Descripteur : J.Graham, 1804
Famille : Lentibulariaceae

Synonymes
Utricularia acuta Benj.
Utricularia caerulea var. conferta (R. Wight) C. B. Cl.
Utricularia caerulea var. graminifolia (Vahl) Bhattacharyya
Utricularia conferta R. Wight
Utricularia equiseticaulis Blatter & McCann
Utricularia parviflora Buchanan ex J.E. Smith
Utricularia pedicellata R. Wight
Utricularia subrecta Lace
Utricularia uliginoides R. Wight
Vesiculina graminifolia (Vahl) Raf.
Noms Communs
Utriculaire à feuilles de graminée

OthersGrass Leaved Bladderwort
Genre : Utricularia
Utricularia aurea (Loureiro, 1790)
Utricularia gibba (Linnæus, 1753)
Utricularia graminifolia (J.Graham, 1804)
Utricularia minor (Linnæus, 1753)
Utricularia vulgaris (Linnæus, 1753)
Utricularia graminifolia   
Utriculaire à feuilles de graminée
Origines géographiques
Aire d'origine :
Asie
Pays :
Birmanie, Chine, Inde, Laos, Myanmar, Sri Lanka, Thaïlande, Viêt Nam.
L'espèce se trouve du sud de la Chine jusqu'en Inde. En Chine, il a été enregistré dans le Yunnan, le Fujian et le Guangdong. En Inde, on le trouve dans les parties septentrionales des Ghâts occidentaux du Maharashtra, du Karnataka et de Goa.
Environnement
Eau :
Terre, Douce
Dans la nature, Utricularia graminifolia, plante insectivore, vit dans des endroits pauvres en nutriments, d’où la nécessité d’attraper des petits insectes et les digérer.
L'espèce pousse sur des roches humides, des rochers recouverts de sol et des pentes herbeuses. Elle pousse en effet, sur les zones rocheuses nues primaires ou secondaires des collines des Ghâts occidentaux. Elle domine les affleurements rocheux de basalte et de latérite et forme une végétation à affleurement éphémère. D'autres habitats communs sont les marais, les marécages, les sources, les rives des ruisseaux et des fleuves de 100 à 2100 m. d'altitude.
Partout, elle se rencontre, sous forme émergée et immergée. Préférant, dans la nature, un habitat plutôt ombragé, elle ne croît que rarement en plein soleil dans une eau très douce.
Liste Rouge UICN : 
LC
 
Description
Type :
Plante
Croissance :
Moyenne
Taille :
2 à 10 cm
Utricularia graminifolia appartient à la famille des utriculaires, qui sont toutes des plantes aquatiques vivaces et insectivores. Cette famille se caractérise notamment par les outres uniques que portent les plantes et qui se forment sur la plante.
Petites et fines, les feuilles herbacées forment une structure imbriquée dense de feuilles vert clair, qui recouvrent généralement les outres formées non seulement sur les rhizomes mais aussi sur la nervure médiane sous les feuilles.
Ces petites outres, d'environ 2 mm, servent de pièges pour capturer les petits animaux cherchant refuge sous la plante. Ceux-ci sont consommés par des enzymes à l'intérieur des outres. La plante peut ensuite absorber les nutriments vitaux libérés par les tissus des animaux. Utricularia graminifolia pousse souvent dans des endroits pauvres en substances nutritives. Il est donc très utile pour elle de pouvoir se procurer de l'azote et du phosphore en attrapant ses proies dans l'eau.

Procédé de capture des proies :
L'utriculaire a besoin de lumière pour la photosynthèse, mais elle va aussi capturer du zooplancton (daphnies, rotifères, larves diverses…)
Le système de capture des proies se fait au niveau de "petits sacs" appelés utricules.
Ce sac, aplati, de forme plutôt ovoïde, présente des petits poils devant un clapet d'entrée. On distingue deux poils plus longs, comme des antennes, en forme de branchages, qui auraient un rôle attractif : la future proie s'approche, pensant se réfugier, ou se poser sur des algues… C'est alors que les autres petits cils jouent leur rôle : dès qu'ils détectent un mouvement à proximité, ils déclenchent l'ouverture du clapet de l'utricule. A ce moment, les deux parois s'écartent, en créant un phénomène d'aspiration d'eau, et de la proie. Le clapet se referme aussitôt (on parle d'1/30e à 1/500e de seconde), emprisonnant l'imprudente. Cela s'appelle : piège actif à succion.
L'utricule mettra une demi-heure à deux heures, pour évacuer l'eau, au travers de ses parois, par phénomène d'osmose. Ensuite, ce sont les enzymes digestives, produites par les parois intérieures, qui feront leur travail, en favorisant l'assimilation de l'azote du zooplancton, nécessaire à la survie et croissance de la plante.
On peut observer une variation de coloration des utricules, sur le même rameau de la plante : plus on s'éloigne du bourgeon végétatif, plus la belle coloration verte, rosée, rouge, va s'assombrir et noircir. Cela est dû à l'accumulation des résidus des proies, non digérés, dans les utricules.

Vivaces, parfois annuelles, terrestres.
Rhizoïdes et stolons capillaires, ramifiés, jusqu'à 2,5 mm de long, et 0,3 mm d'épaisseur, nombreuses, glandulaires, se rétrécissant vers l'apex, rameaux jusqu'à 2,5 mm de long, papilleux; stolons atteignant 10 cm de long, abondamment ramifiés, glanduleux. Pièges sur les rhizoïdes, les stolons et les feuilles, pétiolés, globuleux, 0,5 à 1,3 mm de diamètre, subglobuleux, légèrement comprimés, subdimorphes, bouche basale, deux appendices, dorsaux, simples, subulés, nombreux sur les organes végétatifs.
Feuilles nombreuses, à partir de nœuds de stolons, glabres; limbe foliaire linéaire à étroitement obovale, 0,4 à 2 cm × 0,8 à 3 mm, membraneux, à trois nervures ramifiées, base atténuée sur le pétiole, bord entier, apex arrondi à subaigu.
Inflorescences érigées, 2,5 à 30 cm, portant de une à neuf fleurs, glabres, 1 à 1,5 mm d'épaisseur, dressés, rarement ramifiés. Pédoncule cylindrique, 0,4 à 1 mm d'épaisseur. Écailles de quelques à plusieurs, semblables aux bractées. Bractées basifixées, ovales, 2 à 2,5 mm, apex acuminé. Pédicelle ascendant, 3 à 13 mm, filiforme, étroitement ailé. Bractéoles basifixées, subulées, légèrement plus courtes que les bractées. Bractées et bractéoles stériles rarement observées chez les fertiles.
Fleurs de 7 à 12 mm de long; pédicelles atteignant 11 mm de long, dressés, légèrement ailés.
Lobes du calice ovales, de 3,5 à 6 mm. Lobes supérieurs de 3 à 6 x 2 à 3,5 mm, acuminés ou rarement caudés à l'apex et inférieur 2,5 à 5,8 x 1,5 à 3 mm, 2 à 4 dents à l'apex
lobe inférieur légèrement plus petit que le lobe supérieur, apex brièvement denté. Apex du lobe supérieur aigu à acuminé. Corolle mauve à violette, 0,7 à 1,3 cm. Lèvre inférieure suborbiculaire, base à gonflement bien visible, apex arrondi. Éperon subulé, plus ou moins aussi long que la lèvre inférieure de la corolle et largement divergeant, droit ou légèrement incurvé. Bouche à bord cilié élevé. Lèvre supérieure oblongue, apex arrondi. Filaments 1,5 mm, droit. Anthère thèque distincte. Ovaire ovoïde; style évident; stigmatisation des lèvres inférieures et supérieures semi-circulaires. Capsule ellipsoïde, de 2 à 3 mm, légèrement comprimée dorsiventralement, déhiscente par une fente ventrale longitudinale. Graine ovoïde à ellipsoïde, 0,3 à 0,4 mm; tégument à réticulations allongées proéminentes. Floraison de Mai à décembre, fructification de Juin à janvier en milieu naturel.
Dispo vente :
Disponible
Utricularia graminifolia est disponible issue de culture "in vitro"
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :
15 à 35°C
pH :
5 à 7
GH :
4 à 20
Compatible DSM :
Oui
Eclairage :
Très fort
Brassage :
Faible
C'est une plante essentiellement terrestre, poussant hors de l'eau ou à demi submergée, mais qui s'accommode très bien de la culture immergée.
Il est difficile néanmoins de repiquer les touffes d'Utricularia graminifolia, sous l'eau sans utiliser une grande pincette. Le mieux est de le faire à sec, dans un substrat assez riche. Il est possible d'utiliser des épingles de plantation prévues à cet effet.

Le repiquage peut être critique et la plante peut s'avérer extrêmement sensible au changement de milieu et sera alors lente à repartir.
Au repiquage, il est donc recommandé de ne pas exposer la plante en pleine lumière. Vous pourrez augmenter progressivement la luminosité lorsque la plante a pris pied après six à huit semaines.
À ce moment, les petites touffes devraient former un tapis continu à l'image d'un gazon, et c'est seulement à ce moment qu'il sera sans danger d'y introduire des poissons turbulents.
Un apport d'engrais liquide est alors conseillé pour prévenir les carences en fer et en manganèse.
Utricularia graminifolia semble mieux prospérer en eau douce et légèrement acide, bien que les plantes cultivées à des fins commerciales soient beaucoup moins exigeantes que les plantes sauvages.
L'apport de CO2 n'est pas nécessaire, mais stimule toutefois, vivement la croissance.

Peu de temps après son repiquage dans l'aquarium, l'Utriculaire à feuille de graminée forme les petites outres ressemblant à des gouttes, propre à cette famille.
Dans la nature Utricularia graminifolia, utilise ces petites outres pour capturer de minuscules insectes dont elle se nourrira.
En aquarium, il n'est nullement besoin de lui fournir ce type de nourriture. Il n'est cependant pas impossible qu'elle se nourrisse occasionnellement de zoés (larves de crustacés) de moins d'un millimètre.
En revanche, elle est appréciée des escargots et leur présence devra être évitée.
Plantation et multiplication :
L'U. graminifolia se propage en aquarium de façon végétative asexuée, par production de rejets autour des pieds-mères. La multiplication se fait en coupant les rejets ainsi obtenus, munis de radicelles, et en les plantant dans un substrat riche ou en les fixant sur une branche ou une roche.

En culture terrestre, U. graminifolia produit de nombreuses petites fleurs blanches à mauves qui produiront des graines.
Commentaires
Son nom de famille Utricularia, "petite outre", lui vient des petites vésicules qu'elle porte, et graminifolia, "à feuilles de graminée".
Sources
GBIF, IUCN,
India biodiversity portal
Flora of Tamil Nadu, VOL. II, 1987; Matthew 1983
Flora of China
- Adamec L. "The smallest but fastest: Ecophysiological characteristics of traps of aquatic carnivorous Utricularia". in Plant Signal Behav. (2011)