Badis singenensis
Badis de Singen
Le Badis de Singen est un petit prédateur territorial discret qui supporte mal l'aquarium communautaire.
On lui réservera une eau moyennement douce et légèrement alcaline, et des variations saisonnières marquées.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Geetakumari & Kadu, 2011
Classe: Actinopterygii
Ordre: Perciformes
Famille:  Badidae
Genre:  Badis
Synonymes
Aucun
Noms Communs
Badis de Singen
Membres du genre Badis
Badis chittagongis (Kullander & Britz, 2002)
Badis assamensis (Ahl, 1937)
Badis autumnum (Valdesalici & van der Voort, 2015)
Badis badis (Hamilton, 1822)
Badis blosyrus (Kullander & Britz, 2002)
Badis andrewraoi (Valdesalici & van der Voort, 2015)
Badis singenensis (Geetakumari & Kadu, 2011)
Badis britzi (Dahanukar, Kumar, Katwate & Raghavan, 2015)
Badis ferrarisi (Kullander & Britz, 2002)
Badis juergenschmidti (I. Schindler & H. Linke, 2010)
Badis khwae (Kullander & Britz, 2002)
Badis pyema (Kullander & Britz, 2002)
Badis ruber (Schreitmüller, 1923)
Badis siamensis (Klausewitz, 1957)
Badis dibruensis (Geetakumari, Vishwanath, 2010)
Badis kanabos (Kullander & Britz, 2002)
Badis laspiophilus (Valdesalici & van der Voort, 2015)
Badis corycaeus (Kullander & Britz, 2002)
Badis tuivaiei (Vishwanath, Shanta, 2004)
Badis kyar (Kullander & Britz, 2002)
Badis soraya (Valdesalici & van der Voort, 2015)
Badis kyanos (Valdesalici & van der Voort, 2015)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Inde
Badis singenensis a été décrit fin 2011 dans la rivière Singen, dans le village de Saku-Kadu, dans le district d'East Siang, dans le bassin versant de l'Arunachal Brahmaputra, dans l'Arunachal Pradesh, au nord-est de l'Inde.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Le fond de la rivière est constitué de gravier, de sable.
Description
Taille
: 4 à 5 cm SL  
: 3,5 à 4,5 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
3 à 4 ans
Régime
Carnivore
Badis singenensis est globalement orange. Le corps est comme pointillé et les nageoire sont oranges, translucides. La dorsale est tachée de noire et la dorsale marquée de plusieurs tâches noires distinctes. Cette même nageoire est bordée de blanc.

Badis singenensis présente la combinaison de caractères suivante : une tache noire bien visible en position postéro-dorsale sur l'opercule, à la base de l'épine de l'opercule, ronde et couvrant généralement une partie de plusieurs écailles ; trois taches sombres distinctes à la base de la nageoire dorsale, la première tache derrière la troisième épine dorsale, la deuxième derrière la sixième épine dorsale et la troisième derrière les cinquième et sixième rayons mous de la dorsale ; une autre tache noire distincte à la base de la nageoire anale derrière le cinquième rayon mou de la nageoire anale ; nombre de plaques dentaires 5 ; écailles de la rangée latérale 25-26 ; largeur inter-orbitale 9,2 à 13,3 % SL ; longueur de la mâchoire supérieure : 7,6 à 8,8 % SL ; longueur de la mâchoire inférieure : 9,4 à 10,2 % SL ; longueur de la tête 30,2 à 34,6 % SL.
 
Régime Alimentaire
Les espèces de Badis sont des micro-prédateurs qui se nourrissent de petits crustacés aquatiques, de vers, de larves d'insectes et d'autres zooplanctons.

En aquarium, ils peuvent être difficiles et peuvent ne pas accepter les aliments sec.
Dans tous les cas, il faut toujours leur proposer des repas réguliers composés de petites proies vivantes (ou surgelées si on ne peut faire autrement) telles qu'artémies, daphnies, larves de moustiques, ou lombrics aquatiques.
Attention ! : Les petites crevettes Caridina, Neocaridina et les jeunes aselles sont des proies potentielles.

Ce sont des poissons timides, mais gourmands, et il est important de ne pas trop les nourrir. Noter que toutes les espèces du genre développent des problèmes d'obésité et deviennent plus sensibles aux maladies lorsqu'ils sont nourris avec des larves de chironomes et/ou Tubifex.

Note : Comme il a tendance à trop manger si la nourriture est facile à saisir, il faut le nourrir un prédateur seulement trois fois par semaine afin d'éviter des dommages de croissance.
Un prédateur doit impérativement chasser pour son bien-être. Manger à sa faim ne suffit pas, il faut qu'il participe activement à la recherche et à la prise des proies afin d'attiser son instinct. Manger une nourriture morte n'aboutit qu'à une "clochardisation" préjudiciable à sa santé aussi bien mental que physique.
Un ou plusieurs jours de jeune sont nécessaire à une croissance harmonieuse.
Dimorphisme
Les mâles sont de couleur plus vive.
La description mentionne en outre que pendant la saison de reproduction (qui s'étend d'avril à juin), les mâles développent une marque rouge sur les bords de leurs nageoires dorsale et anale et que chez quelques spécimens femelles, des marques de couleur rouge ont été observées sur les écailles latérales. Les femelles ont également une plus grande profondeur corporelle et sont de plus petite taille (environ 45 mm de TL chez les mâles et environ 40 mm de TL chez les femelles). (Geetakumari, K, 2011)
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Population
3 minimum
Zone
Inférieure
Ratio M/F
1 / 2
Paramètres
Température
        15      20              23      25
pH
         7      7,5            7,5      8
GH
         5       6              7       8
Brassage
Aquarium
Volume
60 l minimum
Badis singenensis fréquente les rivière dont le fond est constitué de gravier, de sable ou d'une combinaison des deux.

On lui réservera un pH neutre à alcalin (environ 7,5), une dureté de 7 °GH et une température de l'eau autour de 20 à 23°C.
Dans la nature, la température de l'eau peut descendre jusqu'à 15 °C car l'habitat de ce Badis est soumis à de fortes variations saisonnières.

Afin de reproduire au mieux son milieu, l'aquarium type sera aménagé avec un substrat de sable ou de gravier fin, ainsi que des galets agencées afin de fournir de nombreuses caches pouvant servir de sites de ponte.

Certaines structures artificielles ressemblant à des grottes (noix de coco, pots renversés...) peuvent être incluses pour servir de sites de frai potentiels.

La filtration sera douce et l'option à faible technologie (low tech.) est tout à fait envisageable.

L'éclairage sera surtout fonction des plantes choisies, mais doit rester modéré ou filtrée par des plantes surplombantes ou flottantes.

Les Badis vivent en solitaire dans les rivières, les étangs et les fossés. Dans la nature les mâles et les femelles ne se retrouvent que pour le frai. La difficulté en aquarium sera donc de maintenir plusieurs spécimens, surtout sans connaître leurs sexes.

B. singenensis est un poisson timide et territorial qui devrait être maintenu de préférence en bac biotope spécifique. Prédateur à l'affut, il ne peut soutenir la concurrence de poissons plus vifs ou plus grands dans un bac communautaire. On exclura donc sa maintenance en compagnie de poissons territoriaux.

Le poisson étant carnivore, on évitera de l'associer aux petits crustacés (Caridines, Néocaridines, aselles...) autres qu'à ceux destinés à servir de proies potentielles. Un vigoureuse colonie de néocaridines ou d'aselles peut néanmoins survivre à la prédation si le bac est bien agencé.

Disponibilité commerciale : Non disponible

A. Rao a, semble t-il, rapporté en Europe des spécimens dès 2006. Badis singenensis n'est cependant disponible aujourd'hui que chez les amateurs passionnés.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Possible
Paramètres
Température
22 à 24 °C
pH
7,5
GH
6 à 7 °GH
Comme pour la plupart des badidés, la reproduction de Badis singenensis en est peu documentée.
Elle ne doit cependant pas différée de celle des autres membres du genre et on se référera à celles-ci.

Les Badis sont des reproducteurs cavernicoles qui forment des couples temporaires. Les mâles dominants sont polygame et on privilégiera la maintenance en trio ou en groupe lâche composé de plus de femelles que de mâles.

Il est préférable de les maintenir en bac spécifique si vous souhaitez élever un bon nombre d’alevins bien que dans un communautaire mature et bien aménagée, quelques-uns puissent survivre.
Une seule paire ou un groupe d'adultes peuvent être maintenu ensemble, mais si vous utilisez plusieurs mâles, il faudra leur fournir à chacun une grotte à défendre.

En période de reproduction, les mâles rivaux deviennent de plus en plus combatifs et commencent à manifester un comportement de séduction envers les femelles entrant sur leurs territoires respectifs. Au cours de ce processus, les couleurs changent, le corps s'assombrissant et les ailerons devenant plus bleus. Le mâle essaie de traîner son partenaire par la bouche dans sa grotte. Une fois la femelle entrée, le frai commence. De trente à cent œufs sont pondus.
La femelle est alors renvoyé sans ménagement par le mâle qui surveillera seul la ponte. Tous les autres poissons adultes peuvent être retirés à ce stade, bien que cela ne soit pas absolument nécessaire.

Les œufs éclosent généralement en deux à trois jours, mais les alevins ne nagent pas librement avant l'âge de six à huit jours et ne peuvent quitter les environs de la grotte pendant une semaine ou deux environ. Tous les adultes doivent alors être retirés afin d'éviter la prédation. Les jeunes poissons sont assez sédentaires pendant les premiers jours, ce qui signifie que les micro-vers sont un aliment initial idéal.
Une fois qu’ils nagent dans la colonne d’eau, les nauplies d'Artemia peuvent être introduits dans le régime alimentaire.

Attention ! : N'hébergez jamais Badis singenensis avec d'autres espèces de Badis car une hybridation est possible.
Commentaires
Etymologie : Le nom Badis est probablement dérivé d'un nom bengali (ou local) pour ce poisson*, et singenensis : Nommé d'après la rivière Singen, Arunachal Pradesh, localité type de l'espèce.

* Badis est possiblement dérivé de "bhedo" ou "bheda" en bengali, mais la référence appropriée manque.
Après enquête auprès de locuteurs natifs, J. Müller (comm. pers., avril 2021), estime que cette étymologie est probablement incorrecte.
Références
GBIF,
Fishbase, seriously Fish
- Geetakumari, K.; Kadu, K. "Badis singenensis, a new fish species (Teleostei: Badidae) from Singen River, Arunachal Pradesh, northeastern India." in Journal of Threatened Taxa. 3(9): 2085-2089 (2011).
- Mishra S. S. , Laishram Kosygin, P. T. Rajan and K. C. Gopi, K., Chattopadhyay, A. "Endemic Animals of India(vertebrates)" (2013)
- van der Voort Stefan "Badis singenensis, the most unique badid gets a name – or does it ?" in Seriously Fish (2011)

Pour citer cette fiche :"Badis singenensis, Geetakumari & Kadu, 2011" B-Aqua / GP (2023)