Botia almorhae
Loche d'Almorha
Botia almorhae est une loche migratrice qui fraie en altitude. Elle est donc très difficile à maintenir dans de bonnes conditions en aquarium. On la réservera donc aux aquariophiles averti.e.s en possession d'un grand bac "rivière" et rompu.e.s aux changements saisonniers.
Attention ! : il semble que les loches vendue sous ce nom dans le commerce, ne soient pas Botia almorhae.


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Gray, 1831
Classe: Actinopterygii
Ordre: Cypriniformes
Famille:  Cobitidae
Genre:  Botia
Synonymes
Botia blythi Bleeker, 1863
Botia grandis Gray, 1832
Schistura maculata McClelland, 1839
Noms Communs
Loche d'Almorha
Loche du Pakistan
Almorha loach (en)
Pakistani loach
Baghae (népal)
Jabo (Hindi)
Membres du genre Botia
Botia almorhae (Gray, 1831)
Botia birdi (Chaudhuri, 1909)
Botia dario (Hamilton, 1822)
Botia histrionica (Blyth, 1860)
Botia kubotai (Kottelat, 2004)
Botia lohachata (Chaudhuri, 1912)
Botia rostrata (Günther, 1868)
Botia striata (Narayan Rao, 1920)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Inde, Myanmar, Népal
Botia almorhae est signalée en Inde au Bihar (rivière Jamwari, Saram, rivière Shalkia, district de Chapra), au Rajasthan (rivière Gambhir, Sawai Madhopur), à l'Uttar Pradesh (rivière Rapti, Gorakhpur, rivière Koshi, Almorha, rivière Markonda), au Népal (rivière Gandak, rivière Narayani, Narsi) (Menon 1992). Signalée au Myanmar.

Les jeunes sont communs dans les cours inférieurs et les adultes semblent migrer vers des altitudes plus élevées dans l'Himalaya, atteignant au nord Katmandu au Népal, Almorha à Kumaon et Srinagar dans l'Himalaya de Garhwal.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Botia almorhae est migratrice puisque les jeunes se trouvent dans les basses collines à une altitude minimale de 190 m, et les adultes aux altitudes plus élevées dans l'Himalaya.
Cette loche préfère les ruisseaux rocheux et graveleux.
Botia almorhae est une espèce répandue et rustique avec une répartition assez large dans certaines régions. Bien que quelques menaces telles que les effets de la déforestation et de la pêche à des fins commerciales ornementales soient signalées, et jusqu'à ce que des études plus approfondies soient menées pour comprendre les impacts de celles-ci à long terme, le statut de l'espèce est considéré comme "Peu préoccupant".
Description
Taille
: 15 à 18 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
15 à 20 ans
Régime
Carnivore
L’apparence physique de B. almorhae reste un mystère car à cause d'erreurs d'identification, les photographies de spécimens vivants présentées dans les bases de données sont douteuses.

Sur les photographies certifiées présentes dans les collections de l'Institut de la biodiversité de l'Université du Kansas (University of Kansas Biodiversity Institute) la loche présentée est difficile à distinguer des autres membres du genre. (Voir références en bas de page)
 
Dangerosité
 
 
 Faible
Les Botia spp. possèdent des épines sub-oculaires pointues et mobiles qui sont normalement dissimulées dans une poche de peau mais dressées lorsqu'un individu est stressé, par exemple s'il est retiré de l'eau.
Il faut donc faire preuve de prudence car celles-ci peuvent s'emmêler dans les filets de capture et celles des plus gros spécimens peuvent percer la peau humaine.
Maintenance
Population
5 minimum (10 recommandé)
Zone
Inférieure, Centrale
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
        15      20              25      30
pH
         6      6,5            7      7,5
GH
         1       5              10       12
Brassage
Aquarium
Volume
400 l minimum (500 l recommandé)
Longueur
150 cm minimum (200 cm recommandé)
Botia almorhae est migratrice et quitte les basses collines pour frayer aux altitudes plus élevées dans l'Himalaya.
Cette loche préfère les ruisseaux rocheux et graveleux.

Un grand bac biotope spécifique pouvant recréer les deux milieux qui lui sont indispensables sera donc nécessaire à sa maintenance. C'est une gageure à réserver aux aquariophiles chevronné.e.s.


Maladie spécifique
Les botiidés sont également sensibles à une maladie communément appelée "maladie maigre" et caractérisée par une perte de poids. Ceci est particulièrement fréquent chez les spécimens nouvellement importés et semble être causé par une espèce du genre flagellé Spironucleus.
Il est possible de la soigner bien que les médicaments recommandés varient selon les pays. Les amateurs au Royaume-Uni ont tendance à utiliser l'antibiotique Levamisole et ceux aux États-Unis, le Fenbendazole (alias Panacur).

Comportements propres aux botiidés

Certaines habitudes comportementales des Botia spp. ont été enregistrées suffisamment souvent pour être considérés comme spécifiques du genre.

Par exemple, lors de batailles de domination qui se produisent assez souvent lorsque les poissons ont été introduits dans un nouvel aquarium ou que de nouveaux individus ont été ajoutés à un groupe existant, les protagonistes perdent normalement une grande partie de leur couleurs, un phénomène désormais connu sous le nom de "grisée".
De telles manifestations se produisent parfois également au sein d’un groupe établi, lorsque les individus cherchent à améliorer leur classement social.

Il est intéressant de noter que certaines observations suggèrent que le caractère du poisson le mieux classé, ou alpha, semble affecter celui de l'ensemble du groupe, même s'il faut dire que les études scientifiques sur le comportement des loches botiidés sont pratiquement inexistantes.

Il semble évident qu'ils affichent une certaine personnalité, certains spécimens étant naturellement plus audacieux ou plus agressifs que d'autres, par exemple. L'alpha est normalement le plus gros spécimen du groupe et souvent une femelle.

"L'observation" est aussi un comportement notable dans lequel les individus plus jeunes nagent flanc contre flanc avec les plus âgés, imitant chacun de leurs mouvements. Certains éleveurs rapportent que plusieurs poissons plus petits peuvent simultanément suivre un plus gros, avec même trois ou quatre de chaque côté !
La raison en est inconnue. Cela peut concerner un groupe dont les individus restent en contact les uns avec les autres lorsque les rivières gonflent en période d'inondation, réduisant peut-être la traînée en nageant "en formation" ou en ayant une autre fonction de communication (migratoire ?).
Il a été observé dans des aquariums avec un débit d'eau élevé ou faible et semble être habituel dans la mesure où certains individus observeront d'autres poissons si aucun congénère n'est présent.

Le son semble également être un facteur important de communication puisque ces loches sont capables de produire des clics audibles, ceux-ci augmentant en volume lorsque les poissons sont excités.
Les aspects comportementaux de ce phénomène restent largement sous-étudiés, mais on pense que les sons sont produits par le grincement des dents pharyngées ou des épines suboculaires .

Une autre curiosité est ce qu'on appelle la "danse des loches" qui implique un groupe entier nageant de manière constante et agitée autour des côtés du réservoir, en utilisant généralement toute la longueur et la hauteur.
Les raisons de ce phénomène sont inconnues et les rapports quant au moment où cela se produit varient, mais les déclencheurs les plus courants semblent être l'ajout de nourriture, d'eau fraîche ou de nouveaux congénères, et cela peut durer de quelques minutes à un jour ou plus. Il pourrait être lié à un comportement saisonnier précédent le frai. (NDLA)

Les botiidés s'installent aussi souvent dans des positions particulières coincés verticalement ou latéralement entre des éléments de décor, ou même à plat sur le substrat. Il n’y a pas lieu de s’alarmer et cela semble être un comportement naturel au repos. (Seriously Fish,2011)

Disponibilité commerciale : Non disponible

Attention ! : Une loche Yoyo est vendue comme Botia almorhae, mais c'est une erreur d'identification (ou une volonté commerciale ?) car l'espèce n'a sans doute jamais été vue dans le commerce des aquariums.

La plupart (sinon la totalité) des spécimens étiquetés comme B. almorhae sont en réalité des B. lohachata étroitement apparentés, et possiblement deux espèces non décrites communément appelées B. sp. "Kosi" et B. sp. "Teesta", ou encore des hybrides.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Difficile
On ne sait rien de la reproduction de cette espèce en aquarium, mais il y a de fortes chances qu'elle soit, comme les autres membres du genre, très difficile à obtenir en raison des moeurs potamodromes de ce poisson.
Commentaires
Etymologie : Botia, nom générique issu de la langue assami (assamais), langue indo-aryenne parlée en Assam dans la vallée du Brahmapoutre, et almorhae fait référence à Almora dans l'Uttarakhand, en Inde.

Utilisation traditionnelle, scientifique et/ou commerciale :
C'est une espèce assez rustique signalée assez commune dans les captures (CPUE) dans la rivière Ramganga.
Références
GBIF, IUCN,
University of Kansas Biodiversity Institute (Milieu et spécimen disponible sur https://www.gbif.org/occurrence/657035523)
- Chaudhry, S. "Botia almorhae" (version modifiée de l'évaluation de 2010). La Liste rouge de l'UICN des espèces menacées 2020
- Froese, Rainer ; Pauly, Daniel. " Botia almorhae" FishBase (2014)
- Kottelat, M., "Conspectus cobitidum: an inventory of the loaches of the world (Teleostei: Cypriniformes: Cobitoidei)." in Raffles Bulletin of Zoology Supplement 26: 1-199 (2012)
- Menon, AGK "Faune de l'Inde : Cobitoidea - Cobitidae." Enquête zoologique de l'Inde, Calcutta. (1992)
- Oo, W., 2002. Inland fisheries of the Union of Myanmar. In T. Petr and D.B. Swar (eds.) Cold Water Fisheries in the Trans-Himalayan Countries. FAO Fish.
- Shrestha, T.K., 1990. Resource ecology of the Himalayan waters. Curriculum Development Centre, Tribhuvan University, Kathmandu, Nepal.
- Shrestha, T.K., 1990. Rare fishes of Himalayan waters of Nepal. J. Fish Biol. 37(Suppl.A):213-216.
- Talwar, P.K. and A.G. Jhingran, 1991. Inland fishes of India and adjacent countries. vol 1. A.A. Balkema, Rotterdam.

Pour citer cette fiche :"Botia almorhae, Gray, 1831" B-Aqua / GP (2023)