Chromobotia macracanthus
Loche-clown
Reproducteur migrateur, la Loche-clown se déplace de la rivière principale vers des affluents plus petits et des plaines inondables temporairement inondées pendant la saison des pluies. Cette particularité et le fait que ce poisson soit de très grande taille adulte, en font un hôte difficile à maintenir dans de bonnes conditions et à réserver aux aquariophiles averti(e)s possédant un très grand bac.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Chromobotia macracanthus
Taxinomie
Descripteur : Bleeker, 1852
Classe: Actinopterygii
Ordre: Cypriniformes
Famille:  Cobitidae
Genre:  Chromobotia
Synonymes
Botia macracantha (Bleeker, 1852)
Botia macracanthus (Bleeker, 1852)
Cobitis macracanthus (Bleeker, 1852)
Noms Communs
Loche-clown
Clown loach (en)
Membres du genre Chromobotia
Chromobotia macracanthus (Bleeker, 1852)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Indonésie
La série de caractères a été collectée à Palembang et Kwanten à Sumatra, le premier faisant très probablement référence à la rivière Musi et le second à l'actuel Kuantan Singingi, dans la province de Riau, ce qui signifie que le bassin de la rivière Indragiri était la localité probable de collecte.

L'aire de répartition du Chromobotia macracanthus s'étend sur les iles de Bornéo et Sumatra. Dans la première, elle est limitée aux réseaux fluviaux des provinces de Kalimantan Barat (Kalimantan Ouest), Kalimantan Tengah (Kalimantan Centre) et Kalimantan Timur (Kalimantan Est) dans la partie indonésienne, y compris les Kapuas et Kayan.

À Sumatra, on le trouve dans les bassins de drainage de l'est et du sud des provinces de Jambi, Sumatera Selatan (Sumatra du Sud) et Lampung, y compris les provinces de Batang Hari, Musi et Tulang Bawang.

Les populations des deux îles sont connues pour présenter des différences de structure génétique. Les populations de Bornéo et de Sumatra présentent de légères différences dans les motifs, la plus évidente étant la présence d'une coloration noire dans les nageoires pelviennes des poissons de Bornéo, presque entièrement noire chez certains spécimens. En revanche, les nageoires des spécimens de Sumatra sont d'une couleur rougeâtre uniforme. La bande noire sur le pédoncule caudal a également tendance à se terminer plus près de la nageoire elle-même chez les poissons de Bornéo que chez ceux de Sumatra. Il a été suggéré que celles-ci pourraient se révéler être des espèces distinctes si une étude détaillée était menée.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
24 à 30 °C
pH
5 à 7
Conductivité
18 à 215 µS/cm
La Loche-clown vit principalement les canaux fluviaux principaux, mais migre en amont dans des affluents plus petits pour frayer pendant la saison des pluies, lorsque certaines zones sont temporairement inondées.

Elle se trouvent donc dans différents types d'habitat selon la période de l'année, et les habitats eux-mêmes varient également. Le débit et la profondeur de l'eau ont tendance à augmenter de manière significative pendant la saison des pluies, par exemple. L'âge joue également un rôle, les juvéniles restant dans les zones de reproduction des plaines inondables pendant plusieurs mois, tandis que les adultes retournent généralement dans les cours d'eau principaux après le frai avec des individus très âgés qui ne migrent probablement pas du tout.

La majorité de ses rivières d'origine contiennent de l'eau douce, teintée de brun et traversent des zones de forêt tropicale, même si une grande partie de ce qui existait autrefois a maintenant été dégradé. Dans les forêts marécageuses des plaines onodables, la végétation marginale est normalement épaisse, avec l'ombre fournie par la canopée forestière. Le substrat est constitué en grande partie de détritus et de feuilles mortes avec des racines d'arbres submergées, des troncs, des parcelles de végétation précédemment émergées, alors que l'eau a tendance à être presque immobile.

Dans un article publié en 2009 par le magazine allemand "Amazonas", Hans-Georg Evers a recensé pas moins de 40 espèces de poissons dans la plaine d'inondation de la Sungai (rivière) Pijoan, qui fait partie du bassin versant inférieur du Batang Hari. Parmi eux, plusieurs étaient connus du commerce aquatique, notamment Brevibora dorsiocellata, R. einthovenii, Trigonopoma pauciperforatum, Trigonostigma hengeli, Betta falx, Luciocephalus pulcher, L. aura, Nandus nandus, Chaca bankanensis, Mystus spp. et bien d'autres.

Dans les principaux canaux fluviaux, le débit de l'eau est beaucoup plus important pendant la saison des pluies, moins pendant les mois secs, et la végétation submergée est rare. On y trouve des espèces pélagiques plus grandes, appartenant à des genres tels que Barbonymus, Labeo et Pangasius.
Chromobotia macracanthus est surexploité dans les pêcheries ornementales. Étant donné la distribution de cette espèce, les plantations de palmiers à huile risquent d'avoir un impact important sur une grande partie de son aire de répartition, laissant des paysages de monoculture, une réduction des eaux de surface, une pollution par les pesticides et une sédimentation accrue à travers Sumatra. L'espèce n'est toutefois pas globalement menacée car son aire de répartition inclut plusieurs par nationaux pouvant lui servir de refuge.
Description
Taille
: 20 à 30 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
10 à 15 ans
Régime
Omnivore
Les rapports de prélèvements dans son milieu d'origine suggèrent une taille moyenne des adultes est comprise entre 20 et 30 cm, ce que confirment les plus grands spécimens d'aquarium. Il est possible que les femelles très âgées puisse atteindre 40 cm, mais cela reste d'autant plus rare que la croissance a tendance à ralentir considérablement une fois que les poissons atteignent 150 à 200 mm. 
Régime Alimentaire
Bien que principalement carnivore, il se nourrit également des matières végétales si elles sont disponibles, y compris souvent des plantes aquatiques à feuilles molles. Le régime alimentaire naturel comprend des mollusques aquatiques, des insectes, des vers et d'autres invertébrés.

En aquarium, il est peu difficile de le nourrir, et n'hésitera pas à s'aventurer haut dans la colonne d'eau pour se nourrir. On peut lui proposer une alimentation variée comprenant des produits secs de qualité, des vers de sang vivants ou congelés, des Tubifex, des Artemia, etc., ainsi que des fruits et légumes frais comme le concombre, le melon, les épinards blanchis ou la courgette. Les vers de terre hachés peuvent également fournir une source utile de protéines mais doivent être utilisés avec parcimonie. Bien qu'il puisse manger des escargots aquatiques, il ne doit jamais être considéré comme la réponse à une infestation car il n'est pas un molluscivore.
Dimorphisme
Les femelles adultes sont normalement un peu plus grosse que les mâles d'âge comparable. Certaines théories suggèrent que les mâles possèdent également une nageoire caudale plus profondément fourchue, mais cela n'est pas prouvé.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
6 minimum
Zone
Inférieure, Centrale
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        20      24              28      30
pH
              6,5                       7
GH
              5                        10
Brassage
Aquarium
Volume
600 l minimum (800 l recommandé)
Un arrangement de style naturel peut être constitué d'un substrat de sable ou de gravier fin avec beaucoup de roches et de galets lisses et usés par l'eau, ainsi que des racines et des branches de bois flotté. Comme ils aiment se faufiler dans les petits espaces et les fissures, les objets aux bords tranchants doivent être proscrit, et tout espace ou trou suffisamment petit pour qu'un poisson soit pris au piège doit être rempli de mastic silicone de qualité aquarium.

L'aquarium doit être correctement fermé, car les botiidés sont curieux et semblent aimer explorer leur environnement. L'éclairage sera de préférence relativement tamisé et des plantes capables de pousser dans de telles conditions, comme Microsorum pteropus (fougère de Java), Taxiphyllum barbieri (mousse de Java) ou Anubias spp. peuvent être ajoutées si vous le souhaitez. Ces plantes présentent un avantage supplémentaire, car elles peuvent être fixées à des éléments de décor de manière à fournir une ombre utile. Attention toutefois aux plantes à feuilles fines qui peuvent parfois se faire grignoter.

Bien que les botiidés n'aient pas besoin de conditions turbulentes, ils se portent mieux lorsque l'eau est bien oxygénée avec un certain débit, ils ne tolèrent pas l'accumulation de déchets organiques et ont besoin d'une eau impeccable pour se développer. ils ne doivent donc jamais être introduits dans des installations biologiquement immatures et s'adaptent plus facilement à des aquariums stables et matures.

La loche clown n'est pas particulièrement agressive mais ne doit pas être maintenue avec des poissons beaucoup plus petits car ils peuvent être intimidés par sa taille et son comportement parfois très actif. Les espèces à nageoires longues et lentes comme les Betta, les guppies et de nombreux cichlidés doivent également être évitées car leurs nageoires traînantes peuvent être pincées.

Les cyprinidés vivant en eau libre et en paix sont des compagnons plus appropriés, tandis que dans les grands réservoirs, les membres des genres Barilius, Luciosoma, Balantiocheilos et Barbonymus deviennent des options. Pour ce qui est des autres habitants du fond, il se cohabitera bien avec la plupart d'entre eux. Certains cobitides et nemacheilidés sont également des possibilités, tout comme les membres d'Epalzeorhynchos, Crossocheilus et Garra et de nombreux poissons-chats.

C. macracanthus est grégaire, forme des hiérarchies sociales complexes et doit être maintenu en groupes d'au moins cinq ou six spécimens, de préférence dix ou plus. Lorsqu'il est maintenu seul, il peut devenir renfermé ou agressif envers les poissons de forme similaire, et si l'on n'achète qu'une paire ou un trio, l'individu dominant peut stresser l'autre ou les autres au point qu'ils cessent de se nourrir.

Attention ! : On considère souvent qu'un poisson potamodrome ou qui, dans la nature, est soumis à de forte variations saisonnières, est facile à maintenir car supportant une large palette de paramètres de l'eau. En fait, c'est tout le contraire, un potamodrome ou un poisson soumis à de fortes variations saisonnières a un besoin vital de ces changements naturels. Il est donc impératif de les lui fournir. (N.D.A.)

Disponibilité commerciale : Disponible

L'espèce est assez fréquente dans le commerce, mais attention, le spécimens vendus sont très jeune et donc de petite taille. Ils peuvent donc sembler convenir à un "petit" aquarium. Pensez bien, au moment de l'achat, que la taille adulte de cette loche peut atteindre 30 cm et qu'il lui faudra donc un très grand aquarium !

Si à une certaine époque, tous les poissons commercialisés étaient prélevés dans la nature, principalement à Sumatra, aujourd'hui la situation est moins claire. Alors que plusieurs milliers de spécimens sauvages sont encore capturés et vendus chaque année, les éleveurs d'Asie du Sud-Est pratiquent depuis plusieurs années une reproduction artificielle de l'espèce grâce à l'utilisation d'hormones.

Plus récemment, des éleveurs de la République tchèque et d'autres régions d'Europe de l'Est ont mis au point une technique similaire qui a fait chuter considérablement le prix du poisson élevé en captivité, autrefois très cher.

Ces dernières années sont apparus sur le marché des hybrides, apparent entre une espèce de Botia (probablement une forme de B. histrionica) et C. macracanthus ainsi que d'autres espèces aux formes corporelles ou aux marques douteuses.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Difficile
Dans la nature, cette espèce est un reproducteur migrateur, qui se déplace des canaux fluviaux principaux vers des affluents plus petits avec les plaines inondables environnantes temporairement inondées pendant la saison des pluies. Ces mouvements commencent généralement en septembre et le frai a lieu fin septembre/début octobre, bien que la date de ce dernier commence à changer avec le changement climatique.

À moins de posséder un immense bac rivière permettant de recréer les conditions naturelles du frai, il n'est pas possible de reproduire ce poisson en captivité.

Les œufs dérivent et viennent s'installer dans la végétation riveraine et là, les larves initialement pélagiques passent leurs premiers jours à se nourrir de micro-organismes. Certaines dérivent trop loin, pénètrent dans les principales rivières et finissent par être emportées vers la mer. Les alevins restants restent dans les zones inondées jusqu'à ce que les eaux commencent à se retirer, moment où ils mesurent généralement environ 30 mm de longueur. Ils se déplacent alors dans les petits affluents jusqu'à ce qu'ils soient assez grands pour rejoindre les grands canaux où ils restent jusqu'à ce qu'ils atteignent la maturité sexuelle et soient capables d'entreprendre eux-mêmes des migrations de frai.

Il existe des rapports suggérant que les populations de Bornéo vivant dans des eaux permanentes comme le système lacustre de Danau Sentarum n'effectuent pas de telles migrations, bien que nous n'ayons pas encore pu le confirmer de manière définitive.

L'élevage en aquarium par des amateurs privés reste inconnu et non documenté, ce qui n'est peut-être pas surprenant vu la complexité du cycle de reproduction naturel de l'espèce. On a souvent dit que la raison du manque de succès est que des animaux immatures étaient utilisés et que l'espèce a besoin de nombreuses années pour devenir sexuellement mature, mais il semblerait que ce ne soit pas le cas. Dans la nature, les spécimens qui entreprennent des migrations de frai annuelles mesurent en moyenne 120 à 200 mm de long, et l'espèce semble atteindre la maturité sexuelle à 120-150 mm. Les individus de plus grande taille semblent ne pas migrer et restent dans les principaux canaux des rivières toute l'année, ce qui laisse supposer qu'ils ne fraient pas au-delà d'un certain âge.

Les seules observations substantielles de reproduction dans des aquariums privés ont été réalisées avec des poissons maintenus dans des aquariums de très grande taille. 3 mâles et une femelle ont été enlevés et placés dans un bassin séparé, plus petit, avec une grille en plastique couvrant une partie de la base et quelques longueurs de tuyaux en plastique. La température de l'eau était de 26°C et le pH de 4,5, ce dernier étant abaissé à l'aide d'acide chlorhydrique. Après plusieurs jours, ils étaient entassés dans un seul morceau de tuyau d'où tombaient des centaines d'œufs. La grande majorité d'entre eux se sont immédiatement mis à moisir, les autres s'étant révélés stériles peu de temps après.
Commentaires
Étymologie : Chromobotia: du grec khroma, qui signifie "couleur", et le nom générique Botia issu de la langue assami (assamais), langue indo-aryenne parlée en Assam dans la vallée du Brahmapoutre, en référence à son motif de couleur vive et sa ressemblance avec le genre Botia, et macracanthus, du grec makros, grand, et akantha, épine, "à grandes épines".

Utilisation traditionnelle, scientifique et/ou commerciale :
Cette espèce est un poisson d'aquarium surexploité (Husnah et Suryati 2008, Liyana et al. 2019). Les agriculteurs d'Asie du Sud-Est élèvent artificiellement cette espèce en utilisant des hormones depuis plusieurs années (Legendre et al. 2012). Les prélèvements de cette espèce en 1997 étaient de vingt millions de juvéniles (Ng et Tan 1997) et en 2009, le volume des captures avait augmenté à cinquante millions (Legendre et al. 2012), les spécialistes de l'industrie observant des réductions persistantes du nombre de juvéniles capturés lors des pêches normales. Cependant, cette espèce a été pêchée avec une intensité croissante pendant près de trente ans (Dudgeon 2000).
Références
GBIF, IUCN,
- Dudgeon, D. 2000. Biodiversité fluviale en Asie : Un défi pour la biologie de la conservation. Hydrobiologie 418 : 1-13.
- Evers, H.-G. 2009. Auf nach Jambi! Prachtschmerlen in ihrem natürli-chen Lebensraum. Amazone 24 : 18-27.
- Giam, X., Hadiaty, RK, Tan, HH, Parenti, LR, Wowor, D., Sauri, S., Chong, KY, Yeo, DC et Wilcove, DS 2010. Atténuation de l'impact de la monoculture de palmiers à l'huile sur l'eau douce poissons en Asie du Sud-Est. Conservation Biology 29(5): 1357-1367.
- Husnah, EN et Suryati, NK 2008. Diversité des caractères morphologiques et de l'habitat des poissons dans la zone de drainage de la rivière Musi . Centre de recherche et de développement halieutiques, Sumatra Sud.
- Husnah, H. 2015. Diversité, caractères morphologiques et habitat des poissons dans la zone de drainage de la rivière Musi, au sud de Sumatra . Centre de recherche et de développement halieutique.
- Legendre, M., Satyani, D., Subandiyah, S., Sudarto, T., Pouyaud, L., Baras, E. et Slembrouk, J. 2012. Biologie et culture de la loche clown Chromobotia macracanthus (Cypriniformes, Cobitidae) : 1 - Reproduction induite par les hormones, réponse de latence anormale et production d'œufs dans deux populations des îles de Sumatra et de Bornéo. Ressources vivantes aquatiques 25 : 95-108.
- Liyana, SH, Sari, LA et Agustono. 2019. Evaluasi Pengauh Hormon Gonadotropin pada Tingkat Kematangan Gonad Ikan Botia ( Chromobotia macracanthus ). Journal Perikanan Pantura (JPP) 2 : 96-105.
- McCarthy, J. 2010. Processus d'inclusion et d'incorporation adverse : Palmier à huile et changement agraire à Sumatra. Journal d'études paysannes 37(4): 821-850.
- Ng, PKL et Tan, HH 1997. Poissons d'eau douce d'Asie du Sud-Est : Potentiel pour le commerce des poissons d'aquarium et problèmes de conservation. Conservation aquatique : Écosystèmes marins et d'eau douce 1 : 79-90.
- Tan, HH et Kottelat, M. 2009. Les poissons du bassin de Batang Hari, Sumatra, avec description de six nouvelles espèces. Exploration ichtyologique des eaux douces 20(1) : 13-69.

Pour citer cette fiche :"Chromobotia macracanthus, Bleeker, 1852" B-Aqua / TE, GP (2021-23)