Scleromystax barbatus
Corydoras barbus
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Scleromystax barbatus (Corydoras barbus) . D'où ils viennent, comment les maintenir en aquarium, comment les reproduire,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Quoy & Gaimard, 1824
Classe: Actinopterygii
Ordre: Siluriformes
Famille:  Callichthyidae
Genre:  Scleromystax
Synonymes
Callichthys barbatus Quoy & Gaimard, 1824
Corydoras barbatus (Quoy & Gaimard, 1824)
Corydoras eigenmanni Ihering, 1907
Corydoras kronei Miranda Ribeiro, 1907
Noms Communs
Corydoras barbus
Maria da serra (port)
Banded corydoras (en)
Membres du genre Scleromystax
Scleromystax barbatus (Quoy & Gaimard, 1824)
Origine géographique
Aire d'origine : Amérique du sud
Brésil
Entre Santos et Rio de Janeiro

Présent dans les affluents des rios côtiers Guapi, Capivari et Inbomirim dans le sud-est du Brésil, entre Rio de Janeiro et Santa Catarina.

La localité type est « Fazenda da Japuhyba près d'Angra dos Reis, 22°59'S, 44°17'W, Rio de Janeiro, Brésil ».
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Dans les eaux alcalines claires à cours lent ou relativement rapide.

Bien que trouvé dans les bassins côtiers, le poisson n'est présent qu'en eau douce ; cette espèce et toutes les espèces du genre habitent de petits ruisseaux affluents et des étangs calmes ayant un substrat de sable ou de fins cailloux souvent recouverts de boue (Britto & Reis, 2005).
Description
Taille
: 9 à 10 cm SL  
: 10 à 11 cm SL
Longévité
Environ 5 ans
Régime
Omnivore
avec 90 à 100 mm LS, La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. La longueur standard (SL, LS en anglais) est la longueur d'un poisson mesurée de la pointe du museau à l'extrémité postérieure de la dernière vertèbre ou à l'extrémité postérieure de la partie médio-latérale de la plaque hypurale. En termes simples, cette mesure exclut la longueur de la nageoire caudale (queue). (Wikipedia) C'est la longueur totale du poisson sans la queue  exprimé en centimètres. c'est le plus grand des Corydoradinae connus.

Scleromystax barbatus ressemble à S. kronei, surtout les femelles. Les mâles de S. barbatus et de S. kronei ont des modèles corporels différents, la bande médiane de S. kronei étant solide tandis que celle de S. barbatus est quelque peu brisée.

Lignée : Toutes les espèces de Scleromystax appartiennent à la lignée 3 et resteraient sous le nom de Scleromystax (Günther, 1864) avec l'espèce type désignée de Scleromystax barbatus .

Lire :
Britto (2003) a défini le genre Scleromystax par cinq synapomorphies : processus antérieur du frontal court (caractère 5) ; contact entre le carré et le métaptérygoïde par petite interdigitation (caractère 33) ; trois premiers rayons ramifiés de la nageoire dorsale beaucoup plus longs que l'épine dorsale chez les mâles (caractère 56) ; expansion de la partie non ossifiée de l'épine pectorale chez les mâles (caractère 65) ; et lambeau charnu caché sous les barbillons maxillaires (caractère 79). Dans son diagnostic, il ajoutait : Ethmoïde latéral long (caractère 4) ; contact entre la plaque supraoccipitale et la plaque nucale (caractère 11 ; inversion chez Scleromystax macropterus et S. barbatus I ) ; palatin mince (caractère 40) ; odontodes sur la région préoperculaire-operculaire des mâles (caractère 81). De plus, Scleromystax diffère d' Aspidoras par sa partie ossifiée réduite de l'épine pectorale, qui est plus longue que la moitié de la longueur du premier rayon ramifié de la nageoire pectorale, et par son museau un peu plus allongé. Les individus de ce genre possèdent également un motif de coloration remarquable caractérisé par de petites taches striées sur tout le dos et les côtés de la tête (moins visibles chez Scleromystax prionotos ).

Les nageoires dorsale, pectorale et adipeuse sont chacune précédées d'une épine qui est en réalité un rayon durci et modifié ; la colonne vertébrale de la nageoire pectorale peut être « verrouillée » en position par le poisson ; Il faut faire attention lors de la capture des corys au filet pour ne pas emmêler ces épines, ce qui peut également donner un mauvais coup à l'aquariophile. On pense qu’il s’agit d’une adaptation de défense, pour loger le poisson dans la gorge d’un prédateur. Il existe des preuves récentes selon lesquelles le poisson est capable d'expulser une substance hautement toxique de la base de la colonne pectorale ; cette toxine peut tuer les poissons et d'autres personnes dans un environnement fermé, et sa libération est stimulée par un stress sévère.

Toutes les espèces de la sous-famille nagent périodiquement et assez régulièrement vers la surface pour prendre une gorgée d'air. Le poisson avale l'air et les vaisseaux sanguins de l'intestin postérieur extraient l'oxygène de l'air ; il est ensuite expulsé par l'évent la prochaine fois que le poisson remonte à la surface pour une autre gorgée d'air. On pense que cette adaptation a évolué de telle sorte que le poisson peut survivre dans des eaux peu oxygénées telles que des bassins de séchage pendant la saison sèche. Il est pourtant essentiel au bien-être du poisson qu'il avale régulièrement de l'air.

Alexandrou et al (2011) ont constitué la première étude phylogénétique moléculaire complète des Corydoradinae et ont identifié neuf lignées majeures de Corydoradinae. Par ordre de temps depuis l'ancêtre commun, ce sont : Lignée 1 (espèces à museau en selle telles que C. fowleri ), Lignée 2 ( Aspidoras ), Lignée 3 ( Scleromystax ), Lignée 4 (nains et quelques autres), Lignée 5 ('elegans ' groupe), Lignée 6 ( C. paleatus et autres), Lignée 7 (groupe 'aeneus'), Lignée 8 ( Brochis et espèces telles que C. haraldschultzi ) et Lignée 9 ( C. adolfoi et autres espèces à museau court). Cela conforte la synonymisation de Brochis avec Corydoras , même si, comme le soulignent les auteurs, une future révision de Corydoras impliquerait la résurrection de Brochis .
 
Dimorphisme
Le mâle a une bande blanche/or sur fond noir sur le front, un motif tacheté plus défini sur la tête et des poils faciaux comme une barbe. Les femelles ont un corps plus arrondi, en particulier lorsqu'elles sont en condition de reproduction, et sont légèrement plus grandes.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
6 minimum (12 recommandé)
Zone
Inférieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        16      18              22      24
pH
         5,5      6            7      7,5
GH
         1       2              6       8
Brassage
Aquarium
Volume
240 l minimum
Longueur
120 cm minimum
Les mâles sont agressifs territoriaux les uns envers les autres et ne peuvent pas être maintenus ensemble dans des aquariums plus petits, autrement paisibles.

Parfois, les mâles des espèces Scleromystax peuvent devenir agressifs envers les autres mâles, alors peut-être qu'un mâle par groupe peut être la meilleure solution en cas de conflits dans l'aquarium.
Comme la plupart des Callichthyidae,ils sont cependant pacifiques.

Les membres du genres Scleromystax sont de bons ajouts aux installations d'aquarium "d'eau froide" autour de 21°C.

Disponibilité commerciale : Rare

Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
20 à 22 °C
pH
6 à 7
GH
2 à 6 °GH
Commentaires
Etymologie : Scléromystax, du grec ancien σκληρός (sklērós), "dur", et μύσταξ (mústaks), "lèvre supérieure", et barbatus du latin "barbu".
Références
GBIF,

Quoy, J. R. C. and J. P. Gaimard. In: Freycinet, L. de., 1824-25 - Voyage Autour Du Monde: 192-401
Description des Poissons. Chapter IX.
Alexandrou, M. A. and M. I. Taylor , 2011 - Verlag A. C. S. GmbH: 101-114
Evolution, Ecology and Taxonomy of the Corydoradinae Revisited. In: Identifying Corydoradinae Catfish. Supplement No 1.
Alexandrou, M. A., C. Oliveira, M. Maillard, R. A. R. McGill, J. Newton, S. Creer, and M. I. Taylor , 2011 - Nature 469(7328): 84-88
Competition and phylogeny determine community structure in Müllerian co-mimics.
Britto, M. R., 2003 - Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, 153: 118-154
Phylogeny of the subfamily Corydoradinae Hoedeman, 1952 (Siluriformes: Callichthyidae), with a definition of its genera.
Britto, M. R. and R. E. Reis, 2005 - Neotropical Ichthyology 3(4): 481-488
A new Scleromystax species (Siluriformes: Callichthyidae) from coastal rivers of southern Brazil.
Hoedeman, J. J., 1952 - Beaufortia 1(12): 1-11
Notes on the Ichthyology of Surinam (Dutch Guiana). The Catfish genera Hoplosternum and Callichthys, with key to the genera and groups of the family Callichthyidae.
Reis, R. E., 1998 - Zoological Journal of the Linnean Society 124(2): 105-168
Anatomy and phylogenetic analysis of the neotropical callichthyid catfishes (Ostariophysi, Siluriformes)
Shimabukuro-Dias, C. K., C. Oliveira, R. E. Reis and F. Foresti , 2004 - Molecular Phylogenetics and Evolution 32(1): 152-163
Molecular phylogeny of the armored catfish family Callichthyidae (Ostariophysi, Siluriformes).