Neolamprologus brevis
Descripteur : Boulenger, 1899
Famille : Cichlidae

Synonymes :
Lamprologus brevis
(Boulenger, 1906)
Lamprologus calliurus
(Boulenger, 1906)
Neolamprologus calliurus
(Boulenger, 1906)
Lamprologus taeniurus
(Boulenger, 1906)
Genre : Neolamprologus
Neolamprologus longior (Staeck, 1980)
Neolamprologus callipterus (Boulenger, 1906)
Neolamprologus christyi (Trewavas & Poll , 1952)
Neolamprologus furcifer (Boulenger, 1898)
Neolamprologus leleupi (Poll, 1956)
Neolamprologus mondabu (Boulenger, 1906)
Neolamprologus brevis (Boulenger, 1899)
Neolamprologus brichardi (Poll, 1974)
Neolamprologus buescheri (W Staeck, 1983)
Neolamprologus caudopunctatus (Poll, 1978)
Neolamprologus cylindricus (Staek & Seegers, 1986)
Neolamprologus falcicula (Brichard, 1989)
Neolamprologus fasciatus (Boulenger, 1898)
Neolamprologus helianthus (Büscher 1997.)
Neolamprologus kungweensis (Poll, 1956)
Neolamprologus leloupi (Poll, 1948)
Neolamprologus marunguensis (Büscher, 1989)
Neolamprologus multifasciatus (Boulenger, 1906)
Neolamprologus mustax (Poll, 1978)
Neolamprologus olivaceous (Brichard, 1989)
Neolamprologus prochilus (Bailey & Stewart 1977)
Neolamprologus pulcher (Trewavas & Poll, 1952)
Neolamprologus savoryi (Max Poll 1949)
Neolamprologus sexfasciatus (Trewavas et Poll 1952)
Neolamprologus signatus (Poll, 1952)

25 premiers résultats seulement

Neolamprologus brevis   
Origines géographiques
Aire d'origine :
Afrique
Pays :
Lac Tanganyika
 
Le Neolamprologus brevis est endémique du lac Tanganyika. Il est largement répandue dans le lac, mais son aire de répartition générale n'est pas clairement définie.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
 
Il habite des eaux assez profondes autour du littoral dans des zones avec un substrat mou, où s'accumulent les coquilles vides des escargots. Cependant, les zones dans lesquelles on trouve N. brevis ont généralement un moins grand nombre de coquilles que les habitats d'autres espèces vivant dans les coquillages. Plusieurs poissons peuvent être amenés à partager la même coquille. Ce comportement peut être observé ou non dans l'aquarium, selon le nombre de coquilles disponibles et les poissons eux-mêmes.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
LC : Préoccupation mineure
Description
Taille :
: 6 cm SL  
: 3 à 4 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
6 à 8 ans
 
 
Alimentation :
Régime : 
Carnivore
Neolamprologus brevis se nourrissent de micro-organismes benthiques, du zooplancton essentiellement constitué de gammares, de petites crevettes d'eau douce, de vers...

Il faut donc lui proposer principalement des aliments vivants et congelés. Les aliments lyophilisés sont généralement acceptés, surtout par les poissons nés en aquarium, mais ne doivent pas constituer l'essentiel du régime alimentaire.
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
              22                       26
pH :
         7,5      8            9      9,5

GH :
(°GH)
         6       10              20       25
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
80 l minimum (100 l recommandé)
Longueur :
60 cm minimum
Population :
2 minimum
Ratio M/F :
1 / 1
 
 L'aquarium doit comporter de grandes surfaces ouvertes de substrat sableux, sur lesquelles parsemées d'un bon nombre de coquilles d'escargots vides (les coquilles d'escargots de bourgogne conviennent très bien). Idéalement, le nombre de coquilles doit être plus important que le nombre de poissons. A noter que contrairement à N.Similis et N.Multifasciatus, N.Brevis n'est pas une espèce qui va creuser. En effet, elle va passer la plupart de son temps à nager près des pierres (si il y en a) ou à rester au-dessus de sa coquille.


Neolamprologus brevis est une espèce territoriale surtout en période de ponte sinon c'est un poisson assez peureux envers les espèces plus grosses que lui. Le petit territoire qui entoure sa coquille ne mesure généralement pas plus de 15 cm de diamètre, mais il est défendu vigoureusement contre les intrus, jusqu'à mordre les mains ou les doigts qui envahissent son "espace personnel". En raison de sa petite taille, il peut être combiné avec d'autres espèces qui habitent différentes parties de l'aquarium. Les compagnons idéaux sont les petits poissons de roche comme Neolamprologus brichardi ou les petites espèces de Julidochromis et les espèces d'eau libre comme Cyprichromis. Si un certain nombre d'individus sont gardés ensemble, ils formeront une colonie. Il est préférable d'avoir plus de femelles que de mâles.
 
Dispo vente :
Très rare
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
26 °C
pH :
8 à 8,5
Dimorphisme :
Il n'est pas facile de déterminer le sexe des jeunes, mais les mâles adultes sont nettement plus grands que les femelles ainsi qu'une mâchoire plus imposante.
Processus de reproduction :
Neolamprologus brevis est assez facile à reproduire. Il peut frayer dans le bac communautaire mais si on veut élever une couvée complète, il est préférable d'utiliser un aquarium dédié à la reproduction. Celui-ci doit contenir une grande quantité de coquilles d'escargots, légèrement espacées, car les femelles y pondront leurs œufs. Les mâles fraient aussi souvent avec plusieurs femelles si elles sont disponibles, il convient donc d'introduire plusieurs femelles par mâles. On peut conditionner la colonie avec un bon régime d'aliments vivants et congelés.

Les femelles tenteront d'attirer l'attention des mâles en se montrant à l'entrée de la coquille de leur choix. Lorsqu'un mâle est suffisamment intéressé, la femelle nage dans la coquille où elle dépose ses œufs. Lorsqu'elle a terminé, elle commence à sortir de la coquille et le mâle libère alors son sperme. Celui-ci est "aspiré" dans la coquille par l'action de la femelle qui sort, fécondant ainsi les œufs. Si la coquille est suffisamment grande, le mâle peut y entrer avant de libérer son sperme.

Après la fécondation, le mâle ne joue plus aucun rôle dans le soin de la couvée et n'est plus le bienvenu sur le territoire de la femelle. La femelle se pose sur le dessus de la coquille, couvrant l'entrée et ventilant les œufs avec ses nageoires. Ceux-ci éclosent en 24 heures environ, les alevins atteignant la nage libre environ une semaine plus tard. Une fois qu'ils nagent librement, ils commencent à sortir de la coquille, s'aventurant de plus en plus loin au fur et à mesure qu'ils grandissent, jusqu'à ce qu'ils soient finalement expulsés par la femelle après une autre quinzaine de jours.

Les alevins sont assez grands pour accepter les nauplies d'artémias ou les micro-vers une fois qu'ils nagent librement. Il est probablement préférable de les placer dans un bac d'élevage séparé à ce stade pour assurer le meilleur taux de survie, car bien que les parents ne leur fassent généralement pas de mal, les autres poissons de la colonie peuvent les manger.
Sources
Photo : Alexis18@B-Aqua