Anubias heterophylla
Anubie du Congo
L'Anubie du Congo est adaptée à l'aqua-terrarium et au paludarium chaud (25 à 30 °C) et très humide.
Elle convient également aux très grands aquariums où elle sera totalement immergée en permanence, mais cette configuration est mieux supportée par les jeunes plants.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Engler, 1879
Classe: Liliopsida
Ordre: Arales
Famille:  Araceae
Genre:  Anubias
Synonymes
Anubias affinis De Wild.
Anubias bequaertii De Wild.
Anubias congensis N.E.Br.
Anubias congensis var. crassispadix Engl.
Anubias engleri De Wild.
Noms Communs
Anubie du Congo
Anubie hétérophylle
Membres du genre Anubias
Anubias affinis (De Wild. 1907)
Anubias afzelii (Schott, 1857)
Anubias barteri (Schott, 1860)
Anubias bequaertii (de Wildeman, 1922)
Anubias congensis (N. E. Brown, 1901)
Anubias x Frazeri (Cultivar)
Anubias gigantea (Chevalier (ex Hutchinson), 1939)
Anubias gilletii (De Wildeman & Durand, 1901)
Anubias gracilis (Chevalier (ex Hutchinson), 1939)
Anubias hastifolia (Engler, 1889)
Anubias heterophylla (Engler, 1879)
Anubias pynaertii (De Wildeman, 1910)
Origine géographique
Aire d'origine : Afrique
Angola, Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale, République du Congo, République Démocratique du Congo
Aire actuelle
Afrique tropicale occidentale et centrale, à l'Ouest du bassin du fleuve Congo.
Environnement
Milieu
Terre, Douce
Anubias heterophylla pousse le plus souvent partiellement immergée sur des terrains rocheux au bord ou dans les cours d'eau, dans des endroits ombragés en forêt ou en milieu marécageux sur les arbres morts juste au-dessus du niveau de l'eau en compagnie de fougères. (Ngounié, Gabon) de 20 à 1100 m alt., parfois submergée.

C'est est une plante dont le rhizome, très développé, s'étale souvent à la surface du sol, s'agrippant au substrat et à divers supports tels que racines d'arbres ou rochers.
Cette espèce est commune et ne fait face à aucune menace majeure généralisée. Il est donc classé en Préoccupation mineure.
Description
Type
Plante
Croissance
Taille
15 à 60 cm
Cette plante à rhizome possède des feuilles lancéolées, coriaces à nervures foncées bien marquées.
Elles peuvent atteindre 40 cm de long pour 10 cm de large (limbe et pétiole de 20 cm chacun). Elles sont effilées et légèrement arrondies vers le bas, vert foncé maculée de taches plus claires sur le dessus et plus pâle dessous.
Le pétiole est fixé sur un rhizome rampant très vigoureux.
Elle fleurit de Juillet à Janvier, la fructification a lieu de Juillet à Mars.
Spathe oblong-ovale ou oblong-elliptique, jamais réfléchi, et plus ou moins charnu. Spathe jusqu'à 4,5 cm de long; presque deux à 4,5 fois plus long que large.

Description botanique
Rhizome rampant, prostré et enraciné, de 5 à 17 mm d'épaisseur. FEUILLES: Pétiole de 3-66 cm de long, 0,7-1,7 x aussi long que le limbe, glabre ou finement pubérulente. Gaine petite ou jusqu'à 1/2 du pétiole. Geniculum 1 / 2- 2 1/2 cm de long. Limbe 10-38 cm de long, 3-13 cm de large, 2 à 6 fois plus long que large, elliptique-ovale ou allongé-lancéolé, obtus, glabre ou (parfois très clairsemé) pubéruleux sur la nervure médiane et les nerfs latéraux en dessous, plat ou plus ou moins ondulé, coriace, apex aigu ou acuminé, base aiguë, cunéiforme-obtuse, subtronquée, courte sagittée ou hastée. Lobes basaux courts ou absents, obtusement arrondis, séparés par un sinus très large. Nombreux nerfs latéraux proéminents avec 2-4 nerfs latéraux moins proéminents entre eux, qui s'unissent principalement avec les nerfs les plus proéminents avant qu'ils n'atteignent la marge, au bord anastomosé dans 2-3 nerfs marginaux. Entre les nerfs latéraux, de nombreuses veinules transversales minces. INFLORESCENCE: Pédoncule un tiers aussi long que le pétiole, jusqu'à 27 cm de long, mince, glabre ou finement pubéruleux. Spathe de 1,5 à 4,5 cm de long, 0,4 à 1,5 cm de large, presque deux à 4,5 fois plus long que large, oblong-elliptique ou ovale-oblong, glabre, à l'apex finement apiculé, vert ou violet foncé, s'ouvrant à la base lors de la floraison, mais pas réfléchie. Parfois spadix plus ou moins exercé. Après l'anthèse se refermant étroitement autour du spadice. Spadix cylindrique, un peu épais, égal à deux fois plus long que la spathe, de 1,5 à 4,5 cm de long. partie femelle un peu plus courte ou jusqu'à 2 fois plus longue que la partie mâle, de 0,6 à 2,5 cm de long. Anthères 4-6. Thecae sur le côté du synandrium, parfois seulement dans la partie supérieure (surtout lorsqu'ils sont séchés, les thecae peuvent sembler être placés sur le bord du synandrium, comme chez A. gilletii), oblongs-elliptiques. Entre la partie mâle et femelle, fleurs bisexuées parfois stériles. partie mâle densément, partie femelle un peu moins fleurie. Ovaires déprimés-globuleux, verts. Style court, stigmate discoïde, vert. INFRUCTESCENCE: Baies déprimées-globuleuses. Graines petites, 0,8-1,5 mm de long, 0,5-1 mm de large; environ 1,3-1,7 x aussi long que large, jaunâtre, sans autres taches colorées une fois séché.
 
Maintenance
Dry Start
Oui
Paramètres
Température
20 à 30°C
pH
5,5 à 7
GH
5 à 10
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Non
Anubias heterophylla est adaptée à l'aqua-terrarium et au paludarium chaud (25 à 30 °C) et très humide.
Elle convient également aux très grands aquariums où elle sera totalement immergée en permanence, mais cette configuration est mieux supportée par les jeunes plants.

Facile d'entretien, Anubias heterophylla est une plante à croissance très lente.
Elle est plus adaptée à la culture terrestre ou semi-immergée qu'à la culture permanente en aquarium.
Le rhizome ne doit pas être enterré sous peine de le voir pourrir rapidement et la plante demande à être fixée à une racine ou à une pierre.
Elle a des besoins en lumière modérés et peut bénéficier d'une fertilisation régulière. Le CO2 n'est pas nécessaire mais peut favoriser une croissance plus rapide et des feuilles plus robustes.

Cette plante est à réserver aux très grands aquariums.
Ses feuilles très dures lui permettent d'être associée avec certains cichlidés.
A. heterophylla est une plante à croissance très lente. Dans de bonnes conditions de culture, on ne pourra espérer que quelques feuilles par an.
Comme pour toutes les anubies, elle est sujette à la colonisation par des algues
Disponibilité commerciale : Disponible
L'espèce a été commercialisée sous le nom d'A. undulata et les plantes du Congo sont parfois commercialisée sous le nom d'Anubias congensis (N. E. Brown)
.
Plantation et multiplication
Reproduction végétative
La propagation végétative se réalise par fractionnement du rhizome.

Comme toutes les Anubias, l'heterophylla possède un rhizome. Sa reproduction se fait par division de celui-ci. Sectionner le rhizome avec cinq à six feuilles, il est préférable d'attendre pour avoir de belles racines avant de la multiplier.
Placer ensuite la partie sectionnée dans un endroit dégagé de l'aquarium pour que la lumière arrive jusqu'aux racines. Ne pas enterrer le rhizome, il est préférable d'attacher la plante sur une pierre ou une branche.
Les racines grandiront assez vite et viendront s'enterrer profondément dans le substrat. Si vous enterrer le rhizome, il pourrira et la plante mourra.

Reproduction sexuée
La floraison est possible en culture semi-immergée, comme en paludarium: les fleurs, petites et très discrètes sur un épi, sont blanchâtres à verdâtres. Mais ce mode de dissémination n'est pas documenté en aquariophilie.
Commentaires
Étymologie : Le nom de genre, donné par le botaniste autrichien Heinrich Wilhelm Schott fait référence à la divinité égyptienne Anubis, chargée de veiller sur les morts, allusion au biotope peu éclairé de ces plantes, et heterophylla, hétérophylle, (polymorphisme foliaire)

Utilisation traditionnelle ou commerciale :
En afrique, A. heterophylla serait prescrit comme stomachique pour les enfants.
Références
GBIF, IUCN
African Plant Database
Flora de Guinea
- Brown N. E. , "Flora of Tropical Africa", Vol 8, page 137, (1902)
- Ghogue, J.-P. "Anubias heterophylla". La Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2010
- Ntepe-Nyame, C. 1988. Aracees. Dans : B. Satabie & Ph. Morat (eds), Flore du Cameroun, vol. 31. pp. 140p. Ministère de l'Enseignement Supérieur de l'Informatique et de la Recherche Scientifique, Yaoundé - Cameroun.
- Soseef, MSM, Wieringa, JJ, Jongkind, CCH, Achoundong, G., Azizet Issembé, Y., Bedigian, D., van den Berg, RG, Breteler, FJ, Cheek, M., Degreef, J., Faden, R., Gereau, RE, Goldblatt, P., van der Maesen, LJG, Ngok Banak, L., Niangadouma, R., Nzabi, T., Nziengui, B., Rogers, ZS, Stévart, T., Taylor, CM, van Valkenburg, JLCH, Walters, G. et de Wilde, JJFE 2006. Check-list des plantes vasculaires du Gabon/Checklist of Gabonese vascular plants . Jardin botanique national de Belgique, Bruxelles.

Pour citer cette fiche :"Anubias heterophylla, Engler, 1879" B-Aqua / GP (2021)