Neolamprologus longior
Lamprologue jaune
Un lamprologue jaune vif facile à maintenir et assez facile à élever pour les aquariums Tanganyika de taille moyenne.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Neolamprologus longior
Taxinomie
Descripteur : Staeck, 1980
Classe: Actinopterygii
Ordre: Perciformes
Famille:  Cichlidae
Genre:  Neolamprologus
Synonymes
Lamprologus leleupi subsp. longior Staeck, 1980
Neolamprologus leleupi subsp. longior (Staeck, 1980)
Noms Communs
Lamprologue jaune
Cichlidé citron
Lemon Cichlid (en)
Membres du genre Neolamprologus
Neolamprologus longior (Staeck, 1980)
Neolamprologus christyi (Trewavas & Poll , 1952)
Neolamprologus furcifer (Boulenger, 1898)
Neolamprologus mondabu (Boulenger, 1906)
Neolamprologus brevis (Boulenger, 1899)
Neolamprologus buescheri (W Staeck, 1983)
Neolamprologus cylindricus (Staek & Seegers, 1986)
Neolamprologus falcicula (Brichard, 1989)
Neolamprologus fasciatus (Boulenger, 1898)
Neolamprologus helianthus (Büscher 1997.)
Neolamprologus marunguensis (Büscher, 1989)
Neolamprologus mustax (Poll, 1978)
Neolamprologus olivaceous (Brichard, 1989)
Neolamprologus prochilus (Bailey & Stewart 1977)
Neolamprologus pulcher (Trewavas & Poll, 1952)
Neolamprologus savoryi (Max Poll 1949)
Neolamprologus sexfasciatus (Trewavas et Poll 1952)
Neolamprologus similis (Büscher, 1992)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Afrique
Tanzanie, République démocratique du Congo.
Endémique du lac Tanganyika en Afrique, N. longior se rencontre dans la région d’Uvira, sur la côte Ouest de Milima à M’Toto et sur la côte Est de Maswa à Kekese soit une répartition discontinue surtout concentrée sur la Tanzanie.
Neolamprologus longior est donnée comme endémique de la côte Ouest du lac Tanganyika, au Congo (IUCN).
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
24 à 26 °C
pH
7,8 à 9
GH
10 à 20 °GH
Conductivité
600 µS/cm
N. longior vit sur les côtes du lac dans les anfractuosités des rochers où il établit un territoire. L’eau est naturellement basique et dure. Le substrat est constitué de sable fin, quelques plantes comme les Vallisneria gigantea et des coquilles de Neothauma dans lesquelles se réfugient les espèces conchylicoles.
Critère : Préoccupation mineure
Encore abondant dans son milieu naturel, N. longior est classé "Préoccupation mineure". En effet, du fait sa reproduction simple en aquarium, il n’y a pas surpêche de l’espèce pour le commerce aquariophile.
Description
Taille
: 9 à 10 cm SL  
: 7 à 8 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
5 à 7 ans
Régime
Omnivore
Très prisé en aquariophilie grâce à sa couleur jaune uniforme, N. longior est pourtant souvent confondu avec N. leleupi. En effet, N. longior devient plus petit adulte que son cousin (12cm). De plus, N. longior présente un trait bleu caractéristique sous l’oeil. 
Régime Alimentaire
N. longior est omnivore, il acceptera facilement les paillettes pour poisson mais il est conseillé de varier l’alimentation et de lui donner des tablettes pour poisson de fond afin de lui donner un complément végétal.

Dans la nature, l'alimentation est constituée par des invertébrés (généralement des crustacés) trouvés dans les anfractuosités et la couverture biologique des rochers.

Attention ! Ne pas donner de vers de vase, comme pour tous les cichlidés du lac Tanganyika. Proposez-lui plutôt des nauplies d’artémies, vivantes ou congelées et des crustacés. Des crevettes "fourrage", élevées à dessein constituent un apport intéressant.

Une alimentation riche en carotène permet de renforcer la couleur.
Dimorphisme
La taille adulte est un bon indicateur, mais pour les plus jeunes, il faudra se risquer à une identification grace à la forme de la papille génitale.
Maintenance
Population
2 minimum (5 recommandé)
Zone
Inférieure
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
              24                       26
pH
         7,8      8            8,5      9
GH
              10                        20
Brassage
Aquarium
Volume
160 l minimum (200 l recommandé)
Longueur
100 cm minimum
Idéalement l’aquarium fera deux cents litres avec une façade d'un mètre pour un couple mais il peut faire un peu moins si le couple est seul dans l’aquarium. Pour les cichlidés, on parle de la surface au sol plutôt que du volume de l’aquarium. Pour un deuxième couple, un volume de six cents litres est obligatoire à cause de la territorialité prononcée de l’espèce.

Pour commencer l'élevage des N. longior, il faut réunir un groupe de cinq à six jeunes et retenir un couple qui se formera, vous pouvez garder les femelles dominés par le couple mais elles risquent de dépérir, ce n’est donc pas conseillé. La cohabitation avec d’autres espèces du lac Tanganyika est bien sûr possible mais il faut veiller à ce que les espèces aient chacune un territoire bien délimité. Les mâles N. longior auront tendance à être agressifs envers les autres habitants en cas de pénétration dans leurs territoires mais les femelles ne prêtent en général pas attention aux autres habitants.

N. longior est une espèce pétricole, il faut donc des caches et des grottes faites avec des pierres. Les enrochements devront être très stables, car l'espèce bien que faiblement terrassière, peut les déchausser.
Le substrat peut être du sable de Loire mais un sable plus fin est conseillé.
Quelques vallisnéries doivent être présentes car ce Neolamprologus aiment s’y cacher.
Un courant fort est à prohiber car N. longior vit en profondeur où il y a peu de courant, mais la filtration sera cependant suffisamment efficace pour palier à la faiblesse de la plantation.

Disponibilité commerciale : Commun

Dans le commerce, N. longior est parfois appelé N. leleupi, c'est une erreur. Tous les poissons que vous rencontrez sous le nom N. leleupi sont apparemment des N. longior, en effet N. leleupi est très rare, seuls quelques particuliers ou magasins spécialisés peuvent vous en procurer.

Les souches généralement maintenues en France sont, à priori, originaires de Karilani.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
25 °C
pH
8
La reproduction de Neolamprologus longior est facile à condition d’avoir un couple qui s’entend, ce qui semble être en fait la principale difficulté avec cette espèce.
Généralement querelleur, le couple est soudé pendant la ponte et l'élevage des jeunes.
Cependant, en aquarium, quelques cas de polygamie ont été signalés. Il semble une petite augmentation de la température stimule la reproduction.

La ponte se déroule sur substrat caché, en general dans une cuvette aménagée sous une pierre, un surplomb, ou dans une cache artificielle (noix de coco par exemple).
Elle est repérée par l’entente inhabituelle du couple, par des spasmes secouant tout le corps du poisson, et par le fait que les lèvres des poissons noircissent à ce moment.

Les soins parentaux sont assurés par le couple, la femelle s’occupant principalement de la garde rapprochée et le mâle de la défense du territoire. Le mâle n'est agressif que surtout avec les autres membres Longiors qui peuvent peupler l'aquarium. Dans le cas de couples où l’équilibre est instable, on conseille parfois de retirer le mâle après la ponte. Cependant, en bac d’ensemble, il est rare de voir des alevins grandir.

On peut, semble t-il, siphonner une partie de la ponte pour l’élever à part, mais avec le risque de perturber le couple. On écartera une partie des alevins dans un bac aux mêmes caractéristiques que le bac principal où les alevins seront en sécurité. A noter que les alevins sont incapables de se déplacer jusqu'à la première semaine.

Les alevins sont très petits mais acceptent rapidement une nourriture vivante adaptée à leur taille (anguillules, micro-vers, nauplies d’artémia). Ils se colorent très vite d’un beau jaune, et sont aptes à se reproduire vers cinq ou six centimètres.
Commentaires
Étymologie : de Neo "nouveau" et Lamprologus qui peut se traduire par "qui parle brillamment" (en référence aux couleurs criantes du genre) et longior "allongé".
Références
GBIF, IUCN,
Fish base
- Bigirimana, C. & Nzeyimana, L. 2006. Neolamprologus longior. The IUCN Red List of Threatened Species 2006
- Brichard Pierre, "Atlas du Tanganyika"
- Daget, J., Gosse, J.P., Teugels, G.G. and Thys van den Audenaerde, D.F.E. (eds). 1991. Check-list of the Freshwater Fishes of Africa (CLOFFA IV) ISNB, Brussels and MRAC, Tervuren, Belgium, and ORSTOM, Paris, France.
- Herrmann H-J "cichlidés du lac Tanganyika," in Aqualex catalog, Dähne Verlag
- Konings "Cichlidés du Lac Tanganyika" Cichlid press.
- Maréchal, C. and M. Poll, 1991. Neolamprologus. p. 274-294. In J. Daget, J.-P. Gosse, G.G. Teugels and D.F.E. Thys van den Audenaerde (eds.) Check-list of the freshwater fishes of Africa (CLOFFA). ISNB, Brussels; MRAC, Tervuren; and ORSTOM, Paris. Vol. 4.
-Poll Max "Classification des Cichlidae du lac Tanganika, Tribus genres et espèces", Académie Royale de Belgique
- Tawil Patrick "Les lamprologues" Association France Cichlid
Photo : Alexis18@B-Aqua

Pour citer cette fiche :"Neolamprologus longior, Staeck, 1980" in B-Aqua / TE, Alex, GP (2022)