Limnopilos naiyanetri   
Faux-crabe araignée
Origines géographiques
Aire d'origine :
Asie
Pays :
Thaïlande
Limnopilos naiyanetri est originaire de Thaïlande.
À l'heure actuelle, il n'a été trouvé que dans la rivière Tha Chin, district de Nakhon Chai Si, de la province de Nakhon Pathom, en Thaïlande.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
Température :
20 à 25 °C
Limnopilos naiyanetri est un crabe strictement aquatique d'eau douce.
Il passe toute sa vie sous l'eau. Cela en fait l'un des rares crabes entièrement aquatiques au monde.
On le trouve dans les rivières de Thaïlande où il habite les racines des plantes aquatiques (jacinthes).
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
NE : Non évaluée
Description
Taille :
: 1 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
1 à 2 ans
À première vue, Limnopilos naiyanetri ressemble plus à une araignée sous-marines qu'à un crabe.

Il est de couleur gris brunâtre pâle presque transparent. Cependant, sa couleur peut également aller d'une sorte de couleur brun-orange à un gris clair. Certains aquariophiles signalent que ce crabe peut changer de teinte en fonction de l'humeur.

Les crabes araignées ont de longues pattes minces et tout leur corps, y compris leurs pattes et leurs griffes, est couvert de petites soies. Ils utilisent ces soies pour attraper les particules de nourriture en filtrant l'eau à travers elles.
Ces minuscules crabes ressemblent presque à des araignées, en raison de leur longue longueur de pattes et de leur petit corps.
À maturité, la coquille d'un Limnopilos naiyanetri adulte ne mesure que un centimètre de long.
Leurs pattes minces et grêles ne porteront leur envergure qu'à deux centimètres et demi. Les crabes de la famille des Hymenosomatidae sont les plus petits crabes d'eau douce du monde.

Les caractéristiques non sexuelles sont similaires pour les deux sexes. Les chélipèdes de la femelle sont aussi enflés que ceux des mâles mais plus petits.
Abdomen à six segments, toutes les sutures intersegmentales sont distinctes et articulées, les bords latéraux des segments trois à six sont bordés de soies. Le sixième segment est tronqué, moitié à proximité du bord latéral concave, touffe de soies à l'extrémité.

Le genre Limnopilos (famille Hymenosomatidae) a été scientifiquement décrit en 1991, plus tard synonymisé avec le genre Hymenicoides, et en 2007 ressuscité sous le nom de Limnopilos parce que plusieurs caractères distinctifs ont été identifiés.

Description complète !!! En cours de rédaction!!!

Carapace circulaire, pileuse, face dorsale concave; rainures distinctes; tribune absente ou très faible; antenne avec une partie proximale de l'article basal postérieur à la section interne de la partie proximale de l'oeil; yeux, antennes, antennules visibles dorsalement; troisième maxillipède étroit, ne couvrant pas plus des trois quarts du champ buccal lorsqu'il est fermé, merus rectangulaire, dactylus styliform, environ deux fois la longueur du propodus; mâles chèles relativement robustes, surface externe uniformément convexe, partiellement recouverte de soies denses, sans tubercule. Vulve femelle placée sur la ligne imaginaire joignant les extrémités internes des sutures entre les sternites 5, 6 sur la plaque médiale fusionnée du sternum thoracique, vulve avec monture basale. Mâle abdomen-pleotelson 6 segmenté, pleotelson légèrement trilobé, surface interne épaissie distalement, formant alvéole pour bouton sternal. G 1 robuste, plié vers l'extérieur médialement; partie distale avec processus internes distaux, angle externe distal tuberculé. Femelle abdomen-pleotelson avec six segments nettement délimités, frontière entre le premier et le deuxième (L. sumatranus) ou entre le deuxième et le troisième segments (L. naiyanetri) mobile; pléopodes longs et birames sur le deuxième au cinquième segments, développés à partir de l'extrémité externe distale de la surface interne de chaque segment.
Remarques . Plusieurs caractères distinguent clairement les limnopilos des hyménicoïdes. Outre L. naiyanetri, les espèces types, H. microrhynchus Ng, 1995, et L. sumatranusnew, possèdent toutes les caractères diagnostiques du genre et sont donc transférées à Limnopilos.

Dans le cas de L. microrhynchus, seuls les spécimens mâles sont connus à ce jour, et les caractères féminins diagnostiqués ci-dessus ne sont donc pas connus pour cette espèce.
 
Alimentation : 
Omnivore
Les L. naiyanetri sont des charognards omnivores par nature. Ils ne chassent pas activement, mais ils mangent à peu près tout ce qui est comestible.
Ce sont des crabes non agressifs qui trouvent la plupart de leur nourriture en utilisant leurs poils pour filtrer les petites particules en suspension dans l'eau. Ces particules sont ensuite mangées pendant que le crabe se nettoie.
L'alimentation sera trouvée dans l'aquarium sous forme de particules microscopiques, il n'est pas utile de nourrir ces crabes si l'aquarium est déjà peuplé d'autres animaux.

Limnopilos naiyanetri collectent également de la nourriture sur le sol, entre les plantes flottantes. Ils apprécieront aussi les algues, le biofilm... et les légumes blanchis.

Les Limnopilos naiyanetri proviennent des rivières. Ils sont adaptés à l'écoulement de l'eau. Ils filtrent partiellement les aliments, tout comme les crevettes de bambou, et s'activent près du flux.

Dans les aquariums établis, très peu de nourriture est nécessaire car les crabes y trouvent facilement à manger. Si vous prévoyez de les garder avec des crevettes naines, vous pourrez leur donner la même nourriture.
Le seul problème sera que les crevettes naines gagneront les crabes de vitesse, étant plus rapides et plus audacieuses.

Les faux crabes araignées peuvent aussi manger des tablettes, des granulés, des flocons de nourriture du commerce pour crabes ou pour crevettes.
Cependant, selon certaines observations, ils préfèrent nettement un régime en poudre riche en graisses et en protéines.

Ces crabes sont sans danger pour les plantes.
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        20      22              25      27
pH :
         6,5      6,8            7,2      7,5

GH :
(°GH)
         2       4              5       12
Conductivité :
(µS/cm)
         100     120          180     400
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
20 l minimum (30 l recommandé)
Brassage :
Moyen
Population :
6 minimum (10 recommandé)
 Les Limnopilos naiyanetri sont des créatures timides et ne sortent généralement que la nuit.
Ils passent toute leur vie sous l'eau et préfèrent passer leur temps à se cacher parmi les décorations de l'aquarium, le plus souvent dans les zones densément plantées ou les zones à forte densité d'algues et d'autres sources de nourriture.

Les crabes sont paisibles et peuvent facilement être gardés en groupe, ce sont des crabes sociaux. Contrairement aux autres espèces de crabe, ils ne sont pas territoriaux et les mâles ne se battront pas mais au contraire, partageront souvent une cachette.
Avoir une grande colonie (plus de dix individus) permet aux crabes de se sentir en sécurité. Ceux-ci seront plus actifs, et s'aventureront plus facilement à découvert.

Lorsqu'ils sont menacés ou surpris, les micro crabes thaïlandais feront de leur mieux pour s'échapper ou se mettre à l'abri. Ils sont sans défense contre les prédateurs.
Mal armés, ils sont peu agressifs et de nombreux aquariophiles les gardent en toute sécurité aux côtés de crevettes et d'escargots.
Vu la taille minuscule de ces crabes, ils ne pourront cohabiter qu'avec des animaux pacifiques de petites tailles. On se bornera à d'autres petits crustacés non carnivores et on évitera les écrevisses.
Ils sont des proies faciles pour à peu près tous les prédateurs, même certaines espèces de petits poissons.
Ils ne doivent pas être maintenus avec d'autres espèces de crabe. Quelques petits poissons, comme certains Characidés peuvent convenir.

Les Limnopilos naiyanetri ne sont pas une espèce de crabe particulièrement active.
Leur apparence d'araignée et leurs habitudes acrobatiques uniques compensent leur manque de taille et de couleurs vives, mais ils sont très discrets et passent facilement inaperçus.
On les verra cependant, parfois, filtrant les aliments au fond du bac ou se déplaçant d'une zone à une autre,
la nuit.
Ils sortent très rapidement après l'extinction des lumières. Si vous voulez voir leurs activités nocturnes, vous pouvez ajouter à votre bac un petit éclairage nocturne.

Ces crabes sont rigoureusement aquatiques et peu enclins à s'échapper. Ils peuvent donc être maintenus en aquarium ouvert.

Ces crabes sont nouveaux en aquariophilie, de sorte que leur durée de vie dans leur habitat naturel n'est pas bien documentée. Cependant, en captivité, la durée de vie des individus en bonne santé est de un à un an et demi.

Les micro-crabes thaïlandais ne muent pas aussi souvent que les autres espèces de crabe, principalement en raison de leur petite taille adulte et de leur faible taux de croissance. Cependant, lorsqu'ils muent, le processus est sensiblement le même que celui des autres espèces de crabe.
Ils commencent le processus de mue en remplissant leur carapace d'eau. Cette eau est utilisée pour séparer et ouvrir leur exo-squelette. Au cours de la période de mue, ils émergeront de leur carapace au fur et à mesure qu'une nouvelle se formera en dessous.
Après la mue, leur corps sera mou et encore principalement composé d'eau. Il n'est pas rare qu'ils apparaissent presque translucides.
Leurs corps durciront lentement au cours des prochains jours et vous trouverez peut-être leur ancienne carapace dans l'aquarium.

La mue est un moment où votre crabe sera soumis à beaucoup de stress et très sensible aux blessures. Ne pas procéder à un nettoyage musclé du bac ou un réarrangement pendant cette période.
Il n'est pas rare qu'un crabe en mue se cache et ne réapparaisse pas avant de l'avoir terminé.

Les L. naiyanetri sont relativement faciles à maintenir.
Les besoins de ces crabes sont très similaires à ceux des crevettes naines. Pour être exact, ils nécessitent les mêmes paramètres d'eau que ces crevettes.
Ils ont besoin d'un réservoir d'eau douce, avec un pH de 6,5 à 7,2. Leurs exigences en matière de température sont limitées et un chauffage peut ne pas être nécessaire. La température de l'eau doit être maintenue entre 22 et 27 ° C. Vos crabes commenceront à souffrir au dessus de cette température ou si elle fluctue trop rapidement.
Cependant, si vous avez une eau plus dure et que vous gardez des crevettes Neocaridina, les Limnopilos naiyanetri accepteront ces paramètres d'eau.

Avant de mettre les crabes dans l'aquarium, assurez-vous que le bac est bien cyclé et qu'il a eu le temps de mûrir correctement et n'oubliez pas qu'ils ont besoin d'une acclimatation minutieuse comme tous les invertébrés.

Un grand réservoir n'est pas nécessaire pour ces minuscules animaux. Comme dans les grands bacs, il y a de grandes chances pour que vous ne les voyez jamais, les Limnopilos naiyanetri seront un excellent choix pour les petits volumes.

Une colonie de cinq à six crabes peut être conservée dans un réservoir de vingt litres, à condition que l'eau soit filtrée de façon appropriée.
D'ailleurs, une filtration adéquate est très importante quelle que soit la taille de l'aquarium.
Les crabes thaïlandais sont très sensibles aux mauvaises conditions de l'eau, une filtration efficace est donc très importante. Comme pour les crevettes, les filtres à éponge seront à privilégier.

Ces crabes ne sont pas trop difficiles sur le choix du substrat. Ils passent la plupart de leur temps cachés en hauteur, dans les plantes ou dans les anfractuosités du décor.
Choisissez n'importe quel substrat compatible avec les crevettes que vous appréciez, mais choisir une couleur qui contraste avec leur corps brun grisâtre sera un bon choix.

Ils aiment les bacs très plantés avec beaucoup de végétation à laquelle s'accrocher.
Dans leur habitat naturel, ils passent la majeure partie de leur vie à se cacher dans les racines de plantes d'eau douce flottantes, comme la jacinthe d'eau.
Ils apprécieront aussi les mousses, et les plantes telles que les anubias ou les fougères de Java, seront également appréciées car les crabes aimeront leurs longues racines.

Limnopilos naiyanetri n'aime pas vraiment la lumière vive.
Idéalement, il doit pouvoir disposer de coins sombres pour se déplacer et se reposer en toute sécurité.
Comme ce crabe fréquente naturellement les rivières, un courant modéré sera le bienvenu.

Soyez extrêmement prudent lorsque vous utilisez un filet. Ces micro-crabes sont très fragiles. Il est très difficile de les manipuler sans leur arracher les pattes ou les endommager.
Certes les membres perdus repousseront après une ou deux mues, mais il n'est pas nécessaire de les blesser et de les stresser.
 
Dispo vente :
Rare
Les crabes d'eau douce du genre Limnopilos ont été découverts en Thaïlande par des aquariophiles amateurs et introduits sur le marché allemand en 2008.
Ces espèces n'ont pas encore été complètement décrites, et les données scientifiques sont plutôt rares.
Les Limnopilos naiyanetri commercialisés sont d'origine sauvage.
Reproduction
Type :
En aquarium :
Difficile
Dimorphisme :
Sexer Limnopilos naiyanetri n'est pas facile à cause de leur petite taille et de leur fragilité.
Les mâles et les femelles sont très similaires en couleur et en apparence, mais il existe un moyen presque infaillible de déterminer le sexe. L'examen du rabat avec une forte loupe est le moyen le plus sûr.
Les femelles ont un rabat plus large en bas, tandis que celui des mâles a une apparence étroite et effilée.
Processus de reproduction :
Malheureusement, la reproduction de Limnopilos naiyanetri reste, à ce jour, un défi.

Leur reproduction échoue toujours en captivité, bien que certains amateurs aient signalé des œufs éclos et même des juvéniles. Pour l'instant, il n'y a aucun rapport documenté de réussite.

Divers éleveurs n'ont pas réussi à élever ces crabes au-delà du neuvième jour après l'éclosion des larves.
Il semble que les paramètres idéaux pour cette reproduction n'aient pas encore été déterminés.

On en sait donc très peu sur les exigences du cycle de vie et les rituels d'élevage de ces petits crabes.

Les Limnopilos naiyanetri sont fertilisés en interne avec la première paire modifiée de pléopodes mâles (les gonopodes) transférant le sperme dans l'appareil reproducteur femelle.

Après l'accouplement, la femelle crabe maintient la grappe d'oeufs sous son pléon.
Il est très difficile de voir les œufs. Les rapports suggèrent que la femelle ouvre parfois son tablier abdominal, mais il est généralement complètement fermé, de sorte que les œufs ne peuvent être vus que par transparence.

Les Limnopilos naiyanetri ont des œufs relativement gros. Leur taille est d'environ 0,5 à 0,7 mm de diamètre et sont transportés sous le pléon de la femelle jusqu'à l'éclosion des larves (zoés).
Leurs œufs sont orange au début du développement, puis ils deviennent jaunes avant de finalement devenir gris.
La période d'incubation dure plusieurs semaines. La mère libère environ soixante-dix larves.
Ce crabe est l'un des rares reproducteurs en eau douce. Les larves ne subissent pas de phases saumâtre ou d'eau de mer.

À l'éclosion, les larves continuent à être transportées. On ne sait pas à quel moment la femelle crabe libère sa progéniture, mais on sait cependant qu'elle n'est pas relâchée sous forme larvaire.
Des cas de libération précoce ont été notés. Dans ce cas, les zoés sont rapidement devenues la nourriture des crabes adultes.

Les larves de Limnopilos naiyanetri semblent toujours s'orienter vers la lumière. Ainsi, une source permanente de lumière est essentielle lors de la reproduction pour fournir à la progéniture une orientation lors de la baignade. (?)

La survie étant rare, on manque de données sur la croissance des juvéniles, mais il semble que les larves doivent toujours avoir beaucoup d'algues et de biofilm à consommer.

À ce stade, il faudra protéger au mieux l'aspiration du filtre par un pré-filtre en mousse ou en éponge pour éviter que les bébés crabes ne soient aspirés.
Commentaires
Limnopilos naiyanetri est nommée en l'honneur du professeur Phaibul Naiyanetr du Département de biologie, Université Chulalongkom, Bangkok, mais le nom de genre Limnopilos semble être une combinaison (faussement latine) de Limno et pilos avec une vague référence au fait que ces animaux habitent en eau douce et sont velus.
Sources
GBif, MNHN
- Katja Kienbauma, Juliane Vehofa, Carola Beckera, Gerhard Scholtz "The reproductive system of Limnopilos naiyanetri indicates a thoracotreme affiliation of Hymenosomatidae (Decapoda, Eubrachyura)" in Arthropod Structure & Development Volume 47 (2018)
- Naruse, Tohru, Ng, Peter K. L. "On the taxonomy of the genus Hymenicoides Kemp, 1917 (Crustacea: Decapoda: Brachyura: Hymenosomatidae), with resurrection of Limnopilos Chuang & Ng, 1991, and descriptions of two new species". in Zootaxa 1621: 17-31, (2007)
- Chuang, C. & Peter K. "Preliminary descriptions of one new genus and three new species of hymenosomatid crabs from Southeast Asia (Crustacea: Decapoda: Brachyura)". in Raffles Bulletin of Zoology (1991)
- Sebastian Klaus, Gordon H. Goh, Yaron Malkowsky, Carola Becker, Martin Plath "Seminal receptacle of the pill box crab Limnopilos naiyanetri Chuang and Ng, 1991 (Brachyura: Hymenosomatidae) in Journal of Crustacean Biology 34(4) (2014)

Michael, "6 thoughts on “Thai Micro Crab– Detailed Guide: Care, Diet, and Breeding” in Aquarium Breeder