Mieniplotia scabra
Thiare pagode
Résolument détritivore, le Thiara pagode ne touche pas du tout aux plantes d'aquarium, sauf si celles-ci sont en mauvais état et en décomposition. Il participe activement à l'épuration de l'aquarium.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Mieniplotia scabra
Taxinomie
Descripteur : Müller, 1774
Classe: Gastropoda
Ordre: Caenogastropoda Incertae sedis
Famille:  Thiaridae
Genre:  Mieniplotia
Synonymes
Buccinum scabrum O.F.Müller, 1774
Coelostylina cochlea (Münster, 1841)
Helix aspera Gmelin, 1791
Melania acanthica I.Lea & H.C.Lea, 1851
Melania bockii Brot, 1881
Melania cochlea I.Lea & H.C.Lea, 1851
Melania datura Dohrn, 1858
Melania denticulata I.Lea & H.C.Lea, 1851
Melania doreyana Lesson, 1831
Melania elegans Reeve, 1860
Melania elegans W.H.Benson, 1837
Melania granum Branca, 1908
Melania granum Busch, 1842
Melania intrepida Fulton, 1914
Melania keiensis Preston, 1911
Melania pagoda I.Lea & H.C.Lea, 1851
Melania pagoda var. costulata Schepman, 1896
Melania pinguicola
Melania pinguicula E.von Martens, 1897
Melania pugilis Hinds, 1844
Melania rugosa Brot, 1860
Melania savinierei Morlet, 1884
Melania (Plotia) scabra (O.F.Müller, 1774)
Melania scabrella R.A.Philippi, 1847
Melania scabroides Yokoyama, 1928
Melania snellemanni Schepman, 1880
Melania spinescens Lesson, 1831
Melania spinulosa Lamarck, 1822
Melania (Melanoides) subcancellata O.Boettger, 1890
Melania sykesi Degner, 1928
Melania (Tarebia) tjemoroensis K.Martin, 1905
Melania varia Bullen, 1904
Melania zietenii Klipstein, 1843
Melanoides pugilis (Hinds, 1844)
Melanoides scabra (O.F.Müller, 1774)
Melanoides scabra var. elegans (T.Hutton, 1849)
Plotia bloyeti Bourguignat, 1890
Plotia elegans (W.H.Benson, 1836)
Plotia leroyi Bourguignat, 1890
Plotia scabra (O.F.Müller, 1774)
Pseudoplotia scabra (O.F.Müller, 1774)
Thiara scabra (O.F.Müller, 1774)
Tiara scabra Preston, 1915
Melania granum var. buccinoidea Mousson, 1849
Melania granum var. granum
Melania spinulosa var. nodosecostata Mousson, 1849
Noms Communs
Thiare pagode
Thiara scabra
Prambanan snail (en)
Spiky Malaysian trumpet snail (en)
Membres du genre Mieniplotia
Mieniplotia scabra (Müller, 1774)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie, Afrique
Bangladesh, Inde, Indonésie, Japon, Kenya, Malaisie, Myanmar, Népal, Oman, Philippines, Tanzanie, Thaïlande, Yémen
Aire actuelle
Australie, Comores, Émirats Arabes Unis, États-Unis d'Amérique, Fidji, Israël, France (Réunion) Guam, îles Salomon, Madagascar, Maurice, Micronésie, Nouvelle-Calédonie, Papouasie Nouvelle Guinée, Samoa, États-Unis, Vanuatu, Yémen
Cette espèce est présente dans toute l'Asie, au Bangladesh, en Inde, au Népal (plaines du Gange), en Indonésie (Java), au Japon, en Malaisie, au Myanmar, en Thaïlande et aux Philippines (Subba Rao 1989, Nesemann et al. 2007, Ramakrishna et Dey 2007). Cette espèce est répertoriée comme présente dans la péninsule arabe à Oman, au Yémen et sur l'île de Socotra (Brown et Wright 1980, Brown et Gallagher 1985, Neubert 1998) et comme "espèce probablement introduite" aux Émirats arabes unis (Feulner et Vert 1999). Le signalement de Socotra, dans des rivières jusqu'à 500 m d'altitude, semble peut-être être une arrivée récente et pourrait être une espèce en expansion (D. Van Damme comm. pers. 2008) ou résultant d'une introduction accidentelle.

En Afrique, l'espèce est enregistrée sur la côte tanzanienne (Zanzibar, Pemba et Tanzanie continentale au niveau des rivières Wami et Kingani) et au Kenya. Il est également connu dans les îles de l'océan Indien de Madagascar, de Maurice, de la Réunion et des Comores, où il n'est pas certain qu'il soit envahissant ou indigène (Griffiths et al. 2002). Une partie des signalements de ces trois dernières îles semble erronée et concerne Thiara datura (Brown 1994) et sa présence est donc incertaine dans ces pays.

Cette espèce est considérée comme une espèce envahissante dans le Pacifique Sud, notamment dans l'archipel des Samoa, aux Fidji, en Nouvelle-Calédonie, au Vanuatu, aux Îles Salomon, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans les États fédérés de Micronésie et à Guam (Eldredge 2000). Elle est actuellement également mentionnée comme ayant est apparue aux États-Unis (CABI 2016).
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce, Saumâtre
Mieniplotia scabra tolère de nombreux environnements, comme en témoigne sa large distribution dans la zone subtropicale. Il se rencontre principalement dans les rivières côtières, y compris dans les eaux saumâtres.
C'est une espèce répandue et aucune menace généralisée n'a été identifiée. Cette espèce est affectée localement par la forte pollution, notamment dans le Gange, en Inde.

Il s'agit cependant d'une espèce répandue dans certaines parties de l'Afrique de l'Est, dans une grande partie de l'Asie du Sud et du Sud-Est, ainsi qu'au Japon, en Malaisie et en Indonésie. Il a également été introduit en dehors de son aire de répartition d'origine. Bien que l'état de sa population ne soit pas connu dans toute son aire de répartition, les études réalisées dans le système fluvial du Gange indiquent qu'il s'agit d'une espèce assez commune et qu'aucune menace n'a été identifiée. Son statut est donc évalué comme étant "Peu préoccupant".
Description
Taille
: 1 à 2 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
4 à 5 ans
Régime
Omnivore
Mieniplotia scabra a une grande coquille allongée quelque peu ovoïde-conique, mesurant 10 à 20 mm, avec des verticilles arrondis et une forte sculpture axiale et spirale. Il est généralement d'une couleur brun clair avec des flammes et des taches brun foncé. Les coquilles sont cependant très polymorphes.
Les femelles des Thiaridae ont un sac d'incubation spécial dans lequel elles retiennent les oeufs et les juvéniles en développement jusqu'à ce qu'elles éclosent en petits escargots pleinement développés.

L'espèce est identifiée par la combinaison de caractères suivants (Brandt, 1974) :
- Opercule néomélanien
- Nucléus fortement décalé vers la marge columellaire inférieure
- Coquille est de taille moyenne, généralement jusqu’à 20 mm de long, voire plus et se compose de 6 à 8 spires chez les adultes. Habituellement, les premiers tours de jeunesse sont usés.
- La coquille est pagodiforme avec des verticilles qui portent des épines ou des boutons épais et régulièrement espacés (généralement sept par tour).
- Sculptures en spirale distinctes.
- Couleur de fond est fauve avec des flammes et des taches verticales de couleur rouille en alternance avec les épines.

Description :
Relativement petit avec des verticilles nettement en forme d'escalier et un dernier verticille sub-suturalement angulé ; flèche généralement allongée, souvent décollée. Avec des côtes axiales distinctes qui, au sommet, se terminent souvent par de courtes épines. Sculpture en spirale de cordes basses qui traversent les axes sur la moitié inférieure de la coque . Ouverture ovale, légèrement rétrécie à la marge supérieure, avec la lèvre basale légèrement évasée. Couleur générale brune à noire, avec des points ou des flammes rouges à brunes. L'opercule est ovale et paucispiral.
L'anatomie est en grande partie identique à celle du reste des Thiaridae : tête- pied pigmentée avec museau bilobé long et large et tentacules longs et fins avec des yeux à leur base, bord du manteau avec de nombreuses papilles en forme de doigts. La radula est taenioglossate avec perte de l'extension basale sur la dent centrale de la radula. Le cténidium est long avec de longs filaments. Les glandes salivaires sont antérieures à l' anneau nerveux. L'estomac contient un sac de style court, un style cristallin et un bouclier gastrique. Le gonoducte palléal féminin est fermé sur toute sa longueur. Une poche à couvain est située dans la région du cou du pied de la tête chez les femelles.
 
Régime Alimentaire
Détritivore, M. scabra consomme principalement des algues, des restes de nourriture et des restes de plantes mortes ou endommagées.
Il ne consomme pas les plantes saines.

En aquarium, il apprécie la nourriture pour crevettes et les légumes blanchis.
Dimorphisme
Les deux sexes sont extérieurement semblables.
Il est cependant presque certain que seules des femelles sont présentes dans nos aquariums.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
1 minimum (6 recommandé)
Zone
Fond
Paramètres
Température
        10      15              25      30
pH
         6,5      7            7,5      8,5
GH
         3       5              15       25
Brassage
Aquarium
Volume
10 l minimum (20 l recommandé)
Dans la nature, on trouve Mieniplotia scabra en eau douce et également en eau saumâtre. L'escargot creuse dans le sol toute la journée et y cherche quelque chose à manger. Les biofilms, les dépôts d'algues, les résidus végétaux, les résidus alimentaires sont consommés. L'escargot ne mange pas de plantes saines.
En pratiquant de la sorte, il aère le substrat et évite la fermentation du substrat.

En raison de leur petite taille, vous pouvez maintenir un groupe de cinq ou six escargots dans un aquarium de dix litres ou plus.
C'est un escargot très robuste peut faire face à un large éventail de paramètres d'eau, allant de l'eau douce à l'eau très dure et même saumâtre. Mieniplotia scabra peut également tolérer des températures de 10 à 30°C ce qui le prédestine aux aquariums "biotopes saisonniers", y compris les bacs libres de technologie (no tech.)

Pour cet escargot fouisseur, le substrat doit être fin ou boueux. Le sable ou le gravier fin et émoussé conviennent.
Il semble que M. scabra soit à même de forer des pierres calcaires pour se constituer une cache. (Cette information demande confirmation car non sourcée)

Il passe la majorité de son temps enfoui dans le substrat mais s'active de nuit et pendant la distribution de nourriture.
Grâce à son mode de vie dans le substrat, sa coquille épaisse et son opercule bien fermé, Mieniplotia scabra peut être maintenu avec presque tous les animaux d'aquarium, y compris les crabes nains qui ont du mal à casser sa coquille.

Note : On parle parfois d'invasion d'escargots et de leur nécessaire éradication, mais c'est une erreur.
Les escargots sont la solution, pas le problème.
Leur prolifération indique que le milieu leur devient très favorable. Le plus souvent, leur nombre s'accroît uniquement si la nourriture est trop abondante (surplus de nourriture pour poisson, plantes moribondes, cadavres...). Ils se régulent d'eux mêmes dès que la nourriture vient à manquer.
En revanche, leur disparition, progressive ou rapide révèle un changement d'équilibre, voire un franc déséquilibre.
Ce sont des auxiliaires indispensable à la bonne marche d'un aquarium.

Disponibilité commerciale : Rare

Les spécimens en vente sont généralement issue d'élevage asiatique (Taiwan).

Considéré comme envahissant dans certaines parties de son aire de répartition, on veillera à se renseigner sur la législation locale en vigueur.
Reproduction
Type
Ovovivipare
Difficulté
Courante
Paramètres
Température
18 à 28 °C
pH
7 à 7,5
GH
5 à 15 °GH
Les Thiaridés ont des sexes séparés, mais les femelles sont parthénogénétiques. Aussi il n'y a (quasiment ?) que des femelles M. scabra.
Elles possèdent une poche à couvain, et libèrent des juvéniles à un stade de développement avancé. On a trouvé jusqu'à vingt-neuf embryons et juvéniles à différents stades de développement dans cette poche à couvain.
La progéniture (clones) provient des ovules non fécondés, de sorte qu'aucun mâle n'est nécessaire à la reproduction. Une recherche de partenaire n'est donc pas nécessaire et le processus de reproduction, et donc la diffusion, est plus rapide qu'avec la reproduction sexuelle.
Ceci peut expliquer l'extraordinaire aire de répartition de l'espèce.
Commentaires
Etymologie : Mieniplotia est composé de Mienis du nom du malacologue néerlandais Henk Klaas Mienis, qui a réformé la taxonomie du groupe, et du genre Plotia (Röding, 1798), et scabra du latin scaber, "scabre" rude (au toucher, raboteux, rugueux)

* Jusqu'à l'étude de H. K. Mienis (2012), le nom Pseudoplotia (Forcart, 1950), a été presque universellement considéré comme
un synonyme de Thiara (Röding, 1798)
Références
GBIF, IUCN, CABI,
Australian Museum, INPN,
- Beesley, P. L., Ross, G. J. B. & Wells, A., Eds. ."Mollusca: The Southern Synthesis." Parts A & B. Melbourne, CSIRO Publishing. (1998)
- Bieler R, Bouchet P, Gofas S, Marshall B, Rosenberg G, La Perna R, Neubauer TA, Sartori AF, Schneider S, Vos C, ter Poorten JJ, Taylor J, Dijkstra H, Finn J, Bank R, Neubert E, Moretzsohn F, Faber M, Houart R, Picton B, Garcia-Alvarez O, eds. (2023). "Mieniplotia Low & Tan, 2014". MolluscaBase. World Register of Marine Species.
- Brandt, R. A. M. "The non-marine aquatic Mollusca of Thailand." in Archiv Für Molluskenkunde 105: 1-423 (1974)
- Brown, D.S. et Gallagher, M.D. "Escargots d'eau douce d'Oman, Arabie du Sud-Est." in Hydrobiologie 127 : 125-149 (1985)
- Brown, D.S. et Wright, C.A. "Mollusques d'Arabie Saoudite, mollusques d'eau douce. Faune d'Arabie Saoudite. (1980)
- Eldredge, L.G. "Poissons d'eau douce, amphibiens et crustacés non indigènes des îles du Pacifique et d'Hawaï". Dans : Sherley, G. (éd.), Espèces envahissantes dans le Pacifique : examen technique et projet de stratégie régionale , PROE, Apia. (2000)
- Feulner, G.R. et Green, S.A. "Escargots d'eau douce des Émirats arabes unis." in Tribule 9(1) : 5-9 (1999)
- Forcellini, M., Mathieu, C. & Merigoux, S. "Atlas des Macroinvertébrés des eaux douces de l'île de la Réunion." Rapport d'étude. Office de l'Eau de la Réunion - CNRS. (2012)
- Glaubrecht, M., Brinkmann, N. & Pöppe, J. "Diversity and disparity ‘down under’: systematics, biogeography and reproductive modes of the ‘marsupial’ freshwater Thiaridae (Caenogastropoda, Cerithioidea) in Australia". in Zoosystematics and Evolution 85: 199-275 (2009)
- Glaubrecht, M. & Neiber, M. T. Thiaridae Gill, 1871 (1823). Pp. 86-89 in C. Lydeard & Cummings, K. S. Freshwater Mollusks of the World: a Distribution Atlas. Baltimore, John Hopkins University Press. (2019)
- Griffiths, O., Florens, V., Probst, M. et Probst, J.M. "Liste des mollusques terrestres et fluviatiles actuels de l'île de La Réunion." in Bulletin Phaéton 6 : 57-60 (2002)
- Griffiths, O. L. & Florens, V. F. B. "A Field Guide to the Non-Marine Molluscs of the Mascarene Islands (Mauritius, Rodrigues and Réunion) and the Northern Dependencies of Mauritius." Bioculture Press, Mauritius. (2006)
- Jourdan, H. 2020. FATERCAL, Base de données de la faune continentale de Nouvelle-Calédonie. IRD.
- Mienis H.K. "What is the correct generic name of the invasive tropical thiarid species occurring in Israel and elsewhere that was described originally as Buccinum scabrum (Müller,1774)" in Ellipsaria, 14(2):14–16. (2012)
- Lamy, D. & Pointier, J.-P. "Mollusques Marins et Dulçaquicoles des Antilles Françaises (2 volumes)." PLB Editions, Gosier, Guadeloupe. (2018)
- Lange, CN "Mieniplotia scabra (évaluation de l'Afrique de l'Est)". Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2010
- Low, M.E.Y. & Tan, S.K. "Mieniplotia gen. nov. for Buccinum scabrum O.F. Müller, 1774, with comments on the nomenclature of Pseudoplotia Forcart, 1950, and Tiaropsis Brot, 1870 (Gastropoda: Caenogastropoda: Cerithioidea: Thiaridae)". Occasional Molluscan Papers. 3: 15–17 (2014).
- Lozouet, P. & Plaziat, J.-C., "Mangrove environments and molluscs, Abatan river, Bohol and Panglao islands, central Philippines", (2008)
- Lukhaup C. , Pekny R. "Wirbellose" Garnelen, Krebse, Krabben & Schnecken im Süßwasseraquarium 304 Seiten, ca. 480 Farbfotos, Hardcover gebunden Verlag: Dähne, 1. Auflage (Aug. 2014)
- Nesemann, H., Sharma, S., Sharma, G., Khanal, SN, Pradhan, B., Shah, DN et Tachamo, RD 2007. Invertébrés aquatiques du système fluvial du Gange . H. Nesemann, Katmandou.
- Neubert, E. 1998. Liste de contrôle annotée des mollusques terrestres et d'eau douce de la péninsule arabique avec descriptions de nouvelles espèces. Faune d'Arabie 17 : 333-462.
- Ramakrishna et Dey, A. 2007. Manuel sur les mollusques d'eau douce indiens . Commission zoologique de l'Inde, Calcutta.
- Sinha, RT et Das, NK 1993. Taxonomie dans l'étude de la pollution de l'eau. Environnement et écologie 11(2) : 412-418.
- Subba Rao, NV 1989. Manuel : Mollusques d'eau douce de l'Inde . Enquête zoologique de l'Inde, Culcutta.
- Thiara scabra (O. F. Müller, 1774): The introduction of another Asian freshwater snail into the United States (Fred G. Thompson, Michael Heyn, Drew N. Campbell)
- Van Damme, D. et Budha, P.B. "Mieniplotia scabra." Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2016
- Willan, E. C. & Kessner, V. "A conspectus of the freshwater molluscs of the Daly River catchment, Northern Territory." in Northern Territory Naturalist 30: 108-137. (2021)

Pour citer cette fiche :"Mieniplotia scabra, Müller, 1774" B-Aqua / GP (2019-23)