Ambystoma mexicanum
Axolotl (larve)
En cours de rédaction :

L'Axolotl est le plus grand de la famille des Ambystomatidés. Sa taille moyenne oscille généralement entre vingt et trente centimètres, mais des individus de plus de quarante centimètres ont déjà été observés en captivité.
Il faudra donc lui réserver un bac de grande taille.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Ambystoma mexicanum
Taxinomie
Descripteur : Shaw & Nodder, 1798
Classe: Amphibia
Ordre: Caudata
Famille:  Ambystomatidae
Genre:  Ambystoma
Synonymes
Amblystoma weismanni Wiedersheim, 1879
Axolotes guttata Owen, 1844
Axolotus pisciformis (Shaw, 1802)
Gyrinus mexicanus Shaw & Nodder, 1798
Hemitriton mexicanum (Shaw & Nodder, 1798)
Hypochton pisciformis (Shaw, 1802)
Philhydrus pisciformis (Shaw, 1802)
Siredon axolotl Wagler, 1830
Siredon édule Dugès, 1888
Sirène axolotl (Wagler, 1830)
Sirène pisciforme Shaw, 1802
Sirenodon pisciformis (Shaw, 1802)
Stegoporus mexicanum (Shaw & Nodder, 1798)
Stegoporus pisciformis (Shaw, 1802)
Triton mexicain (Shaw & Nodder, 1798)
Noms Communs
Axolotl (larve)
Ambystome (adulte)
Salamandra ajolote (esp)
Membres du genre Ambystoma
Ambystoma tigrinum (Green, 1825)
Ambystoma mexicanum (Shaw & Nodder, 1798)
Origine géographique
Aire d'origine : Amérique du nord
Mexique
Cette espèce était initialement connue pour occuper une série de lacs et de zones humides dans toute la vallée centrale du Mexique, y compris les lacs Xochimilco et Chalco (et probablement dans les lacs Texcoco et Zumpango qui les relient), mais elle a disparu de la majeure partie de son aire de répartition historique.
Ambystoma mexicanum n'est maintenant connu que sur trois sites dans la partie sud de la ville de Mexico, au centre du Mexique, vers 2 240 m d'altitude : les canaux de Xochimilco, du lac Chalco et du lac Chapultepec (les mentions du lac Chapultepec qui étaient précédemment signalées comme incertaines ont maintenant été confirmées comme appartenant à cette espèce) (G. Parra-Olea, comm. pers. 2014, Contreras et al. 2009, Recuero et al. 2010 ). Sa zone d'occurrence actuelle (EOO) est estimée à 467 km2.
Environnement
Paramètres
Milieu
Terre, Douce
Ambystoma mexicanum est originaire de l’ancien système de canaux d’eau et de lacs de la vallée centrale du Mexique. Il nécessite des lacs d'eau profonde (canaux naturels et artificiels) avec une végétation aquatique abondante et est sensible aux changements de qualité de l'eau.
Des structures telles que des plantes sont nécessaires pour pondre des œufs. C'est une espèce pédomorphe, vivant en permanence dans l'eau, et ne subit pas de métamorphose complète. On pense qu'il atteint sa maturité vers 1,5 an et que la durée d'une génération est estimée à environ 5,5 ans.

Des études effectuées en 1998, 2000 et 2008 ont recensé 6 000, 1 000 puis 100 axolotls par kilomètre carré dans son habitat du lac de Xochimilco.
Critère : A2abce
Inscrite comme étant "En danger critique d'extinction" en raison d'un déclin de la population observé, estimé à plus de 80 % au cours des trois dernières générations (16,5 ans), déduit des impacts combinés de l'urbanisation, de la pollution ultérieure des cours d'eau, ainsi que de la prédation et de la compétition des espèces envahissantes.

La population a connu une réduction spectaculaire en raison de la transformation de l'habitat (Zambrano et al. 2007) et la population sauvage survivante est très petite. Bien que les sous-populations soient difficiles à évaluer, les relevés couvrant presque toute l'aire de répartition connue ont généralement capturé moins de 100 individus (par exemple, en 2002 et 2003, plus de 1 800 lancers de filet ont été effectués le long des canaux de Xochimilco couvrant 39 173 m², ce qui a abouti à une capture de seulement 42 spécimens ; et seulement deux individus ont été capturés en 2013). Dans une étude couvrant une période de six ans (de 1998 à 2004), la densité de l'espèce a diminué de 0,006 org/m 2 à 0,001 org/m2, bien que l'on pense que cette réduction pourrait également être due à sa propre dynamique de population (Zambrano 2006). Les estimations précédentes de la densité de population de cette espèce auraient été faibles, mais des déclins alarmants ont été observés : de 6 000 ind/km2 estimés en 1998 à 1 000 en 2004 (Zambrano et al. 2007) à 100 en 2008 (données non publiées dans Contreras et al.2009 ). Les pêcheurs locaux ont également signalé très peu d'individus en 2008 (Contreras et al . 2009).

Il n'y a pas eu d'étude de densité de la sous-population de Chalco, mais les preuves suggèrent qu'elle est petite et qu'en outre, Chalco est un système très instable qui risque de disparaître dans un avenir proche. La repeuplement a été tentée en introduisant près de 10 000 individus en 2012. La modélisation des niches écologiques indique que la répartition potentielle de l'espèce à Xochimilco est limitée à 11 sites répartis dans six zones réduites, isolées et dispersées, situées principalement dans des zones dominées par l'agriculture traditionnelle ( Contreras et al.2009 ). Cependant, l’échantillonnage mensuel à Xochimilco au cours de l’année 2017 n’a pas permis d’enregistrer l’espèce (L. Zambrano, comm. pers., 2017). En 2019, la population de l'espèce est limitée à trois sites disjoints ; le seul site où des relevés ont été effectués au cours des six dernières années est le lac Chapultepec, un lac artificiel bordé de ciment situé dans un parc municipal où des individus ont été relâchés et semblent se reproduire (A. Calzada, comm. pers. octobre 2019). Par conséquent, on soupçonne que la population a diminué de 80 % ou plus au cours des trois dernières générations (16,5 ans) depuis 2003 (Atelier d'évaluation de la Liste rouge du Mexique, octobre 2019).

Xochimilco est un système d'eau complexe d'environ 40 km2 de canaux artificiels, de petits lacs et de zones humides temporaires entre les zones rurales et urbaines (Zambrano et al. 2009). Le dessèchement et la pollution du système de canaux et des lacs de Xochimilco et Chalco, dus à l'urbanisation et à l'augmentation de l'activité touristique, constituent la principale menace pour l'espèce (Zambrano 2006). Bien que le régime des eaux ait changé au cours des dix dernières années et que les niveaux de pollution soient en baisse, des facteurs tels que des niveaux très élevés de contamination bactérienne pourraient toujours constituer une menace sérieuse.

L'espèce était auparavant également capturée pour le commerce international des animaux de compagnie, mais on pense que tous les animaux faisant l'objet du commerce international sont désormais élevés en captivité. La consommation traditionnelle de l'espèce par la population locale est présumée avoir cessé, mais elle pourrait avoir constitué une menace pour l'espèce dans le passé. Les poissons introduits (tilapia et carpe) ont augmenté jusqu'à atteindre des abondances élevées (une étude récente a collecté 600 kg de tilapia dans un petit canal à l'aide d'un filet de 100 m) et ont également eu un impact sur l'espèce par la compétition et la prédation.

L’espèce a été testée positive au champignon chytride amphibien Batrachochytrium dendrobatidis ( Bd ), mais ne semble pas sensible à la maladie (Garcia-Feria et al . 2017). De plus, des tests en laboratoire ont montré que l'espèce est résistante au champignon chytride de la salamandre, Batrachochytrium salamandrivorans ( Bsal ) (M. Gray, comm. pers., 2019).

Cette espèce est présente dans les Ejidos de Xochimilco et San Gregorio Atlapulco et est protégée dans la catégorie P (Peligro de extincion) par le gouvernement du Mexique et est en train d'être modifiée vers une catégorie de risque plus élevée. Il dispose d'un plan d'action sur les espèces et il existe plusieurs colonies captives dans le monde, car l'espèce est utilisée dans la recherche physiologique et biomédicale, ainsi que dans le commerce des animaux de compagnie. Bien que cette espèce soit actuellement inscrite à l'Annexe II de la CITES, elle fait actuellement l'objet d'un « examen périodique des espèces inscrites aux annexes CITES ». L'action de conservation se concentre également sur l'amélioration de la visibilité du lac Xochimilco par le biais d'une éducation à la conservation et d'une initiative de tourisme naturel, associées à des travaux de restauration de l'habitat et de biorestauration. Conservation nécessaire Étant donné que les deux menaces les plus importantes pesant sur l'espèce sont liées à la transformation de l'habitat, notamment une modification drastique de l'habitat riverain due à l'urbanisation et une explosion de la population de poissons prédateurs introduits (tilapia), un plan de rétablissement de l'espèce devrait inclure la gestion et la restauration de l'habitat. avant toute autre mesure telle que de nouvelles réintroductions. Tout effort de réintroduction doit veiller à éviter l’introduction de maladies potentielles ou de problèmes génétiques provenant de colonies captives (Zambrano et al. 2007). Recherches nécessaires Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour clarifier les questions concernant la taxonomie de l'espèce (G. Parra-Olea, comm. pers., octobre 2019).
Description
Taille
: 15 à 45 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
10 à 15 ans
Régime
Carnivore
Ambystoma mexicanum
L'axolotl du Mexique Ambystoma mexicanum est très proche de la salamandre tigrée A. tigrinum. Sa taille peut aller jusque 45  cm, mais voir un individu dépasser 30  cm est assez rare.

La larve possède des branchies externes en forme de fougère d'un beau rouge qui lui permettent de respirer dans l'eau et aussi des poumons autorisant une respiration par les pores de la peau.
Les yeux sont sans paupières.
Sa peau est très sensible car sans écailles, elle est mince, souple, et glissante.
Son corps longiligne est pourvu de quatre petites pattes portant des doigts (quatre à l'avant et cinq à l'arrière).
Ces dernières ne sont pas assez fortes pour supporter son propre poids hors de l'eau. Elle lui servent cependant à se déplacer sur le fond.
Le corps est terminé par une queue arborant un voile partant de derrière sa tête et allant jusqu'au bout de sa queue. C'est ce moteur/gouvernail qui va lui servir à se propulser et à se diriger.

On distingue trois morphes principales :
albinos : yeux rouge, peau blanche parfois doré;
leucitisme : yeux bleu noir, corps blanc;
sauvage : gris, noir, brun parfois bleuté.

La forme albinos (absence totale de mélanine) n'existe qu'en captivité. Variété domestique, elle est couramment utilisée dans les laboratoires et les magasins animaliers.
Elle fut créée par un laboratoire américain dans les années 1950 grâce au croisement avec une salamandre tigre albinos.

l fait partie des animaux ayant la capacité de passer toute leur vie à l'état larvaire sans jamais se métamorphoser en salamandre adulte (on parle de néoténie*), et donc de se reproduire à l'état larvaire (pédogenèse).

Attention ! : La métamorphose spontanée est rare chez l'Axolotl, car il en est normalement incapable. Un Axolotl métamorphosé, terrestre donc, requiert des soins différents par rapport à l'Axolotl aquatique : il faudra entre autres lui offrir un terrarium humide. Plus de détails dans l'article

*La néoténie correspond à la conservation de caractéristiques juvéniles chez l'adulte et, dans le cas de l'Axolotl, au fait qu'il atteigne la maturité sexuelle sans avoir à se métamorphoser. En d'autres termes, l'Axolotl peut se reproduire à l'état larvaire. Notons au passage que d'autres espèces présentent également cette caractéristique : c'est le cas de la salamandre Tigre, entre autres.
La néoténie a une cause génétique : la déficience d'une hormone thyroïdienne.

Il fallut attendre le milieu du XIXe siècle et les observations du naturaliste parisien Duméril pour découvrir que, dans certaines conditions, l’axolotl pouvait abandonner son allure larvaire et se métamorphoser en une salamandre déjà connue, l’ambystome.
Pendant longtemps, on l'a confondu avec Ambystoma tigrinum (ou salamandre tigrée) dont on pensait qu'il s'agissait de la forme adulte.
La salamandre tigrée n'est qu'occasionnellement néoténique, alors que l'axolotl l'est généralement dans la nature.
 
Régime Alimentaire
Son alimentation est composée de petits poissons, d'alevins, de larves d'insectes, de têtards, de vers, de crevettes et d'autres petits crustacés d'eau douce.

Il conviendra de se procurer des proies fraiches pour l’alimentation de ces animaux (vers, insectes), mais il acceptera occasionnellement la nourriture sèche.

Attention ! : Tout aliment provenant de l'eau salée est à bannir, tout comme les aliments contenant de l'iode car il semble que l'iode lui soit toxique.
(Cette information demande confirmation car non sourcée)
Dimorphisme
Les femelles sont généralement plus rondes que les mâles.

Le dimorphisme sexuel de l'Axolotl est relativement aisé sur les individu adultes. Un cloaque long et boursouflé, c'est un mâle. Petit et plus pointu, c'est une femelle.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
1 minimum (2 recommandé)
Zone
Inférieure
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        10      15              19      22
pH
         7      7,5            8,5      9
GH
         10       15              20       30
Brassage
Aquarium
Volume
200 l minimum (500 l recommandé)
Vivant à l'origine dans les lacs Xochimilco et Chalco du centre du Mexique se trouvant à 2 000 mètres d'altitude, ils habitent aussi dans des "axalapascos", des cratères volcaniques remplis d'eau, généralement dénommés maar.
Les eaux de ces lacs ont une température avoisinant au maximum les 20°C. En hiver, celle-ci chute entre 6 et 7°C, ou peut-être même moins.
L'idéal sera de maintenir cet amphibien dans une pièce calme et fraiche.

Le substrat idéal doit être composé de sable très fin. Les axolotls sont en effet des animaux vivant sur le fonds, et ingérant souvent le sable. Ils ne faut pas qu’ils puissent se blesser.
De même, on évitera les obstacles coupants (roches aux arêtes vives) dans le bac : les axolotls sont assez indolents, mais ils piquent parfois des sprints à travers leur bac. Ils peuvent alors se blesser.

Les axolotls sont de gros mangeurs, et produisent de grosses quantités de déchets. La filtration devra être très efficace car ils ont besoin d’une eau propre. Cependant, les axolotls sont des animaux d’eau stagnante, qui n’aiment pas le brassage.
La solution peut consister en une filtration modérée complétée par d’importants changements d’eau (25 à 50% par semaine).

Il est préférable de maintenir les axolotls dans un aquarium très planté. Les plantes participent au maintien d’une eau de bonne qualité, ce qui est essentiel.

On peut faire cohabiter les axolotl avec des petits poissons comme les guppy, ou les platty, en sachant qu'ils lui serviront de temps en temps de repas.

Un bac ouvert permettant un refroidissement substantiel en été sera un bon choix.
L’été, on peut d'ailleurs placer ses axolotls seuls dans un bassin de jardin ou un poubellarium.
Le bassin devra avoir un volume suffisant pour éviter de grosses variations de température. Il faut aussi que s’y trouvent les petits animaux sauvages (larves de moustiques, daphnies, …) qui nourriront les axolotls.

Attention ! : Même si ce petit animal est "mignon", la fragilité de sa peau l'indispose aux contacts avec l'Homme. Il est donc déconseillé de le manipuler. De plus, cette action risque fort de le stresser.
Si on doit impérativement le faire, on se mouillera les mains ou portera des gants chirurgicaux.

L'axolotl est un amphibien d'un naturel inquiet qui adopte parfois un "mode fantôme" impressionnant.

"Lors de moments de calme total ou après un stress important, quand la tension redescend, les axolotls peuvent devenir totalement pâles, et je vous garantis que c'est vraiment impressionnant.
Juste après les avoir installés dans leur bac, ils se sont caché dans les tuyaux prévus pour ça...lors de l'introduction, ils étaient normaux, les branchies rosâtres. Le soir même, j'en vois un la tête sortie, et là le choc : il était d'un blanc uniforme, y compris les branchies, immobile...je me suis dit "Super, il est mort, qu'est-ce que j'ai encore merdé ?" Je l'observe pendant de looooongues minutes et les branchies finissent par avoir un très léger mouvement, presque imperceptible.... On m'explique sur internet que c'est normal, ça s'appelle "le mode fantôme" (c'est classe, quand même...) Lorsque que les axos se calment après un stress important, lorsque ils sont au calme dans une eau saturée d'oxygène, ou par grand froid, ils font ça, et que je ne dois m'inquiéter que si ils sont toujours ainsi le lendemain. OK....Le lendemain, je vais voir leur bac, la mort dans l'âme (je suis très optimiste comme garçon) et qu'est-ce que je vois ? Un crocodile ! Non, je rigole, c'est pour voir ceux qui suivent...Que vois-je donc ? Deux magnifiques axolotls, leurs belles branchies roses déployées, en train d'explorer leur bac...Et la première fois que je les ai nourris avec des vers de terre, leurs branchies sont devenues rouge foncé, avant de pâlir petit à petit les heures suivants....
Voilà, sur le coup ça fait peur, mais au final tout allait bien...
Je les trouve encore comme ça de temps en temps quand ils sont en pleine digestion, ou les jours de grand froid." (com. pers. B.M., 2024)

Disponibilité commerciale : Commun

Aucun des axolotls vendus actuellement dans le commerce n'est, en principe, capturé dans le milieu naturel, cette pratique étant interdite.
La plupart descendent de spécimens utilisés pour la recherche, même ceux disponibles dans les animaleries.

Il y avait un commerce illégal local d'animaux capturés dans la nature pour la consommation humaine, des usages médicinaux et des animaux de compagnie. Cependant, la population est désormais si petite que tout commerce national concernera probablement des individus appartenant à des espèces apparentées ou des individus élevés en captivité (A. Calzada, V. Jiménez et G. Para-Olea, comm. pers. octobre 2019).
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
15 à 18 °C
pH
7,5 à 8,5
GH
15 à 20 °GH
l fait partie des animaux ayant la capacité de passer toute leur vie à l'état larvaire sans jamais se métamorphoser en salamandre adulte (on parle de néoténie), et donc de se reproduire à l'état larvaire (pédogenèse).

On pense qu'il atteint sa maturité vers 1,5 an et que la durée d'une génération est estimée à environ 5,5 ans.

Ils sont plutôt faciles d'entretien, se reproduisent aisément pour des salamandres, et pondent des œufs en quantité (plusieurs centaines).

Les Axolotls peuvent atteindre la maturité sexuelle n'importe quand entre cinq mois et plusieurs années, en fonction de la fréquence et de la qualité des aliments, ainsi que de la température et des conditions de l'eau douce dans lesquelles les animaux sont conservés.

Dans la nature, les axolotls se reproduisent entre mars et juin.
il est possible de stimuler le frai en faisant un apport d’eau froide, cependant, une hibernation à une température plus basse ne semble pas obligatoire.

La femelle peut pondre entre 100 et 1 500 œufs, la moyenne étant aux alentours de 300 œufs. L'éclosion a lieu environ quatorze jours après la ponte.
Les larves d'axolotl sont cannibales dès leur éclosion et doivent être séparées par fratrie.
Elles ont besoin d’une eau très oxygénée et de beaucoup de nourriture.
On peut ensemencer le bac d'accueil avec de l’eau d’une mare, mais ce n’est pas indispensable. Un bac "mûre" avec une micro-faune développée est idéal.
Les têtards à peine éclos sont placés dans ce bac, et y trouvent naturellement leur nourriture.

A partir de deux centimètres, les têtards peuvent être nourris avec de la nourriture vivante plus grosse (daphnies, artémias, cyclopes, daphnies...), voire avec de la nourriture congelée finement hachée.
Commentaires
Etymologie : Ambystoma, du grec amblys "émoussé" et stoma "bouche" et mexicanum "mexicain".

Axolotl est un mot d'origine aztèque. En nahuatl (langue aztèque), le mot signifie littéralement "Xolotl d'eau": (atl = eau, et Xolotl = Dieu à tête de chien qui n'accepte pas, et qui tente par tous les moyens de lui échapper, grâce à ses pouvoirs de transformation... mais pour d'autres, ce mot signifie littéralement "monstre d'eau" de atl = eau et de xolo = monstre.

Utilisation traditionnelle, scientifique et/ou commerciale :
Les Axolotls sont utilisés dans le domaine de la recherche scientifique en raison de leur impressionnante faculté à régénérer les parties endommagées de leur corps (patte, queue, yeux, etc.).
Références
GBIF, IUCN
- Biologie du développement de l'Axolotl . Presses universitaires d'Oxford, New York. (1989)
- Brandon, R..A "Hybridation entre les salamandres mexicaines Ambystoma dumerilii et Ambystoma mexicanum dans des conditions de laboratoire". Herpétologique : 199-207 (1972)
- Brandon, R.A. "Histoire naturelle de l'axolotl et ses relations avec d'autres salamandres ambystomatiques". in Armstrong, JB et Malacinski, GM (éd.), Development Biology of the Axolotl. , p. 12-21. Presses universitaires d'Oxford, New York. (1989)
- Contreras, V., Martínez-Meyer, E., Valiente, E. et Zambrano, L. 2009. Déclin récent et répartition potentielle dans la dernière zone restante de l'axolotl mexicain microendémique ( Ambystoma mexicanum ). Conservation biologique 142(12) : 2881-2885.
- García-Feria, LM, Brousset Hernández-Jauregui, DM, Vallejo Bravo, D., Cervantes Olivares, RA 2017. Le commerce des anfibios et la présence de Batrachochytrium dendrobatidis dans la vie libre : dispersion dans un cercle vicioso ? Biologie néotropicale et conservation 12(1) : 30-36.
- Graue, V. 1998. Estudio genético y demográfico de la población del anfibio Ambystoma mexicanum (Caudata : Ambystomatidae) del lago Xochimilco . Thèse non publiée, Instituto de Ciencias del Mar y Limnologica, Universidad Nacional Autónoma de México, Mexico.
- Griffiths, HI et Thomas, DH 1988. Quel est le statut de l'axolotl mexicain ? Bulletin de la Société herpétologique britannique : 3-5.
- Griffiths, RA, Graue, V. et Bride, IG 2003. Les axolotls du lac Xochimilco : l'évolution d'un programme de conservation. Actualités Axolotl : 12-18.
- Griffiths, RA, Graue, V., Bride, IG et McKay, JE 2004. Conservation de l'axolotl ( Ambystoma mexicanum ) au lac Xochimilco, Mexique. Bulletin herpétologique : 4-11.
- Groupe de spécialistes des amphibiens de la SSC de l'UICN. "Ambystoma mexicanum". Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2020
- Highton, R. 2000. Détection d'espèces cryptiques à l'aide de données allozymiques. Dans : RC Bruce, RG Jaeger et LD Houck (éd.), The Biology of Plethodontid Salamanders , pp. 215-241. Kluwer Academic / Plenum Publishers, New York.
- Jones, C. 2002. Modèle de qualité de l'eau pour la réintroduction de l'axolotl ( Ambystoma mexicanum ) dans les canaux de Xochimilco, Mexico . Thèses de premier cycle non publiées, Université Trent, Peterborough, Canada.
- McKay, JE 2003. Une évaluation de l'élevage en captivité et de l'utilisation durable de l'axolotl mexicain ( Ambystoma mexicanum ) . Thèse de maîtrise non publiée, Université du Kent, Canterbury, Royaume-Uni
- Recuero, E., Cruzado-Cortés, J., Parra-Olea, G. et KR, Zamudio. 2010. Habitats aquatiques urbains et conservation des espèces hautement menacées : le cas d' Ambystoma mexicanum (Caudata, Ambystomatidae). Annales Zoologici Fennici 47(4): 223-238.
- Shaffer, H.B. 1984. Evolution dans une lignée pédomorphe. I. Une analyse électrophorétique des salamandres ambystomatides mexicaines. Évolution 38 : 1194-1206.
- Shaffer, H.B. 1984. Evolution dans une lignée pédomorphe. II. Allométrie et forme chez les salamandres ambystomatides mexicaines. Évolution 38 : 1207-1218.
- Shaffer, H.B. 1989. Histoire naturelle et écologie des axolotls mexicains. Actualités Axolotl : 5-11.
- Shaffer, H.B. 1993. Phylogénétique des organismes modèles : l'axolotl de laboratoire, Ambystoma mexicanum . Biologie systématique : 508-522.
- Shaffer, H;B. et Lauder, GV 1985. Modèles de variation chez les salamandres ambystomatides aquatiques : cinématique du mécanisme d'alimentation. Évolution : 83-92.
- Smith, H.B. 1989. Découverte de l'axolotl et de ses débuts dans la recherche biologique. Dans : Armstrong, JB et Malacinski, GM (éd.), Developmental Biology of the Axolotl , pp. 3-12. Presses universitaires d'Oxford, New York.
- Smith, H.B. 1989. L'axolotl dans son habitat naturel. Actualités Axolotl : 12-17.
- Vergara, G. 1990. Contribution à l'étude histologique de l'appareil reproducteur masculin de l'anfibio urodelo Ambystoma mexicanum. Thèse non publiée, Facultad de Ciencias, Universidad Nacional Autónoma de México, Mexico.
- Zambrano, L. 2006. L'Axolotl mexicain ( Ambystoma mexicanum ) .
- Zambrano, L., Contreras, V., Mazari-Hiriart, M. et Zarco-Arista, AE 2009. Hétérogénéité spatiale de la qualité de l'eau dans un écosystème d'eau douce tropicale hautement dégradé. Gestion environnementale 43 : 249-263.
- Zambrano, L., Reynoso, VH et Herrera, G. 2004. Abundancia y estructura poblacional del axolotl ( Ambystoma mexicanum ) dans les systèmes dulceacuícolas de Xochimilco et Chalco . Rapport non publié, Instituto de Biología, Universidad Nacional Autónoma de México. Base de données projet SNIB-Conabio AS004., Mexico.
- Zambrano, L., Vega, E., Herrera, LG, Prado, E. et Reynoso, VH 2007. Un modèle de matrice de population et une analyse de viabilité de la population pour prédire le sort des espèces menacées dans des systèmes aquatiques hautement gérés. Conservation des animaux 10 : 297-303.

Communication personelle : B.M
Photographies : G.P., B. M.

Pour citer cette fiche :"Ambystoma mexicanum, Shaw & Nodder, 1798" B-Aqua / GP, BM (2024)