Botia birdi
Loche birdi
Potamodrome de grande taille, Botia birdi nécessite un très grand bac "rivière" simulant de fort changements saisonniers et de milieu.
C'est un poisson difficile à maintenir dans de bonnes conditions et donc réservé aux aquariophiles aguerri.e.s


Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Chaudhuri, 1909
Classe: Actinopterygii
Ordre: Cypriniformes
Famille:  Cobitidae
Genre:  Botia
Synonymes
Botia bridi (Chaudhuri, 1909)
Botia javedi Mirza & Syed, 1995
Noms Communs
Loche birdi
Birdi loach (en)
Rama gurun (kashmiri)
Membres du genre Botia
Botia almorhae (Gray, 1831)
Botia birdi (Chaudhuri, 1909)
Botia dario (Hamilton, 1822)
Botia histrionica (Blyth, 1860)
Botia kubotai (Kottelat, 2004)
Botia lohachata (Chaudhuri, 1912)
Botia rostrata (Günther, 1868)
Botia striata (Narayan Rao, 1920)
Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Inde, Pakistan
[Botia birdi est répandu dans le bassin hydrographique de l'Indus.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Botia birdi Fréquente les ruisseaux de montagne clairs.
Se nourrissant au sol,il préfère les habitats lentiques mais est bien adapté aux cours d'eau torrentiels.
On rapporte qu'il migre des lacs vers la rivière Jhelum pour se reproduire sur des fonds sableux en juillet-août.
Ce poisson est donc un potamodrome qui fréquente les torrents d'altitude au moment du frai.
Description
Taille
: 17 à 19 cm SL  
: 18 à 20 cm SL
Respiration
Branchiale
Longévité
15 à 20 ans
Régime
Carnivore
Botia birdi se caractérise par la présence d'un motif de couleur remarquable composé de boucles elliptiques noir brunâtre qui descendent de larges bandes noires brunâtres de chaque côté qui se terminent par la surface ventrale et d'une épine préorbitaire bifide devant les yeux.
Il a un corps oblong, court et modérément comprimé avec une surface dorsale de couleur jaunâtre foncé.
Il peut mesurer 19 cm pour un poids de 60 g, et sans doute plus encore dans de bonnes conditions de maintenance.

Botia birdi est bien adapté aux cours d'eau torrentiels et étant capable de suspendre la respiration pendant de courtes périodes, le cœur présente de nombreuses caractéristiques qui pourraient ne pas être observées chez d'autres téléostéens.
 
Régime Alimentaire
En cours de rédaction :
Dimorphisme
Un dimorphisme sexuel remarquable est présent chez Botia birdi.
Les mâles qui présentent des pectoraux hypertrophiés,
sont plus petit que les femelles.
Dangerosité
 
 
 Faible
Les Botia spp. possèdent des épines sub-oculaires pointues et mobiles qui sont normalement dissimulées dans une poche de peau mais dressées lorsqu'un individu est stressé, par exemple s'il est retiré de l'eau.
Il faut donc faire preuve de prudence car celles-ci peuvent s'emmêler dans les filets de capture et celles des plus gros spécimens peuvent percer la peau humaine.
Maintenance
Population
6 minimum (12 recommandé)
Zone
Inférieure, Centrale
Ratio M/F
1 / 1
Paramètres
Température
              22                       26
pH
              6,5                       7,5
GH
              5                        10
Brassage
Aquarium
Volume
300 l minimum (450 l recommandé)
Longueur
200 cm minimum (250 cm recommandé)
Il n'existe pas de retour d'expérience concernant cette loche. On sait cependant que Botia birdi fréquente les eaux lentiques une partie de l'année mais, adaptée aux cours d'eau torrentiels, migre dans les torrents en amont pour frayer.

On composera donc un bac rivière de grande taille pouvant simuler saisonnièrement les deux milieux. Autant dire que la maintenance et qui plus est l'élevage de ce poisson est à réserver aux aquariophiles aguerri.e.s.

Un bac, le plus long possible, sera aménagé en biotope rivière avec gravier, galets de différentes tailles pour assurer des cachettes à ce grand poissons timide, avec possiblement une bordure plantée et pourvue de branchages.

On devra périodiquement pouvoir augmenté sérieusement le flux et la filtration devra être surdimensionnée (20X), bien que modulable.
On pourra ainsi reproduire une saison calme et simuler une remontée du courant en augmentant le débit, quitte à adjoindre des pompes de brassage supplémentaires, et des venturis pour assurer l'oxygénation de l'eau.

Maladie spécifique
Les botiidés sont également sensibles à une maladie communément appelée "maladie maigre" et caractérisée par une perte de poids. Ceci est particulièrement fréquent chez les spécimens nouvellement importés et semble être causé par une espèce du genre flagellé Spironucleus.
Il est possible de la soigner bien que les médicaments recommandés varient selon les pays. Les amateurs au Royaume-Uni ont tendance à utiliser l'antibiotique Levamisole et ceux aux États-Unis, le Fenbendazole (alias Panacur).

Comportements propres aux botiidés

Certaines habitudes comportementales des Botia spp. ont été enregistrées suffisamment souvent pour être considérés comme spécifiques du genre.

Par exemple, lors de batailles de domination qui se produisent assez souvent lorsque les poissons ont été introduits dans un nouvel aquarium ou que de nouveaux individus ont été ajoutés à un groupe existant, les protagonistes perdent normalement une grande partie de leur couleurs, un phénomène désormais connu sous le nom de "grisée".
De telles manifestations se produisent parfois également au sein d’un groupe établi, lorsque les individus cherchent à améliorer leur classement social.

Il est intéressant de noter que certaines observations suggèrent que le caractère du poisson le mieux classé, ou alpha, semble affecter celui de l'ensemble du groupe, même s'il faut dire que les études scientifiques sur le comportement des loches botiidés sont pratiquement inexistantes.

Il semble évident qu'ils affichent une certaine personnalité, certains spécimens étant naturellement plus audacieux ou plus agressifs que d'autres, par exemple. L'alpha est normalement le plus gros spécimen du groupe et souvent une femelle.

"L'observation" est aussi un comportement notable dans lequel les individus plus jeunes nagent flanc contre flanc avec les plus âgés, imitant chacun de leurs mouvements. Certains éleveurs rapportent que plusieurs poissons plus petits peuvent simultanément suivre un plus gros, avec même trois ou quatre de chaque côté !
La raison en est inconnue. Cela peut concerner un groupe dont les individus restent en contact les uns avec les autres lorsque les rivières gonflent en période d'inondation, réduisant peut-être la traînée en nageant "en formation" ou en ayant une autre fonction de communication (migratoire ?).
Il a été observé dans des aquariums avec un débit d'eau élevé ou faible et semble être habituel dans la mesure où certains individus observeront d'autres poissons si aucun congénère n'est présent.

Le son semble également être un facteur important de communication puisque ces loches sont capables de produire des clics audibles, ceux-ci augmentant en volume lorsque les poissons sont excités.
Les aspects comportementaux de ce phénomène restent largement sous-étudiés, mais on pense que les sons sont produits par le grincement des dents pharyngées ou des épines sub-oculaires .

Une autre curiosité est ce qu'on appelle la "danse des loches" qui implique un groupe entier nageant de manière constante et agitée autour des côtés du réservoir, en utilisant généralement toute la longueur et la hauteur.
Les raisons de ce phénomène sont inconnues et les rapports quant au moment où cela se produit varient, mais les déclencheurs les plus courants semblent être l'ajout de nourriture, d'eau fraîche ou de nouveaux congénères, et cela peut durer de quelques minutes à un jour ou plus. Il pourrait être lié à un comportement saisonnier précédent le frai. (NDLA)

Les botiidés s'installent aussi souvent dans des positions particulières, coincés verticalement ou latéralement entre des éléments de décor, ou même à plat sur le substrat. Il n’y a pas lieu de s’alarmer et cela semble être un comportement naturel au repos. (Seriously Fish,2011)

Disponibilité commerciale : Non disponible

Il est peu probable que les spécimens présents dans le commerce vendus sous cette appellation soient réellement B. birdi.
Il peut s'agir plus probablement de B.almorhae, de B; lohachata ou d'autres "formes" de ce complexe d'espèces, ou encore d'hybrides obtenus en pisciculture.

Si toutefois vous trouvez à vous procurer cette espèce, veillez à vous assurer de son identification et de sa provenance.
Reproduction
Type
Ovipare
Difficulté
Difficile
Aucun cas de reproduction en aquarium de Botia birdi n'a été signalé, actuellement. (2023)
Les spécimens susceptibles d'être commercialisés sont sans doute récoltés dans la nature.

On connait mal la biologie de cette espèce, mais elle semble proche de celle des autres membres du genre, à savoir un comportement potamodrome saisonnier précédant la reproduction.

À moins de posséder un immense bac rivière permettant de recréer les conditions naturelles du frai (ou de pouvoir mettre en oeuvre des moyens techniques importants), il ne semble pas possible de reproduire ce poisson en captivité.
Commentaires
Etymologie : Botia, nom générique issu de la langue assami (assamais), langue indo-aryenne parlée en Assam dans la vallée du Brahmapoutre, et birdi d'origine inconnue. En l'honneur d'un dénommé Bird ?
Références
GBIF,
Fishbase
- Awas, M., I. Ahmed and Z.A. Sheikh, "Length-weight relationship of six coldwater food fish species of River Poonch, Pir Panjal Himalaya, India." in Egyptian Journal of Aquatic Biology and Fisheries 24(2):353-359. (2020)
- Chaudhuri, B. L., "Descriptions of new species of Botia and Nemachilus", in Records of the Indian Museum 3, No. 4 (1909)
- Grant, S., "Fishes of the genus Botia Gray, 1831, in the Indian region (Teleostei: Botiidae)." in Ichthyofile Number 2: 1-106 (2007)
- Kottelat, M., "Conspectus cobitidum: an inventory of the loaches of the world (Teleostei: Cypriniformes: Cobitoidei)." in Raffles Bulletin of Zoology Supplement 26: 1-199 (2012)
- Kullander, S.O., F. Fang, B. Delling and E. Åhlander, "The fishes of the Kashmir Valley. p. 99-167 In L. Nyman (ed.) River Jhelum, Kashmir Valley: impacts on the aquatic environment." (1999)
- Menon, A.G.K., "Check list - fresh water fishes of India". in Rec. Zool. Surv. India, Misc. Publ., Occas. Pap. No. 175, (1999)
- Nalbant, T. T., "Sixty million years of evolution. Part one: family Botiidae (Pisces: Ostariophysi: Cobitoidea)." in Travaux du Museum d'Histoire Naturelle 'Grigore Antipa' 44: 309-333 (2002)
- Neeraj Kumar Sharma, Javaid Iqbal Mir, Nityanand Pandey and Ravindra Singh, "Morphometric and Meristic Characteristics of Birdi Loach, Botia birdi (Chaudhuri, 1909) from a Tributary of Indus Basin, Jammu and Kashmir, India" in World Journal of Fish and Marine Sciences 6 (3): 262-266, (2014)
- Sawada, Y., "Phylogeny and zoogeography of the superfamily Cobitoidea (Cyprinoidei, Cypriniformes). Mem. Fac. Fish". Hokkaido University, 28: 65-223 (1982)
- Sexena, D.B. and P.L. Bakhshi, "Cardiovascular system of some fishes of the torrential streams in India. Part I. Heart of Orienus plagiostomus plagiostomus and Botia birdi." in Japanese Journal of Ichthyology, Vol.XII, nos. 3/6 (1965)
- Sharma, N.K., J.I. Mir, N.N. Pandey, R. Bashir, A. Singh and M.S. Akhtar, "Length-weight relationships of six fish species from an Indus basin tributary in the Poonch region of Jammu and Kashmir, India." in J. Appl. Ichthyol. 31:585-586 ( 2015)

Pour citer cette fiche :"Botia birdi, Chaudhuri, 1909" B-Aqua / GP (2023)