Cichla monoculus
ukunaré acu, Tucunari, Kounanni, Aboné, Tukunali, Malisamba, Toukounalé, Kunan, Toekoeari, Matawalé
Un grand Cichla proche morphologiquement de C.kelberi et pleiozona, originaire d'Amérique du Sud, introduit pour la pêche en Asie du Sud-est et USA.

Des informations manquantes, des précisions à apporter? N'hésitez pas à devenir membre de B-Aqua et participer à la rédaction de la base de données!
Taxinomie
Descripteur : Spix et Agassiz, 1831.
Classe: Actinopterygii
Ordre: Perciformes
Famille:  Cichlidae
Genre:  Cichla
Synonymes
Cycla toucounarai (Castelnau, 1855)
Cichla bilineatus (Nakashima, 1941)
Noms Communs
ukunaré acu, Tucunari, Kounanni, Aboné, Tukunali, Malisamba, Toukounalé, Kunan, Toekoeari, Matawalé
Membres du genre Cichla
Cichla piquiti (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla kelberi (Kullander, S.O. and E.J.G. Ferreira, 2006)
Cichla monoculus (Spix et Agassiz, 1831.)
Cichla ocellaris (Bloch & Schneider, 1801)
Cichla orinocensis (Humboldt, 1821)
Cichla temensis (Humboldt, 1821)
Cichla pinima (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla nigromaculata (Jardine & Schomburgk, 1843)
Cichla intermedia (Machado-Allison, 1971)
Cichla jariina (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla melaniae (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla pleiozona (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla thyrorus (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla vazzoleri (Kullander & Ferreira, 2006)
Cichla mirianae (Kullander & Ferreira)
Origine géographique
Aire d'origine : Amérique du sud
Pérou, Colombie, Brésil, Guyane française, Equateur.
Aire actuelle
Malaisie, Singapour, Panama (lac Gatun), USA.
Présent au Pérou (de Yarina Cocha sur l’Ucayali nord) jusqu’au bas Napo en Equateur. Colombie (Leticia), Brésil (de Tabatinga à l’île de Marajo, fleuves Tefé, Trombetas et Tapajós) Guyane française, au nord de l’Amazone dans les rivières Araguari et Oyapock inférieur, Rio Solimões-Amazonas, le long du lit principal et des cours inférieurs des affluents. Probablement plus répandu dans les basses terres.
Environnement
Paramètres
Milieu
Douce
Température
25 à 28 °C
pH
7 à 0
Benthopélagiques. Se dit d'un organisme vivant et se nourrissant près du fond ainsi que dans les eaux moyennes ou près de la surface. Lacs de plaines inondables, eau noire et eau vive au moins au Pérou. Occupe les eaux lentiques aux structures les plus denses, le long des berges, si C.temensis est présent.
Description
Taille
: 21 à 34 cm SL
Longévité
10 à 12 ans
Régime
Carnivore
Cichla monoculus
Comme tous les représentants du genre Cichla, on note une profonde échancrure entre les rayons durs et les rayons mous de la nageoire dorsale.L’espèce type du genre est C. ocellaris
La caractéristique principale de C.monoculus est sa ressemblance avec C.kelberi et pleiozona de par les bandes verticales 1 à 3 et une barre occipitale prononcée chez les spécimens les plus grands. Absence de marques noires latérales sur la tête et présence de taches sombres irrégulières sur la face abdominale antérieure. Les bandes verticales sont courtes, limitées au dos en forme de taches sur fond clair, parfois ocelées, entourées de petites taches sombres éparses sur le dos et le côté.

Les différences principales avec ces derniers sont absence typique de barre verticale sombre en avant du pédoncule caudal, absence de taches claires sur les nageoires (mais des variations sur ce point ont été constatées au moins sur un spécimen). Moins d’écailles sur la ligne latérale (68-87 contre 84-93 chez pleiozona)
Bande latérale horizontale et une ligne latérale toujours discontinue, barre occipitale présente et prononcée, sombre.
Taches abdominales avec nombreuses variations, soit nombreuses soit réunies en une barre allongée s’étendant de la caudale à la barre 2.

Epines 4 à 6 de la dorsale plus longues. de la partie antérieure de la dorsale courtes. Pectorales pointues, atteignant la base de la nageoire anale, 1er rayon de la pelvienne plus long, allant jusqu’à mi-distance de la base de la caudale.
Nombreuses taches noires sur la tête.

Couleur olivâtres à jaunâtres, blancs ventralement. Dorsale noire semble-t-il en période de reproduction. Ocelle caudale cerclée d’or. Pelviennes, anale et moitié inférieure de la caudale orange à rouge foncé. Iris rouge et jaunâtre.
Bosse nucale des mâles âgé, avec présence de taches rouges autour de la mandibule. Taille record notée de 70 cm chez un mâle. Poids autour de 3,63kg, max. enregistré 9 kg.
 
Régime Alimentaire
Piscivore, chasseur actif diurne.
Dimorphisme
Mâle âgé avec bosse nucale.
Dangerosité
 
 
 Aucun
Maintenance
Zone
Fond
Paramètres
Température
              25                       28
pH
              6                       7,5
GH
              3                        12
Aquarium
Une maintenance en aquarium est peu conseillée de par sa taille et ses tendances fortement prédatrices, c’est un poisson plutôt à réserver à un aquarium public de plusieurs mètres cubes.

Disponibilité commerciale : 

Sujets jeunes uniquement
Reproduction
Bosse nucale des mâles âgés qui constitue une réserve lipidique pendant la période de reproduction. Couleurs plus prononcées en période de frai dont des marques d’un rouge brillant autour de la mâchoire inférieure. Maturité sexuelle chez le mâle au bout d’un an, deux chez la femelle. Frai 3 à 4 fois par an, durant deux à trois heures, avec émission de 50 à 100 oeufs. Territorial pendant cette période.
Commentaires
Plusieurs membres du genre Cichla sont appelés communément « tukunaré » sans forcément désigner la même espèce. Par exemple, Tukunaré acu (= grand) s’emploie également au Brésil pour C.temensis.

On distingue actuellement 15 espèces de Cichla, cependant, des résultats d’études moléculaires au sein du genre Cichla font état de possibles hybridations (Willis et al. 2007 - voir aussi sur lifemap https://lifemap-ncbi.univ-lyon1.fr).

Certains spécimens montrent des variations de motifs par rapport à ceux de la description scientifique.
Introduction : Panama à la fin des années 1960, Malaisie, Singapour et USA.
Dans une thèse, on signale des impacts potentiels de son introduction au Panama (Lac Gatun) sur le régime alimentaire similaire d’une espèce indigène elle aussi prédatrice : Hoplias microlepis. Ce dernier aurait élargi sa niche et diversifié son alimentation, entre autres en se nourrissant de morceaux de poissons introduits artificiellement, rejetés par les pêcheurs (dont …des morceaux de C.monoculus), ce qu’il ne faisait pas en leur absence.
C’est le résultat typique d’une compétition alimentaire qui stresse les espèces natives d’un milieu lorsqu’ils se partagent la même niche. C.monoculus, diurne, chasseur actif strictement piscivore, enlève des ressources à H.microlepis, nocturne, à l’affut. Il consomme des invertébrés à l’état juvéniles, mais est piscivore également à l’état adulte, ce qui l’oblige à se rabattre sur des restes, ce qu’il ne fait pas en absence du concurrent C.monoculus.
Références
https://svenkullander.se/publications/Kullander_Ferreira_Cichla_2006.pdf
Remise en question de la phylogénie des Cichla : https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0172349#pone.0172349.ref029
https://www.fishbase.de/summary/13270
Life map - NCBI : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/Taxonomy/Browser/wwwtax.cgi?id=50735&mode=info (phylogénie complète de C.ocellaris et autres du genre visibles à https://lifemap-ncbi.univ-lyon1.fr , en entrant les noms de genre et espèce dans le moteur de recherche)
Informations sur la biologie et techniques de pêche : https://www.acuteangling.com/amazon-gamefish/peacock-bass-species-guide.html

variations de couleurs et motifs chez C.monoculus : https://www.researchgate.net/figure/Photographs-of-two-Cichla-monoculus-captured-in-the-Paraiba-do-Sul-river-basin-showing_fig2_310601911
Impacts potentiels sur l’introduction de C.monoculus au Panama :https://escholarship.mcgill.ca/concern/theses/s1784p111
Reproduction : Chellappa, S., M.R. Câmara, N.T. Chellappa, M.C.M. Beveridge and F.A. Huntingford, 2003. Reproductive ecology of a neotropical cichlid fish, Cichla monoculus (Osteichthyes: Cichlidae). Braz. J. Biol. 63(1):17-26