Cryptocoryne ciliata
Cryptocoryne ciliée
Retrouvez dans cette fiche, toutes les informations sur les Cryptocoryne ciliata (Cryptocoryne ciliée) . D'où ils viennent,comment les maintenir en aquarium, en terrarium ou en bassin, comment les multiplier,...

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : (Roxburgh) Schott, 1832
Classe: Liliopsida
Ordre: Arales
Famille:  Araceae
Genre:  Cryptocoryne
Synonymes
Ambrosinia ciliata Roxburgh 1819
Arum ciliatum (Roxb.) Loudon
Cryptocoryne elata Griffith Cryptocoryne alata Griffith, Cryptocoryne drymorrhiza (Zippelius) Schott 1863
Cryptocoryne ciliata var. bogneri N. Jacobsen
Cryptocoryne ciliata var. ciliata
Cryptocoryne ciliata var. latifolia Rataj
Noms Communs
Cryptocoryne ciliée
Membres du genre Cryptocoryne
Cryptocoryne albida (Parker, 1931)
Cryptocoryne undulata (Engler ex. Braun, 1909)
Cryptocoryne yujii (Bastmeijer, 2002)
Cryptocoryne villosa (N. Jacobsen, 1980)
Cryptocoryne parva (De Wit, 1970)
Cryptocoryne zaidiana (Ipor & Tawan, 2005)
Cryptocoryne edithiae (de Wit, 1983)
Cryptocoryne uenoi (Yuji Sasaki, 2002)
Cryptocoryne affinis (N.E. Brown ex. Hooker, 1893)
Cryptocoryne alba (de Wit, 1975)
Cryptocoryne auriculata (Engler, 1879)
Cryptocoryne beckettii (Thwaites ex Trimen., 1885)
Cryptocoryne bogneri (Rataj, 1975)
Cryptocoryne bullosa (Engler, 1877)
Cryptocoryne ciliata ((Roxburgh) Schott, 1832)
Cryptocoryne cognata (Schott 1858)
Cryptocoryne cordata (Griffith, 1851)
Cryptocoryne crispatula (Engler, 1920)
Cryptocoryne coronata (Bastmeijer & van Wijngaarden, 1999)
Cryptocoryne elliptica (N.E. Brovvn ex. Hooker f., 1893)
Cryptocoryne ferruginea (Engler, 1879)
Cryptocoryne fusca (de Wit, 1970)
25 premiers résultats seulement

Origine géographique
Aire d'origine : Asie
Inde, Indonésie, Malaisie, Nouvelle-Guinée. Pakistan, Philippine, Thaïlande, Vietnam
Aire actuelle
Cryptocoryne ciliata pousse de l'Inde à la Papouasie-Nouvelle-Guinée.
C'est la cryptocoryne qui a la plus vaste répartition géographique.
En 2015, Cryptocoryne ciliata a été enregistrée pour la première fois dans localité de Palawan aux Philippines.
Elle a été déclarée mauvaise herbe envahissante en Floride et au Texas.
Environnement
Milieu
Douce, Saumâtre
C'est une plante des zones marécageuses des fleuves et rivières mais également des embouchures y compris la mangrove en Inde. Elle supporte l'eau saumâtre et se rencontre parfois en compagnie d'autres cryptocorynes des espèces Cryptocoryne lingua, Cryptocoryne pontederifolia et Cryptocoryne versteegii souvent en plein soleil dans des zones à faible courant où elle développe un abondant système racinaire.

On la trouve dans les fossés, (Surabaya, Java, Indonesia), les rivières, (Timika, Papua, Indonesia. Kikory Papouasie Nouvelle Guinée.), les mangroves (Delta Banjarmasin, Kalimantan)...
C'est une espèce répandue qui ne fait face à aucune menace majeure. Elle est classée dans la catégorie "Préoccupation mineure".

La perte d'habitat et la pollution sont des menaces probables pour cette espèce bien qu'il n'y ait pas d'informations détaillées disponibles. Par conséquent, aucune menace majeure connue pour cette espèce.
Description
Type
Plante
Croissance
Taille
30 à 100 cm
Cryptocoryne ciliata est une grande plante puisqu'elle atteint 70 à 75 cm et jusqu'à un mètre de hauteur parfois, avec un pétiole de 115 cm et un limbe de 30 sur 10 cm.
Ses feuilles sont épaisses, pulpeuses, lancéolées, arrondies à la base, vertes sur les deux faces, un peu plus claires sur la face inférieure, présentant six à dix nervures bien visibles de part et d'autre de la nervure centrale.
Les fleurs sont fixées sur un spadice en forme de bâton, lui-même caché dans une spathe de 20 à 40 cm de long s'élargissant en un limbe frange typique, rouge-violacé en forme de feuille. Une tache jaune ponctuée de rouge orne le cornet de la spathe.

On distingue cependant deux variétés difficiles à identifier : Cryptocoryne ciliata (Roxburgh) Schott var. ciliata et Cryptocoryne ciliata (Roxburgh) Schott var. latifolia Rataj 1975.
La variété C. ciliata est diploïde avec un nombre de chromosomes de 2n = 22, des feuilles plus étroites et de longs coureurs aériens et la variété C. latifolia à feuilles larges, plus cassantes et à pousses courtes typiques à l'aisselle, triploïde, ayant un nombre de chromosome 2n = 33. Cette dernière est stérile.

Le caractère de la feuille étroite / large peut ne pas être explicite. La distribution des variétés n'est pas bien connue, on trouve également à plusieurs endroits des populations mixtes.

Note : Il y a eu une révision approfondie du genre par Jacobsen et de nombreux noms que les aquariophiles connaissent bien ont été modifiés. Les cryptocorynes ont également une fâcheuse tendance à s'hybrider librement dans la nature et il existe une poignée "d'espèces" trouvées dans la nature qui sont des hybrides naturels. Conjugué au fait que certaines espèces présentent une grande variété (C. wendtii) et ne peuvent être correctement traitées que par la spathe florifère, cela rend difficile l'identification de certaines espèces uniquement sur le port des feuilles. Il existe en fait deux variétés de cette plante, Cryptocoryne ciliata var. latifolia et Cryptocoryne ciliata var. ciliata , ce dernier a tendance à avoir un meilleur taux de croissance et finira par être une plante plus grande à maturité.
 
Maintenance
Dry Start
Oui
Paramètres
Température
24 à 28°C
pH
4 à 8
GH
4 à 40
Aquarium
Eclairage
Brassage
Substrat nutritif
Recommandé
La culture de Cryptocoryne ciliata nécessite de grands bacs avec un sol riche en vase, beaucoup de lumière et une température de 24 à 28°C.
Lorsque les conditions sont favorables, sa croissance est très rapide. Elle émerge alors de l'aquarium et produit d'innombrables stolons qui courent à la surface du sol.

Cette plante convient mieux au terrarium de grande taille ou à la culture en serre chaude (ou en appartement "humide").
Cryptocoryne ciliata est en effet facile à cultiver en culture émergée dans un simple mélange de sable et de tourbe avec fertilisation artificielle.
Les deux variétés se propagent assez rapidement. Elles peuvent être cultivées dans un air relativement sec, en plein soleil, mais elles sont sensibles au froid.

La fonte des cryptocorynes
Quand on plante de nouvelles cryptocorynes dans un aquarium, on rencontre souvent un phénomène appelé fonte des Cryptocoryne, crypt melt en anglais, durant laquelle la plante perd toutes ses feuilles.

Dans les pépinières asiatiques où elles sont produites, elles sont cultivées à l'air libre, mais elles sont maintenues sous l'eau dans la plupart des aquariums.
De fait la perte de feuilles survient lors du passage entre les conditions émergées à immergées.
Le changement brutal d'environnement perturbe la plante qui peut mettre jusqu'à trente jours pour s'installer et que de nouvelles pousses apparaissent.
Certains préconisent de ne pas planter de Cryptocoryne dans un aquarium installé depuis moins de trois mois.

Il y a maintenant une tendance des pépinières à envoyer les Cryptocoryne sous forme de rhizomes sans feuilles, pour réduire les coûts d'expédition et parce que les feuilles tomberont de toute façon une fois plantée dans l'aquarium.
Disponibilité commerciale : Rare
Importée en Europe dès 1914, Cryptocoryne ciliata a été longtemps oubliée pour réapparaitre dans le commerce aquariophile en 1949.
Plantation et multiplication
Reproduction sexuée
Elle produit assez facilement des graines fertiles

Reproduction végétative
...et se multiplie également par "viviparité". En effet, de jeunes plantules prenant naissance à l'emplacement des fleurs et peuvent être repiqués.
Commentaires
Étymologie : Cryptocoryne, de crypto, signifiant "caché", koryne faisant référence au bouton de la fleur et ciliata, "ciliée", allusion au limbe frangé de la spathe.

Utilisation traditionnelle et/ou commerciale :
Cette cryptocoryne serait utilisée en médecine traditionnelle au Bangladesh pour traiter les maladies de la peau, notamment l'eczéma, les abcès, l'acné, les furoncles, la gale, les démangeaisons, les infections, les dermatites, les éruptions cutanées, les plaies, les cicatrices et les verrues (Mollik et al. 2010).
Références
GBIF, IUCN, USDA, WCSPF
Missouri Botanical Garden.
- Bastmeijer, Jan "Cryptocoryne ciliata (Roxburgh) Schott var. ciliata" in "The Crypts Pages" (2012)
- Bastmeijer, Jan "Cryptocoryne ciliata (Roxburgh) Schott var. latifolia Rataj" in "The Crypts Pages" (2016)
- Bruggen, H.W.E.van. "Cryptocoryne ciliata". in Het Aquarium 29(7) : 159-161. (1959)
- Bruggen, H.W.E.van. "Cryptocoryne ciliata (Roxb.) Fischer ex Wydler." in DATZ 15 : 275-277. (1962)
- Goebel, K. "Cryptocoryne, eine "lebendig gebärende" Aroidee". in Flora 83 : 426-435. (1894)
- Griffith, W. "On the Ambrosina ciliata of Roxburgh". in Trans.Linn.Soc.London 20 (1851)
- Mollik, M.A.H., Hossan MS, Paul, A.K., Taufiq-Ur-Rahman, M., Jahan, R. and Rahmatullah, M. "Medicinal plants used by folk medicine healers in three districts of Bangladesh and survey of mode of Selection of medicinal plants". Ethnobotany Research & Applications: 195-218 (2010)

Pour citer cette fiche :"Cryptocoryne ciliata, (Roxburgh) Schott, 1832" B-Aqua / GP (2021)


.