Hydra vulgaris
Descripteur : Pallas (1766)
Famille : Hydridae

Synonymes :
Hydra attenuata Pallas (1766)
Hydra magnipapillata Ito (1947)
Noms Communs :
Hydre commune

Common hydra (en)
Genre : Hydra
Hydra viridissima (Pallas (1766))
Hydra vulgaris (Pallas (1766))
Hydra oligactis (Pallas (1766))
Hydra vulgaris   
Hydre commune
Origines géographiques
Aire d'origine :
Monde
Pays :
cosmopolite
Le groupe Hydra vulgaris comprend de nombreuses espèces et sous-espèces qu’il est difficile de distinguer et qui sont présentes sur tous les continents.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
Température :
0 à 30 °C
L’hydre vit dans les eaux pures et bien oxygénées de mares, d’étangs et aussi de sources.
Malgré sa grande diffusion l’hydre est très difficile à observer dans la nature en raison du fait qu’elle s’accroche en général à la végétation aquatique.
Ses petites dimensions et le fait que, quand elle est dérangée, elle se contracte et réduit encore plus sa taille font qu’il est très difficile de la repérer.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
NE : Non évaluée
Description
Taille :
: 1 à 3 cm SL
Les hydres sont des polypes attachés au substrat par un pied terminé par un disque adhésif.
Leur corps est en forme de sac avec une bouche entourée d'un unique anneau de tentacules.
Ces tentacules possèdent des cnidoblastes qui leurs permettent de paralyser leurs proies .
Les hydres sont uniquement présentes en eau douce avec plus d'une trentaine d'espèces.

Hydra vulgaris, est un polype d'eau douce, d'une longueur de 10 mm à 30 mm et d'une largeur d'environ 1 mm.
L'hydre a de quatre à douze tentacules qui dépassent de l'extérieur de la bouche.
Elles se nourrissent en allongeant leurs tentacules et en attendant que la nourriture touche les tentacules. Elles apportent ensuite la nourriture à leur bouche, ingèrent et digèrent l'organisme.
L'ingestion et l'égestion se produisent par la bouche.
Comme les autres hydres, Hydra vulgaris s'accroche à un objet de base avec un coussin "pied", en forme de disque. L'Hydra se déplace en libérant sa prise sur sa base et est emportée par le courant.
H. vulgaris peut également se déplacer en se penchant, en saisissant une surface avec ses tentacules, en libérant son emprise avec son «pied» et en se retournant.
 
Alimentation : 
Carnivore
L’hydre est un prédateur performant qui se nourrit surtout de paramécies et de petits crustacés comme Daphnia ou Cyclops. En captivité on peut l’alimenter facilement avec des nauplies d’Artemia salina.
Les tentacules de l'hydre équipés de cnidoblastes qui permettent l'immobilisation et la capture de petites proies.
 
Maintenance

 Si les hydres apparaissent spontanément dans nos aquariums lors de transfert de plantes ou de bois flotté, elles sont la plupart du temps considérées comme indésirables.


Il existe trois méthodes pour se débarrasser des hydres en aquariums sans utilisation de produit chimique.
1- Monter la température de l'eau à 36° pendant 6H
2- Saler l'eau à 0,4% pendant une semaine, mais les plantes n'apprécient pas.
3- introduire des poissons prédateurs comme Trichogaster Trichopterus ou un Macropodus opercularis ou un escargot, l'Asolene pixi, redoutable contre les hydres et les pontes d'escargots tels que les physes et les planorbes.
Il faut évidemment que les conditions de maintenance du bac le permettent.

Et une plus musclée, sous la forme d'un vermifuge pour chat et chien, le Dolthène à base d'Oxfendazole,.
Il est inoffensif pour les poissons, les oeufs, les alevins, les crevettes adultes mais qui peut tuer certains escargots et zoés.
Le traitement se fait sur trois jours à raison de 1ml de Dolthène pour 50L d'eau chaque jour, suivi d'un changement d'eau de 50%.
 
Dispo vente :
Non disponible
Reproduction
Processus de reproduction :
Cette espèce peut se reproduire de trois manières différentes.

Reproduction sexuée
Lorsque l'hydre se reproduit sexuellement, de simples testicules, ovaires ou les deux se développent sur le corps d'un individu. Le sperme libéré dans l'environnement par les testicules pénètre dans l'ovule dans l'ovaire. L'œuf forme un exosquelette chitineux et attend des conditions favorables avant l'émergence de l'organisme.

Bourgeonnement
Le bourgeonnement se produit lorsque les conditions sont favorables. Une bonne température de l'eau et suffisamment de nourriture en sont les principaux facteurs.
Une hydre adulte miniature se développera hors du corps de l'hydre parent. Une fois complètement développé, elle se séparera du parent.
Les hydres utilisent préférentiellement ce type de reproduction.

Par régénération.
La troisième méthode de reproduction est plus un mécanisme de survie qu'un mécanisme de reproduction. Lorsqu'une hydre est coupée en segments, chaque segment, s'il est suffisamment grand, se transforme en une hydre individuelle dimensionnée par rapport à la taille du segment.
Cela se produit chez d'autres animaux comme l'étoile de mer.
Commentaires
Étymologie : Hydra du latin [hydra] = hydre de Lerne, un monstre fabuleux qui avait un corps de chien et de nombreuses têtes de serpent et qui fut tué par Hercule. On lui a donné ce nom, du fait de sa faculté de régénération, les sept têtes de l'hydre de Lerne repoussaient au fur et à mesure qu'Hercule les tranchait.
Et vulgaris, commune.
Sources
ITIS, GBIF,
- Schuchert, P. "Hydra vulgaris Pallas, 1766" in World Register of Marine Species. (2011)
- Giorgio Venturini in Monaco Nature Encyclopedia