Eleocharis parvula
Éléocharide naine
Eleocharis parvula est une très petite plante vivace, glabre, gazonnante, à souche fibreuse émettant des stolons filiformes terminés par un bourgeon crochu.
Elle préférera un substrat riche, avec des apports réguliers de fertilisants, de fer notamment.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Eleocharis parvula
Taxinomie
Descripteur : Link (Roemer & Schultes), 1836
Classe: Liliopsida
Ordre: Cyperales
Famille:  Cyperaceae
Genre:  Eleocharis
Synonymes
Baeothryon nanum A.Dietr.
Chaetocyperus membranaceus Buckley
Chaetocyperus pusillus Steud.
Chaetocyperus pygmaeus (Torr.) Torr.
Chaetocyperus pygmaeus (Torr.) Torr. ex A.Gray
Clavula comosa Dumort.
Cyperus parvulus (Roem. & Schult.) Missbach & E.H.L.Krause
Eleocharis leptos (Steud.) Svenson
Eleocharis leptos var. johnstonii Svenson
Eleocharis membranacea (Buckley) Gilly
Eleocharis parvula (Roem. & Schult.) Link
Eleocharis parvula (Roem. & Schult.) Palla
Eleocharis parvula f. parvula
Eleocharis parvula f. spongiosa Fassett
Eleocharis parvula subsp. oppermannii Zoz
Eleocharis parvula var. parvula
Eleocharis pygmaea Torr.
Eleogiton parvula (Roem. & Schult.) Link
Isolepis leptos Steud.
Limnochloa parvula (Roem. & Schult.) Rchb.
Scirpus comosus (Dumort.) B.D.Jacks.
Scirpus leptos (Steud.) C.Wright
Scirpus nanus Spreng.
Scirpus parvulus Roem. & Schult.
Scirpus pollicaris Delile
Scirpus pygmaeus Torr.
Trichophorum parvulum (Roem. & Schult.) Pignatti
Noms Communs
Éléocharide naine
Éléocharis naine
Petit souchet
Petite scirpe
Petit héléocharis
Dwarf Spike-rush (en)
Dwarf hairgrass (en)
Sha'r El Qird (ara)
Membres du genre Eleocharis
Eleocharis multicaulis (Sm.) Desv., 1818)
Eleocharis acicularis (Roem. & Schult., 1817)
Eleocharis dulcis ((Burman) Trinius ex. Henschel, 1833)
Eleocharis minima (Kunth, 1837)
Eleocharis obtusa ((Willd.) Schult., 1824)
Eleocharis parvula (Link (Roemer & Schultes), 1836)
Eleocharis vivipara (Link, 1827)
Eleocharis yokoscensis ((Franchet, Savatier) Tang, F. T. Wang, 1961)
Origine géographique
Aire d'origine : Europe, Afrique du Nord
Allemagne, Croatie, Danemark, Égypte, Espagne, Estonie, Finlande, France, Irlande, Italie, Norvège, Palestine, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Suède, Ukraine,
Aire actuelle
Eleocharis parvula est très largement répandue en Europe jusqu'en Russie, en Amérique centrale, du Nord jusqu'au Canada et du Sud , en Asie, (Indonésie, Japon, Malaisie, Vietnam), en Afrique (Egypte).
Le petit souchet est naturellement présent en France, en Bretagne et Pays-de-la-Loire, signalée dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales, en bord de mer.
Environnement
Milieu
Douce, Saumâtre
Eleocharis parvula est une plante vivace naine (2 à 5 cm) qui pousse dans les marais salants et la boue ou le sable saumâtre le long des côtes de la mer, rarement à l'intérieur des terres et dans les lacs salés. En Grèce et en Égypte, elle est présente dans les rizières.
Critère : B2ab(iii)
Eleocharis parvula est répertorié comme "Vulnérable" selon le critère B2ab(iii). pour la Méditerranée et "Données insuffisantes" pour l'ensemble de l'Europe.

Cette espèce est classée dans la catégorie Données insuffisantes car elle est en déclin partout, comme en témoigne le fait que l'espèce est marquée comme menacée dans plusieurs listes rouges nationales. Il n'y a aucune information indiquant si l'espèce a des populations fortes et abondantes où que ce soit. Plus d'informations sur la taille actuelle de la population, la tendance et le taux global de déclin sont nécessaires pour évaluer l'une des catégories menacées.

E. parvula est classée "En danger critique" d'extinction (niveau 1) en Allemagne, "Vulnérable" au Danemark, "Quasi menacée" en Estonie et en Norvège et "Données insuffisantes" en Croatie et en Italie. En Espagne, il y a six populations le long de la côte nord et dans les Pyrénées et l'espèce est classée "en danger". En général, il semble être négligé et par conséquent sous-enregistré, mais même dans les zones avec des relevés détaillés, les populations sont généralement claires.

Le signalement de la Grèce est décrit comme suit : Grèce (sans doute indigène Greuter et Raus 2002) Grèce, Sterea Ellas, Nomos et Eparchia de Fthiotis : SE de Lamia, N des Thermopiles, dans les rizières S de la rivière Sperchios, associée à Ammannia coccinea, Cyperus difformis, Scirpus mucronatus et autres mauvaises herbes de paddy, alt. c. 5 m, 26.9.2002, Raabe (B, MSTR, herbe. Raabe ; dét. Raus).

En région méditerranéenne, sa distribution est très marginale. La zone d'occupation est inférieure à 2 000 km2 et probablement même inférieure à 500 km2. Les populations sont très fragmentées, surtout si l'on tient compte du fait que l'espèce se reproduit végétativement. Un déclin continu de la qualité de l'habitat est suspecté et la principale menace est supposément le développement des infrastructures côtières. Un effet de sauvetage des populations européennes est peu probable car l'espèce est très dispersée dans toute l'Europe et se reproduit principalement de manière végétative. Elle est donc évalués comme "Vulnérable".
Description
Type
Plante
Croissance
Taille
3 à 10 cm
Eleocharis parvula est une très petite plante vivace, glabre, gazonnante, à souche fibreuse émettant des stolons filiformes terminés par un bourgeon crochu. Ses tiges ressemblent à des fils et sont rondes en coupe transversale. Les gaines de feuille sont courtes et membraneuses. L’épillet est solitaire à la fin de la tige et contient deux à neuf fleurs et environ six à dix épillets floraux. L'épillet le plus bas est toujours vide. Les épillets peuvent être couleur paille ou verts ou bruns. Il y a en général six soies au périanthe. Les styles se ramifient en trois. L’achaine est en forme d'œuf avec un petit renflement à la base du style.

La floraison n'intervient qu'en culture émergée.

L'éléocharis naine ressemble, en miniature, à Eleocharis acicularis, son rhizome est également filiforme et elle est très polymorphe selon les conditions de culture. Mais elle pousse à partir d'un tubercule en forme de "J" ou de fer à cheval, qui permet l'identification.

Description botanique
Vivaces, stolonifères. Rhizomes souvent terminés par de petits tubercules fusiformes. Chaumes vert clair, touffus, 1-7 cm de haut, capillaires. Gaines 1(ou 2), tubulaires, courtes, hyalines, peu visibles, bouche oblique à l'orifice, apex obtus. Epillet vert clair, ovoïde à ovoïde-ellipsoïde, 2-4 × 1-2 mm, sous-comprimé, à 6-10 fleurs. Baspresque glume vide, ca. 1/2 aussi long à aussi long que l'épillet, amplexicaul pour env. 2/3 de la base de l'épillet ; glume fertile de couleur paille à teintée de rougeâtre, ovale, de 1,4 à 2,7 mm, membraneuse, apex subaigu à arrondi. Soies de périanthe 4-6 ou rarement absentes, égalant généralement la nucule à légèrement dépassant le tubercule, parfois de longueurs différentes, certaines env. 1/2 aussi long que la nucule, finement rétro-spinuleux. Stigmates 3. Nucule paille à brun pâle, obovoïde à obpyriforme, 0,9-1,5 × 0,6-1 mm, à 3 faces à faces planes à concaves, lisses, apex non rétréci; style persistant base triangulaire-subulée, 0,1-0,3 mm. Fl. et fr. juil.-oct.

La plante vendue dans le commerce sous le nom d'Eleocharis parvula serait, selon Kasselmann (2010), E. pusilla, originaire d'Australie et de Nouvelle-Zélande, qui a été importée d'Australie par la pépinière de plantes aquatiques Tropica. Elle est commercialisée depuis 1997. La vraie E. parvula n'est peut-être même pas disponible dans le commerce.

Note :
Les espèces d'Eleocharis sont difficiles à discerner, et sans leurs pointes ou plutôt leurs infrutescences, elles sont pratiquement non identifiables. Il est donc hautement probable qu'il existe plus d'une espèce commercialisée sous le label "Eleocharis parvula". Aux États-Unis, par exemple, un Eleocharis sp. 'Belem' est connu, qui semble être assez similaire à la plante cultivée sous le nom de "E. parvula".
 
Maintenance
Dry Start
Oui
Paramètres
Température
6 à 28°C
pH
5,5 à 7,5
GH
2 à 10
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Recommandé
L'Eleocharis parvula préférera un substrat riche, avec des apports réguliers de fertilisants, de fer notamment. Le CO2 n'est pas indispensable, mais sera le bienvenu pour une croissance optimale. Il ne faut pas hésiter à la tailler en hauteur si vous voulez former un gazon de petite taille.

Note : Originaire de régions tempérées, il faudra éviter, en aquarium, des températures trop longtemps supérieures à 25°C.

Même si elle préfère un substrat riche en nutriments, elle peut aussi très bien pousser dans un substrat à base de sable. Les grains fins d'un substrat sableux permettent aux fines racines de pousser et de pénétrer suffisamment bien. Évitez de les planter dans du gravier grossier.
En outre, l'effet de tapis tant désiré sera obtenu plus aisément sur un lit de substrat sableux car il permet aux coureurs de proliférer parfaitement, formant ainsi de belles et minuscules touffes de tiges vertes délicates.
Pour vous assurer que les plantes reçoivent les nutriments dont elles ont besoin, vous pouvez étendre une couche de sol aquatique riche en nutriments sous le sable, cela fait parfaitement le travail et c'est également bon pour les racines des plantes.

Le petit souchet se cultive aussi bien émergé sur substrat sableux, humide et ensoleillé.
Disponibilité commerciale : Disponible
Eleocharis parvula est parfois confondue avec Eleocharis acicularis. On la trouve souvent mal étiquetée comme Eleocharis parvula et vice versa.
On la trouve également sous le nom d'Eleocharis pusilla
Plantation et multiplication
Reproduction végétative
La multiplication des éléocharides est simple, soit par division des rhizomes, soit par repiquage des plantules obtenues par rejet.
Au moment de sa plantation, il est conseillé de la tailler à un demi centimètre, elle reprendra ainsi plus facilement.
Si on a suffisamment de patience, il vaut mieux la planter brin par brin, ce qui facilitera sa reprise et la formation d'un gazon dense.

Reproduction sexuée
Eleocharis parvula fleurit en culture émergée et produit des graines qui peuvent être semées sur substrat humide.
Commentaires
Étymologie : Son nom vient de 'héleos' qui signifie marécage et 'charis', joie, et parvula du latin parvulus qui signifie, très petit.
Références
INPN, MNHN, WCVP
Euro+Med PlantBase.
Tela botanica (http://www.tela-botanica.org/ .)
Base de données Flora Croatica. 2010. Base de données Flora Croatica. Zagreb.
- Conti, F., Manzi, A. et Pedrotti, F. 1997. Liste Rosse Regionali delle Piante d'Italia . WWF Italia et Società Botanica Italiana, Camerino, Italie.
- Consejo Superior de Investigaciones Cientificas (Real Jardin Botanico) et Fundación Biodiversidad (Ministerio de Medio Ambiente). 2009. Anthos. Sistema de informacion sobre las plantas de España. Madrid
Dominguez Lozano, F. (éd.). 2000. Lista Roja de Flora Vascular Española (valoración según categorías UICN) . p. 11-38.
- Fedorov, AA 1999. Flore de la Russie : La partie européenne et les régions limitrophes. Tome II. Taylor et Francis, Londres.
- Greuter, W. et Raus, T. 2002. Med-Checklist Notulae, 21 Eleocharis parvula (Roem. & Schult.) Bluff & al. Willdenowia 32 : 195-208.
- Kålås, JA, Viken, Å. et Bakken, T. (éd.). 2006. Norsk Rødliste 2006 - 2006 Liste rouge norvégienne . Artsdatabanken.
- Kuusk, V. 1998. Plantes vasculaires à Eesti Punane Raamat. Ohustatud seed, taimed ja loomad [Livre rouge de données d'Estonie. Champignons, plantes et animaux menacés]. Commission pour la conservation de la nature de l'Académie estonienne des sciences, Tartu.
- Lansdown, RV "Eleocharis parvula" (évaluation Europe) . La Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2011
- Limam-Ben Saad, S., Muller, SD, Daoud-Bouattour, A., Gammar-Ghrabi, Z. "Eleocharis parvula" (évaluation méditerranéenne) . La Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2010
- Ludwig, G. et Schnittler, M. 1996. Liste rouge des plantes menacées en Allemagne (Rote Liste gefährdeter Pflanzen Deutschlands) . Bundesamt für Naturschutz, Bonn.
- Moreno, JC (coord.). 2008. Lista Roja 2008 de la Flora Vascular Española . Dirección General de Medio Natural y Política Forestal (Ministerio de Medio Ambiente, y Medio Rural y Marino, y Sociedad Española de Biología de la Conservación de Plantas), Madrid.
- NÉRI. 2007. Le Livre rouge danois. Roskilde : Institut national de recherche sur l'environnement, Ministère danois de l'environnement Disponible sur : http://www2.dmu.dk/1_Om_DMU/2_Tvaer-funk/3_fdc_bio/projekter/redlist/redlist_en.asp .
- Nikolić, T. et Topić, J. (eds). 2005. Livre rouge de la flore vasculaire de Croatie . Ministère de la culture, Institut d'État pour la protection de la nature, République de Croatie, Zagreb.
- Pignatti, S. 1982. Flore d'Italie. Vol. 3 . Edagricole, Bologne.
- Preston, CD, Pearman, DA et Dines, TD 2002. Nouvel Atlas de la flore britannique et irlandaise . Presse universitaire d'Oxford, Oxford.
- Quézel, P. et Santa, S. 1962-1963. Nouvelle Flore de l'Algérie et des Régions Désertiques Méridionales . CNRS, Paris.
- Scoppola, A. et Spampinato, G. 2005. Atlante delle specie a rischio di estinzione. Dans : A. Scoppola et C. Blasi (eds), Stato delle conoscenze sulla flora vascolare d'Italia , Palombi Editori, Roma.
- Stolze, M. et Phil, S. (eds). 1998. Rødliste 1997 over planter og dyr i Danmark (Liste rouge 1997 des plantes et des animaux au Danemark). Miljø- og Energiministeriet, Danemark Miljøundersøgelser og Skov- og Naturstyrelsen. (Ministère de l'environnement et de l'énergie, Institut national de recherche sur l'environnement, Agence nationale des forêts et de la nature), Copenhague.
- Täckholm, V. 1974. Flore des étudiants de l'Egypte . Presse universitaire du Caire, Le Caire.
- Täckholm, V. et Drar, M. 1941-1969. Flore d'Egypte . Presse universitaire du Caire, Le Caire.
- Tutin, TG, Heywood, VH, Burges, NA, Moore, DM, Valentine, DH, Walters, SM et Webb, DA 1980. Alismataceae à Orchidaceae (Monocotyledones), Flora Europaea . Cambridge University Press, Cambridge.

Pour citer cette fiche :"Eleocharis parvula, Link (Roemer & Schultes), 1836" B-Aqua / GP (2021)