Descripteur : (Walter) B.L. Robinson (1908)
Famille : Plantaginaceae

Synonymes
Bacopa amplexicaulis
Herpestes amplexicaulis
Herpestes caroliniana
Hydrotrida caroliniana
Moniera caroliniana
Obolaria caroliniana
Septilia caroliniana
Noms Communs
Bacopa de Caroline
Grande Bacopa

Blue water-hyssop (en)
Lemon bacopa (en)
Genre : Bacopa
Bacopa caroliniana   
Bacopa de Caroline
Origines géographiques
Aire d'origine :
Amérique du nord
Pays :
États-Unis d'Amérique
 
La grande bacopa se développe dans les zones marécageuses du sud des États-Unis où elle est largement répandue. Elle est devenue invasive dans toute la Corée du Sud.
Bacopa caroliniana est couramment observé en Floride. Des populations importantes ont été signalées au Texas, en Caroline du Sud, en Alabama, au Maryland, etc.
Environnement
Eau :
Terre, Douce
 
Bacopa caroliniana est un hydrophyte, d'où sa présence dans les zones humides, les marais, les lacs et les étangs où elle pousse submergée ou émergée.
Parfois en en eau saumâtre.
 
Liste Rouge UICN : 
NE
 
Description
Type :
Plante
Croissance :
Taille :
20 à 60 cm
 
Bacopa Caroliniana est une plante à tige vivace qui peut se développer sous deux formes, émergée et submergée.
Dans sa forme émergée, les tiges mesurent environ 2,5 mm à 5 mm d'épaisseur, sont peu pileuses, et mesurent jusqu'à un mètre de long. Elles se prosternent et s'enracinent aux nœuds.
Les feuilles sont opposées en paires individuelles disposées en croix, leurs bases étreignant la tige (amplexicaules), charnues et succulentes, ovales ou elliptiques, de 20 à 30 mm de long et de 10 à 15 mm de large.
La face supérieure des feuilles est vert brillant, la face inférieure finement pubescente et les fleurs sont bleu vif.

Elle se distingue des autres espèces essentiellement par la disposition des feuilles opposées, sessiles, dont les bases entourent la tige en se recouvrant même parfois partiellement. Opposées, alternes et amplexicaules, ces feuilles de 20 à 30 mm de long sur 8 à 15 mm de large, légèrement ondulées, sont également ovales, elliptiques à lancéolées.
Les bacopas de Caroline possèdent une nervure centrale, souvent pileuse sur la face inférieure, mais également des nervures secondaires marquées, avec parfois au niveau du limbe une ponctuation glandulaire translucide.
Lorsque les feuilles de cette plante sont écrasées, elle émettra une forte odeur semblable à celle du citron.

La forme submergée de cette plante est caractérisée par une taille moyenne de 20 à 40 cm de long, 3 à 4 cm de large, des feuilles vertes ou jaunes verdâtres avec des veines plus foncées et clairement discernables qui sont modérément ondulées.
Dans des conditions d'éclairage intense en plus de faibles niveaux de nitrate, les pousses gagneront une coloration bronze ou brun cuivré, et parfois rose.

Les feuilles émergées sont plus aiguës, plus pulpeuses et plus brillantes. Les tiges rondes, dressées ou décombantes, rarement ramifiées, peuvent atteindre 1 m de long. Très épaisse (2,5 à 5 mm), finement cannelées et pileuses lorsqu'elles sont émergées, elles donnent à l'espèce un aspect de plante grasse qui rappelle les genres Crassula et Sedum.
Les tiges émergées portent de petites fleurs à corolle en forme de clochettes à quatre lobes de 10 à 20 mm de long, bleu clair à bleu soutenu, parfois de teinte lilas, très exceptionnellement blanche, portée par un court pédoncule qui prend naissance à l'aisselle d'une feuille.


Les deux Bacopa les plus communes sont difficiles à distinguer, mais ont néanmoins des caractéristiques qui les différencient.
Bacopa caroliniana a des fleurs bleues et des feuilles rondes et aromatiques, tandis que Bacopa monnieri se caractérise par des fleurs blanches et des feuilles non parfumées plus larges à l'extrémité qu'à la base.
Les feuilles de Bacopa caroliniana sont également plus grosses en général. Elle a une tige un peu tordue plus foncée que Bacopa monnieri dont la tige est verte et plus droite.
 
Dispo vente :
Disponible
La grande bacopa est commercialisée depuis le début du vingtième siècle.
Bacopa caroliniana "Colorata" est une variante rare avec une coloration rouge clair prononcée.
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :
13 à 28°C
pH :
5 à 8
GH :
1 à 15
Eclairage :
Brassage :
Substrat nutritif :
Non
Dry Start :
Oui
 
Bacopa carolinaina est facile à cultiver et nécessite un minimum de soins, ce qui en fait un excellent choix pour les débutants.
Elle survivra dans de nombreuses conditions de température et de dureté, et même en eau saumâtre.

Bacopa caroliniana a un taux de croissance lent par rapport à la plupart des plantes aquatiques, ce qui rend son entretien encore plus facile.
La plante nécessite un éclairage puissant pour développer ses couleurs vives, bien qu'elle prospère également dans des conditions de faible luminosité, l'injection de CO2 est importante mais pas obligatoire.
Cette plante est idéale pour les installations de paludarium.

Bien que cette espèce de plante puisse prospérer dans une grande variété de tailles de réservoir, même les nano, en raison de sa taille, il est préférable de maintenir Bacopa caroliniana dans un bac d'un minimum de quarante litres.
La température optimale pour la culture de Bacopa caroliniana se situe entre 20 et 28 C, mais elle tolèrera des températures beaucoup plus fraîches.
Le pH recommandé va de 6,0 à 8,0. Néanmoins, la plante peut facilement s'adapter à presque n'importe quel pH tant que les extrêmes sont évités.
La Bacopa caroliniana peut également tolérer l'eau dure et douce. mais elle se développera mieux dans la dureté de l'eau entre 2 et 12 GH.
Elle poussera sous une lumière assez faibles, mais mieux à des niveaux d'éclairage élevés.
C'est l'une des meilleures plantes pour les réservoirs plantés à faible luminosité. Cependant, un éclairage puissant fournira la meilleure croissance. De plus, les feuilles supérieures deviendront rougeâtres sous une lumière vive suffisante, huit à dix heures par jour.
Si la plante est exposée à un faible éclairage, elle restera verte.

Bacopa caroliniana ne nécessite pas de substrat riche en nutriments, bien que cela lui profite.
Cette plante peut pousser dans le sable ou le gravier. Tant que vos poissons et escargots produisent suffisamment de charge biologique, vous n'avez même pas besoin d'ajouter d'engrais.
L'application d'engrais dépend de la configuration du réservoir. Par exemple, si votre substrat est riche en minéraux ou s'il y a beaucoup de déchets de poissons et d'escargots dans le réservoir, cela peut suffire.
Dans certaines configurations néanmoins, vous devrez en ajouter de temps en temps pour maintenir un taux de croissance normal et une bonne santé générale.
Dans la plupart des cas, les plantes à tige se nourrissent dans l'eau. C'est pourquoi, si vous décidez d'utiliser un engrais, vous devrez l'utiliser liquide.
Les suppléments de fer et de potassium l'aideront à maintenir sa coloration verte attrayante et sa structure foliaire saine.
Bacopa caroliniana se développera sans injection de CO2.


La taille régulière des pousses supérieures ou latérales facilite la prolifération de nombreuses pousses latérales, ce qui lui donnera un aspect épais et touffu après un certain temps.
Efforcez-vous aussi d'enlever les feuilles mortes, les fleurs passées et les tiges dégarnies.

Bacopa caroliniana a souvent un démarrage difficile mais une fois établi, elle se développera plus rapidement.
Lorsqu'il y a une abondance de CO2, un éclairage vif et des nutriments essentiels dans l'eau du réservoir, la plante aura une croissance rapide, une coloration intense et des feuilles plus épaisses.

Bacopa caroliniana est assez gourmande en nutriments, elle pourra donc être utile pour contrecarrer la prolifération des algues indésirables.
En revanche, la lenteur de son développement la rend vulnérable auxdites algues.

Note : réputée envahissante dans les régions chaudes, assurez-vous d'éliminer correctement les déchets de plantes afin de ne pas polluer les écosystèmes locaux.

Malgré toute l'attention que vous porterez à la plante, il arrive parfois que Bacopa carolinaina "fonde" à l'installation. Dans la plupart des cas, la plante ayant grandi hors de l'eau, elle peine simplement à s'acclimater.
Tout ce que vous avez à faire est de vous débarrasser des parties mourantes, de surveiller la qualité de l'eau pour vous assurer qu'elle est en bon état et de doser des engrais pour permettre aux plantes de retrouver une santé normale.

La plante a souvent des difficultés à rester enraciné. On peut utiliser des poids (pierres, pinces, fils de métal inoxydables) pour maintenir les tiges le temps qu'elles s'enracinent.

Bacopa carolinaina perd quelque fois ses feuilles basales parce que les feuilles du haut deviennent beaucoup plus grandes et bloquent la lumière. Il est alors recommandé de couper la partie inférieure de la plante et de replanter la partie supérieure.
Plantation et multiplication :
Bacopa caroliniana produira des tiges longues et robustes qui imposeront une taille régulière qui contribuera à la propagation de la plante.

La propagation de Bacopa caroliniana est donc facile, les pousses latérales peuvent être coupées et replantées dans le substrat. Veillez à ne pas casser les tiges fragiles en faisant cela.

Les boutures doivent mesurer de 7 à 15 cm de long.
Retirer les feuilles inférieures de la tige et placer-les dans le substrat. Elle s'enracineront au bout de quelques jours pour former de nouvelles plantes.
Les pousses latérales produites par cette plante peuvent également être coupées et replantées.
Ne plantez pas les tiges trop près les unes des autres. Le surpeuplement entraînera une concurrence accrue pour les nutriments, ce qui affectera la santé des plantes.

On peut aussi laisser flotter les boutures de Bacopa caroliniana après la taille jusqu'à ce qu'elles développent des racines.

Aux premiers stades, les plantes apprécieront l'ajout d'engrais car cela favorise une croissance saine et un bon développement.
Commentaires
Bacopa carolinaina comme Bacopa monnieri est considérée comme comestible et peut être utilisée pour faire des salades. Elle est aussi utilisée en médecine traditionnelle à des fins médicinales dans le traitement des rhumatismes, des infections buccales, de la congestion prolongée, de la psychose, etc.
Sources
GBif, USDA,
Nathan Howell, Alexander Krings, and Richard R Braham "Guide to the littoral zone vascular flora of Carolina bay lakes (U.S.A.)"
Richard Stalter and Eric E. Lamont "Flora of North Carolina's Outer Banks, Ocracoke Island to Virginia" The Journal of the Torrey Botanical Society Vol. 124, No. 1 (1997)