Apistogramma agassizii
Descripteur : Steindachner, 1875
Famille : Cichlidae

Synonymes :
Geophagus agassizii (Steindachner, 1875)
Apistogramma parva (Ahl, 1931)
Noms Communs :
Cichlidé nain d'Agassiz
Genre : Apistogramma
Apistogramma acrensis (Staeck, 2003)
Apistogramma agassizii (Steindachner, 1875)
Apistogramma aguarico (Römer & Hahn, 2013)
Apistogramma alacrina (Kullander, 2004)
Apistogramma amoena (Cope, 1872)
Apistogramma angayuara (Kullander & Ferreira, 2005)
Apistogramma arua (Römer & Warzel, 1998)
Apistogramma atahualpa (Römer, 1997)
Apistogramma baenschi (Römer, Hahn, Römer, Soares & Wöhler, 2004)
Apistogramma bitaeniata (Pellegrin, 1936)
Apistogramma borellii (Regan, 1906)
Apistogramma brevis (Kullander, 1980)
Apistogramma commbrae (Regan, 1906)
Apistogramma gephyra (Kullander, 1980)
Apistogramma cacatuoides (Hoedeman, 1951)
Apistogramma caetei (Kullander, 1980)
Apistogramma caudomaculata (Mesa S. & Lasso, 2011)
Apistogramma cruzi (Kullander, 1986)
Apistogramma diplotaenia (Kullander, 1987)
Apistogramma elizabethae (Kullander, 1980)
Apistogramma eremnopyge (Ready & Kullander, 2004)
Apistogramma erythrura (Staeck & Schindler, 2008)
Apistogramma eunotus (Kullander,1981)
Apistogramma geisleri (Meinken, 1971)
Apistogramma gibbiceps (Meinken, 1969)

25 premiers résultats seulement

Apistogramma agassizii   
Cichlidé nain d'Agassiz
Origines géographiques
Aire d'origine :
Amérique du sud
Pays :
Brésil, Pérou
 
Le lectotype est originaire du lac Manacapurú dans l'État d'Amazonas, au nord-ouest du Brésil, juste en amont de la ville de Manaus et alimenté par le principal canal du fleuve Amazone. Le reste de la série de types a été collecté de différentes manières dans la municipalité de Codajás (État d'Amazonas), à Curupira, près de la municipalité de Barcelos (Amazonas), au lac Maximo près de la ville de Parintins (Amazonas) et au rio Poti, un affluent du rio Parnaíba (État de Piauí).

Il est actuellement admis que son aire de répartition s'étend sur une grande partie du bassin Amazone, depuis sa partie supérieure au Pérou, jusqu'au bassin du rio Capim dans le delta de L'amazone au Brésil. La coloration et les motifs du corps peuvent varier considérablement d'une localité à l'autre.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
 
Apistogramma agassizii vit dans les eaux lentes des affluents, des ruisseaux, bras morts,... Il peut s'agir aussi bien d'eau noires ou claires selon la localité ou, dans certains cas, la période de l'année. Il affection particulièrement les zones où s'accumulent les déchets végétaux, souvent riches en microfaune.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
NE : Non évaluée
Description
Taille :
: 5 à 7,5 cm SL  
: 4 à 6 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
Environ 3 ans
 
 
Alimentation :
Régime : 
Carnivore
Apistogramma agassizii est principalement carnivore et se nourrit surtout d'invertébrés benthiques dans la nature. En aquarium, des aliments vivants et congelés tels que des Artemias, des Daphnies et des larves de chironomes (vers de sang) doivent être proposés régulièrement. Les spécimens d'élevage acceptent les aliments séchés avec une préférence pour les granulés par rapport aux flocons.
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        22      25              29      30
pH :
         4      5,5            6,5      7

GH :
(°GH)
         1       2              8       10
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
100 l minimum
Brassage :
Population :
2 minimum
Ratio M/F :
1 / 1
 
 On peut lui proposer un aquarium agencé pour reproduire un biotope Amazonien. Le substrat se compose de sable de rivière et le décor d'un entrelas de branches de bois flotté ou de racines formant ainsi des grottes et des abris. Quelques poignées de feuilles séchées (hêtre, chêne, catappa…) donnent un aspect naturel. Les plantes aquatiques ne sont pas ou peu présentes dans les eaux naturelles de cette espèce. Le bois et les feuilles donnent à l'eau une couleur ambrée. Il convient de les remplacer après quelques semaines afin qu’elles ne pourrissent pas et ne salissent pas l’eau. Il se sent mieux avec un éclairage assez faible, ou à l'ombre des plantes flottantes.

Il est toutefois possible de le maintenir dans un aquarium plus standard de préférence densément planté en créant des grottes avec des racines, des pierres, des pots de fleures renversés...

Pour une population sauvage, originaire d'une zone en eaux noires, on peut également ajouter au filtre un filet rempli de tourbe de qualité aquariophile ou le suspendre sur le bord du réservoir. Il est donc très important de se renseigner sur l'origine précise des poissons et d'adapter les paramètres en conséquence.

La filtration ne doit pas créer un courant trop important. Il est sensible à la stabilité de paramètre et il convient donc ne pas faire de trop grands changements (10 à 15% max).

Les poissons d'élevage peuvent parfaitement vivre en aquarium communautaire, où leur comportement ne pose généralement pas de problème. Un banc de tétras ou d'autres petits poissons originaires du fleuve Amazone est un bon choix. Afin de réduire les problèmes découlant de leur nature territoriale, il est important si l'on maintient plusieurs couples ou harems, d’aménager plusieurs territoires et de rompre les lignes de vue à l'intérieur de l'aquarium avec des racines ou des plantes.

Il est préférable de maintenir les spécimens sauvages en aquarium spécifique. Ils ne doivent pas être mélangés avec d'autres Apistogramma pour éviter les hybridations.
 
Dispo vente :
Commun
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
27 °C
pH :
6,8
GH :
3 °GH
Dimorphisme :
Les mâles sont plus grands, plus colorés et développent des nageoires plus étendues que les femelles.
Processus de reproduction :
La femelle pond jusqu'à 150 œufs, généralement dans les fentes ou les cavités du décor (grotte ou petit pot de fleures par exemple). Elle est responsable des soins des œufs et des alevins après la ponte et ne tolère ra pas la présence du mâle. Dans les petits aquariums, il est donc préférable de le retiré car elle peut devenir très agressive. Au bout d'une dizaine de jours, les alevins nagent librement dans le bac et deviennent de plus en plus autonomes.
Commentaires
Le nom Agassizii a été donné en hommage au naturaliste suisse Jean Louis Rodolphe Agassiz. Certains orthographient le nom sans le second "i", mais c'est incorrect.