Puntigrus tetrazona
Descripteur : Bleeker, 1855
Famille : Cyprinidae

Synonymes :
Capoeta tetrazona (Bleeker, 1855)
Barbus tetrazona (Bleeker, 1855)
Barbus tetrazona tetrazona (Bleeker, 1855)
Puntius tetrazona (Bleeker, 1855)
Systomus tetrazona (Bleeker, 1855)
Systomus sumatrensis (Bleeker, 1860)
Systomus sumatranus (Bleeker, 1860)
Noms Communs :
Barbus de Sumatra
Genre : Puntigrus
Puntigrus tetrazona   
Barbus de Sumatra
Origines géographiques
Aire d'origine :
Asie
Pays :
Indonésie
La localité type est "Lahat, province de Palembang, Sumatra, Indonésie", ce qui correspond à l'actuelle Kabupaten de Lahat dans la province de Sumatera Selatan (Sumatra du Sud).

Le Barbus de Sumatra est probablement endémique du centre et du sud de Sumatra. Des enregistrement ont été réalisés dans les systèmes fluviaux de l'Indragiri, du Batang Hari et du Musi, respectivement dans les provinces de Riau, Jambi et Sumatra Sud. Les enregistrements sur l'ile de Bornéo correspondent probablement à d'autres espèces, comme P. anchisporus, P. navjotsodhii, P. pulcher.

Des populations sauvages issues de spécimens d'aquarium existent également dans un certain nombre d'autres territoires, notamment à Singapour, en Australie, aux États-Unis, en Colombie et au Suriname.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
Il n'exsite que très peu d'informations sur son milieu naturel, mais ses congénères de Bornéo montrent une préférence pour les cours d'eau forestiers et les affluents contenant de l'eau relativement claire et des substrats de sable et de roches/cailloux de tailles variées.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
NE : Non évaluée
Description
Taille :
: 7 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
Environ 3 ans
Puntigrus tetrazona
Le genre Puntigrus a été créé par Kottelat (2013) afin d'accueillir un groupe d'espèces anciennement appelé "groupe Puntius tetrazona". Les autres membres sont P. anchisporus, P. navjotsodhii, P. pulcher et P. partipentazona, dont les trois premiers sont respectivement originaires de l'ouest, du centre et de l'est de Bornéo, et le dernier d'Indochine.

P. tetrazona se distingue de ses congénères par la combinaison de caractères suivante :
- ligne latérale incomplète
- 12 écailles circumpedunculaires
- 19-21+2 écailles dans la ligne latérale
- nageoire dorsale principalement noire avec un bord extérieur plus pâle
- nageoires pelviennes noires au milieu, hyalines à la base et à l'extrémité
- barres foncées du corps relativement larges, couvrant jusqu'à 2,5 écailles.
 
Alimentation : 
Omnivore
Dans son milieu naturel, il se nourrit principalement d'invertébrés aquatiques, ainsi que de petites quantités de matières végétales.

En aquarium, il se montre peu difficile. Il accepte très bien la nourriture sèche, sous forme de flocon ou de granulés. On peut lui offrir aussi de petits aliments vivants et congelés comme des daphnies ou des artémias.
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        20      24              26      28
pH :
         5      6            7      8

GH :
(°GH)
         2       5              15       20
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
150 l minimum
Population :
10 minimum
 Ce poisson produit en masse est adaptable et se plaît dans la plupart des aquariums. Il semble cependant particulièrement adapté à un environnement fortement planté, et l'ajout de plantes flottantes ou couvrant la surface sera apprécié. On pourra ajouter, si on le souhaite, de grosses racines formant des cachettes.
Le substrat pourra être composé de sable de Loire ou équivalent. L'eau pourra être légèrement ambrée, notamment par l'ajout de quelques feuilles, mais cette espèce n'est pas un espèce d'eau noire et ne nécessite pas un pH fortement acide.

Le barbus de Sumatra a la réputation de mordre les nageoires d'autres poissons. Toutefois, ce comportement ne semble être prononcé que lorsque le nombre de poissons maintenu est insuffisant ou que l'espace est limité. Relativement turbulent, la population de l'aquarium devra être choisie avec soin. On évitera ainsi les espèces timides, lentes ou à longues nageoires comme de nombreux vivipares, cichlidés et anabantoïdes.

Il s'agit d'une espèce grégaire formant des hiérarchies peu structurées, les mâles rivaux se chamaillant continuellement pour attirer l'attention des femelles et obtenir une position hiérarchique au sein du groupe. Un groupe d'au moins dix spécimens doit être constitué afin d'éviter les comportement de harcèlement sur les dominés et les femelles.
 
Dispo vente :
Commun
P. tetrazona est traditionnellement considéré comme l'une des espèces les plus omniprésentes dans le commerce des aquariums. Cependant, les exemplaires sauvages sont rarement commercialisés et il existe une confusion permanente quant à l'identité Barbus de Sumatra commercialisés, la plupart ne correspondant exactement à aucune espèce.

Un certain nombre de souches sélectionnées sont disponibles. Les variantes albinos, vertes et dorées sont particulièrement populaires, mais il existe également des souches platine, rouge, marbre noir et rouge corail. Malheureusement, de nombreux poissons commercialisés aujourd'hui sont génétiquement faibles, sujets à des maladies ou développent des difformités physiques dues à une consanguinité excessive. Cette espèce a également été soumise à la pratique odieuse de la teinture artificielle, un processus qui consiste à injecter à plusieurs reprises des colorants aux poissons. Nous vous conseillons très fortement d'éviter ces formes afin de ne pas encourager ce genre de pratiques à l'éthique plus que douteuse.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
27 °C
pH :
6,5
GH :
10 °GH
Dimorphisme :
Les mâles adultes ont tendance à être plus petits, plus minces et à présenter un motif de couleur plus intense que les femelles.
Processus de reproduction :
Comme de nombreux petits cyprinidés, cette espèce se reproduit en dispersant ses œufs et ne montre aucun soin parental.

Dans de bonnes conditions, ils vont frayer souvent et dans un aquarium mature et densément planté, il est possible qu'un petit nombre d'alevins commencent à apparaître sans intervention humaine. Cependant, ils seront généralement victimes de prédation et n'arriveront que très rarement à l'âge adulte. Il est donc préférable de les reproduire en aquarium spécifique.

Le groupe d'adultes peut toujours être conditionné ensemble. L'aquarium de reproduction doit être très faiblement éclairé et sa base doit être recouverte d'une sorte de grille d'un calibre suffisamment grand pour que les œufs puissent y tomber, mais suffisamment petit pour que les adultes ne puissent pas les atteindre. Les tapis en plastique de type "herbe", très répandus, peuvent également être utilisés et fonctionnent très bien, tout comme un tapis de mousse de java ou équivalent. Un petit filtre exhausteur peut être ajouté, flux dirigé vers le bas. L'eau doit avoir un pH légèrement acide à neutre, avec une température d'environ 26°C ou légèrement plus chaude que l'aquarium de maintenance.

Lorsque les femelles apparaissent gravides, un ou deux couples peuvent être introduits, et le frai devrait avoir lieu le lendemain matin. Une deuxième option consiste à laisser frayer les poissons en groupe, une demi-douzaine de spécimens de chaque sexe étant un bon nombre, bien qu'un aquarium plus grand soit alors nécessaire.

Dans les deux cas, les adultes doivent être retirés après le frai. Les œufs devraient éclore en 24 à 48 heures, les alevins nageant librement environ 24 heures plus tard. Ils doivent être nourris avec une nourriture de type infusoire pendant les premiers jours jusqu'à ce qu'ils soient assez grands pour accepter les micro vers, nauplies d'artemias, ou autres.