Pseudotropheus johannii
Descripteur : Eccles, 1973
Famille : Cichlidae

Synonymes :
Melanochromis johannii (Eccles, 1973)
Noms Communs :
Mbuna bleu

Blue mbuna (en)
Genre : Pseudotropheus
Pseudotropheus perspicax (Trewavas, 1935)
Pseudotropheus williamsi (Günther, 1894)
Pseudotropheus aurora (Burgess, 1976)
Pseudotropheus crabro (Ribbink & Lewis, 1982)
Pseudotropheus elongatus (Fryer, 1956)
Pseudotropheus fainzilberi  (Staeck, 1976)
Pseudotropheus cyaneorhabdos (Bowers & Stauffer, 1997)
Pseudotropheus demasoni (Konings, 1994)
Pseudotropheus flavus (Stauffer, 1988)
Pseudotropheus heteropictus (Staeck, 1980)
Pseudotropheus interruptus (Johnson, 1975)
Pseudotropheus joanjohnsonae (Johnson, 1974)
Pseudotropheus johannii (Eccles, 1973)
Pseudotropheus macrophthalmus (Ahl, 1926)
Pseudotropheus saulosi (Konings, 1990)
Pseudotropheus socolofi (Johnson, 1974)
Pseudotropheus tropheops tropheops (Regan, 1922)
Pseudotropheus johannii   
Mbuna bleu
Origines géographiques
Aire d'origine :
Afrique
Pays :
Lac Malawi
 
Le Pseudotropheus johannii est endémique du lac Malawi. Il est présent le long de la rive orientale entre Chuanga (Mozambique) et Makanjila Point (Malawi).
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
Température :
22 à 25 °C
pH :
8
GH :
9 à 19 °GH
 
On le trouve dans l'habitat intermédiaire, principalement près des rochers, à environ cinq mètres de profondeur.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
LC : Préoccupation mineure
Date d'évaluation: 20 juin 2018

Cette espèce figurait auparavant sur la Liste rouge de l'UICN dans le genre Melanochromis Trewavas, 1935 mais est maintenant valide dans le genre Pseudotropheus Regan, 1922.
Description
Taille :
: 12 cm SL  
: 10 cm SL
Respiration :
Branchiale
 
Les mâles sont d'un bleu ciel brillant à bleu foncé; les couleurs présentent un motif en "damier" avec alternance de taches claires et foncées; plusieurs "taches d'oeuf" de couleur claire sur leur nageoire anale; femelles et juvéniles de couleur jaune-orange vif.
 
Alimentation :
Régime : 
Omnivore
En milieu naturel, on trouve Pseudotropheus johannii dans les habitats intermédiaires principalement près des roches à environ cinq mètres de profondeur où il se nourrit à la fois sur les substrats rocheux et sableux, ainsi que de matières en suspension dans la colonne d'eau, avec un régime composé d'algues bleu-vert et de diatomées.

En aquarium, Pseudotropheus johannii accepte la plupart des aliments proposés, mais les végétaux sous forme de flocons de spiruline, d'épinards blanchis,... doivent constituer une grande partie de son régime qui peut être complété par des aliments vivants et congelés variés.
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        21      22              25      28
pH :
              7,5                       8,5

GH :
(°GH)
              10                        20
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
300 l minimum
Population :
3 minimum
 
 Une large part de l'aquarium doit contenir des tas de rochers disposés de manière à former des grottes séparées par des zones d'eau libre. Un substrat sableux est préférable. L'eau doit être bien oxygénée. Il est préférable d'éviter les plantes, quasi absente du biotope naturel. Elles seront généralement mangées, mais des plantes à feuilles dures, comme des Anubias, peuvent survivre.

Il est assez agressif mais moins que la plupart des autres espèces de Melanochromis. Il peut être maintenu avec des mbuna de taille similaire et peut même être maintenu avec des espèces pacifiques de taille similaire comme Aulonocara ou Neolamprologus. Les mâles sont agressifs et territoriaux envers leurs congénères et un grand bac est nécessaire si on désire maintenir plus d'un mâle. Plusieurs femelles devraient être maintenues avec un seul
mâle.
 
Dispo vente :
Rare
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
25 à 28 °C
pH :
8,2 à 8,5
GH :
15 °GH
Dimorphisme :
Les mâles sont d'un bleu ciel à bleu foncé avec un motif en "damier" alternant de taches claires et foncées. Plusieurs taches de couleur claire sont présentes sur leur nageoire anale. Les femelles et les juvéniles sont de couleur jaune-orange vif.
Processus de reproduction :
Pseudotropheus johannii est relativement simple à reproduire. Il devrait être frayé dans un réservoir d'espèces dans un harem d'un mâle et d'au moins trois femelles. Un aquarium d'un mètre de long est une bonne taille et celui-ci devrait être aménagé comme suggéré ci-dessus, ainsi que quelques pierres plates et des zones de substrat ouvert pour servir de sites de frai potentiels. Les candidats à la reproduction peuvent doivent être conditionnés avec beaucoup de nourriture vivante, congelée et végétale.

Le poisson mâle nettoie et parade autour du site de ponte qu'il a choisi, affichant des couleurs intenses, et tente d'inciter les femelles à s'accoupler avec lui. Il peut être assez agressif dans ses poursuites et c'est pour dissiper cette agressivité que cette espèce doit être reproduite dans un harem. Lorsqu'une femelle est consentante, elle s'approche du site de ponte et y dépose ses œufs, après quoi elle les ramasse immédiatement dans sa bouche. Le mâle a des taches en forme d'œuf sur l'anus et la femelle est attirée par celles-ci. Lorsqu'elle essaie de les ajouter à la couvée dans sa bouche, elle reçoit en fait le sperme du mâle, ce qui féconde les œufs.

La femelle peut porter les œufs pendant environ trois semaines avant de libérer les alevins qui nagent librement. Elle ne mange pas pendant cette période et peut être facilement identifiée par sa bouche distendue. Si une femelle est trop stressée, elle peut recracher prématurément la couvée ou la manger, il faut donc faire attention si vous décidez de déplacer les poissons afin d'éviter la prédation des alevins. Il convient également de noter que si une femelle s'absente trop longtemps de la colonie, elle peut perdre sa position dans la hiérarchie du groupe. Nous recommandons d'attendre le plus longtemps possible avant de déplacer une femelle, sauf si elle est harcelée. Certains éleveurs retirent artificiellement les alevins de la bouche de la mère au stade de deux semaines et les élèvent à partir de ce point, car cela permet généralement d'obtenir un plus grand nombre d'alevins.

Les alevins sont assez grands être nourris avec des nauplies d'artémias dès leur libération. La femelle continuera à protéger les alevins pendant la première semaine suivant leur libération, les prenant dans sa bouche lorsqu'elle se sent menacée.
Commentaires
Étymologie: Pseudotropheus: grec, pseudes, faux et tropaion, "trophée" et johanii, de Johann, en l'honneur du naturaliste allemand, Johann Jakob Kaup (à confirmer).
Sources
GBIF, UICN,
- Van der Laan, R., WN Eschmeyer & R. Fricke "Noms de groupes familiaux de poissons récents". in Monographie de Zootaxa 3882 (1), 1-230 (2014 )
- Eccles, D. H. "Two new species of cichlid fishes from Lake Malawi (formerly known as Lake Nyasa)". in Arnoldia 6(16): 1-7. (1973)
- Fryer, G. et Iles, TD. "Les poissons cichlidés des Grands Lacs d'Afrique: leur biologie et leur évolution". Oliver et Boyd, Édimbourg, Royaume-Uni (1972)
- Konings, A. "Les cichlidés et tous les autres poissons du lac Malawi" . TFH Publications, Inc., Neptune City, New Jersey. (1990)
- Konings, A. "Cichlidés du Malawi dans leur habitat naturel". Deuxième édition . Cichlid Press, St. Leon-Rot, Allemagne. (1995)
- Romero, P. "Un dictionnaire étymologique de la taxonomie". Madrid (2002)