Rasbora borapetensis
Descripteur : Smith, 1934
Famille : Cyprinidae

Synonymes :
Aucun
Noms Communs :
Rasbora à queue rouge
Genre : Rasbora
Rasbora patrickyapi (Tan, 2009)
Rasbora paucisqualis (Ahl, 1935)
Rasbora vaterifloris (Derraniyagala, 1930)
Rasbora caudimaculata (Volz, 1903)
Rasbora kalochroma (Bleeker 1851)
Rasbora aurotaenia (Tirant, 1885)
Rasbora borapetensis (Smith, 1934)
Rasbora daniconius (Hamilton,1822)
Rasbora einthovenii (Bleeker, 1851)
Rasbora elegans (Volz, 1903)
Rasbora rubrodorsalis (Donoso-Büchner & Schmidt, 1997)
Rasbora trilineata (Steindachner, 1870)
Rasbora vulcanus (Tan, 1999)
Rasbora borapetensis   
Rasbora à queue rouge
Origines géographiques
Aire d'origine :
Asie
Pays :
Cambodge, Indonésie, Laos Malaisie, Malaisie, Thaïlande; Vietnam
L'espèce est très largement répandue dans le sud-est de l'Asie continentale, du bassin du Mékong inférieur au bassin de Mae Khlong en Thaïlande et dans la péninsule malaise jusqu'à Singapour. Il a été enregistré au Cambodge, au Laos, au Vietnam, en Malaisie péninsulaire et en Chine (présence non confirmée et origine incertaine). Sa distribution s'étend jusqu'à Sumatra et Bornéo. Elle est assez commune sur son aire de répartition.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
Cette espèce habite les marais et les masses d'eau stagnantes peu profondes (y compris les étangs, les fossés, les canaux...) Elle se déplace dans les rivières pendant les crues pour les utiliser comme voies de passage. Elle montre une préférence pour les zones de berges avec de la végétation, notamment des cryptocorynes. Particulièrement résistante, on la retrouve y compris dans des eaux polluées.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
LC : Préoccupation mineure
Description
Taille :
: 5 cm SL
Longévité :
Environ 5 ans
Le Rasbora borapetensis présente une ligne latérale incomplète, atteignant tout au plus l'origine de la nageoire anale ; une bande médio-latérale brun foncé allant de l'ouverture des branchies jusqu'à un peu en avant de la base de la nageoire caudale, ne s'élargissant pas vers l'arrière et au-dessus une deuxième bande jaune. Le pédoncule caudale est souvent rouge. Il n'y a pas de pigment noir sur les nageoires.

- Rayons mous dorsaux (total) : 9
- Rayons mous axiaux : 8.
 
Alimentation : 
Carnivore
Il s'agit d'un microprédateur se nourrissant de petits insectes, de vers, de crustacés et d'autres espèces de zooplancton dans son milieu naturel.

En aquarium, il accepte les aliments séchés de taille appropriée, mais doit se voir proposer très régulièrement des aliments vivants ou congelés tels que Daphnies, Artemias,... afin d'obtenir une meilleure coloration et encourager la reproduction.
 
Dangerosité :
 
 
 Aucun
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
              22                       26
pH :
         6      6,2            7      7,5

GH :
(°GH)
         1       2              10       12
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
120 l minimum
Brassage :
Faible
Population :
10 minimum
 Le choix du décor n'est pas particulièrement critique, bien que les poissons aient tendance à présenter une meilleure coloration lorsqu'ils sont maintenus dans un environnement bien planté avec un substrat sombre. L'ajout de quelques plantes flottantes et de racines ou branches de bois flotté pour diffuser la lumière semble également être apprécié et ajoute une sensation plus naturelle.

La filtration ne doit pas être trop forte car ce Rasbora vit principalement dans des systèmes lentiques. Il peut se retrouver en difficulté en cas de courant rapide dans l'aquarium.

Cette espèce est très paisible, ce qui en fait un résident idéal pour un aquarium communautaire. Comme elle n'a pas d'exigences particulières en terme de chimie de l'eau, elle peut être combinée avec de nombreux poissons originaires du sud-est asiatique, comme des Badis, Betta, Trichogaster, Danio, Trigonostigma, Puntius, Crossocheilus, Pangio, Lepidocephalichthys et autres Rasbora, entre autres.

Il s'agit d'une espèce en bancs par nature et elle doit être conservée dans un groupe d'au moins dix spécimens. En les maintenant en nombre suffisant, non seulement les poissons seront moins nerveux, mais ils seront plus confiants et auront un aspect plus naturel. Les mâles afficheront également leurs plus belles couleurs lorsqu'ils seront en compétition les uns avec les autres pour attirer l'attention des femelles.
 
Dispo vente :
Très rare
Relativement résistant, il peut être recommander pour un débutant en aquariophilie. Les poissons capturés en milieu naturel sont de plus en plus rares dans le commerce, car il est reproduit à des fins commerciales dans plusieurs pays.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
25 à 26 °C
pH :
6 à 6,5
GH :
1 à 5 °GH
Dimorphisme :
Les mâles adultes ont tendance à être plus minces, plus petits et plus intensément colorés que les femelles.
Processus de reproduction :
Comme de nombreux petits cyprinidés, cette espèce est un reproducteur continu qui disperse ses œufs et ne manifeste aucun soin parental. C'est-à-dire que lorsque les poissons sont en bonne condition, ils frayent souvent et dans un aquarium mature et dense, il est possible que de petits nombres d'alevins commencent à apparaître sans intervention humaine.

Toutefois, si vous souhaitez augmenter le nombre d'alevins, il faut adopter une approche un peu plus rigoureuse. Le groupe d'adultes peut toujours être conditionné ensemble, mais un ou plusieurs aquarium longs et peu profonds (environ 75cm x 30cm x 30cm) doivent également être mis en place et à moitié remplis d'eau. Ils doivent être très faiblement éclairés et leur base doit être recouverte d'une sorte de grille d'un calibre suffisamment grand pour que les œufs puissent y tomber, mais suffisamment petit pour que les adultes ne puissent pas les atteindre. Les tapis en plastique de type "herbe", très répandus, peuvent également être utilisés et fonctionnent très bien. Un petit filtre peut être ajouté, flux dirigé vers le bas.

Lorsque les poissons adultes sont bien conditionnés et que les femelles semblent pleines d'œufs, une ou deux paires devraient alors être introduites dans chaque récipient. Le frai peut commencer en ajoutant de petites quantités d'eau fraîche toutes les quelques heures, de manière à remplir progressivement le bac et à nourrir les poissons avec de petites quantités d'aliments vivants et congelés. Plusieurs frayages ont généralement lieu avant qu'une femelle ne soit épuisée, avec 5 à 12 œufs produits à chaque fois et total de 30 à 50 œufs.

Les adultes mangeront tous les œufs qu'ils trouveront et il est préférable de les retirer après quelques jours, après quoi le filtre doit être remplacé par un filtre exhausteur mature afin d'éviter que les alevins ne soient aspirés dans le mécanisme. L'incubation dépend dans une certaine mesure de la température, mais elle dure généralement entre 18 et 48 heures, les jeunes nageant librement 24 à 48 heures plus tard. La nourriture initiale doit être du Paramecium ou un produit similaire. On peut introduire des Nauplies d'Artémias et/ou des micro vers une fois que les alevins sont assez grands pour les accepter.