Hyphessobrycon bentosi
Descripteur : Durbin, 1908
Famille : Characidae

Synonymes :
Hyphessobrycon bentosi bentosi (Durbin, 1908)
Hyphessobrycon robertsi
Noms Communs :
Tétra Rose

Ornate tetra (en)
Genre : Hyphessobrycon
Hyphessobrycon eos (Durbin, 1909)
Hyphessobrycon flammeus (Myers, 1924)
Hyphessobrycon griemi (Hoedeman 1957)
Hyphessobrycon amandae (Géry & Uj 1987)
Hyphessobrycon amapaensis (Zarske & Géry, 1998)
Hyphessobrycon anisitsi (Eigenmann, 1907)
Hyphessobrycon bentosi (Durbin, 1908)
Hyphessobrycon bifasciatus (Ellis, 1911)
Hyphessobrycon columbianus (Zarske & Géry, 2002)
Hyphessobrycon compressus (Meek, 1904)
Hyphessobrycon copelandi (Durbin, 1908)
Hyphessobrycon cyanotaenia (Zarske & Géry, 2006)
Hyphessobrycon ecuadoriensis (Eigenmann & Henn, 1914)
Hyphessobrycon elachys (Weitzman, 1984)
Hyphessobrycon epicharis (Weitzman & Palmer 1997)
Hyphessobrycon eques (Steindachner, 1882)
Hyphessobrycon erythrostigma (Fowler, 1943)
Hyphessobrycon loretoensis (Ladiges, 1938)
Hyphessobrycon pando (Hein, 2009)
Hyphessobrycon frankei ( Zarske & Géry, 1997)
Hyphessobrycon haraldschultzi (Travassos, 1960)
Hyphessobrycon heliacus  (Moreira, Landim & Costa, 2002)
Hyphessobrycon herbertaxelrodi (Géry, 1961)
Hyphessobrycon heterorhabdus (Ulrey, 1894)
Hyphessobrycon igneus (Miquelarena, Menni, López & Casciotta, 1980)

25 premiers résultats seulement

Hyphessobrycon bentosi   
Tétra Rose
Origines géographiques
Aire d'origine :
Amérique du sud
Pays :
Brésil, Bolivie, Pérou, Guyane
 
La localité type est le "fleuve Amazone à Obidos, Pará, Brésil", ce qui correspond au canal principal du fleuve entre les embouchures des rios Trombetas et Tapajós. Toutefois, son aire de répartition est énorme et couvre l'ensemble de bassin de l'Amazone, au Brésil, en Bolivie et au Pérou. Il est aussi présent en Guyane Française.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
 
H. bentosi est une espèce benthopélagique (région écologique au niveau le plus bas du plan d'eau) qui habite les ruisseaux, les petites rivières à débit modéré ainsi que les lacs de plaine associés. On le trouve essentiellement dans la végétation submergée, les racines et de branches mortes.

L'eau a normalement une teneur négligeable en minéraux dissous et se colore en brun en raison de la libération progressive de tanins et d'acides organiques provenant de la matière végétale en décomposition. Elle a donc généralement un pH très bas.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
LC : Préoccupation mineure
Aucune menace n'est actuellement connue pour cette espèce. On pense qu'elle est récoltée à petite échelle pour le commerce aquariophile, mais la majorité des poissons en vente sont issus d'élevages.
Description
Taille :
: 4 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
3 à 4 ans
 
 
Alimentation :
Régime : 
Omnivore
Probablement omnivore, dans la nature, il se nourrit de petits invertébrés, de crustacés, d'algues filamenteuses, de fruits tombés et autres.

En aquarium, il peut survivre avec un régime d'aliments séchés mais, comme la plupart des poissons, il se portera mieux si on lui propose un menu varié qui, dans ce cas, peut se composer de larves de chironomes (vers de sang) vivantes et congelées, de larves de moustiques, de Daphnies, de Moina,...
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
              24                       28
pH :
              5,5                       7

GH :
(°GH)
              1                        8
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
80 l minimum
Population :
10 minimum (10 recommandé)
 
 Le Tétra Rose se plaira dans un aquarium agencé pour reproduire un biotope Amazonien. Le substrat se compose de sable de rivière et le décor de branches de bois flotté ou de racines agencées pour créer une bonne couverture. Quelques poignées de feuilles séchées (hêtre, chêne, catappa…) donnent un aspect naturel. Le bois et les feuilles donnent une couleur ambrée. Il convient de les remplacer après quelques semaines afin qu’elles ne pourrissent pas et ne salissent pas l’eau. Un petit sac en filet rempli de tourbe pour l'aquarium peut être ajouté au filtre pour faciliter la simulation des eaux noires. Il se sent mieux avec un éclairage assez faible, ou à l'ombre des plantes flottantes. Il est aussi possible de le maintenir dans un aquarium plus standard, de préférence densément planté.

Sensible à la lumière, l'éclairage ne doit pas être trop fort, ou tamisé par des plantes flottantes.

Il est particulièrement sensible aux fluctuations des paramètres ou à la détérioration de la qualité de l'eau et ne doit donc jamais être maintenu dans un aquarium biologiquement immature.

Il doit impérativement être maintenu en groupe d'au moins une dizaine d'individus, mais un groupe plus large donnera des comportements encore meilleurs. Paisible et ne se souciant que très peu des autres poissons, il convient à un aquarium communautaire, mais ses colocataires doivent être suffisamment petits pour ne pas devenir des prédateurs ou le stresser.
 
Dispo vente :
Disponible
Les poisson en vente sont généralement issus d'élevage, il est très rare de trouver des poissons sauvages dans le commerce.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
26 à 28 °C
pH :
6 à 7
GH :
1 à 5 °GH
Dimorphisme :
Les mâles adultes ont tendance à avoir un corps moins massif, à être légèrement plus petits et à présenter des couleurs plus intenses que les femelles, notamment au niveau des nageoires dorsale et anale.
Processus de reproduction :
L'Hyphessobrycon bentosi est un reproducteur libre qui disperse ses œufs et ne montre aucun soin parental.

Lorsqu'ils sont en bonne condition, les adultes fraient souvent et dans un aquarium mature, il est possible que de petits nombres d'alevins commencent à apparaître sans intervention, mais si on souhaite avoir un bon nombre d'alevins atteignant l'age adulte, une approche plus contrôlée est nécessaire.

Le groupe d'adultes peut être conditionné dans l'aquarium de maintenance mais un aquarium plus petit doit également être mis en place et rempli d'eau mature. Celui-ci doit être très faiblement éclairé et la base doit être recouverte d'une sorte de maille suffisamment large pour que les œufs puissent tomber à travers mais suffisamment petite pour que les adultes ne puissent pas les atteindre. Les tapis en plastique de type "herbe"peuvent également être utilisés et fonctionnent bien, tout comme une couche de billes de verre. Une autre solution consiste à remplir une grande partie de l'aquarium avec une plante à feuilles fines telle que Taxiphyllum spp. ou de mops, ce qui donne également des résultats satisfaisants. Un filtre exhausteur ou un bulleur peut également être inclus pour assurer l'oxygénation et le brassage de l'eau.

Lorsque les poissons adultes sont bien conditionnés, un couple ou un groupe comprenant un ou deux mâles et plusieurs femelles peut être introduit dans l'aquarium de reproduction et laissé en place jusqu'à ce que les œufs soient détectés (généralement le matin suivant).

La nourriture initiale devrait être de la paramécie ou une nourriture sèche de calibre suffisamment petit (5-50 microns), en introduisant des nauplies d'artémias, des micro vers..., une fois que les alevins sont assez grands pour les accepter.
Commentaires
Comme beaucoup de petits characidés, H. erythrostigma est connu pour être sensible à une affection qui donne à certaines ou à toutes les écailles du corps une couleur or métallique. Il n'est pas clair s'il s'agit d'une infestation parasitaire, comme cela a été suggéré, mais les poissons affectés ne semblent pas souffrir et leur durée de vie et leur santé générale ne semblent pas diminuées.

B]Étymologie : Hyphessobrycon : du grec ancien υπελάσσων (hyphesson), signifiant "de petite taille", et le nom générique Brycon et bentosi "de Bentos" en l'honneur du colonel Bentos, qui était volontaire sur l'expédition Thayer au cours de laquelle les spécimens types ont été collectés.
Sources
GBIF, IUCN, GICIM
- Anon. 2001. Fish collection database of the National Museum of Natural History (Smithsonian Institution)..
- Bassleer, G. 1997. Color guide of tropical fish diseases: on freshwater fish. Bassleer Biofish, Westmeerbeek, Belgium.
- Bassleer, G. 2003. The new illustrated guide to fish diseases in ornamental tropical and pond fish. Bassleer Biofish, Stationstraat 130, 2235 Westmeer.
- Bundesministerium für Ernährung, Landwirtschaft und Forsten (BMELF). 1999. Gutachten über Mindestanforderungen an die Haltung von Zierfischen (Süßwasser). Bundesministerium für Ernährung, Landwirtschaft un.
- Froese, R. and Pauly, D. 2006. FishBase. ( www.fishbase.org.)
- Géry, J. 1977. Characoids of the world. T.F.H. Publications, Inc., Neptune City, New Jersey, USA.
- Grabda, E. and Heese, T. 1991. Polskie nazewnictwo popularne kraglouste i ryby. Cyclostomata et Pisces..
- Lima, F.C.T., Malabarba, L.R., Buckup, P.A., Pezzi da Silva, J.F., Vari, R.P., Harold, A., Benine, R., Oyakawa, O.T., Pavanelli, C.S., Menezes, N.A., Lucena, C.A.S., Malabarba, M.C.S.L., Lucena, Z.M.S., Reis, R.E., Langeani, F., Cassati, L. and Bertaco, V.A. 2003. Genera Incertae Sedis in Characidae. In: R.E. Reis, S.O. Kullander and C.J. Ferraris, Jr. (eds), Checklist of the Freshwater Fishes of South and Central America, pp. 106-168. Porto Alegre: EDIPUCRS, Brasil.
- Ortega, H. and Vari, R.P. 1986. Annotated checklist of the freshwater fishes of Peru. Smithsonian Contributions to Zoology 437: 1-25.
- Porto, J.I.R., Feldberg, E., Nakayama, C.M. and Falcao, J.N. 1992. A checklist of chromosome numbers and karyotypes of Amazonian freshwater fishes. Revue d'Hydrobiologie Tropicale 25(4): 287-299.
- Riehl, R. and Baensch, H.A. 1991. Aquarien Atlas. Band 1992.
- Robins, C.R., Bailey, R.M., Bond, C.E., Brooker, J.R., Lachner, E.A., Lea, R.N. and Scott, W.B. 1991. World fishes important to North Americans. Exclusive of species from the continental waters of the United States and Canada.
- Weitzman, S.H. and Palmer, L. 1997. A new species of Hyphessobrycon (Teleostei: Characidae) from Neblina region of Venezuela and Brazil, with comments on the putative 'rosy tetra clade'. Ichthyological Exploration of Freshwaters 7(5): 209-242.