires.

En cas de fortes chaleurs, s'abritent sous des feuilles ou autres car ils ont du mal à se rétracter dans leur coquille.
Oxyloma elegans est très inféodé à l'eau.
Ils peuvent se déplacer dans une faible hauteur d'eau aprés avoir fermé leur poumon.
Ils se nourrissent de végétaux pourrissants ou d'insectes morts.
Les amas d'oeufs sont de forme sphérique et aplatie. Ils sont pondus dans l'eau. Les bébés sont blancs à la naissance.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
LC : Préoccupation mineure
Cette espèce répandue est présente dans toute l'Europe, avec une répartition qui s'étend à de grandes parties de la région paléarctique, de la Russie asiatique et de certaines parties de l'Asie du sud-ouest (Turquie, Liban, Syrie et Israël). L'espèce est classée comme Préoccupation mineure (LC) pour l'Europe, car en général elle tolère plusieurs perturbations et est présente sur une large aire de répartition.
Description
Taille :
: 0,9 à 1,2 cm SL
Respiration :
Pulmonaire
Longévité :
2 à 3 ans
 
Les espèces de cette famille sont répandues dans le monde entier et vivent toujours dans des endroits humides. Beaucoup d'espèces sont amphibies.

Leur grande variabilité ainsi que leurs coquilles rudimentaires rendent leur identification difficile sans dissection.
Seule une dissection des appareils génitaux permet dans ce cas d'être sûr de l'espèce : Oxyloma elegans, O.sarsiiou Succinea putris.

Trois enroulements croissant rapidement, le dernier faisant les 2/3 de la coquille.
Ouverture ovoïde, très grande.
Coquille en forme de poire (piriforme), très transparente et brillante, avec des stries de croissance, de couleur ambre ou jaune foncé.
Parois fines mais solides.
Le corps de l'animal est souvent sombre mais il existe cependant des variantes plus pâles.

Confusion possible
avec Oxyloma elegans
(Le corps de l'Ambrette élégante est plus sombre. Il porte des points noirs. )
( La coquille est plus rougeâtre et la dernière grosse spirale est légèrement plus bombée. ) , Succinea dunkeri L. Pfeiffer, 1865, (présente une coquille plus allongée et la première petite spirale est à peine visible.)
 
Alimentation :
Régime : 
Omnivore
 
Dangerosité :
 
 
 Aucun
Les ambrettes sont les hôtes intermédiaires d'un ver Trématode parasite, Leuccchloridium, qui provoque un gonflement de ses antennes.
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        0      10              25      30
pH :
         5,5      6            7      7,5

GH :
(°GH)
         1       10              15       20
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
30 l minimum
Brassage :
 
 Cet escargot vivant sur la végétation flottante est peu adapté à l'aquarium et lui préférera le paludarium tempéré.
On lui réservera un bac très bien pourvu en végétation flottante lui permettant de se maintenir hors de l'eau tout en restant humide et une température assez fraiche avec des écarts journaliers.

Une période de repos hivernal est conseillée (à moins de 5°C, dans une boîte dans un garage par exemple). Peut vivre en bassin extérieur toute l'année. Se met en repos estival quand la température dépasse 30°C ou que le temps devient trop sec. En bassin, l'hibernation et le repos estival se font dans le sol des berges ou dans des amas de feuilles mortes. En aquarium les phases de repos se font au cœur des plantes flottantes émergées.
 
Dispo vente :
Non disponible
Si les ambrettes ne sont pas commercialisées, il n'est pas rare qu'elles soient introduites dans les mares et les bassins avec les plantes ou naturellement, depuis la nature environnante, par les oiseaux.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Courante
Processus de reproduction :
L’ambrette est hermaphrodite. Après l’accouplement chaque partenaire pond entre 100 et 150 œufs sous forme de masse gélatineuse ovoïde et aplatie (visible sur la photo). L’éclosion a lieu 2 semaines après la ponte.
Commentaires
Étymologie : Oxyloma du grec oxu » "aigu, pointu" et loma "bord, contour" qui fait référence aux bords coupants et non épaissis de l’ouverture et elegans, "élégante".
Sources
GBIF, IUCN
- Michael P. Kerney "Escargots et limaces d'Europe" D&N (1999)

- Bank, R., von Proschwitz, T. and Falkner, G. 2006. Unpublished manuscript of the mollusca section of the Fauna Europea web-site (http://www.faunaeur.org).

Bößneck, U. 2011. New records of freshwater and land molluscs from Lebanon (Mollusca: Gastropoda & Bivalvia). Zoology in the Middle East 54: 35-52.

Glöer, P. and Pešić, V. 2012. The freshwater snails (Gastropoda) of Iran, with descriptions of two new genera and eight new species. ZooKeys 219: 11-61. doi: 10.3897/zookeys.219.3406

Heller, J. 2009. Land snails of the land of Israel. Natural history and field guide. Pensoft, Sofia.

IUCN. 2017. The IUCN Red List of Threatened Species. Version 2017-3. Available at: www.iucnredlist.org. (Accessed: 5 December 2017).

Kantor, Y.I., Schileyko, A.A., Vinarski, M.V. and Sysoev, A.V. 2009. Catalogue of the continental mollusks of Russia and adjacent territories.

Seddon, M.B. and Holyoak, D.T. 1993. Land Gastropoda of NW Africa: new distributional and nomenclatural data. Journal of Conchology 34(5): 321-332.