Puntius titteya
Descripteur : Deraniyagala, 1929
Famille : Cyprinidae

Synonymes :
Barbus titteya (Deraniyagala, 1929)
Capoeta titteya (Deraniyagala, 1929)
Noms Communs :
Barbus cerise
Genre : Puntius
Puntius morehensis (Arunkumar & Tombi Singh, 1998)
Puntius ambassis (Day, 1869)
Puntius amphibius (Valenciennes, 1842)
Puntius amarus (Herre, 1924)
Puntius anchisporus (Vaillant, 1902)
Puntius aphya (Günther, 1868)
Puntius arenatus (Day, 1878)
Puntius asoka (Kottelat & Pethiyagoda, 1989)
Puntius aurotaeniatus (Tirant, 1885)
Puntius bandula (Kottelat & Pethiyagoda, 1991)
Puntius bantolanensis (Day, 1914)
Puntius baoulan (Herre, 1926)
Puntius bimaculatus (Bleeker, 1864)
Puntius binotatus (Valenciennes, 1842)
Puntius bramoides (Valenciennes, 1842)
Puntius brevis (Bleeker, 1850)
Puntius burmanicus (Day, 1878)
Puntius cataractae (Fowler, 1934)
Puntius chalakkudiensis (Menon, Rema Devi & Thobias, 1999)
Puntius chola (Hamilton, 1822)
Puntius clemensi (Herre, 1924)
Puntius compressiformis (Cockerell, 1913)
Puntius coorgensis (Jayaram, 1982)
Puntius crescentus (Yazdani & Singh, 1994)
Puntius cumingii (Günther, 1868)

25 premiers résultats seulement

Puntius titteya   
Barbus cerise
Origines géographiques
Aire d'origine :
Asie
Pays :
Sri Lanka
Le barbus cerise est endémique du Sri Lanka. On trouve dans les cours d'eau à débit lent des bassins des rivières Kelani et Nilwala, dans les districts sud-ouest de Kalutara, Gampaha, Colombo, Matara, Galle, Ratnapura et Kegalle, qui constituent la zone humide des basses terres.

La localité type est "Ambagaspitiya", un village de la province centrale du Sri Lanka.
Environnement
Paramètres du milieu naturel :
Eau :
Douce
Le puntius titteya vit dans un environnement de forêt tropicale recevant des précipitations annuelles de 2 000 à 3 000 mm, dû en grande partie au régime de moussons du sud-ouest entre mars et août. La température de l'air est assez constante tout au long de l'année, variant entre 25 et 27 °C.

On le trouve dans de petits cours d'eau vierges contenant des eaux claires ou légèrement teintés et peu profonds Le peu de soleil pouvant pénétrer la forêt, les habitats aquatiques sont ombragés et la température de l'eau peut être relativement fraîche, tandis que la conductivité et la dureté sont généralement faibles et le pH légèrement acide. Les macrophytes sont rares, bien qu'il puisse y avoir une végétation dense et marginale, parfois en surplomb sur toute la largeur du cours d'eau, dont les racines peuvent pénétrer les berges sous l'eau. Les substrats typiques sont sableux mais recouverts d'une couche de litière de feuilles avec des brindilles et des branches tombées.

Parmi les espèces de poissons sympatriques, on trouve Rasboroides vaterifloris, Puntius bimaculatus, P. kelumi, Pethia nigrofasciata, Dawkinsia singhala, Schistura notostigma, Mystus vittatus, Aplocheilus werneri, Channa orientalis, Malpulutta kretseri et Mastacembelus armatus.
Menace et protection :
NE
NA
DD
LC
NT
VU
EN
CR
RE
EW
EX
Statut UICN : 
VU : Vulnérable (B1ab(iii,v)+2ab(iii,v))
Le puntius Titteya a une aire de répartition limitée qui se situe principalement en dehors des zones protégées, ce qui la rend vulnérable à un certain nombre de menaces. Une menace majeure pour cette espèce est le commerce des poissons d'eau douce ornementaux, à la fois par la récolte extensive pour l'exportation et par le lâcher d'espèces envahissantes importées. En 2005, 2 780 individus de cette espèce ont été exportés vers environ 48 pays, et 98 % des poissons exportés ont été prélevés dans la nature au milieu des années 2000. On pense que cela entraîne un déclin de la taille de la population dans toute son aire de répartition et exerce une pression sélective car les individus les plus colorés sont capturés de manière préférentielle.

En 2016, le Sri Lanka compte 12 espèces de poissons exotiques d'eau douce établies, en raison du lâcher de poissons d'ornement, dont cinq ont été identifiées comme gravement envahissantes. Les impacts comprennent la compétition, la prédation et l'altération des cours d'eau par le comportement de fouille.

Cette espèce est également menacée par la perte et la fragmentation de l'habitat provenant d'un certain nombre de sources. On pense que la plus importante est le développement de projets hydroélectriques, qui détournent l'eau, modifient les débits en aval et altèrent les flux de turbidité et de température. Au cours des deux dernières décennies, la "zone humide" du Sri Lanka a vu se développer un grand nombre de ces projets, dont plus de 110 qui assèchent les cours d'eau et détruisent les habitats d'eau douce. Des parties spécifiques de son aire de répartition, comme à Atweltota, ont été identifiées comme de futurs sites hydroélectriques.

Parmi les autres menaces, citons la pollution d'origine domestique et agricole, l'extraction de pierres précieuses, les crues soudaines causées par le changement climatique et la déforestation, ainsi que la perte d'étendue et de qualité de l'habitat due à la déforestation pour l'exploitation forestière et la création de plantations de caoutchouc et de thé, qui réduit l'ombrage et la charge de la végétation et modifie les flux de température.
Description
Taille :
: 4 à 5 cm SL
Respiration :
Branchiale
Longévité :
Environ 3 ans
 
Alimentation : 
Omnivore
Dans son milieu naturel, il se nourrit principalement de diatomées, algues, débris organiques, petits insectes, vers, crustacés et autres zooplanctons.

En aquarium, il se montre peu difficile. Il accepte très bien la nourriture sèche, sous forme de flocons ou de granulés. On peut lui offrir aussi de petits aliments vivants et congelés comme des daphnies ou des artémias.
 
Maintenance
Paramètres de maintenance :
Température :(°C)
        20      22              26      27
pH :
         6      6,2            7      7,5

GH :
(°GH)
         1       2              8       12
Caractéristiques de l'aquarium :
Volume :
150 l minimum
Brassage :
Moyen
Population :
10 minimum
Ratio M/F :
1 / 3
 Les poissons d'élevage sont assez adaptables en ce qui concerne la chimie de l'eau et devraient se contenter d'une fourchette de 6,0 à 7.5. Les spécimens sauvages préféreront probablement des conditions légèrement acides à neutres avec une eau très douce.

Le choix du décor n'est pas particulièrement critique, bien qu'il soit préférable de le maintenir dans un aquarium fortement planté avec un substrat sombre. L'ajout de quelques plantes flottantes, notamment pour tamiser la lumière, de racines ou de branches de bois flotté et de feuilles mortes semble également apprécié et donne une impression plus naturelle.

La filtration n'a pas besoin d'être particulièrement forte, bien qu'il semble apprécier un certain degré de mouvement de l'eau et qu'il s'adapte bien dans un aquarium conçu pour reproduire un ruisseau de colline.

Le barbus cerise est un espèce vivant en banc, aussi faut il impérativement le maintenir en groupe d'au moins dix individus et si possible plus. Il convient parfaitement à un aquarium communautaire.
 
Dispo vente :
Commun
L'exportation de spécimens sauvages du Sri Lanka est actuellement interdite, bien que le prélèvement se poursuive apparemment.

Ce poison convient parfaitement aux débutants.
Reproduction
Type :
Ovipare
En aquarium :
Possible
Paramètres types pour la reproduction :
Température :
24 à 26 °C
pH :
6,5 à 8
GH :
5 à 8 °GH
Dimorphisme :
Le mâle est d'une couleur rosée, tandis que la femelle est plutôt beige avec le dos et des rayures brunes.
Processus de reproduction :
Comme de nombreux petits cyprinidés, le Puntius titteya se reproduit en dispersant ses œufs et ne montre aucun soin parental.

Dans de bonnes conditions, ils vont frayer souvent et dans un aquarium mature et densément planté, il est possible qu'un petit nombre d'alevins commencent à apparaître sans intervention humaine. Cependant, ils seront généralement victimes de prédation et n'arriveront que très rarement à l'âge adulte. Il est donc préférable de les reproduire en aquarium spécifique.

Le groupe d'adultes peut toujours être conditionné ensemble. L'aquarium de reproduction doit être très faiblement éclairé et sa base doit être recouverte d'une sorte de grille d'un calibre suffisamment grand pour que les œufs puissent y tomber, mais suffisamment petit pour que les adultes ne puissent pas les atteindre. Les tapis en plastique de type "herbe", très répandus, peuvent également être utilisés et fonctionnent très bien, tout comme un tapis de mousse de java ou équivalent. Un petit filtre exhausteur peut être ajouté, flux dirigé vers le bas. L'eau doit avoir un pH légèrement acide à neutre, avec une température d'environ 26°C ou légèrement plus chaude que l'aquarium de maintenance.

Lorsque les femelles apparaissent gravides, un ou deux couples peuvent être introduits, et le frai devrait avoir lieu le lendemain matin. Une deuxième option consiste à laisser frayer les poissons en groupe, une demi-douzaine de spécimens de chaque sexe étant un bon nombre, bien qu'un aquarium plus grand soit alors nécessaire.

Dans les deux cas, les adultes doivent être retirés après le frai. Les œufs devraient éclore en 24 à 48 heures, les alevins nageant librement environ 24 heures plus tard. Ils doivent être nourris avec une nourriture de type infusoire pendant les premiers jours jusqu'à ce qu'ils soient assez grands pour accepter les micro vers, nauplies d'artemias, ou autres.