Carinotetraodon irrubesco
Tétrodon nain à queue rouge
Le sympathique Tétrodon nain à queue rouge, bien que fréquent dans nos aquariums, n'y a pas la place qu'il mérite. Menacé par la surexploitation due au commerce des poissons d'ornement on ne devra l'accueillir que si on est en mesure de l'élever.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Carinotetraodon irrubesco
Taxinomie
Descripteur : Tan, 1999
Classe: Actinopterygii
Ordre: Tetraodontiformes
Famille:  Tetraodontidae
Genre:  Carinotetraodon
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Tétrodon nain à queue rouge
Poisson-globe nain à queue rouge
Red-tail dwarf puffer (en)
Membres du genre Carinotetraodon
Carinotetraodon lorteti (Tirant, 1885)
Carinotetraodon travancoricus (Hora & Nair, 1941)
Carinotetraodon imitator (Britz & Kottelat, 1999)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Indonésie
La localité type de Carinotetraodon irrubesco est indiquée comme étant "Banjuasin basin, Sumatra Selatan, Sumatra, Indonesia". L'aire de répartition semble se limiter à l'Indonésie avec des populations connues dans le bassin inférieur de la rivière Banjuasin dans la province de Sumatra Sud (Sumatera Selatan), et dans le bassin de la rivière Sambas dans la province de Kalimantan Ouest (Kalimantan Barat) sur Bornéo.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
pH
6
Carinotetraodon irrubesco, a été collecté exclusivement dans la végétation riveraine submergée d'origine terrestre, et dans l'habitat de la rivière Samba, l'eau y est d'un brun trouble avec un pH d'environ 6,0.

Dans sa description de l'espèce, Tan indique qu'il vivait en compagnie Rasbora tornieri, Rasbora bankanensis, Doryichthys deokhatoides, Brachygobius doriae et une espèce non identifiée de Dermogenys.
Bien qu'encore assez courant dans la nature, Carinotetraodon irrubesco est menacé par une possible surexploitation dans le cadre du commerce des poissons d'ornement. Les menaces comprennent celles qui pèsent sur l'habitat de cette espèce et sa dégradation, causée par la déforestation pour l'agriculture, la construction de barrages, les plantations d'huile de palme et les exploitations forestières illégales, l'industrialisation ou l'urbanisation à grande échelle, ce qui entraîne pollution, surcharge en matières organiques et sédimentation.
Description
Taille
: 4 à 5 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
2 à 4 ans
Régime
Omnivore
Carinotetraodon irrubesco est un poisson dont les mâles matures ont des nageoires dorsale et caudale rouge. La femelle est plus arrondie, rebondie, et ne propose pas des couleurs aussi flamboyantes.
La taille standard du poisson est de 3,5 à 4,5  cm, mais les femelles dépassent rarement 3,5  cm.
Les yeux sont nettement bombés au-dessus de la surface nucale de la tête.

Carinotetraodon irrubesco est similaire à C. borneensis et C. lorteti mais peut être distingué par les mâles possédant une nageoire caudale rouge (vs. bleuâtre à grisâtre avec des bandes distales noires et blanches chez C. lorteti ) et dépourvue (vs. possédant) une tache noire à la base de la nageoire dorsale.

Les poissons-globe sont appelés ainsi car ils ont la capacité de gonfler leur estomac élastique avec de l'eau ou de l'air. C'est généralement une réponse à une sorte de menace, bien que dans l'aquarium de nombreux spécimens semblent se gonfler sans raison apparente. Le poisson devient deux ou trois fois sa taille normale, suffisamment gros pour effrayer de nombreux prédateurs potentiels ou difficile à avaler.
Ce phénomène est réalisé en aspirant de l'eau dans un diverticule ventral spécialisé de l'estomac, bien que l'air puisse également être utilisé si le poisson est retiré de l'eau.

À la suite de ces adaptations morphologiques, les puffers nagent via une combinaison unique d'ondulations des nageoires pectorales et médianes appelées nage "diodontiforme".
Ils sont également capables de produire des sons en grinçant les dents de la mâchoire/du pharynx ou en faisant vibrer la vessie natatoire.

Les Tetraodon sont également l'un des rares poissons qui peuvent réellement cligner des yeux ou fermer les yeux.

D'autres caractères déterminants des tétraodontidés comprennent une peau dure généralement recouverte de petites épines, une plaque dentaire en forme de bec divisée par une suture médiane, une ouverture branchiale réduite en avant de la base de la nageoire pectorale, pas de nageoires pelviennes ou de rayons de nageoires épineuses, généralement courts. nageoires dorsale et anale basées, et pas de côtes.

Note : Cette espèce fait partie d'un groupe souvent appelé «poisson-globes aux yeux rouges», qui contient actuellement quatre espèces reconnues réparties en Indochine et dans les îles de la Sonde. Il peut être distingué de C. borneensis , C. lorteti et C. salivator, les autres membres de ce groupe, par la combinaison suivante de caractères : 10-12 rayons de la nageoire dorsale ; 15-16 rayons de la nageoire pectorale ; 9-10 rayons de la nageoire anale ; 11 rayons de la nageoire caudale ; yeux exorbités nettement au-dessus de la tête ; chez les mâles, nageoire dorsale rougeâtre, tache noire sur la base de la nageoire dorsale absente, base de la nageoire pectorale hyaline, nageoire anale rougeâtre avec un léger bord noir, nageoire caudale rougeâtre, gorge non marquée, pas de barres sur le corps ; chez les femelles surface ventrale avec bandes noires interrompues, 5-7 barres sur la nageoire caudale.
De plus, Carinotetraodon se distingue des autres genres de la famille des Tetraodontidae par la présence de carènes dorsales et ventrales distinctives chez les mâles, ainsi que par un dimorphisme sexuel distinct en termes de morphologie et de couleur.
 
Régime Alimentaire
Molluscivore, les Tetraodon nains consomment de petits escargots, des crustacés... Ils seront donc faciles à nourrir si vous avez des escargots et crevettes à disposition.
En dernier recours, ils accepteront néanmoins la nourriture congelée de qualité, mais rarement la nourriture lyophilisée.

Attention ! : Les tétraodontides n'ont pas de vraies dents, l'os de la mâchoire étant modifié en quatre structures soudées ressemblant à des dents. Celles-ci grandissent continuellement à un rythme surprenant, il faut donc proposer des repas réguliers d'invertébrés à coquille tels que des escargots, des petites pattes de crabe, des coques,... afin de les maintenir à une longueur raisonnable. Certaines données suggèrent que les aufwuchs constituent une part importante du régime alimentaire naturel. Il peut donc être intéressant de permettre, voire d'encourager, la croissance des algues sur les éléments durs du décor.

Les aliments supplémentaires peuvent inclure des crustacés hachés, de petits vers de terre et des larves de chironomes (vers de sang) vivantes ou congelées, des artémias,... Les produits secs ne doivent pas constituer la composante principale de l'alimentation, bien que les formats en granulés à consistance très dure puissent s'avérer utiles.
Dimorphisme
Chez les mâles, la couleur du corps est grisâtre et faiblement tachetée, et elle se distingue nettement par le blanc du ventre et du dessous de la tête. Une large bande pâle s'étend vers l'arrière de l'œil jusqu'au pédoncule caudal, ainsi qu'une marque en forme de chevron de même couleur sur la surface dorsale et une étroite barre interorbitaire, ces deux marques n'étant pas en contact l'une avec l'autre. Tous les mâles possèdent une large bande médio-ventrale rouge et le dorsum est aussi parfois rouge. Les nageoires pectorales et anales sont normalement hyalines, parfois teintées de rouge, tandis que les nageoires dorsales et caudales sont rouges.

Chez les femelles, le corps est légèrement plus pâle avec une bande latérale large et pâle similaire à celle des mâles, mais celle-ci est souvent interrompue et peut contenir des marques brunâtres irrégulières. Il y a deux ou trois autres bandes pâles ondulées sur le corps et elles forment un motif réticulé irrégulier. Le ventre est blanchâtre avec un certain nombre de bandes brunâtres divisées en une série de marques plus petites et il y a une tache plus sombre juste en avant de l'origine de la nageoire anale. Les nageoires sont principalement hyalines, mais la dorsale contient de légères rayures tandis que la caudale est jaunâtre avec des marques réticulées et plusieurs barres sombres. L'œil est rouge chez les mâles et les femelles, mais apparaît parfois bleu-verdâtre chez les premiers.
Dangerosité
 
 
 Alimentaire
De nombreuses parties du corps des Tetraodon contiennent la tétrodoxine, un poison potentiellement mortel. Il s'agit de la même neurotoxine que celle retrouvée dans la fameuse pieuvre aux anneaux bleus.
Lorsqu'il est ingéré en grande quantité, elle peut provoquer une paralysie et la mort.
Il n’existe pas encore d’antitoxine connue et pour les humains, elle est plus de mille fois plus meurtrière que le cyanure.
La victime reste généralement consciente lorsqu'elle est paralysée.

Note : La toxine prédominante, généralement la tétrodotoxine ou la saxitoxine, dépend de l'espèce, de la zone géographique et de la période de l'année. Les toxines ne sont pas produites par les poissons eux-mêmes, mais par des bactéries vivant en association symbiotique, ou elles sont acquises via la chaîne alimentaire.
Maintenance
Population
3 minimum
Zone
Centrale
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        20      22              25      28
pH
         6      6,5            7      7,5
GH
         2       5              10       15
Brassage
Aquarium
Volume
60 l minimum (80 l recommandé)
Longueur
60 cm minimum (80 cm recommandé)
Largeur
30 cm minimum
Hauteur
30 cm minimum
L'espèce est exclusivement recueillie à partir de la végétation riveraine submergé d'origine terrestre, et à l'habitat de la rivière Samba, l'eau était marron sombre avec un pH autour de 6,0.

L'aquarium doit être avant tout abondamment planté. Une lumière trop forte aura tendance à stresser les poissons, aussi est il préférable de tamiser la lumière avec des plantes flottantes ou hautes créant de l'ombrage.
Des surfaces dures (racine, pierre...) où pourra se former un biofilm sont recommandées.
L'ajout de litière de feuilles séchées donnera un aspect naturel et permet le développement de colonies de microorganismes qui peuvent constituer une source de nourriture précieuse pour les alevins.
Si la filtration ne doit pas entraîner un courant trop important, elle doit néanmoins être très efficace pour ce poisson qui a la réputation d'être assez pollueur.

Inadapté à l'aquarium communautaire en général il vaut mieux le maintenir seul en raison de sa tendance à mordre les nageoires de ses colocataires, en particulier dans les petits aquariums.
Moins agressif que certains membres du genre, il est néanmoins possible de le maintenir à côté d'un groupe de cyprinidés pacifiques, en bancs, d'une taille suffisamment grande pour échapper à la prédation mais suffisamment petite pour ne pas offrir de concurrence ou de menace.
Bien sûr, si on veut élever C. irrubesco on privilégiera l'aquarium spécifique.

Il n'est que faiblement grégaire, les mâles en particulier ayant tendance à être territoriaux, mais un groupe peut être maintenu si l'on dispose d'un espace suffisants et que l'aquarium est correctement agencé.
Le bac devra aussi être abondamment pourvu en mollusques et crustacés. L'abondance de nourriture disponible limite grandement l'agressivité.

Si la filtration doit être efficace (x4 à x5), les Tetraodon étant réputés pollueurs, le débit du filtre ne doit pas entrainer de courant. À défaut, de petits changements d'eau réguliers sont recommandés car cette espèce est sensible à la détérioration des conditions.

Disponibilité commerciale : Disponible

Carinotetraodon irrubesco est menacé par la surexploitation due commerce des poissons d'ornement. On veillera donc à ne se procurer que des individus issus d'élevage.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Les rapports de reproduction sont rares, mais on sait que le mâle peut être extrêmement agressif vis à vis des femelles. Un aquarium très planté, permettant des espaces de quiétude sera indispensable.

Pendant la parade nuptiale, le mâle parade en assombrissant ses couleurs et en étendant sa crête ventrale, et après quelques heures, le couple dépose plusieurs centaines d'œufs parmi la végétation et attachés au décor. Il est alors recommandé de retirer les adultes de l'aquarium afin d'éviter la prédation sur les œufs (et probablement les alevins).

Les œufs (30 à 40) éclosent après deux à trois jours. Les alevins possèdent toujours leur sac vitellin mais nagent librement immédiatement. Le sac se résorbe vers le troisième jour, moment auquel il faut introduire les infusoires comme premier aliment. Après environ dix jours, les alevins peuvent être nourris avec des rotifères.

Note : Les alevins sont difficiles à élever. Le bac doit être richement pourvu en micro-faune et, sitôt les alevins en âge de les accepter, on doit compléter l'alimentation à l'aide de nauplies (cyclopes, brachions).
Attention ! : Certaines publications soulignent qu'il ne faut pas leur donner d'artémies. (à confirmer)
Commentaires
Étymologie : Carinotetraodon, du latin, carina (carène) "en forme de coque" et du grec, tetra "quatre" et odous "dents", et irrubesco , "rougissant" en référence aux nageoires dorsale et caudale rouges des mâles matures.
Références
GBIF, IUCN,
Seriously Fish
- Ebert, K., "The puffers of fresh and brackish waters." in Aqualog, Rodgau: 1-96 (2001 )
- Kottelat, M., "The fishes of the inland waters of southeast Asia: a catalogue and core bibiography of the fishes known to occur in freshwaters, mangroves and estuaries." in Raffles Bulletin of Zoology Supplement 27: 1-663 (2013)
- Lim, K. K. P. and M. Kottelat, "Carinotetraodon salivator, a new species of pufferfish from Sarawak, Malaysia (Teleostei: Tetraodontidae)." in Japanese Journal of Ichthyology 41(4): 359-365 (1995)
- Tan, H. H., "A new species of Carinotetraodon from Sumatra and Borneo and validity of C. borneensis (Teleostei: Tetraodontidae)" in Ichthyological Exploration of Freshwaters 10(4): 345-354 (1999)
- Yamanoue, Y., M. Miya, H. Doi, K. Mabuchi, H. Sakai and M. Nishida, "Multiple Invasions into Freshwater by Pufferfishes (Teleostei: Tetraodontidae): A Mitogenomic Perspective." in PLoS ONE 6(2): e17410 (2011)

Pour citer cette fiche :"Carinotetraodon irrubesco, Tan, 1999" in B-Aqua / TE / GP (2021)