Cryptocoryne crispatula
Cryptocoryne crispée
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Cryptocoryne crispatula (Cryptocoryne crispée) . D'où ils viennent,comment les maintenir en aquarium, en terrarium ou en bassin, comment les multiplier,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Engler, 1920
Classe: Liliopsida
Ordre: Arales
Famille:  Araceae
Genre:  Cryptocoryne
Synonymes
Cryptocoryne retrospiralis var. crispatula (Engl.) de Wit
Cryptocoryne crispathula var. planifolia HangZhou et al.
Cryptocoryne crispatula var. balansae (Gagnep.) N.Jacobsen
Cryptocoryne crispatula var. crispatula
Cryptocoryne crispatula var. decus-mekongensis T.Idei, Bastm. & N.Jacobsen
Cryptocoryne crispatula var. flaccidifolia N.Jacobsen
Cryptocoryne crispatula var. kubotae N.Jacobsen & Bastm.
Cryptocoryne crispatula var. planifolia Hang Zhou, H.W.He & N.Jacobsen
Cryptocoryne crispatula var. tonkinensis (Gagnep.) N.Jacobsen
Cryptocoryne crispatula var. yunnanensis (H.Li) H.Li & N.Jacobsen
Noms Communs
Cryptocoryne crispée
Phak Maï (thaïlandais)
Membres du genre Cryptocoryne
Cryptocoryne albida (Parker, 1931)
Cryptocoryne undulata (Engler ex. Braun, 1909)
Cryptocoryne yujii (Bastmeijer, 2002)
Cryptocoryne villosa (N. Jacobsen, 1980)
Cryptocoryne parva (De Wit, 1970)
Cryptocoryne zaidiana (Ipor & Tawan, 2005)
Cryptocoryne edithiae (de Wit, 1983)
Cryptocoryne uenoi (Yuji Sasaki, 2002)
Cryptocoryne affinis (N.E. Brown ex. Hooker, 1893)
Cryptocoryne alba (de Wit, 1975)
Cryptocoryne auriculata (Engler, 1879)
Cryptocoryne beckettii (Thwaites ex Trimen., 1885)
Cryptocoryne bogneri (Rataj, 1975)
Cryptocoryne bullosa (Engler, 1877)
Cryptocoryne ciliata ((Roxburgh) Schott, 1832)
Cryptocoryne cognata (Schott 1858)
Cryptocoryne cordata (Griffith, 1851)
Cryptocoryne crispatula (Engler, 1920)
Cryptocoryne coronata (Bastmeijer & van Wijngaarden, 1999)
Cryptocoryne elliptica (N.E. Brovvn ex. Hooker f., 1893)
Cryptocoryne ferruginea (Engler, 1879)
Cryptocoryne fusca (de Wit, 1970)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Bangladesh, Birmanie, Cambodge, Chine, Inde, Laos, Thaïlande, Viêt Nam
Aire actuelle
C. crispatula est signalée du nord-est de l'Inde à travers le Bangladesh et le Myanmar jusqu'à la Thaïlande, le Cambodge, la RDP Lao et le Viet Nam jusqu'au sud-ouest et au sud-est de la Chine ( Guangdong, Guangxi, Guizhou, Yunnan).

- C. crispatula var. balansae, Thaïlande, Viêt-nam
- C. crispatula var. crispatula, Chine, Laos, Myanmar, Thaïlande, Viêt-nam
Rivière You, à l'ouest de Nanning en Chine, Nord de la Thaïlande, près de Phitsanulok, Thaïlande centrale, rivière Bang Pa Kong dans la province de Nakhon Nayok, Tat Champee dans le Don Hua N.P. au Laos.
C. crispatula var. crispatula se trouve à Tat Hua Khon, également du plateau des Bolavens au Laos, le long du Mékong près de Kratie au Cambodge, province du Kwansi en Chine. En revanche les C. crispatula var. crispatula de l'Est indien, Bangla Desh devraient être mieux considérées comme C. retrospiralis.
Elle n'a pas été bien cernée jusqu'à ce que Takashige Idei ait étudié le fleuve Mékong du nord de la Thaïlande, au Laos et au Cambodge.
Outre différentes formes de ce que nous interprétons comme var. crispatula, il a également trouvé le nouveau var. decus-mekongensis et deux nouvelles espèces: C. mekongensis et C. loeiensis. Zhou Hang a trouvé C. crispatula var. crispatula et var. planifolia dans le sud de la Chine.
Prasartkul et Nonn ont visité la partie occidentale de la Thaïlande. Jacobsen a fréquemment visité le centre et la péninsule de la Thaïlande, en mettant l'accent sur C. crispatula. Sando a également enquêté sur la partie centrale de la Thaïlande. Schwott a visité le centre du Laos et Maxwell a collecté occasionnellement du Cryptocoryne en Thaïlande et au Cambodge. De nombreux «problèmes» ont été résolus, mais il reste encore beaucoup de questions, et un nombre incroyable d'hybrides suspects.
- Cryptocoryne crispatula var. decus-mekongensis en présente sur le Mékong Cambodge, Laos, Thaïlande
Province de Champassak au Laos
- C. crispatula var. flaccidifolia, Thaïlande,
Jusqu'à présent, la plante n'est connue que de la péninsule thaïlandaise. Les collections du nord du Vietnam et du sud de la Chine portent désormais sur C. crispatula var. tonkinensis. L'ancien taxon tonkinensis a donc un nouveau nom: C. crispatula var. kubotae.
- Cryptocoryne crispatula Engler var. kubotae N. Jacobsen & Bastmeijer
Son habitat type est au "Yot Dome Wildlife Sanctuary" sur la rive d'un ruisseau.
- Cryptocoryne crispatula Engler var. planifolia
A été trouvée en janvier 2010 par Hang He Wei et Zhou Hang dans la province du Guangxi au sud de la Chine.
Jusqu'à présent, il n'y a qu'un seul enregistrement pour cette plante.

- C. crispatula var. tonkinensis, Viêt-nam, Thaïlande.

- Cryptocoryne crispatula Engler var. yunnanensis (H. Li) H.Li & N. Jacobsen
En 1977, Li Heng de l'Institut botanique de Kunming a décrit Cryptocoryne yunnanensis du lit du Mékong dans la province du Yunnan au sud de la Chine.
Cryptocoryne du Mékong a ensuite été retrouvée dans d'autres rivières de Thaïlande, du Myanmar, du Laos et du Cambodge.
Environnement
Milieu
Terre, Douce
Cryptocoryne crispatula pousse généralement sur du gravier ou du sable, dans laquelle elle peut être partiellement enterrée, dans l'eau courante, des grands systèmes fluviaux tels que le Mékong, aux petits ruisseaux forestiers ombragés et des ruisseaux de montagne à débit rapide aux rivières de plaine et côtières, généralement dans un peu d'ombre bien qu'il semble tolérer le plein soleil. Elle pousse généralement dans des sites où il sera submergé pendant les débits élevés, devenant exposé et fleurissant à mesure que les niveaux d'eau baissent pendant la saison sèche. Elle poussera en canal dans les tronçons à débit plus lent, mais dans les marigots, parmi les racines des arbres ou sous les rochers et les berges où le débit est plus important et même dans les marges des tronçons troubles.
À Muak Lek, au nord-est de Bangkok, la teneur en calcium de la rivière est suffisamment élevée pour entraîner la formation d'un barrage en travertin sur la rivière, accordant des cascades et des bassins avec de grandes excroissances submergées de C. crispatula. 0-600 m d'altitude (Idei et al. 2010, eFloras 2011).

Cryptocoryne crispatula est ici interprétée comme une espèce comprenant différentes variétés écologiques, c'est-à-dire des formes de feuilles adaptées à l'approvisionnement en eau et à la topographie globale des rivières dans lesquelles elles poussent.
Les formes plus aquatiques, à savoir les formes longues à feuilles étroites avec une lame ondulée ou bullée, se prospèrent dans les rivières avec des régimes d'écoulement plus constants et une déclivité plutôt faible.
Dans les rivières avec une variation saisonnière du régime d'écoulement, se trouvent les plus amphibies, caractérisés par des feuilles plus courtes, plus ou moins lisses. La variation au sein de C. crispatula est très complexe, avec plus d'une demi-douzaine de formes reconnaissables reconnues, certaines plus facilement distinctes que d'autres.

- C. crispatula var. balansae.
À Mueak Lek, C. c. var. balansae et les pierres sont recouvertes de bicarbonate de calcium.
Certains spécimens se tiennent sur les berges de la rivière et sont exondées pendant la période sèche.

- C. crispatula var. crispatula est une plante adaptée aux variations saisonnières du niveau de l'eau, la plus extrême probablement dans le Mékong où à certains endroits la différence peut être de cinq à dix mètres.
Aucune lumière ne passera l'eau trouble à cette profondeur, les plantes deviennent dormantes en formant des feuilles en forme d'aiguilles (cylindriques) pendant les hautes eaux. Lorsque l'eau se retire, elles recommencent à pousser sur les rives sèches, entièrement exposés au soleil avec des températures de surface supérieures à 40 ° C. Ils ont alors des feuilles rigides, adaptées à la croissance émergente.
Dans le reste de la Thaïlande, les conditions ne sont pas si extrêmes, mais au stade de la floraison, elles poussent toujours émergées.
Dans les endroits abrités, C. crispatula var. crispatula pousse entre les galets et les rochers en compagnie de C. crispatula sp. sous plusieurs formes, ainsi que C. loeiensis. Les plantes émergées forment un tapis sur les rochers, fermement attaché dans les fissures.

- Cryptocoryne crispatula var. decus-mekongensis
De 2006 à 2010, Takashige Idei a enquêté sur le Mékong à la recherche de Cryptocoryne en Thaïlande, au Laos et au Cambodge. L'habitat est le même pour C. mekongensis que pour C. var. crispatula. À certains endroits, elles poussent ensemble.
Lors des basses eaux, C. crispatula var. decus-mekongensis reste solidement attaché entre les rochers, dans les fissures. Lorsqu'arrive la saison des pluie, elle commence à se développer. Elle pousse ensuite immergée, dans l'eau parfois turbulente. Le niveau d'eau peut monter de plus de un mètre pendant cette saison.

- Cryptocoryne crispatula var. flaccidifolia N.Jacobsen
On trouve la plante dans les ruisseaux à débit lent (Khlong Sok, Thaïlande) où elle forme des tapis denses.
En Thaïlande, elle prospère entre les cascades où le niveau d'eau des rivières est constant même en saison sèche.
Mais C. Var. flaccidifolia pousse une eau peu profonde près de Kapong où l'eau est basse et où les berges s'assèchent. Les feuilles peuvent survivre et fleurir à l'exondation.

- Cryptocoryne crispatula var. kubotae N.Jacobsen & Bastm.
Il n'y a que trois localités connues pour cette plante. Ces plantes ont un rythme saisonnier, poussant submergées dans la rivière pendant les crues et se desséchant sur les berges à bas niveau pendant des mois. Au retour des pluies la plante fleurit et reverdit avec de nouvelles petites feuilles.

- Cryptocoryne crispatula Engler var. planifolia H. Zhou. H.W. He & N. Jacobsen
Connue dans un seul site, Elle pousse sur les rives d'un ruisseau à demi ombragé qui se jette dans une rivière plus grande. Dans cette rivière, à environ vingt mètres du ruisseau, elle pousse néanmoins en plein soleil en compagnie de C. var. tonkinensis . Elle prospère en eau peu profonde, environ 20 cm, sur un fond de gravier, ou parfois sur un sol plus boueux.

- Cryptocoryne crispatula Engler var. tonkinensis (Gagnepain) N. Jacobsen
On la trouve dans une large rivière dans la province du Guangdong ou plus abritée dans la province du Guangxi en Chine. Elle pousse près des berges de la rivière.
Le groupe de Hanoi a retrouvé C. var. tonkinensis au nord du Vietnam dans un ruisseau ponctué de rapides aux rives abruptes.

- Cryptocoryne crispatula Engler var. yunnanensis (H. Li) H.Li & N. Jacobsen
On trouve cette variété dans le haut Mékong près de Xishuangbanna dans la province du Yunnan (Chine). Elle fréquente les larges berges du fleuve découvertes aux basses eaux pendant la saison sèche et submergées lors des crues.
Le long du Mékong dans le nord de la Thaïlande sur les bancs exondés, on trouve des populations mixtes de C. var. crispatula et C. var. yunnanensis.
Sur le fleuve Mékong toujours, mais au nord du Laos on rencontre de grands peuplements de C. crispatula var. yunnanensis sur les rives.
Sur le fleuve Mékong l'eau peut monter de dix mètres durant la saison des pluies. Les Cryptocoryne sont adaptées à cet environnement.
Le climat est assez différent de celui de la forêt tropicale. Pendant la saison sèche, C. var. yunnanensis. poussent émergé dans le lit de la rivière (niveau d'eau bas) complètement exposés au soleil avec des températures jusqu'à 40°C. Les plantes peuvent être saisonnières dans la mesure où elles ont un habitus tout à fait différent
lorsqu'elles sont complètement submergées dans le courant puissant.
Le seul enregistrement d'une menace directe concerne un site dans le cours aval d'une rivière, où le défrichement de la forêt avait été important, le ruissellement était immense et, par conséquent, les lits de la rivière ont été complètement emportés, dépourvus de toute végétation et même de grosses pierres. ont été délogés (J. Maxwell comm. pers. 2011). Il est presque certainement aussi menacé par le développement fluvial, la pollution des rivières, la déforestation des bassins versants et, pour certaines variétés, éventuellement par la collecte pour le commerce.

L'espèce peut être menacée par la construction de barrages et toute autre action qui modifie le caractère d'écoulement du fleuve Mékong et de ses plus grands affluents, ainsi que l'exploitation forestière ou l'abattage à blanc des berges ou de la plaine inondable du fleuve. Cette espèce, comme tous les Cryptocoryne présente sur le fleuve Mékong, est potentiellement gravement menacée par le surpâturage pendant la saison sèche.

La plante est cependant répandue et certainement localement abondante sur une zone assez vaste sans preuve d'un déclin au-delà de celui-ci. Son statut est donc "Peu préoccupant".

Cependant, il est extrêmement important que la distribution, l'habitat et le statut des variétés soient documentés.
Description
Type
Plante
Croissance
Taille
20 à 60 cm
Sept variétés sont reconnues par la World Checklist of Selected Plant Families (RBG Kew 2011), dont la var. crispatula est présent dans toute l'aire de répartition de l'espèce, mais d'autres sont limitées à de très petites zones.

Les variétés reconnues en 2016 sont C. crispatula var balansae, crispatula, decus-mekongensis, flaccidifolia, kubotae, planifolia, tonkinensis et yunnanensis.
Ces variétés sont basées sur des différences dans la feuille et dans la spathe, en particulier les marques sur le limbe. Comme il existe une large gamme de ces caractères, il est parfois arbitraire d'identifier une variété.
Le groupe Cryptocoryne crispatula comprend les huit variétés de C. crispatula nommées précédemment ainsi que C. albida et C. retrospiralis.

- Cryptocoryne crispatula var. balansae (Gagnepain) N.Jacobsen
Cryptocoryne crispatula var. balansae est la seule à avoir des feuilles bullées presque linéaires pouvant atteindre 4 cm de large et est donc facile à identifier.
Les feuilles peuvent mesurer jusqu'à 60 cm, pétiole compris, la largeur typique et 2 cm mais peut atteindre 4 cm. La couleur de la feuille est verte à brunâtre, la face inférieure vert pâle à rougeâtre.
Elle pousse dans un environnement calcaire et est donc une plante facile à cultiver pour l'aquarium.

- Cryptocoryne crispatula var. crispatula a des feuilles étroites avec le plus souvent une marge ondulée. Les feuilles se tiennent debout même lorsqu'elles sont émergées

- Cryptocoryne crispatula var. decus-mekongensis T.Idei, Bastm. & N.Jacobsen a une large hampe blanche et la spathe couverte de points rouges. Les feuilles varient du rouge au vert, la plupart du temps finement ondulées.

- Cryptocoryne crispatula var. flaccidifolia N.Jacobsen
Elle a de longues feuilles ondulées qui ne se tiennent pas dressées une fois exondées. La spathe de C. crispatula var. flaccidifolia a un long tube (pour atteindre la surface de l'eau) et un limbe tordu plus ou moins dense strié ou pointillé.
Il n'est pas toujours facile d'identifier Cryptocoryne crispatula var. flaccidifolia. La différence avec C. crispatula var. balansae est plus ou moins une question de largeur des feuilles, et comme il y a une certaine variation naturelle dans la nature, on pourrait discuter du nom qui convient. Cela signifie que seuls les extrêmes sont nommés. Les deux ont des feuilles douces et ondulantes, adaptées à la croissance submergée, avec seulement la spathe sortant de l'eau.

C'est une variété aux feuilles longues, étroites, lisses à ondulées, vertes à brun rougeâtre. Les feuilles des plantes émergées sont flasques. Les feuilles submergées atteignent une longueur de 20 à 50 cm et une largeur de 5 à 12 mm. Sa largeur de feuille diffère de celle de C. crispatula var. tonkinensis (feuilles de 2 à 4 mm de large) et de C. crispatula var. balansae (feuilles de 15 à 40 mm de large). De plus, var. balansae a des feuilles bulleuses, tandis que celles de var. tonkinensis et var. flaccidifolia a une marge lisse à ondulée mais pas de motif bulleux dans les feuilles.

Cette variété de Cryptocoryne crispatula est assez variable, comme beaucoup d'autres variétés de cette plante, et il existe également des formes intermédiaires. Ainsi, toutes les plantes du groupe de C. crispatula ne peuvent pas être attribuées en toute sécurité à une variété.

- Cryptocoryne crispatula Engler var. kubotae N. Jacobsen & Bastmeijer
Cryptocoryne crispatula var. kubotae a des feuilles très étroites et molles qui se dressent à peine à la levée.
Les feuilles sont étroites (environ 2-3 mm), lisses et vert tendre et un tube court de la spathe (autant que la longueur du membre tordu). Il existe des plantes de var. crispatula avec également des feuilles très étroites mais celles-ci ont un tube relativement plus long.

Jusqu'à récemment, cette plante était connue sous le nom de var. tonkinensis. Mais Gagnepain, qui l'a nommé, ainsi avait en main une plante différente comme l'ont montré Jacobsen et al. (2015), elle est maintenant appelée var. kubotae.

- Cryptocoryne crispatula var. planifolia Hang Zhou, H.W.He & N.Jacobsen
Elle a de larges feuilles lisses avec une face inférieure rouge. les feuilles sont étroites et molles et se tiennent difficilement dressées. La spathe est entièrement blanche, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur.
Apparemment, elle appartient au groupe des crispatula, de par sa spathe, mais avec ses longues et larges feuilles lisses avec une face inférieure rouge si elle diffère de toutes les variétés connues.

- Cryptocoryne crispatula Engler var. tonkinensis (Gagnepain) N. Jacobsen
Cette cryptocoryne à des feuilles longues, rigides et étroites. En Chine on trouve une forme rougeâtre, avec une marge ondulée, et au Vietnam elle produit des feuilles lisses plus verdâtres.

Cette espèce du nord du Vietnam (ancienne province du Tonkin) et du sud de la Chine a été identifiée comme C. crispatula var. flaccidifolia pendant des années. Ce n'est qu'en 1941 que la plante a été décrite par Gagnepain comme C. tonkinensis, et en 2013 seulement , lors de la conférence Aroid à Hanoi, que Jacobsen, Bogner, Ørgaard et Nguyen ont eu l'occasion de visiter la localité type où Balansa a collecté le matériau type en 1887.

- Cryptocoryne crispatula var. yunnanensis (H.Li) H.Li & N.Jacobsen
C. crispatula var. yunnanensis a des feuilles relativement courtes et rigides comme la var. crispatula mais la forme de la spathe les distingue. La spathe de C. crispatula var. yunnanensis a un tube assez court ainsi qu'un limbe court avec une petite queue plus ou moins prononcée. Le limbe de cette spathe présente des points rouges réguliers sur fond jaune. La partie inférieure de l'inflorescence, du calice forme une constriction dans la paroi du calice à mi-chemin et des points rouges sur la paroi intérieure.
Si les feuilles émergées ont un sommet et une base aigus et sont rigides, les feuilles cultivées submergées peuvent être différentes.
Les feuilles normales (30 cm et plus) sont remplacées par des feuilles cylindriques. Ces dernières feuilles sont en forme de «pic» et atteignent de 2 à 10 cm et sont de section transversale circulaire.
Ceci est apparemment une adaptation à la submersion dans une eau courante trouble et rapide.
Cet adaptation peut être considéré comme une phase de dormance.

La plante était considérée comme synonyme de C. sinensis selon le type de matériau rapporté par Josef Bogner. Plus tard, Niels Jacobsen a changé le nom en C. crispatula var. sinensis reflétant les relations étroites de ce groupe. En 2009, Jacobsen a découvert avec le spécimen d'herbier "Morse 221", le type de C. sinensis, était en fait un C. crispatula var. crispatula, donc un nouveau nom était nécessaire.

Description botanique
Herbe à feuilles caduques jusqu'à 0,5 m de haut. Tige souterraine : tubercule subglobuleux, jusqu'à 6 cm de diamètre × 4 cm de haut, ocre à l'extérieur, blanc à l'intérieur. Pseudotronc 10–17 × 1 cm, vert, carmin ou violet. Feuille solitaire ; cataphylles de 2–10 cm de long, carmin pâle ; pétiole de 15–35 × environ 1 cm, rose foncé, parfois avec des rayures plus foncées ; limbe trifoliolé ; folioles elliptiques-ovales, de 20–30 × 10–14 cm, à bords ondulés, à apex acuminé se terminant par une courte arista ; base centrale de la foliole convexe, avec un pétiolule jusqu'à 3,5 cm de long ; folioles latérales légèrement asymétriques, base cunéiforme avec un pétiolule jusqu'à 1,5 cm de long, vert moyen brillant, à nervures imprimées dessus, dessous plus clair à nervures rougeâtres en relief. Inflorescence plus ou moins maintenue au niveau du feuillage ; pédoncule de 15–25 cm de long × environ 1 cm de large à la base, de la même couleur que le pétiole, ou blanc-vert pâle ; tube de spathe cylindrique, à 5,5 × environ 2 cm, jaune-vert pâle à blanc avec de légères veines plus foncées ; marges de la bouche de la spathe à peine recourbées, jaune-vert pâle ; limbe de la spathe horizontal, ovale, presque de la longueur du tube, de 4–6 × 4 cm, à l'extérieur et à l'intérieur jaune ou vert clair, avec une tache blanche, plus ou moins visible à la base ; spadice appendice dépassant du tube, mais plus court que la spathe, recourbé vers l'avant, de 4–6 cm de long, vert jaune pâle, subulé, partie inférieure conique, de 4–5 mm de large, sessile, à longues soies jaunes, 1–1,7 cm de long, dans la partie médiane, et, dans les spadices femelles, des saillies plus courtes et vertes, de 4–8 mm de long, juste au-dessus des fleurs femelles ; zone fertile staminée ou femelle, de 2,5–3,5 cm de long ; fleurs staminées lâchement disposées, 2–3-andreuses, anthères havane ou grises à orange pâle, sur une tige verte, de 2–3 mm de long ; thèques déhiscentes par un pore allongé ; fleurs pistillées densément disposées ; ovaires ovoïdes, verts ; stigmate sur un style court, pénicillé, blanc. Infructescence sur un pédoncule dressé, subcylindrique, jusqu'à 8 × 2,5 cm ; fruits d'environ 1 × environ 0,7 cm, prismatiques, aplatis à l'apex avec des restes stigmatiques, rouge-orange à maturité. Graines inconnues.
 
Maintenance
Dry Start
Oui
Paramètres
Température
20 à 28°C
pH
6,5 à 8
GH
4 à 30
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Recommandé
Pour l'aquariophile, le groupe crispatula se divise en deux parties.
Dans la première partie se trouvent les plantes qui poussent toujours immergées dans l'eau peu profonde, elles ont des feuilles flasques : C. crispatula var. balansae, C. crispatula var. flaccidifolia, C. crispatula var. tonkinensis et C. crispatula var. planifolia. Celles-ci sont bien adaptées à la culture en aquarium.
Dans l'autre partie se trouvent des plantes à caractère saisonnier, dues aux changements du niveau d'eau.
Elles poussent émergées pendant la saison sèche, principalement en plein soleil et deviennent dormants à la crue saisonnière, par exemple, les niveaux d'eau dans le Mékong peuvent monter de cinq à dix mètres.
Elles forment de courtes "feuilles de mousson", des feuilles cylindriques réduites à la nervure principale. Ces plantes sont : C. crispatula var crispatula, C. crispatula var. decus-mekongensis, C. crispatula var. kubotae et C. crispatula var. yunnanensis.
Cette adaptation est également observée chez Cryptocoryne cruddasiana, Cryptocoryne loeiensis, Cryptocoryne mekongensis et même chez Cryptocoryne retrospiralis . Cryptocoryne albida ne présente aucun dimorphisme.

C. crispatula var. balansae / flaccidifolia sont des plantes d'aquarium très populaires.
C. var. tonkinensis, C. albida et C. spiralis sont rares dans le passe-temps des aquariums.

Toutes les plantes du "groupe crispatula" sont faciles à cultiver. La plupart poussent dans un environnement riche en calcium, calcaire, et préféreront une eau dure ou au moins neutre.

- Cryptocoryne crispatula var. balansae (Gagnepain) N.Jacobsen pousse dans un environnement calcaire et est donc une plante facile à cultiver pour l'aquarium.
C'est la plus anciennement connue des nombreuses variétés de Cryptocoryne crispatula existantes.Cette variété est peut-être l'une des plus tolérantes. pH : 5,5 à 7,5, GH : 3 à 15, Température : 21 à 25 °C

- Cryptocoryne crispatula var. crispatula n'est pas bien adapté à l'aquarium "normal". En culture émergée permanente, les plantes du Mékong conservent leur caractère saisonnier, commençant leur croissance en septembre et diminuant en juin.

- Cryptocoryne crispatula var. decus-mekongensis est facile à maintenir dans le sable limoneux avec ou sans litière de tourbe, mais la floraison peut prendre une année supplémentaire.
En juillet, la plante commence à se faner, toutes les feuilles vont tomber pendant cette phase de repos et quelques épis comme des feuilles se développent. Ce n'est qu'en septembre/octobre qu'il repoussera des feuilles normales. En raison de son caractère saisonnier, elle ne convient pas à l'aquarium.

- Cryptocoryne crispatula var. flaccidifolia N.Jacobsen
C. crispatula var. flaccidifolia est une bonne plante d'aquarium.
Cryptocoryne crispatula var. flaccidifolia n'est peut-être pas aussi connu que var. balansae, mais il est tout aussi recommandable et facile à entretenir pour les plantes d'aquarium. Ses feuilles de 50 cm de long la réserve aux grands bacs.
Elle prospère également bien dans les eaux plus dures et préfère un éclairage modéré à intensif.

- Cryptocoryne crispatula var. kubotae N.Jacobsen & Bastm.
En culture submergée comme en culture émergée, c'est une espèce facile à cultiver qui se propage facilement mais ce n'est pas une croissance rapide. Cependant, C. crispatula var. kubotae vit exondée une partie de l'année. Il est probable que cette plante ait besoin d'une phase de repos.

- Cryptocoryne crispatula var. planifolia Hang Zhou, H.W.He & N.Jacobsen
Les paramètres de l'eau indiquent que la var. planifolia peut convenir à un aquarium frais, température env. 20°C.

- Cryptocoryne crispatula Engler var. tonkinensis (Gagnepain) N. Jacobsen
On ignore si la croissance de C. var. tonkinensis a un caractère saisonnier, mais elle pousse facilement submergée dans un aquarium. Émergée, elle fleurit abondament.

- Cryptocoryne crispatula Engler var. yunnanensis (H. Li) H.Li & N. Jacobsen
En culture terrestre, une phase de dormance commence en juin. Certaines espèces de Cryptocoryne s'effondrent complètement en quelques semaines. Cette espèce semble plus progressive. Au début du printemps, les plantes «éclatent» à nouveau.
Cryptocoryne crispatula var. yunnanensis est en raison de son caractère saisonnier peu adapté à l'aquarium classique. De plus, il nécessite beaucoup de lumière et si possible le plein soleil.

La fonte des cryptocorynes
Quand on plante de nouvelles cryptocorynes dans un aquarium, on rencontre souvent un phénomène appelé fonte des Cryptocoryne, crypt melt en anglais, durant laquelle la plante perd toutes ses feuilles.

Dans les pépinières asiatiques où elles sont produites, elles sont cultivées à l'air libre, mais elles sont maintenues sous l'eau dans la plupart des aquariums.
De fait la perte de feuilles survient lors du passage entre les conditions émergées à immergées.
Le changement brutal d'environnement perturbe la plante qui peut mettre jusqu'à trente jours pour s'installer et que de nouvelles pousses apparaissent.
Certains préconisent de ne pas planter de Cryptocoryne dans un aquarium installé depuis moins de trois mois.

Il y a maintenant une tendance des pépinières à envoyer les Cryptocoryne sous forme de rhizomes sans feuilles, pour réduire les coûts d'expédition et parce que les feuilles tomberont de toute façon une fois plantée dans l'aquarium.
Disponibilité commerciale : Disponible
Certaines variétés sont plutôt communes, d'autres rares, très rares ou même introuvables.
La Cryptocoryne crispatula (d'origine horticole) semble avoir été introduite vers 1955 dans le commerce aquariophile sous le nom de Cryptocoryne somphongsii

Les plantes vendues dans les animaleries sous le nom de C. retrospiralis se réfèrent probablement toutes à C. crispatula var. flaccidifolia.
La plante vendue sous le nom de "Cryptocoryne tonkinensis" dans le commerce n'appartient généralement pas non plus à C. crispatula var. tonkinensis, mais à C. crispatula var. flaccidifolia

Il est donc important de connaitre la sous-espèce acquise afin d'adapter au mieux sa maintenance.
Plantation et multiplication
Reproduction végétative
La plupart des Cryptocorynes se reproduisent par les coureurs souterrains, et après un certain temps, elles forment un groupe dense, sans intervention.

Reproduction sexuée
La reproduction sexuée par semis ne peut avoir lieu qu'en situation émergée et semble compliquée à réaliser en aquarium.
Commentaires
Étymologie : Cryptocoryne, de crypto, signifiant "caché" koryne faisant référence au bouton de la fleur et crispatula "crispée" , allusion à la forme gaufrée des feuilles.

- C. crispatula var. decus-mekongensis "beauté du Mékong"
- C. crispatula var. flaccidifolia, à feuilles flaccides du latin flaccidus "flasque, mou".
- C. crispatula var. tonkinensis. du Tonkin (Tongkin ou Tong-king), est le nom autrefois utilisé pour désigner la partie septentrionale du Viêt Nam actuel.
Références
GBIF, IUCN,
The World Checklist of Vascular Plants (WCVP)
RBG Kew. 2011. Global Checklist of Selected Plant Families. London
- Bastmeijer, Jan "Cryptocoryne Crispatula " & "Crispatula group" in "The Crypts Pages" (2016)
- Chen, J., Hoch, P. and Raven, PH 2011. Flora of China Vol. 13
- Idei, T., Bastmeijer, JD and Jacobsen, N. 2010. Stories from the Mekong: Two new Cryptocoryne (Araceae). Aquaplanta 35(4): 139-146.
- Jacobsen, N. 1986. Deterioration of Cryptocoryne species habitats. 'Troebel Water' Symposium, Dutch Aquatic Plant Society / Aquarium vereniging Ludwigia / Werkgroep Behoud het tropisch Regenwoud / Agricult. Univ. Wageningen.
- Jacobsen, N., J.D.Bastmeijer, J. Bogner, V.D. Nguyen, Q.B. Hong & M. Ørgaard. "The identity of Cryptocoryne crispatula var. tonkinensis (Araceae)". in Willdenowia 45(2) (2015)
- Jacobsen er al. "A new variety of Cryptocoryne crispatula Engl. (Araceae) from Thailand". in Thai Forest Bull. (bot) 43 (2015)
- Lansdown, RV 2020. Cryptocoryne crispatula (version modifiée de l'évaluation de 2011). La Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2020
- Mühlberg, H. & I. Hertel. "Cryptocoryne crispatula (Araceae) in Vietnam". in Schlechtendalia 16 (2007)
- Rataj, K. 1975. Revision of the genus Cryptocoryne Fischer. Ved Academy, Prague.
- Schöpfel, H. "Der gekrauselte Wasselkelch, Cryptocoryne crispatula". in Das Aquarium 313(7) (1995)
- Tomey, W.A. "Ervaringen met Cryptocoryne balansae". in Het Aquarium 36(10) (1966)
- Zhou, H. "Cryptocoryne crispatula Engler in der Provinz Guangxi, China". in Aqua Planta 30(4) (2005)
- Zhou, H., H.W. He & N. Jacobsen. "Eine neue Varietät der Cryptocoryne crispatula Engler (Araceae) aus der Provinz Guangxi, China". in Aqua Planta 35(4) (2010)

Pour citer cette fiche :"Cryptocoryne crispatula, Engler, 1920" B-Aqua / GP (2021)